La permaculture qui nous veut du bien

Publié le par imagiter.over-blog.com

La permaculture qui nous veut du bien

La permaculture, qui veut se faire connaître, est un ensemble de principes et de pratiques mêlant, entre autres, écologie, agriculture biologique, paysagisme, foresterie, éthique et philosophie, afin de cultiver la terre de manière à la laisser durablement fertile et en pleine adéquation avec tout l’écosystème en place.

Usant, principalement, du mimétisme en rapport aux milieux naturels, et notamment forestiers. En diminuant, ainsi, tout risque de détruire et de polluer la vie. Le but étant de produire de la nourriture, principalement des fruits et légumes, dans le respect intégral de la nature, des êtres vivants et de leurs interactions globales. Le tout recherchant, aussi, le plaisir de travailler en intelligence la terre et les végétaux.

Le point de vue y devient enfin vraiment RAISONNABLE. Notre article sur « Notre cerveau est-il comparable à internet ? » du 29 juin 2015, faisait, sur le sujet, une abondante récolte de contre-vérités. Et de contradictions majeures…

http://www.imagiter.fr/2015/06/notre-cerveau-est-il-comparable-a-internet.html

Dont…que oui certain-e-s d’entre nous en viennent à croire que les ordinateurs sont tellement supérieurs à nous. Qu’eux seuls savent bien penser. Au point de leur abandonner tout le circuit des décisions collectives sur nos vies quotidiennes, à leurs uniques données. Donc un anthropomorphisme négatif si dévalorisant de soumissions inappropriées face aux ordinateurs. Si proche de les laisser nous dessiner nos vies complètes.

Et, en même temps, face à la Nature, nous exhibons un orgueil démesuré et tellement inadéquat. Nous nous en décrétons maitres et possesseurs insensibles, n’ayant jamais de comptes à rendre ni de remises en question à effectuer. Par exemple, sur le pillage des sols, les assassinant même par les engrais chimiques, etc. Considérant la Nature comme inintelligente alors que son savoir nous surpassera toujours quoi que nous fassions – en toute méconnaissance, nous nous sommes permis de DÉTRUIRE LES SOLS. Le bien le plus précieux dont la valeur est des millions de fois celle prétendue de toutes les monnaies. Comment vraiment vivre à l’envers, oui sur la tête – il n’y a pas moyen de faire pire !!! Une fois pour toutes, la valeur de l’argent c’est de mesurer les vraies richesses. S’il tue les vraies richesses c’est une perte non un gain. « Croire » en l’argent (et ne pas protéger les richesses naturelles) c’est bien prendre la pédale d’accélérateur pour la voiture complète…

Ce qui est, irresponsablement, caché sont ces vérités : l’agriculture intensive est intensivement stupide. Vivant sur un modèle simpliste qui nous ramène 6 000 ans en arrière juste avant l’agriculture très raffinée du modèle agro-sylvo-pastoral. Avec les paysans les plus intelligents de l’Histoire – traités comme des ignorants par les brutes incultes du capitalisme. C’est donc l’agriculture intensive qui peut, elle, nous conduire au retour à l’âge des cavernes. Absolument pas les écologistes. Pourquoi ? En 6000 ans d’agriculture, nous avons un total de 2 milliards de sols dégradés. Oui mais 1 milliard pour le seul 20 ème siècle (en 100 ans autant qu’en 5900 ans !). Les déserts n’étaient que de 11 % il y a 6000 ans et de 32 % actuellement. Comme pertes énormes des richesses réelles – vraiment difficile de faire plus.

Autre exemple de la folie furieuse des l’industrie agricole : en 1950, nous avions 2 tonnes de vers de terre par hectare. Moins de 100 kg aujourd’hui. Le dégât est intense !!! Que de temps il va falloir afin de réensemencer les primordiaux vers de terre !!! En effet, les vers de terre remontent les éléments organiques vers la surface. Et – en plus – évitent que potasse, phosphore et azote soient lessivés et disparaissent dans les nappes phréatiques. Un exemple de la nécessité des vers de terre, une bonne terre permet par jour que 2 tonnes de terre soient, ainsi, par eux remontées. Perdre cela c’est perdre de vraies richesses non renouvelables !!! C’est d’une stupidité confondante…

