Du pervers polymorphe au pervers narcissique - ou la grande difficulté à aimer ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Du pervers polymorphe au pervers narcissique - ou la grande difficulté à aimer ?

Pervers polymorphe ? Avant 3 à 4 ans, l'enfant se montre bien incapable d'empathie, ce qui signifie qu'il ne peut imaginer que les autres êtres humains puissent avoir, aussi, des sentiments et des émotions. Tout comme lui !!! C'est l'âge reconnu des pulsions de toute-puissance, et des cruautés qui vont avec. Les autres ? Ollalalala, les autres peuvent être de ces obstacles si encombrants. Parfois. Gênants, frustrants, intolérables…vraiment pourquoi ressentir de la sympathie pour eux ? Faut imposer sa volonté.

Afin de se construire entièrement, de prendre ses repères, de se faufiler un peu dans ce monde si encombré – ce stade sans empathie doit bien être nécessaire ? Mais pour un adulte ? Ne pas admettre la moindre frustration ? Ne pas accorder à autrui le droit de dire non ? etc. N’est-ce pas exagérément exagéré ? L’on dira que l'adulte pervers polymorphe n'est pas parvenu à acquérir l'empathie. L’on dira que c’est, la plupart du temps, par manques de liens affectifs constructifs à l’enfance et à l’adolescence. L’on dira que, pour cet adulte, les autres sont, seulement, des objets sur lesquels exercer sa toute-puissance. Qu'elle soit sexuelle, narcissique ou autre... et sans la moindre conscience des conséquences de ses comportements – oui on le dira – mais on n’omettra de dire que c’est la société en général qui incite à tout cela. Détruisant tous les bienfaits d’une éducation critique, d’une scolarité qui construise toutes les facettes de l’individualité, etc. – afin de réduire la personne à un robot consommateur. Ce qui est bien faire entrer, par effraction, cette virtuelle toute- puissance et cet égoïsme fermé dans chaque cœur. Les selfishs des selfies…

http://www.kristeva.fr/depression-perversion-sublimation.html

Si ceci pouvait semble un peu abstrait – voici qui va rapprocher d’un ressenti en situation :

« Je sais, tu as envie d’aimer, et peut-être de m’aimer, mais même au moment où tu crois t’abandonner, tu gardes un œil posé sur toi pour observer l’effet produit. Je ne te le reproche pas ; depuis l’enfance on t’a dressée à plaire, on a raboté, poncé, refaçonné tout ce qui était spontané en toi, afin que tu puisses endosser sans effort tel ou tel rôle social. Tant que tu ne t’en débarrasseras pas, de ce rôle artificiellement greffé, tu ne pourras aimer ( p. 647 – Kenizé Mourad – De la part de la princesse morte, 1987). »

L’amour est très lointain puisque l’on n’aime que l’image de soi en train d’aimer. Ce train d’images nous sépare et nous éloigne tant de nous-mêmes. Tout comme il nous aura coupé de notre enfance sacrée – en nous cognant violemment à chaque fois que nous avions un élan de spontanéité sincère. Que nous vivions la vie authentique – sans recul ni calcul de derrière la tête. Tout en frontal comme l’exquise hyper sensibilité…Au lieu d’être unifié et tendu dans la génitalité cosmique, nous avions éclaté en milles morceaux de nous : la perversité polymorphe. Où la course du soi mais toujours ailleurs que là où nous sommes. Ce n’est pas l’endroit G. Le point ni là, ni ici ; ni ici ou là. Cette insensibilité centrale du corps tressé autour de son désir – nous rend, simultanément, insensible aux autres. C’est cela le réel égoïsme : l’inaptitude d’aimer en vrai. Toujours séparé des autres par l’image même. Et leur en voulant de ne pas « être aimé-e pour soi-même ». Bien – nous allons t’aimer toi pour toi-même. Mais où ? Où es toi ? Dans quelle facette éclatée es-tu ? Toi-même ne l’a jamais su - alors nous…et si, par hasard nous étions, aussi, pervers polymorphes – nous serions alors, avec toi, à toujours tourner autour du pot de la vie. A faire joujou à aimer – afin de se voir si belle en ce miroir, lui, indifférent à …l’image.

Donc encore plus indifférent-e-s à la réalité !!! C’est dire je t’aime sans le vivre réellement – « juste afin de voir l’effet que cela fait ». N’être qu’à la surface de tout, enchainés aux réactivités et jouant, sans cesse, aux puérilités d’appuyer là ou là pour « voir les réactions ». Sans jamais la profondeur qui permet de comprendre les autres !!!

http://www.andlil.com/forum/le-trader-un-pervers-polymorphe-t6830.html

C’est la société en grande partie – pour ses buts toujours aussi inavouables – qui « crée » les pervers polymorphes. Financiers et traders, certains des politiciens, beaucoup des médiatiques mercenaires – et toutes celles et ceux qui veulent les imiter. Si glacialement indifférents aux impacts de leurs comportements !!! Oui oui, l’aliénation torride a commencée lorsque ,nous avons été, totalement, encerclés d’images – seuls qui aiment vraiment les mots sont restés assez étanches à l’invasion spéculaire. Mais pas entièrement –… oui par amour véritable pour les autres !!!.

