Épicure trahi ? (2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

Épicure trahi ? (2)

Un des plus fins logiciens que la planète ait porté…oui Épicure trahi…nous avons vu avec quel maitrise il a prouvé, dans une si paisible démonstration, que l’argent ne peut absolument pas faire le bonheur s’il manque le triangle de la sagesse de vivre « amis, libertés et réflexions »…nous allons encore être plus éblouis de voir qu’il a surpassé les stoïciens, et leur amertumes et psychorigidités, en répondant impeccablement au : comment faire pour découvrir le bon côté de la douleur…

……………………………….

La frénésie compulsive de richesses – qui n’a plus l’alibi de « c’est pour être heureux mais uniquement l’anti-sociabilité du « ainsi j’empêche certain-e-s d’atteindre le minimum vital » donc « ma richesse anti- démocrate est un grave « crime social » - vient, toute, d’une INCOMPÉTENCE A RAISONNER…s’il est trop riche c’est parce qu’il ne sait pas du tout …réfléchir sainement !!! Ce qui nous fait basculer dans un tout neuf « paradigme »– Sous la lumière crue de la raison, ici, la sagesse frelatée de ces cerveaux malades ne leur laisse plus de circonstances atténuantes…l’argent vient uniquement de la puérile frustration : être adulte c’est surmonter toutes les frustration… Épicure se montre un adulte complet – les capitalistes de sales gosses bouffis de mauvaises fois et de mauvaises volontés…il est plus que temps de contrer ces esprits immatures…et de les obliger à se soigner !!!

…………………………..

« Faisons grand cas de la frugalité, non parce que nous devons toujours vivre chichement, mais afin d’avoir moins de soucis » (Stobée, Florilège, XVII, 24)…ah bon ! va dégoiser l’hédoniste bouffi perdant, définitivement arriéré…« mon corps déborde de bien-être quand je vis de pain et d’eau et je méprise les plaisirs du luxe, non à cause d’eux-mêmes, mais des incommodités qu’ils entrainent » (Stobée, Florilège, XVII, 24)…nos corps obéissent à des lois, n’en déplaise à l’hédoniste plus qu’ignorant vendu à la maladie capitaliste. La « loi de la satiété » demeure sévère : le plaisir c’est si mécanique : cela monte puis atteint un sommet, un apex, et si vous ne respectez pas la courbe de désaturation, vous n’aurez plus que « soucis, nausées, mauvaises sensations, écœurements, etc. ». Oui, oui, après le pic il faut attendre – puisque la satiété, qui décroit lentement, ne peut plus apporter que des inappétences…Épicure nous apprend à jouir (oui jouir) avec les qualités qui restent durables pour l’éternité. La qualité c’est le goutte à goutte qui décante le nectar…non le flot goulu qui sature !!! L’hédoniste (croyant, trop naïvement, que l’argent « offre » les meilleurs plaisirs !!!) se précipite sur les « quantités » et n’obtient que des saturations rapides…et donc ne jouit pas bien du tout…un million de fois moins qu’un épicurien, c’est sûr !!!

…………………………………….

Le bon côté de la frustration et de la douleur qui accompagnent, obligatoirement, la vie, c’est très justement de ne se faire aucun souci ni de se provoquer aucune mauvaise sensation…cette géométrie dite, stupidement, « négative » semble le comble insurpassable de la sagesse…puisque 1) tout le monde peut en comprendre, facilement, les termes 2) et que, mêmes les atroces malades du capitalisme s’inclinent devant « l’intérêt bien compris» - ce qui place le capitalisme du côté de l’histrionisme » (mentir sur tout) et de la « sociopathie » (inadaptation sociale)… vérifions encore : « La fin de la vie est le plaisir, non le faux plaisir des hommes dissolus comme le croient certains qui ignorent la doctrine ou ne veulent pas la comprendre, mais c’est pour le corps, de ne pas souffrir, et pour l’âme, de ne pas être troublée (Lettre à Ménécée, 131) !!!

