L’homme ne participe pas d’une autre vie que la vie planétaire

Publié le par imagiter.over-blog.com

L’homme ne participe pas d’une autre vie que la vie planétaire

Toute la vie planétaire est unie ! Et nous ne pouvons faire du séparatisme. Tout comme nous ne pouvons nier que la vie de l’homme procède de toutes les formes de vie passée. Dont nous ne sommes qu’une évidente étape. Que sur Terre, la vie est même pour tous. Et forme ce que d’aucuns appellent le « tissu de la vie ». Or, si l’homme appartient au même tissu vivant vibrant sur Terre, ceci ne peut qu’impliquer de nombreux changements de comportements et de mentalités. Par rapport à aujourd’hui. Ce dont se trouvent de plus en plus éloignés les prétendues élites actuelles. Qui devront donc quitter les scènes publiques pour le motif qu’elles n’ont jamais su de quoi elles parlaient. En fait.

http://www.docsciences.fr/Le-tissu-vivant-de-la-planete

La vie est unifiée et nous ne pouvons nous en scinder. Beaucoup de gloires médiatiques paraissent, soudain, obsolètes qui prêchent – contre tout sens des réalités - l’égoïsme (donc fuir la vraie vie vivante pour se réfugier dans un bunker d’illusions) – le chacun pour soi (avec cela la Vie n’aurait même pas commencé) – les inégalités économiques (si la vie les traitait, ainsi, leurs pamphlets seraient vraiment à VDR vivre de rire) etc.…actuellement, il y a donc bien une schizophrénie sociale complète. Des comportements – encore dominants alors qu’ils restent les plus INADAPTÉS qui soit – vont contre la trame durable de nos propres vies. Détruisant si follement le tissu de notre mère la Vie. Le tout en écarts trop flagrants avec des discours qui semblent, pourtant, admettre les vérités essentielles. Telles l’homme ne participe pas d’une autre vie que la vie planétaire. Mais alors en faisant exactement le très inverse dans leurs propres vies. Ce qui ne peut conduire qu’à la disparition de la vie qui nous englobe en tant qu’humains. Et sans séance de repêchage.

Comment faire pour voir clair dans cette confusion, cet énorme méli-mélo de concepts et de phrases. Ces slogans si simplistes qui frisent les raccourcis et les coq- à l'âne ?

Déjà oser que ce n’est « pas négociable de quitter la civilisation du profit » ne doit plus sembler acceptable. D’abord, c’est le contraire d’une civilisation. D’autre part, le concept profit n’est pas « viable ». Oui il ne peut vivre hors de l’air raréfié des seules propagandes. N’ayant rien de scientifique, il refuse, sournoisement, de répondre à la question centrale. « Mais, globalement, combien COÛTE le profit ? N’est-ce pas tellement plus que ce qu’il prétend que « cela lui rapporte » ? Le profit coûte donc trop cher. Ce n’est pas un concept sérieux du tout !»… Et son refus de reconnaître les « externalités négatives » n’est-il pas probant sur la malhonnêteté sociétale de ce concept ? Bref, c’est un mot de monologue intégral qui ne supporte la présence d’aucun débat. Sans en perdre sa vie même. Il est, de plus, socialement, très dangereux. Ne prétend-il pas, trop irrationnellement ; tant de dérives MÉTAPHYSIQUES ? Telles cet argent qui fait des petits en dormant ? Ce qui suppose que l’argent c’est une magie auto-générée, soit qu’il nait en génération spontanée, en pleine immaculée conception. Issue de nulle part sur Terre il ne peut qu’être extraterrestre. Le profit se fit tout seul - il se prétend n’être natif que de lui-même et du génie du…profiteur (mot de clair aveu…). Toutes les plus-values lui sont dues. Les valeurs ajoutées (celles que reconnaît la TVA) l’argent-profit, lui seul les féconde. Quelle insensée magie métaphysique non ?

