Aggravation des fractures sociales ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Aggravation des fractures sociales 	?

"L'État ne se définit pas par l'unité, l'uniformité, mais par un ensemble hétérogène d'administrations insérées dans des systèmes d'actions qui toutes ont la prétention à incarner l'intérêt général, mais qui ne forment pas un bras séculier efficace et neutre" (L'exclusion- L'état des savoirs – sous la direction de Serge Paugam, décembre 1996). Le coup de "la fracture sociale" se voit, alors, asséné hors de toute logique : car qui crée vraiment la fracture, qui reste la cause qui cause et dont il n'est jamais causé ?

........

"Non seulement les riches, mais tous ceux d'entre nous qui vivons dans l'aisance et savons parfaitement bien que nous pourrions soulager tant de pauvres si nous nous mettions en tête de le faire " (Morwyn - JC Powys). La Religion de l'égoïsme sévit donc : "ces gens qui profitent de ces codes moraux (colère , égoïsme, cupidité, mensonge, des « péchés » qui méritent châtiment) pour en attribuer l'origine unique au créateur" (Morwyn). Ainsi, les grandes découvertes restent encore plus interdites. "Les représentations officielles du fonctionnement de la société s'appliquent à ne pas heurter certains de nos mythes fondateurs, au premier rang desquels le mythe du progrès » (c'est-à-dire plus les riches seront riches plus les pauvres le seront moins- selon toute apparence, ce progrès là ne fonctionne toujours pas). Où donc de tels discours s’entremêlent-ils tous ? Pourquoi la laïcité perdrait-elle du terrain ? L’irrationalisme chasserait la raison…

…………….

« Prendre en compte la complexité du monde, c'est abandonner la cohérence du mythe pour affronter une réalité où les formes du mythe ne vont pas de pair (L'exclusion, L'état des savoirs). » Le politique, afin de ne pas déranger les conformistes stériles, anti-créatifs, anti-évolutionnaires, assis et jamais en action...etc. sacrifie donc toutes les forces vives et intelligentes de la Société. Le meilleur est sacrifié pour une totale inefficacité. Le politique refuse, entêté, fuyant le réel, impossible à raisonner, ne connaissant ni la logique ni la structure intime de la pensée...etc. il refuse même de "cesser d'affirmer, jusque contre l'évidence, que rien n'a changé d'essentiel depuis la période où l'économie a pu, sans difficultés majeures, devenir le moteur du social (L'exclusion, L'état des savoirs). " Répéter les mantras du passé comme seul argumentaire prouve que l'Autre ne leur est toujours pas apparu. Et que l'Indien n’a toujours pas découvert l'Amérique !

…………………

Le discours sur la "fracture sociale" dénote, ainsi, "une vision unitaire de la nation et de l'unité du corps politique, culturel et social sans cesse menacé par les grandes crises sociales (...) ». Nous parle « d’un espace national crispé sur le besoin d'unité (...)- cette unité se démontrant comme l'espace économique [qui ] est vécu comme un espace de concurrence s'imposant sans qu'il soit possible de s'y dérober". Car , étrangement ,"l'exclusion est un phénomène dont la source est principalement extérieure à toute Société. La responsabilité des politiques est niée (L'exclusion, L'état des savoirs).".

Prédestination impuissante et indifférence obligatoire ont encore frappé, toutes lisérées des enfantillages de leur prémices premiers - comme ce n'est pas nous, mais eux, nous ne ferons rien. Puisque nous ne le pouvons pas, demande la logique ? La tautologie autiste de répondre: puisque ce n'est pas nous, mais eux, nous ne ferons rien. La Religion de l’égoïsme expulse tout raisonnement, toute logique (le comble de l'exclusion!) dans sa dictature de refus du réel.

………..

"Quand on a, pour tous, une exigence commune, la charge la plus lourde est portée par les plus fragiles, et les fragilise davantage (Les céfrans parlent aux français - Seguin et Teillard) ." Ainsi, les journaux, lorsqu’il y a des voitures brûlées dans une banlieue, titrent possédés de magie, que les banlieues menacent l'ordre social, sans même analyser concrètement la situation. Voici des individus sans beaucoup de moyens de transport, sans aucun moyen de communication ou de diffusion, qui se trouvent attaqués par le chômage et la précarité voulus que préfère la Société de l'Économie virtuelle, des personnes donc reléguées dans leurs quartiers qui y détruisent la matière même de ce quartier. A part porter préjudice à eux-mêmes il est délirant d'oser que ces minuscules actes encerclés pourraient semer le désordre dans la Société. Par quels moyens magiques vu l'analyse précédente ? Par quel irrationnel procédé de contamination? Non, non, ce genre de propagandistes de la fuite du réel entraînent, derrière eux, les cerveaux faibles et intoxiquent les dangereux conformistes qui ont perdu toute dignité puisqu'ils gobent tout et n'importe quoi.

………………….

Conclusion: souvent, les médias , sur le réel, vous égarent et vous intoxiquent de leur non savoir de spectateurs glacés. L'analyse de qui ne découvre jamais l'Amérique reste, elle, simple comme bonjour : pour semer le désordre il faut avoir sacrément des moyens. Qui monopolise transports communications diffusions...etc.? Qui peut donc nuire à la Société? Eh bien le capital clandestin, le capital au noir, le destructeur de tous liens sociaux, l'antisocial de la Religion de l'égoïsme, nuit énormément à la société et le spéculateur apparaît comme le principal fauteur de troubles, l'unique rebelle au réel complet. "La conscience de la rareté accessible à tous fondait le projet de l'Économie, le projet de lutte contre la pauvreté" (L'exclusion- L'état des savoirs – sous la direction de Serge Paugam, décembre 1996). Projet trahi par qui ? Par les pauvres évidemment ! La rareté de la conscience (qui inverse dialectiquement la conscience de la rareté) devient dramatique lorsque rare qui possède l'entière image du réel, seulement accessible à qui a perdu toute forme d'égoïsme.

…………………….

La conscience ne s'éveille que lorsque l'égoïsme s'éteint. Solution à la fracture sociale ? Facile : il faut et il suffit que tout le monde accepte sa propre pauvreté. Chiche soyons chiches. 22 ? "Une série de cercles vicieux qui en font une victime quoi qu'il fasse : impossibilité de constituer des réserves financières, et donc de prévoir, non accès au savoir, dépendance vis à vis de l'employeur, vulnérabilité à l'égard des commerçants et des logeurs" (p. 45 - L'exclusion- L'état des savoirs).

…………………………..

Évidemment les riches, très conscients de ces contraintes impossibles, ne se permettent plus de stigmatiser les pauvres puisque la logique ne peut plus masquer que lorsque nous ligotons bras et jambes de quelqu'un, lui cachons yeux et oreilles, lui faisons sans cesse des crocs en jambe et, en plus, lui tapons dessus sans arrêts, il semble difficile de pratiquer en toute équité, en tout fair play, en toute égalité, la course. Et que lorsque, malgré tout, cet individu remporte la course, c'est bien aux stigmatiseurs de perdre toute honorabilité…

………………………

…………………. Et que l'Indien a enfin découvert l'Amérique !

………………………..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

……………………..

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

…………………….

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L'Economie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 400 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Publié dans grandes engueulades

Commenter cet article