Toutes les grandes questions qui demeurent encore sans réponses ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Toutes les grandes questions qui demeurent encore sans réponses ?

Du moins satisfaisantes. D’abord, toutes les contradictions centrales que l'on peut égrener : si la "non-séparabilité' existe pour la matière existe-t-elle pour l'humain ? Voir à ce sujet la vidéo sur Alain Aspect en fin d’article …Si oui, quelles sont toutes les implications pour l'humain ? Si non - comment expliquer ces déplacements et communications instantanées ? Est-ce qu'un peu de matière peut donner naissance à toute la matière ? Et – encore - la matière serait-elle une longue scissiparité, un dédoublement perpétuel du Même?

……………………..

Mais, avant ce peu de matière déclencheuse du big bang, qu'est ce qui avait donné naissance à ce peu de matière ? L'esprit n'a-t-il pas plus de chance de donner naissance à la matière que l'inverse ? La matière ne semble-t-elle pas toujours locale, jamais panoptique, assidûment issue d'une arborescence et donc non susceptible de se retrousser en cause première de cette arborescence ? D’où la « non- localité » de la physique quantique : voir la même vidéo en fin d’article…

………………………

L'étendue peut-elle envelopper ce qui l'enveloppe ? Pouvons- nous, de même, envelopper ce qui nous enveloppe ? Puisque le DÉBUT de l'univers se trouve toujours (ici et maintenant) à treize milliards sept cent millions d'années lumière de nous, non séparé de nous par du temps mais juste par de l'immensité spatiale, que signifie ce phénomène inaperçu pour le Temps ? Et si le Temps n'existe pas, quelles sont les manières de vivre qui méritent d'être abolies ? Comment devons- nous mieux vivre?...etc. ; toutes ces contradictions centrales ne nous sont utiles à rien. La physique n'aide pas notre corps physique. Mais, surtout, la hiérarchie physique-métaphysique, comme moyen de connaissance ultime du réel, peut sensiblement basculer, lorsque de nouvelles chaînes de raisonnements montrent leurs brillantes articulations.

………………………….

Exemple.

La matière n'existe jamais comme quelque chose de déterminé dans l'ordre de ce qui existe. Elle reste toujours relative à quelque chose d'antérieur, n'est nommable, définissable qu'après que ce qui précède soit. Elle est concréée, ne s'explique pas par la création. La création n'est pas pour la matière mais par la matière. Pour quoi (ou pour qui) serait la création ? La matière ne peut nous mettre en présence immédiate du 1° bruissement, de la 1° palpitation, du 1° mouvement, de la 1° pulsation, du 1° visible, du 1° enregistrable de la création. Elle, la matière, ne peut se ramener qu'à toujours plus d'avant : et avant le big bang ?

-- Le big crunch ? Et avant le big crunch ?

-- La création instantanée à partir de rien ?

Et avant ce rien ?

Et avant avant ? S'avant toujours le savant ? Et avant le savant qui EST - dans l'ordre humain s'entend ?

La matière n'ouvre pas à la mémoire, à la sensibilité, à la douleur, au plaisir, à la transformation du réflexe en réflexion puisqu'il reste toujours aussi improbable et miraculeux que nous pensions, selon Einstein.

……………………..

La matière permet assurément de décrire, dans tous les sens, mais, en aucun cas, d'expliquer sinon par tautologies. Le bas- matérialisme, et ses succédanées pour aveugles et insensibles que sont fonctionnalisme, utilitarisme ou pragmatisme, nous ont conduit dans cette impasse : nous pouvons décrire et décrire, mais nous ne pouvons expliquer. Aussi, doit-il exister une manière de pensée, qui ne renie pas l'acquis positif des sciences, qui ne se laisse plus piéger par le défaitisme, le nihilisme, le cynisme insensible, l'incompétence au réel du conformiste. Conformiste qui reste « dominant par le nombre » et le décervelage dans la société – mais qui n’est plus qu’un poids mort à trainer !!!

………………………….

Du fait que la physique ne concerne que la matière avec son étendue et son énergie, les choses, les objets massifs et passifs inscrits dans l'espace-temps géométrisés. Et pas nous ! Chargés d’un corps ! Nous, affublés d'un cerveau et son inconscient ! La métaphysique semblait, alors, se préoccuper de cet invisible, par définition très difficile à décrire et saisir. C’est donc le vacarme conformiste qui a pris la place de la métaphysique unilatérale qui fait, à la fois, les questions et les réponses. Le vide complet des vies intérieures. L’enfer sur Terre. La difficulté pour les subjectivités radicales n’est pas de vivre les expériences mais de les transmettre – les couches d’hébétudes mécanistes et d’inintelligences s’épaississant !!!

…….

Dit autrement – chaque jour, les conformistes s’éloignent du réel – Là, où les jouissances peuvent se vivre…en vrai…c’est tellement « logique » qu’ils ne comprennent pas qu’ils ne comprennent pas !!! Pourtant, une si brève esquisse aura montré à quel point il reste tant de questions irrésolues. Que ce qui vient d’être cité demeure une infime partie du torrent des questions sans réponses. Ajouter - à quel point leur solution et résolution va changer, entièrement, la civilisation. A quel point la vie de l’esprit devient le summum de toutes les sensualités…et à quel point le conformisme ne « sait pas » vivre, se privant de 90 % de la vie et se punissant sans cesse lui/ elle- même en « refusant » d’apprendre avec les expérimenté(e)s. Pour, ensuite, geindre si frivolement de leur triste sort. A part leur entêtement à gâcher la vie des autres nous ne les plaindrons jamais – puisque les beautés à couper le souffle ne s’achèveront jamais…

…….

…les conformismes auront, depuis longtemps, disparus que les extases demeureront…Et que toutes les réponses deviendront, enfin, accessibles. Genre - si l'archéologie détient quelque valeur, recomposant, remodelant, reconstituant le passé à partir de minces vestiges, de tessons ou d'infimes traces, l'archéologie du savoir, le savoir comme archéologie, peut très bien, à partir de traces langagières, de vestiges cachés dans les mots, aboutir à de semblables résultats.

……………….

Nous avons bien plus de futur à vivre que de passé…et seuls les passés sont poussiéreux…tous souillés par les conformismes si…autoritaristes…

……………

Le fulgurant avenir, pour le moment, n’appartient « qu’aux » écrivains, aux artistes et aux vrais penseurs…ainsi qu’aux paisibles animateurs de socialités !!!

………………..

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

……………….

trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ce que je dis, pas de ce que tu comprends

Le si rare moment de la jubilation ?

La façon d’écrire se nomme infini respect

*****

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Publié dans sciences

Commenter cet article