Aujourd’hui en terres cultivées il reste 1,825 milliards d’hectares et 4,022 milliards d’hectares de terres cultivables… Mais la destruction des terres c’est 10 000 millions de m² par an. Et 5 000 millions de m² de bétonnage (soit, pour un pays comme la France, tous les 7 ans l’équivalent d’un département est empêché de vivre sous le béton mortifère…). Comment rééquilibre-t-on la perte de ces 15 000 millions de m²/ an ? Toujours l’outrancier simplisme mental, toujours la solution la plus idiote : on déforeste. Et mondialement, la forêt la plus utile que restent les forêts tropicales dont, surtout, l’Amazonie. Or les forêts tropicales ÉVITENT une différence trop forte de températures entre l’équateur et les pôles. Ce qui peut être source de toujours plus d’ouragans en cas de grandes différences. Mais bien moins signalé : la déforestation = les pertes de pluies. En 1992, la pluviométrie sur le front pionnier amazonien était de 2 mètres d’eau par an. Aujourd’hui, de moins de 1 mètre. Les températures accusent, de même, une augmentation nettement plus rapide que sur le reste de la planète. L’argent fou (qui n’a aucune valeur SANS les vraies richesses - toutes gratuites) est en train de nous créer des déserts de sécheresse. Et au grand galop de son entêtement insurpassable !!!

Encore – puisque la catastrophe capitaliste vient d’une inculture inexcusable. Il faut rappeler que la VIE se prolonge de 3 façons : l’eau (70 % de la surface de la Terre), l’atmosphère (70 km) et le sol (50 cm seulement). Le drame est que si l’eau et l’atmosphère ont des attaches atomiques extrêmement solides - les sols non. En clair – impossible pour nous de supprimer l’eau et l’atmosphère. Mais les sols peuvent tous DISPARAITRE très facilement. Puisque la terre (oui celle de la Terre) est organeau-minérale et que sa composition reste la plus complexe de ce qu’a créé la vie. En effet, la Vie attaque et décompose les roches-mères et les transforme en le minéral le plus complexe du monde : l’argile !!! Les microbes et les champignons vont, par ailleurs, attaquer et décomposer les litières et les transformer en la matière organique la plus complexe du monde : l’humus. Les sols fertiles sont fabriqués par la rencontre des deux. La fragilité de la terre c’est que les sols ont des attaches électriques (et non atomiques) très fragiles…Argiles et humus possèdent des charges négatives. Et la décomposition des litières va créer des atomes avec 2 charges positives - le calcium, le fer, l’aluminium et le magnésium - qui vont attacher argile et humus ensembles en le complexe argilo-humine !!! C’est un trésor vraiment fabuleux qui n’a été aperçu nulle part dans l’univers hors de ces 50 cm de sols fertiles. Donc le plus grand trésor terrestre !!!

Puisque, malheureusement (à cause des barbares ignares humains !) les attaches électriques sont FRAGILES. Oui, malheureusement, il est trop facile de détruire les sols. Là encore, la dramatique « perte de terres » est décrétée un « gain »…Et pourquoi les engrais chimiques ne font que tuer la terre ? Parce qu’ils provoquent des réactions à l’opposé du système biologique naturel !!! Exemple de l’azote : soit au lieu que ce soient les champignons qui fabriquent de l’humus (ce grand trésor…humain), les bactéries – qui se développent 20 fois plus vite que les lents champignons qui restent les seuls organismes à savoir décomposer la lignine des arbres – vont MINÉRALISER l’humus et faire disparaître la matière organique sous forme de gaz carbonique…l’humus traité par les champignons ne supporte que très peu d’azote – sinon les bactéries dominent et nous avons l’agriculture intensivement stupide qui crée, à elle seule, 40 % des dégagements de gaz carbonique de la planète. La PERTE cette fois-ci ( lorsque l’argent se croit la « seule » richesse - il détruit tout) ? En 1950 nous avions 4 % de matière organique dans les sols. Aujourd’hui moins de 1,3 % .