Du pervers polymorphe au pervers narcissique ?

Si Sigmund Freud explicite que "L'enfant est dit pervers polymorphe car il modifie ses pulsions au cours de sa maturation, du stades oral (de la tété) au stade génital (de la reproduction). » Et que… « dans un premier temps l'enfant prend son plaisir par l'acte de manger. Le sein de la mère est alors perçu par l'enfant comme objet de plaisir »…Et puis, vont se succéder différents stades de maturations...et que, donc, par dénaturations, le « polymorphe » peut représenter plusieurs formes ou attitudes cachées - et ici nous ne parlerons plus du plaisir…

Bien. Ce sont des stades de maturation successifs !!! Mais pour le pervers narcissique qui demeure, à vie, au stade de l’adolescence. Devient un lourd fardeau pour autrui. N’offre jamais rien de bon dans ses relations. Quelle est est la nécessité d’un tel caractère ne supportant quasiment rien – prenant, pour faire image, les autres pour ses parents protecteurs et nourriciers (émotionnellement et affectivement)…mais parents toujours à ses ordres. Et inutile d’attendre la moindre gratitude !!! Aussi, avant de poursuivre pensons à découvrir la/ le pervers narcissique dans les vidéos jointes à l’article. Qui nous les montrent dans leur vie toute quotidienne…Et ouvrons, dès à présent, les liens informatifs ci-dessous :

http://fr.calameo.com/read/003414091f3c1f6e2bc6f

http://fr.wikipedia.org/wiki/Perversion_narcissique

http://www.ac-grenoble.fr/PhiloSophie/file/vignoles_perversite.pdf

Les exigences démesurées du pervers narcissique sont toujours à sens unique. Tout pour moi et rien pour les autres. Ou encore : tous les fardeaux pour les autres et le simulacre d’épanouissement pour moi. Chantages affectifs et manipulations d’autrui représentent, en fait, les deux ensembles que nous devons savoir vite repérer, apprendre à s’en défendre et toujours s’en écarter…puisque, pour le pervers narcissique, la vie des autres n’a aucune valeur. Seule sa propre vie prend toute la place : elle seule importe !!! Or l’éducation actuelle qui se rétrécit à la seule compétition insensible (…et pour le seul intérêt de quelques personnes absentes toujours des conséquences…) va à 100 % dans son sens. Donc contre les humains sains. Oubliant tous les immenses bénéfices de l’émulation coopérative, de l’attention aux autres, du respect du travail en équipe, de la complémentarité des talents, de l’acceptation d’un but commun, du bonheur devant l’épanouissement de tous et toutes, oui de l’empathie – cette oui « anti-éducation" ne développe que l’égoïsme sauvage et la perversion narcissique. En cela elle est inexcusable !!! Entendons les dirigeants : « L’empathie c’est quoi ce truc, cela ne rapporte rien, ceci ne créé aucun gain illégitime à très court terme – juste bon pour la poubelle !!! » Le tableau est donc bien clair : de tels dirigeants ne nous laissent ouverte que la porte de la perversion narcissique !!! Ce pourquoi la civilisation est en grand danger…

Et ce n’est parce que nous avons détecté que toutes les attitudes du pervers narcissique sont, en fait, ceux que la publicité mercenaire incite et prescrit – que cette petite découverte va nous contenter. Non, nous voulons des implications plus concrètes. Accuser une personne isolée sans examiner son contexte global c’est l’empêcher de se reconstruire : pour ceux qui ont appris à aider et savent, pertinemment, que de commencer par découvrir la part de responsabilité personnelle et la part de culpabilité de la société en général est le déclic salvateur. Lavé-e , en quelque sorte, des manquements extérieurs, la personne peut, alors, se concentrer sur la part qui lui revient. Et, forte de ce point d’appui, se changer elle-même …

Les pervers narcissiques ? Les mêmes que les pervers polymorphes adultes… Financiers et traders, certains des politiciens, beaucoup des médiatiques mercenaires – et toutes celles et ceux qui veulent les imiter. Bref, les produits finis de la propagande, de la publicité asociale et de l’anti-éducation…oui un clair échec collectif !!!

Nous n’avons pas à couvrir de tels « phénomènes de société » vraiment si dommageables :

…..…non, que la société se change elle-même. Il serait temps !!!

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

....chantages affectifs et manipulations...

....chantages affectifs et manipulations...

approche alliée au principe de précaution multidirectionnel (pour nous, des tiers et le pervers qui doit, au maximum, être protégé de lui-même)

lorsque le cognitif cogne

utiliser tout ce qu'il y a de bon en nous- mais contre nous - la corruption se cache toujours...

le portrait de Dorian Gray ?

le côté sain de polymorphe...

polymorphe c'est bien très bien...sauf sa perversion...

une approche très irritante et pointilliste : mais il en reste du grain à moudre !!!

Commenter cet article