Au comment se « structure » le profit (à part le conte de fées plus haut…que nous venons de voir !) – aucune réponse ne lui reste possible. Il ne peut parler de la peu reluisante spéculation – soit clairement dire que l’argent ne se fait pas en dormant mais bien en vivant, parasitairement, sur l’argent des autres. Il ne peut, non plus, dire que seul le travail peut créer des richesses donc du profit. Et que, de ce fait, le non partage des plus-values dues au travail collectif – cela ne doit pas sembler très légal. Et devrait sur le champ être rendu légal…donc être mis fin au très illégitime profit solitaire.

Non tout ce manque de SÉRIEUX ne doit plus être admis. « L’anti-civilisation du profit » c’est l’ennemie de la Vie. Un autisme auto-enfermé qui ne supporte pas que la réalité vienne frapper, sans cesse, à sa porte. Civilisation de la protection de la Vie oui ceci peut exister. Durablement. Avec donc toutes les conséquences qui en découlent. Dont l’essentielle : le but de la société doit être redéfini. Et le premier des contrats sociaux être formulé dans la transparence - enfin signé par tous. Auparavant, il ne l’était que par la censure du cens, la censure la plus anti-civilisée qui soit. La censure censitaire. Par 1 % seulement de l’Humanité. Cela n’aura engagé donc qu’eux !!!

Le but central de la civilisation, ce ne peut donc plus être produire sans s’occuper de la Vie ; ce ne peut plus être ne pas porter attention aux ressources non renouvelables, gaspiller le donné gratuit de la planète POUR le seul trop puéril profit. Le but collectif doit se recentrer tout à fait hors ce délire plus que malsain. Et devenir : produire juste pour répondre, rationnellement, aux besoins de tous. Et en prenant en compte, sagement, tous les besoins de la Nature. Avant toute autre préoccupation. Ouf ! ceci semble enfin adulte. Et comme immensément mobilisateur !!!

Afin de ne pas surcharger cet article – nous en produirions un second centré sur les méthodes. Comment pouvons-nous savoir que l’homme ne participe pas d’une autre vie que la vie planétaire ? Que le tissu du vivant l’inclut dans chaque couture de sa trame ? Que, de ce fait, il s’agit d’en prendre conscience à 100 % et de ne plus porter atteinte à la vie « qui nous contient » !!!

Avant de conclure ce post, il s’agit, pour nous, notamment, de comprendre ceci :

Dans la dynamique écologique où s’est entièrement construite la biodiversité, les relations à bénéfices réciproques restent tout aussi décisives que les aptitudes compétitives que l’on tend à trop valoriser aujourd’hui, tellement unilatéralement, dans certaines déclarations politiques. Attitudes qui ne reflètent rien d’autre que de l’idéologie. Quelques exemples de toutes ces coopérations comme vraie « loi de la jungle » : pour capturer leurs proies nombre de grands carnivores – loups, hyènes, lions, lycaons – doivent recourir à des chasses collectives et s’organiser en conséquence ; beaucoup d’espèces, afin de se protéger des attaques de leurs prédateurs, doivent vivre en groupes – marmottes, pigeons picorant en terrain découvert, bœufs musqués ou buffles, etc. Et n’oublions pas, non plus surtout, l’Homo sapiens : que serait-il devenu sans sa solide organisation sociale et le partenariat très original qu’il a développé avec les plantes, microbes et animaux devenus « domestiques » ?

C’est afin de lutter contre ses prédateurs qu’il se regroupa à l’origine…Ainsi, ce qui nous est présenté comme négatif – semble, de fait, extrêmement constructif !!! Sans ce chainon des causalités, par exemple, oui la société humaine n’aurait, peut-être, pas existé. La nécessité de s’unir afin de pouvoir survivre à des fauves qui auraient pu décimer chaque humain solitaire et séparé – aura été extrêmement forte. Et suffisamment longue pour garder soudés les hommes et femmes ensembles. Et déshabituer jusqu’au moindre réflexe d’envisager une Humanité du chacun-e seul-e ou en très petit nombre - tout le monde séparé dans son/leur coin. Qui avait autant de chance d’exister !!!

