Les inégalités ne viennent pas des prétendus inférieurs

Publié le par imagiter.over-blog.com

Les inégalités ne viennent pas des prétendus inférieurs. Cette affirmation ne surgit que d’un discours à sens unique qui refuse, tout net, que lui soit appliqué le même modèle d’arguments que celui qu’il déverse sur les soi-disant inférieurs. Et – comme à chaque fois que nous soulevons le couvercle des servitudes – nous trouvons l’ordre logique des faits.

Ce serait l’inférieur qui créerait toutes les inégalités. Et étalerait, partout, son inadaptabilité. Donc, déjà, si tout le monde était supérieur cela impliquerait à quoi donc supérieur ? Le prétendu supérieur est tellement assujetti, esclave argumentaire, addictif à l’inférieur pour persister à se clamer supérieur – que nous ne voyons aucun avantage à se prétendre, ainsi, supérieur. Premier acquis !!!

Second acquis. C’est l’erreur la plus dangereuse de l’individualisme méthodologique (qui infeste toujours les universités) que de parvenir à de telles absurdités. Tout est toujours de la faute de l’individu séparé de tout. Or l’aberration argumentaire brille ainsi : si l’individu (1- un) a plus d’impact que toute la société (infini) c’est abattre toutes les découvertes et démonstrations scientifiques existantes. Et rouler au fond du ravin du ridicule. Le tout « contient » toujours plus que la moindre de ses parties. Chaque partie (l’individu) est contenue dans le tout (la société) et non l’inverse. Le nihilisme loufoque, contenu dans ces dogmes, aura fait tant souffrir de citoyens depuis des décennies : c’est prendre les résultats pour les causes, les vessies pour les lanternes, et les bâillements des parasites de spéculateurs pour de la création monétaire !!! Non non qui subit de plein fouet les structures sociales ne peut être considéré comme le moteur de celles-ci !!! C’est plutôt l’inverse…

En bref, c’est la société qui se lave salement les mains de toutes les conséquences catastrophiques de certaines de ses décisions. Ce à quoi s’ajoute sa volonté de ne rien savoir afin de ne pas modifier ses exactions. C’est l’esprit cancre entêté à ne rien admettre qui maintient donc ses effets désastreux. En conclusion, ce sont LES STRUCTURES SOCIALES INADAPTÉES qui créent toutes les inégalités. Et les individus maltraités comme « inférieurs » (ce qui semble prouver l’infériorité de qui les traite ainsi…) doivent obtenir une substantielle réparation à ce déni du réel. Un revenu d’existence inconditionnel suffira !!!

Et nous en revenons au seul point qui inquiète les oligarchies Ancien Régime et leurs si illégaux privilèges : il faut absolument changer toute l’organisation sociale.

Et sans eux, puisque, partout, éclate leur inaptitude à organiser…

…………………………………………………………..…... une société COMPLÈTE !!!

……………………..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

……………………..

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

…………………….

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/ , onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, Le Roman de L’Économie, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim il a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 600 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Publié dans economie et politique

Commenter cet article