Qui est DURABLE ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Qui est DURABLE ?

Quel que soit l’angle abordé le trop riche n’est plus DURABLE du tout. Qu’il ait fasciné trop de regards avec, en parallèle, le poids des pauvres qui serait trop lourd sur les ressources communes - ne tient plus la route. Beaucoup ont compris que les déficits publics ne proviennent principalement que des riches. Ses excès de convoitises l’ont rendu fou incontrôlable : voyez “ses ” médias » avec le leitmotiv du « les pauvres sont des voleurs ». Or, ni en logique ni en arithmétique, ce n’est possible. Si plus vous « volez » plus vous appauvrissez, il ne peut y avoir vol (qui enrichit si vous vous rappelez la nature du phénomène !). Voler c’est finir avec beaucoup plus que vous aviez. Là c’est avec moins. Ce simple constat dénonce la diffamation absolue sur les pauvres. Et ramène le regard sur la claire conscience que c’est le riche qui coûte bien trop cher à la collectivité….

Pris en tenaille entre toutes les alternatives possibles, le système n’a plus un seul argument, plus un seul, pour encore durer….un seul exemple, le 28 septembre 2014, l'émergence d'une société partenariale, basée sur l'économie du partage et capable de causer le déclin du capitalisme a été le thème abordé par Jeremy Rifkin, économiste et auteur de "la Nouvelle Société du coût marginal zéro". Ce qui place en plein jour le capitalisme tel le système stupide de l’hyper gaspillage et de la destruction de la vie…voir de Naomi Klein comment le capitalisme détruit le climat – « This Changes Everything » - Capitalism versus The Climate » - septembre 2014.

Que reste-t-il, alors, au trop riche non durable pour durer encore ?

Le premier devoir du trop riche devient de limiter la démence de sa richesse. Puisque la « masse monétaire » reste une quantité finie. Ce que les années 2008- 2009 ont largement prouvé : oui la Bourse ne crée aucune valeur (qui serait alors toute métaphysique !) mais vit bien en parasite sur « l’argent des autres » (selon la formule d’Alexandre Dumas fils)…en conséquence, si un seul prend 40 % de la masse c’est autant de moins pour la collectivité. D’où une nouvelle Constitution anti usuriers et anti spéculateurs devient urgente !!!

Limiter les spoliations, les effractions, les braquages (et la « mondialisation » dérégulée – donc non « régulière », jamais réglo - n’aura été que cela, cette fraude exponentielle !) sur les pauvres représente ce second devoir qui commence par la reconnaissance de ce fait que la soi- disant économie n’est que le circuit de vol permanent des pauvres par les riches. Une rapide illustration surgit de vérifier que les flux financiers mondiaux vont toujours du Sud vers le Nord. Et qu’à moins d’être aveugle, sourd, voire obtus, ceci se traduit en ce sont les pauvres qui « aident » en permanence les riches…L’assistanat dédié aux trop riches doit CESSER !!!

Les enjeux qui doivent être « “conservés ” n’appartiennent pas du tout à l’économie (qui sera bien vue, un jour, comme une gaminerie sans aucun sérieux !). L’économie n’est qu’un parasitisme ascientifique qui n’a pas à se perpétuer du tout. La richesse de la majorité ne dépend pas du tout de sa poursuite. Tout porte à croire que sa suppression “ enrichirait ”, soudainement, au moins 75 % de l’Humanité. Économiser l’économie, s’en passer totalement, l’abolir, virer ce circuit parasite et furieusement antiscientifique fait partie des actes DURABLES.

Persister dans l’entêtement puéril de maintenir l’escroquerie économique (où n’existe ni loi de l’offre et de la demande, ni main invisible omnisciente, ni utilisation rationnelle des ressources, ni aucune Raison sensée envers la Nature ou la survie de l’espèce humaine !) – n’est plus DURABLE du tout.

Les fraudes puériles ont assez « durées » !!!

Révolution ou pas perd tout sens essentiel. Si révolution veut dire « conserver » on ne peut pas tout « conserver » (et surtout pas les demandes conservatrices que les trop riches conservent, intactes, leurs droits « acquis » (sic) et leurs crispations « archaïques » par-dessus !). En ce qui concerne les pauvres et trop pauvres il ne s’agit plus de droits « acquis » mais de droits humains définitifs. Le minimum de la dignité humaine que les trop riches (devenant alors truands en pires !) ne peuvent plus toucher. Être riche, à travers les siècles, représentait un devoir, il le redevient : non rempli, il doit être repris par

un « liquidateur » qui veillera à ce que tous ces devoirs

…………………………….. soient enfin honorés.

Il reste loisible de consulter :

Donc les trop riches créent des richesses juste en en prenant beaucoup ?

…la déraison centrale se dégonfle devant - "Que paient les trop riches ?" - post du 12 novembre 2011

la CONCLUSION devient…

"une société, institutionnellement, organisée pour voler les pauvres" - post du 23 septembre 2011,

"Tout l'argent gratuit pour les seuls capitalistes" - post du 25 septembre 2011

ce qui AVOUE

"Les crises sont causées par les excès d'inégalités"

"La concentration des revenus porte préjudice à toute l'économie"

""Plus la fiscalité est inégale plus ils la renforcent",

"Croissance appauvrissante" - post du 29 janvier 2012

Si aides aux banques remplacées par aides directes à la pauvreté ?"

Et donc tout législateur RESPECTABLE doit…"Empêcher les riches de nuire aux pauvres", post du 19 octobre 2011

…..

………toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 600 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article