Pourquoi faudrait-il que les histoires d'amour finissent mal ? (4/ 5)

Publié le par imagiter.over-blog.com

Pourquoi faudrait-il que les histoires d'amour finissent mal ? (4/ 5)

Les adversaires ont versé dans le fait qu'il y ait entre eux nulle langue commune. L'ADVERSE c'est celui qui refuse de CONVERSER, tout simplement. De verser à con-verser…Tu vois la guerre reste le déroulement de tes faiblesses de ton propre monologue. Ses ruines sont ce que tu avais précédemment, établi, édifié, souviens-toi. Ou de ces quelques petites choses cachées depuis la fondation de ce monde mondain, n'est-il pas. « Le bouc émissaire c'est qu'il faut bien quelqu'un pour porter les lettres. Le bouc émissaire c'est le porteur de la langue comme résolvant toute guerre, le verbe fait donc chair, et, sur l'heure, tous les mots deviendraient divins. De leur seule « nécessaire » transciendance…Cela fait 20 ans que je dis cela », s'avance Dogan, « y-a-t-il encore besoin d'un bouc émissaire, moi seul ait ramassé l'onde de choc terrible et j'en suis définitivement brisé, vous voulez savoir ».

Uniquement par le décalage de la bonté et la splendeur de ce savoir coulant tel le miel somatique en nos corps voluptueux - et la laideur et la cruauté de « votre » refus na voilà agaga de vouloir ne rien savoir. « Moi qui suis en paix depuis toujours - la guerre des autres m'aura tout de même détruit ! Maintenant, vous allez faire une mode imbécile de ces paroles pures, et vous allez faire comme si c'est vous qui découvriez tout. Que la honte se déverse sur vous donc…La guerre c'est parce que vous ne changerez jamais de POSITION : proposition, déposition, transposition, composition, opposition, imposition. Ainsi avez-vous brisé tous les grands depuis tout le temps : ensuite vous vivez sur leurs cadavres. Pourquoi ne pas donc changer de style ? »

C'est alors, seulement, que tu as pu te dé-doubler (devenir le bouc émissaire pour comprendre la VALEUR des mots, devenir le sacrifié pour pouvoir vraiment dire « je suis en paix ») que tu peux dis-Cerner tout le dis-positif (dis : éloignement et suppression) du positif, par la dis-solution des solutions, en abrutissant par l’unique discriminant – et donc déjà criminel – de la dis- solution (séparation légale pour ne jamais trouver la solution) de tout dialogue ; partout la dissension du sensé. Le forcené, qui, a la force née donc, est anciennement fors sené «hors de sens »…ôter tout le sens aux mots, demeure la guerre du discours. Le forcenariat de l’hideux capitalisme…

Divulguer n'a jamais était vulgaire, vulgus : mission de transmission. Aussi t'écarteler sur cette carte même, carte toujours écartée, et pour cause : puisque si tu n'es pas pro (pour, en avant) ou retro ( en arrière), tu restes hypo (en dessous) ou bien sur (dessus) – ce qui ne sont que spatiales figures du temps qui ne peut exister autrement : Passé ou Futur mais jamais en plein DEDANS, le présent, ce magnifique cadeau à éternellement présenter. La solution (pour ne pas être appliquée) doit toujours être ailleurs, DANS LE TEMPS, impossible à attraper ici et maintenant : jamais la paix universelle ne doit être déclarée, déclamée. Mais, comme le temps n'existe que dans l'espace, la guerre devient la garantie de saturation des refus dans tout les espaces : faut que la paix semble avoir toujours perdu.

Et toute proposition n'en est qu'une position géographique, la guerre ce n'est que la géographie, jamais l'Histoire, elle n'a rien à faire avec le temps, elle veut juste que les positions physiques inter-Disent toutes les pro-Positions verbales comme tous les préfixes qui ÉCLAIRENT la racine de leurs «liens de diamants» selon Cornélius Castoriadis – soit pré-position ou sup-position ?

Tout projet doit être promis au rejet, au projectile : ne rien créer et ne rien construire reste plus noble que créer. Tout projet est promis au rejet. C'est à dire ressenti (subjectif) comme un jet, il ne connaît qu'un autre rejet (objectif). Car il ne faut pas bouger de ses certitudes certifiés - mais jamais « prouvées » du style il y aura toujours la guerre, il y aura toujours des pauvres,etc., ce genre de divinations tellement ahurissantes qu'il devrait en être monté spectacle permanent – la mission de l'intro-mission se révélant, pourtant, comme faire pénétrer une chose dans une autre, la conduire jusqu'au centre d'elle-même et, là, la faire admettre en mission d'ad-mission…afin qu'elle soit adoptée, acceptée par tous. Se dé-Mener se prive de (ou d'être) mené (r), tout comme se dé-brouiller se prive de (ou d'être) brouillé (r), autant que se dé-ployer se prive de (ou d'être) ployé ®, débarrassé très exactement du poids de la cime dirigeante dé-Cimée. Celle qui refuse, vrais voyous, la démocratie dont la fondation même soutient que de dé-battre prive de se battre.

L’autoélucidation permanente de la société par elle- même = retrouver les si raisonnables plans quinquennaux…lorsque la dérégulation du privé = plus de règles comme Al Capone. Et plus personne n’est régul’, réglo, régulier et fiable. La corruption va tout pourrir…Jusqu’au déréguler = dérégler. Foutre le chaos et le désordre partout…Si le Privé n’est pas du grand banditisme – c’est donc de l’incompétence immense. En tout cas, à mater fermement ces déréglés !!! Les vrais, ennemis de la civilisation…

Cette per-mission qui traverse la mission étant admise - le débile, après tout, c'est celui qui ne se bile pas la digestion des mots – rejoint l'ultime mission de l'émission…

……………………………………….….. jamais encore diffusée.

………………………..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

……………………..

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

…………………….

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L’Économie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Commenter cet article