Le syndrome de l’ainé ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Le syndrome de l’ainé ?

Ce n’est qu’un titre puisque ce texte peut concerner tout le monde. Ce sont les seuls témoignages qui ont structuré le texte ainsi… « Ainé de 5, le père était dans d’autres pays pour le travail. Les enfants de 2 en 2 ans faisait que, tel une seconde mère, je devais me préoccuper de 3, organiser ma tête et mon cœur autour de leurs besoins. Ce qui faisait que je ne pensais à moi, en général, qu’en dernier »…autre extrait : « puis j’ai voyagé et habité d’autres pays. Il fut dit de moi que « souvent, je pensais aux autres avant qu’à moi-même »…ce qui formule ce que nous voulions justement démontrer…

L’égoïsme solitaire est une impasse radicale. Qui ose en faire la propagande accumule une responsabilité immense de destruction de l’Humanité, comme une espèce une… penser aux autres avant que soi-même apparaît, donc, tel le paradigme nouveau vers lequel se diriger si nous voulons survivre en tant qu’espèce…

Comment ? Une métaphore peut raccourcir le détour…déjà de se percevoir, oui en tout dernier, en tant « qu’être humain » parait bien comme une fuite devant le réel « global », une incompétence à vivre en société complète…Sans la Terre aucun pays ou région ne pourraient seulement exister…la Terre restera à jamais plus «réelle » et essentielle que tous les pays ou régions. Pourquoi alors ces graves errements dans l’erreur ? Justement les carences fortes « d’intérêt général » au point d’ignorer que cela existe «l’intérêt général ». Et qu’une de ses techniques d’apprentissage c’est l’humain…Humain n’est-il pas, avant tout, un SENTIMENT, celui d’humanité, de compassion, de partage, d’unité (et donc d’immunité et d’impunité) ? Et la dureté de cœur ne coule-telle pas de l’appartenance si restrictive, discriminatoire et si peu « réaliste » de se dire d’un seul pays ou d’une région seule ? Si l’on ne veut pas assumer la réalité inutile d’y entrainer les autres, non….

Oui nul ne voit ses propres défauts…comme s’ils formaient la part la moins renseignée de nous, comme des zones de grandes obscurités en nous…si loin des lumières…or (pour nous) l’individualisme égoïste est un très grave défaut…ce n’est pas un avis moral (genre bien – pas bien) que nous émettons mais juste la mesure de son INEFFICACITÉ complète…individuelle. Livrés à nous- mêmes nous ne nous alimentons plus que de nous…qui irait « nourrir » affectivement et intellectuellement un(e) égoïste ? Alors que – plus collectif – nous sommes multipliés de tous les autres. Augmentés d’eux/ elles au lieu de se voir « réduits » à nous-mêmes, oui rétrécis graves, dans l’ère de la dictature des égoïsmes obligatoires…oui forcés comme les travaux !!! Quelle liberté(s) peuvent survivre dans de telles pollutions… !!! Bon, il ne suffit pas de le dire il faut prouver…rien de plus facile tant il existe de témoignages en ce sens :

«Scientifique, j’ai toujours vécu votre « syndrome de l’ainé »…en effet, vigilant de toutes les sciences, de tout ce qui n’est pas mon seul champ de savoir, je voulais et l’est tenté, offrir toutes mes observations aux occupants du champ de savoir susdit. C’est que le savoir me poigne et m’empoigne, je le vis comme uni et appartenant à tous et toutes. Et donc la moindre découverte m’emplit de joie tout comme si c’était la mienne, je ne me sens séparé de rien et me sens participer à tout…autant vous dire, qu’avec les fatigues exagérées imposées par l’ordre des égoïsmes individualistes, j’ai dû abandonner l’application systématique de cette pratique qui m’est chère. Conserver l’intérêt général en soi en permanence et donc offrir tout ce qui peut faire avancer les sciences. Toutes. A noter cependant que trop nombreux/ses qui usent des méthodes scientifiques pour leur travail les oublient dès le seuil de la vie sociale…leurs irrationalités régressives créent, alors, beaucoup de dégâts…on ne peut pas dire qu’ils/ elles restent très scientifiques dans leur vie sociale. C’est même tout le contraire…Tel qui « ose » qu’il ne faut pas pousser plus loin les raisonnements qui mettraient en causes les dominants. Tel qui renie sans cesse les exigences intrinsèques des méthodes de connaissance, telle qui…etc. En un mot qui tourne vraiment le dos à l’intérêt général !!! »

Autres témoignages : « Je ne sais pourquoi mais je me sens telle une tête chercheuse collective, un cœur vibrionnant. Pour faire image je dirai que je cherche et déniche pour tout le monde. Ce qui m’intéresse, bon cela va de soi…mais la mémoire me restitue (« l’intérêt général » commence par l’écoute !) que telle parlait de cela et tel de ceci : si, sans effort, excessif je puis me procurer je prends en leur nom (dans mon cœur s’entend) et leur amène ensuite. Je puis dire que c’est une de mes activités qui m’agrandit de bien- être et mon imagination, alors, me parait sans bornes. Imaginez si tout le monde se met à aider l’intérêt personnel des autres comment le monde changerait très rapidement. Sans violence. Et quasiment sans coût…individuel ni collectif – bien au contraire, la fin des gaspillages serait, enfin, à l’horizon… »

Tant de témoignages demeurent mais nous avons bien prouvé que

**** Ne pas penser qu’à soi augmente vraiment la vie

*** Conserver automatiquement l’aide aux autres en soi multiplie immensément les imaginations

Puisque c’est baigner en permanence dans les bienfaits mentaux de « l’intérêt général » (qui nous surpasse toutes et tous) et avoir une vue globale de tout…Ce qui est immense jouissance mentale, le partage des « qualités » qui dépassent en « valeur » tout ce qui ne reste que matériel…

Mais c’est – aussi – et ceci aucuns médias mercenaires, aucune presse idéologue, aucun film truqué, etc. non rien des publicités qui voudraient nous faire « admirer » les égarés de leurs petits intérêts…oui envier leurs vies…vies pourtant sans vie véritable…ne pourront vous le faire savoir (à quoi servent-ils alors ?) !!!

Que nos vies restent si intenses, toujours en avance, recevant les qualités si rares sachant les savourer à plein, oui ressentant tout en direct, gavés de sensualités et d’authenticités…

……effectivement c’est vivre en extase permanente…et sans effets secondaires…

……….Cela ce sont les vertus toutes de « intérêt général »…qui dit mieux ?

……

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 500 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Publié dans Victoires**

Commenter cet article