http://www.humanite.fr/tribunes/une-association-benefices-reciproques-484298

Autre regard neuf qui modifie et les mentalités et les comportements. Celui où nous dépendons étroitement, comme tous les êtres vivants, de la prodigieuse biodiversité à laquelle nous appartenons. Et que nous n’avons absolument pas créée. Même d’un gramme. Pourtant, agissant comme des propriétaires despotiques et écervelés, nous la menaçons de plus en plus. Au point que d’aucuns, parlent avec tant d’arguments à l’appui, de « sixième crise d’extinction en masse » (…est-ce que l’Humanité ne serait pas l’ultime espèce de cette extinction ?). Ainsi, Barnosky et ses co-créateurs viennent de tirer le signal d’alarme en parlant d’une « bascule abrupte et irréversible » de la biosphère tout entière, écosystème après écosystème, du fait de l’ampleur des pressions inconsidérées exercées par l’homme sur la planète – conduisant celle-ci vers un état de la biosphère inconnu d’Homo sapiens depuis son émergence il y a quelque 200 000 ans. La conscience de toutes les destructions que nous avons, déjà, produites nous contraint à nous voir – nous-mêmes - très différemment. C’est bien contre nous que nous devons multiplier les PRÉCAUTIONS. Nous sommes les…agresseurs en tout et partout.

https://developpementdurable.revues.org/9053

…ce lien explicite tous les services rendus par les écosystèmes et que l’homme se permet de ne jamais remercier.

http://minecraft-fr.fr/wp-content/uploads/2013/10/biome-minecraft-1-7-2-1721.jpg

là où est la vie - les biomes

http://www.monanneeaucollege.com/6.svt.chap4.htm

unité indéfectible du vivant

Les branches de compréhensions suivent, aussi, les découvertes scientifiques. Se représenter la diversité des espèces sur des arbres phylogénétiques marque un progrès décisif par rapport à la vision préscientifique de la « collection de timbres » où les espèces apparaissent comme étrangères les unes aux autres et, d’une certaine façon, équivalentes : mésange charbonnière + mésange bleue + mésange nonnette = 3, comme mésange charbonnière + bacille de Koch + Homo sapiens ! L’indifférencié ne produit que de l’indifférence…

Ne pouvoir faire autrement que d’admettre que toutes les espèces (dont l’espèce humaine !) ont entre elles des relations de parenté obtient, entre autres, le mérite de nous rappeler que chimpanzés, bonobos et autres gorilles dont nous sommes en train de précipiter l’extinction sont nos très proches cousins ; que la biodiversité, nous en sommes à 100 % : c’est notre famille ! Et qu’une des premières lois de l’espèce humaine primitive fut bien : on ne touche pas à la famille. Alors pourquoi les prétendues élites actuelles commettent sans arrêt ce crime ?

Au lieu de ressentir l’Évolution telle une menace et de tout massacrer autour de nous - nous transformons notre point de vue. Actuellement, nous percevons plus cette évolution telle que, à l’échelle de milliers et de milliers d’années, de générations en générations, comme elle dessine cette « descendance avec modifications » dont parlait Darwin : les espèces se transforment ; elles descendent les unes des autres ; elles possèdent des liens de parenté que les techniques actuelles de séquençage de l’ADN permettent de mesurer. Sur cette base il devient possible de « classer » les espèces de manière rigoureuse – ce que faisait déjà la systématique phylogénétique de Willi Hennig, biologiste allemand et père de la cladistique, à partir de l’analyse des caractères communs. Et d’en tirer des conclusions indiscutables…nous sommes bien du MÊME TISSU VIVANT que les végétaux, les minéraux et les animaux !!!

http://acces.ens-lyon.fr/biotic/evolut/phylogene/documentation/html/cladist.htm

Les mailles de la Vie se resserrent et nous montre (sans échappatoire possible) un tissu uni qui nous unit à tout ce que nous percevons, ressentons ou connaissons…c’est comme LA GRANDE FAMILLE DU VIVANT !

Et sans que cette formulation puisse être dite comme appartenant à un conte, à une allégorie morale, à une religion nouvelle, à de la science-fiction, à une théorie philosophique, à une irrationalité anti-scientifique, etc. ….

………Mais bien comme appartenant à la réalité la plus terre à terre !!!

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

L’homme ne participe pas d’une autre vie que la vie planétaire

là où est la vie - il y a les biomes

Publié dans Victoires**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article