Où est le « gain » si l’on tue les sols riches et qu’on leur ôte toute vie ? Depuis 20 ans, nous avons une chute constante de l’activité organique des sols – or les sols hébergent 80 % de la biomasse mondiale…voilà pourquoi et comment les engrais tuent la vie réelle !!! Songeons aussi aux fongicides en pensant au rôle essentiel des champignons dans la formation de l’humus : autre assassinat de la vie par crétinerie. Quant à la peste des pesticides – c’est écrit dedans…

L’engrais n’engraisse donc pas le sol, il ne le fertilise pas du tout – mais il le fait sacrément maigrir et le rend…vraiment stérile. Pas mal comme insistance dans la bêtise crasse !!! Mais mais, la production ? Oui oui…ce qui va tout excuser ? Même là le calvaire de voir les choses en face n’est pas fini. Les « vraies » productions du vieux passé sont soit supérieures. Soit égales – mais sans apport de mort chimique – donc vraiment supérieures. Allons vérifier, en direct, sur les productions actuelles de riz …il est braillé par de visibles ignorants que « les records aujourd’hui sont battus » parlant de 11 tonnes à l’hectare – avec des pointes de 13 tonnes. Or le très ancien modèle balinais produisait 12 tonnes à l’hectare et sans aucun engrais (donc sans destruction des sols)…ces anciens prétendus « arriérés » semblent bien toujours en avance sur nous…ils avaient des siècles avant…déjà battus tous les records !!! Le modèle aztèque, oui ah ces sauvages non civilisés, demeure aussi supérieur oui aux étasuniens transformant à toute vitesse leurs sols…en déserts dust bowl. La malhonnêteté statistique c’est de faire passer la production par paysan pour la production réelle par m². Les aztèques plantaient, dans le même trou, une graine de maïs et une de haricot. Le haricot s’associe avec une bactérie – le rhizobium – qui fixe l’azote. Et entre les rangs est planté de la courge…aucune perte de la fécondité de la terre…que des tangibles…économies !!!

Non - aucun système de production n’a un RENDEMENT supérieur à ces agricultures bien traditionnelles. Et hyper intelligentes : 1) respecter la forêt et ses haies dont les bois fragmentés fertilisent les sols, les acacias eux sont fixateurs d’azote. 2) Ensuite, respecter les sols en les laissant se reposer sous forme de prairies. 3) Prairies broutées par le bétail dont le fumier sain (pas de la nuisance en purin) ressert à fertiliser les sols. Cet équilibre hautement civilisé du modèle agro-sylvo-pastoral est donc saccagé par les novices capitalistes !!!

Et pourquoi ? Actuellement, 1 milliard d’humains sont affamés mais 3 milliards d’autres sont carencés. Et le mensonge statistique qui prend les 200 millions d’affamés de 1800 et les compare au 1 milliard d’aujourd’hui a le grand banditisme moral de dire « il y progrès, après 200 ans d’exploitation scandaleuse des richesses naturelles, il n’y a plus que… 15 % d’affamés »…Faux ! Les 3 milliards de carencés il en est fait quoi ? Fortement oubliés !!! Où est le vrai débat ? L’excuse impardonnable de l’industrie agricole du « il faut cela pour nourrir toute la terre » (mais plus que très très mal, il semble…) en devient une énorme escroquerie : la situation globalement est pire qu’en 1800. Toujours des affamés + trop de terres détruites ou disparues : et il n’y a pas de sols de rechange !!! Quel désastre s’il était trop tard afin de renverser la tendance de la mort des sols !!! Perdre la « source » de l’enrichissement pour l’abstraction argent c’est franchement inexcusable de stupidité !!!

Oui les désordres provoqués par l’industrie agricole sont encore pires que nos imaginations ne peuvent le supporter : rappelons-nous que les engrais chimiques « minéralisent » les sols, donc empêchent les remontées des éléments nutritifs. Coût blasphématoire : nous avons perdu 90 %, en France, des animaux dépendant de sols sains !!! Appeler gains ces pertes gigantesques c’est bien étaler une insensibilité de fou !!! Mais – l’horreur va-telle s’arrêter ? – lorsque l’attache électrique argile-humus est brisée les conséquences sont les…les rivières boueuses. Et les fleuves gavés de boue. Ce qui est une perturbation qu’aucun argent ne peut réparer. Seule la mise en place d’un nouveau système de production alimentaire le peut – il s’agit de l’espérer. Et avec beaucoup de travail, de patience et de savoirs globaux – et pas beaucoup d’argent !!! Faire toujours tout à l’envers à un prix : le manque de sérieux radical de l’industrie agricole est, définitivement, prouvé. Souhaitons que de nouveaux systèmes « synthétiques », tels la permaculture, arriveront à réparer la monstruosité de ces dommages. Dus entièrement à la volonté de NE RIEN SAVOIR de la réalité. Oui NIER à ce point les lois biologiques – seules des têtes de voyous sociaux le peuvent !!!