…………………………………..

D’où des recettes avérées (chacun-e les adaptant à son propre vécu intérieur) : « la nourriture la plus simple procure le même plaisir que des mets recherchés, quand elle calme la douleur de la faim »…Bon côté de la frustration et de la douleur de la faim : user de ce que nous avons sous la main en songeant, aussi, à l’absence d’effets secondaires néfastes…l’hédoniste entêté jusqu’à l’absurde va délirer au « je ne vais pas « m’abaisser » ( !) à ingurgiter cela » : 1) sans écouter son corps 2) en ignorant la courbe de satiété qui tue toute jouissance 3) et en ne vivant que dans le royaume stérile de son narcissisme…oui les plaisirs sont et restent simples. De les « prolonger » encore plus reste possible – l’épicurien n’interrompt jamais rien dans ses extases. Par contre, l’arriéré hédoniste, qui ne connaît rien à la qualité quinte essence des plaisirs…ne vit qu’en pointillé, gavé du très mauvais côté de la frustration et de la douleur…Aussi, lorsqu’il est parlé de la « vraie » vie n’écoutez plus ce sec abstrait !!! Il n’aura jamais rien vécu de « valable » !!!

…………………………………….

La nourriture ne doit pas devenir un facteur décisif à l’orientation de nos esprits…tout au contraire, elle doit demeurer un nuage de légèreté et de douceur sur lequel ne glissent que de merveilleuses sensations…si si, c’est possible !!! Tout comme le pouvoir ne secrète qu’insatisfactions amères : « c’est qu’il ne connaît pas de limite à la possession, il ne sait pas jusqu’où le plaisir peut croitre »…c’est même pourquoi les êtres de pouvoirs ne seront jamais raffinés – juste de grosses brutes obtuses…imperméables aux subtils plaisirs de vivre. D’où leurs insensibilités extrémistes aux plaisirs des autres…déblayer ces empêcheurs de jouir durablement des qualités – toutes « gratuites » vous le savez bien…ras le bol des maquereaux des leurres frelatés d’argent !!! L’argent anal ne fait pas jouir !!!

……………………………..

Oui oui « les mets et les boissons recherchées ne délivrent, en aucun cas, des maux et ne procurent pas la santé du corps. On doit considérer la richesse, au-delà de ce qui est naturel, comme aussi inutile que l’eau qui déborde d’un récipient », afficha, sur un panneau de 80 mètres de long et de 4 mètres de large, Diogène d’Oenanda, en reconnaissance de la logique si « amicale » d’Épicure …

……………………………….

Et Lucrèce d’abonder : « …ainsi peu de choses sont nécessaires à la nature corporelle et tout ce qui ôte la douleur peut nous donner maintes délices en échanges »…ce que le parfait logicien Épicure, cet homme supra rationnel, nous aura expliqué dans ses 300 livres ( oui 300) abordant tous les thèmes tels la Nature (pas moins de 37 livres), la vie quotidienne et ses difficultés (seulement 4), mais la musique, l’astronomie ou la justice, etc…le fait qu’il n’en reste plus que des fragments si denses et explicites nous permet, fort justement, de savoir goûter aux qualités

……………………………….

par le côté « frugal »…une minuscule gorgée et pas tout le litre…

…………………………….

2ème pierre : La frugalité fait bien plus jouir que la satiété écœurante !!! La courbe implacable du dégoût nous « offre » , en effet, plus de soucis et de désagréments physiques que de joies sans nuages !!!

.....................

1ère pierre : l’argent ne sert à rien pour être heureux !!!

.......................

2ème pierre : l’argent ne contribue pas au bonheur mais il est même un obstacle forcené : la frugalité fait plus jouir que la satiété d’écœurement !!!

......................

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

………………………..

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

………………….

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

……………………………..

trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Publié dans corps des langages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article