L’université des va-nu-pieds ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

L’université des va-nu-pieds ?

Condition d’entrée ? Être illettrée-e ? Oui, il y beaucoup de cela. N’empêche que, en 6 mois, et sans savoir lire, nombres de femmes très pauvres deviennent ingénieures en énergie solaire. Et si elles sont africaines, ce seront les seules ingénieures en énergie solaire de tout le continent africain. Il émerge bien, là, une nouveauté très bénéfique !!! Puisque, en effet, dans l’immense désorganisation anti-civilisée du travail de la planète, que l’Occident se permet de mener sur le reste du monde, oui les hommes africains ne sont plus là. Ils sont…à l’étranger !!!

Ne pas savoir lire ? Afin d’apprendre, tout de même, sans lecture – le faux handicap se contourne par des moyens ingénieux. Normal pour de futures ingénieures ! Soit la décomposition en 98 photographies, par exemple, pour l’installation et l’entretien ensuite d’une lampe. La mémorisation est intense. Mises en relations photographiques directes pièces et outils. Toutes les pannes possibles et comment y remédier, etc. Pas de défaut de transmission…et jusque dans le détail : la vérification du « on a toujours besoin d’un plus petit que soi »… qui ne sait pas lire « sait » bien autre chose…et le fait voir, etc. oui, qu’à une telle université à nous apprendre ?

Tout nous parait donc limité à l’aspect « pratique » mais c’est que tout a été théorisé longuement, en amont – afin que le produit final soit simple, bon marché et sans pollution. Dans cet esprit, le modèle « barefoot » d’apprentissage utilise, de même, tous les matériaux se trouvant à proximité : « le travail sera hautement technique mais une technologie entièrement démystifiée », précise Bunker Roy. Si le modèle d’énergie par panneaux solaires parait devenu « simple » à transmettre à ces femmes n’ayant jamais été à l’école - c’est qu’il a été très bien pensé auparavant. Afin de rendre le savoir le plus « simple » possible. De telle façon que nous ne percevons plus que la « pratique » sur le terrain. Ce qui semble idéal pour des pays dépourvus de toute électricité, sous quelque forme que ce soit. Ce modèle se montre exportable et adaptable dans tous les pays pauvres. Et la transmission, sur place, de leur savoir technique concret ensuite, s’en voit grandement favorisée !!!

Ces femmes issues, de 64 pays à travers le monde, lorsque elles sont acceptées dans cette université située au Rajasthan en Inde – viennent sur place pour apprendre. Pour l’Afrique il y a déjà 300 ingénieures en énergie solaire. Qui, en plus de ce savoir, aident les communautés locales à reprendre confiance dans leur valeur et leurs potentiels inutilisés. La vidéo n° 1, « L’urgence de ralentir », qui fourmille d’informations de nombreux pays, nous présente cette université des va-nu-pieds. Il faut tout de même aller jusqu’à 1 heure 04 de sa durée pour le voir. Il suffit, alors, de se donner la joie d’y vérifier toutes ces données pour en être sûrs…

Ces apprentissages collectifs si bien pensés existent, aussi, dans les pays andins d’Amérique du Sud ( ce qui suit à courte distance la même vidéo - un peu après l’université des va-nu-pieds d’Inde…). C’est le paradigme du « Sumak Kawsay » ou le « bien vivir », le bien-vivre. Mais qui, venant d’un mot quechua, reste bien plus complexe que l’expression bien vivre. Il y a de la vie communautaire, des rapports avec la Nature sous sa forme de « Pachamama » etc. Voir donc le lien ci- joint

http://www.legrandsoir.info/le-concept-andin-de-buen-vivir-et-l-ecosocialisme.html

Ces convergences visibles des pays pauvres à reprendre tout en main permet de comprendre un prodige :

Ce sont bien les initiatives à petites échelles qui vont permettre tous les grands changements. D’abord, parce qu’elles fourmillent, se propagent et contaminent d’autres nouvelles volontés. Ensuite, parce que le total de ces initiatives aura créé le grand changement, d’une façon toute mécanique et sans que l’on s’en soit aperçu lors de leurs déroulements à chacune des initiatives…

Les universités des va-nu-pieds ? Oui et tout ce que nous avons à apprendre d’elles/eux ? Dont le principal invisible ailleurs :

Ce sont les initiatives à petites échelles qui auront créé

……..……………… tous les grands changements qui s’annoncent !!!

……

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Publié dans économie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article