La matière organique que ne trouve plus les animaux – est remplacée par de l’azote. Dont les surplus partent dans les nappes phréatiques. Le phosphore part vers la mer, etc. Oui après la dégradation biologique des sols c’est la dégradation chimique. La plus proche de la mort des sols !!! Le calcium des sols s’en va. Les attaches électriques liant l’argile à l’humus sont rompues. Et dès qu’il pleut…ces trésors fabuleux glissent dans les rivières souillées…donc une PERTE colossale de sols fertiles que les évaporés de l’ivrognerie par l’argent veulent croire des…profits…la preuve ? Dans les régions non encore dépravées par l’industrie agricole les rivières sont…entièrement transparentes !!! Il n’est donc pas du tout « naturel » que les eaux des fleuves et rivières soient merdées de boue !!!

Et ce sont , peut-être, les ultimes tentatives du désespoir, comme la permaculture, qui doivent rebrousser ce trop gros gâchis !!!

Reposant entièrement sur le REFUS DU SAVOIR ( l’Afrique ne dit-elle pas que tous les malheurs du monde viennent de…l’ignorance !!! L’occident en la preuve flagrante : si instruit mais par une instruction qui lui fait « ignorer » la vraie réalité !!! Rageant que la perte de la fertilité des sols ne soit due « que » au non respect des lois biologiques !!!)

1) *** combien de scientifiques, depuis tant de décennies, alertent sur les atteintes à la VIE (oui celle qui « nous » est nécessaire pour nos vies humaines…) dans l’eau, l’air et les sols ? Combien de ces « précieuses » informations les brutes incultes de l’argent écoutent-elles ? Aucune – ces arriérés irrécupérables braillent si j’ai de l’argent je suis, automatiquement, le plus intelligent. Je n’ai besoin de réfléchir à rien – je sais déjà tout à l’avance car je suis Dieu puisque je suis très riche. Impossible de leur poser la moindre question – telle « donc devenir riche, résout, magiquement, tous les problèmes ? Pouvez-nous nous expliquer comment »…ces dérégulés déréglés ne vivent que dans le monologue et, seulement, le leur – ils sont devenus incapables de répondre !!! Aussi quant à écouter, comprendre et suivre les avis éclairés des scientifiques – le principe de Peter prouve qu’ils en sont …vraiment incapables !!!

2) *** le savoir des agriculteurs du passé représente celui d’une haute civilisation, des connaissances très raffinées superbement perspicaces et…efficaces. A côté, les financiers sont donc des…ploucs…des bouseux, des cœurs-terreux…de véritables arriérés…inaptes à « comprendre » ce que ces dits paysans avaient, eux, si excellemment compris !!!

…..oui, financiers des mains de qui il faut ôter toute l’agriculture actuelle !!!

..

Remercions, ici, profondément Claude Bourguignon dont nous nous sommes largement inspiré ……

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 700 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

La permaculture qui nous veut du bien

Publié dans Victoires**

Commenter cet article

imagiter.over-blog.com 02/07/2015 06:37

bonjour, l'horreur que suscite l('entêtement à ne prendre que les décisions les plus désastreuses vient d'un fait central peu repéré qui est : plus j'ai d'argent plus j'ai raison en tout, je suis omniscient et tout ce que je fais est parfait puisque je suis plus riche. Quelques décennies de cette beuverie à la stupidité indigne - parce que l''industrie agricole est, alors, indigne !! Merci de votre soutien...

Coirault Claude 01/07/2015 23:27

Je voulais dire, "ainsi que MA totale indignation" et pas, "la totale indignation".

Coirault Claude 01/07/2015 23:23

Magnifique article qui traduit EXACTEMENT ce que je pense, ainsi que la totale indignation.