Ce que les médias dominants ne veulent pas que l’on sache sur eux ? (3/4)

Publié le par imagiter.over-blog.com

Ce que les médias dominants ne veulent pas que l’on sache sur eux ? (3/4)

Nous sommes en train, actuellement, de quitter la vieille peau du capitalisme. Nous aurons commencé par les médias…notre « détachement » (à tous les sens du terme…) est déjà de 100 % pour certains d’entre nous. Nous y étions entrés (puisqu’il est si difficile de douter de tout et plus encore de ressentir que certaines personnages se comportent pire que des déchets…) par le besoin d’information, de communication et de partage. Ceci va enfin se réaliser maintenant…

Mais « sans » les plus sinistres personnages « médiatiques » qui auront tout corrompu autour d’elles/ eux. Regardons bien et en soutenant le regard : ce qui aura été essentiel, primordial, central, ce qui appartient tant à la vitale réflexion aura été banni de leurs médias. N’y aura eu droit de place que le superficiel, le farfelu, le frivole, l'étourdi – afin, justement, d’EMPÊCHER de parler de quoi que ce soit de sérieux qui aboutisse à d’immenses transformations. C’est donc bien d’une armée d’occupation dont il s’est agi. Avec donc des occupants qui ne peuvent qu’être très ennemis…Et le très dommage pour eux – les visages des collabos sont vraiment connus…ils auront même tout fait pour…tristes futurs en perspective…

Ecoeurés jusqu’à rabord que les médias soient juste un permanent « montage ». Soit non la réalité, jamais, mais sa manipulation perverse !!! L’image n’est, par elle-même, absolument pas objective – mais voir ce genre de télé c’est ne plus jamais voir la réalité complète, juste un mince couloir trop fléché. Nous ne sommes plus que des boites d’enregistrement – vraiment aucune marque de respect même extérieur n’en sourd de leurs « programmes » cobayants – juste un ininterrompu montage dirigé CONTRE l’écrasante majorité de l’Humanité – suffisamment de raisons oui pour que nous nous soyions très éloignés :

1) de leur langage formaté – tellement simpliste qu’il n’inclut quasiment plus rien.

2) de leurs images – tellement truquées qu’elles repoussent plutôt que d’attirer.

3) de leurs comportements – tellement insincères qu’ils auront aboutit à notre totale indifférence à leur égard par excès de matraquages trop grossiers…Leur tourner toujours le dos en devient même un réflexe de protection de la vie.

Bref – il n’en reste plus RIEN de leur mascarades.. que des bleus au cœur et une infranchissable dégoût pour ces personnages qui auront juste fait perdre TANT DE TEMPS…Notre monde nouveau fonctionne déjà – concrètement – SANS tous ces médias mercenaires. Déjà les désabonnements se multiplient drus (voir les vidéos en bas d’article).

Pour l’information désormais zéro confiance. Terminé = d’autant plus que le mensonge était trop cynique – « le capitalisme ne peut survivre sans confiance »…Perdues toutes mais seulement les biens, pas les corps. Faut dire qu’ils auront vraiment insisté, jusqu’à plus soif, pour que nous « perdions » entièrement confiance dans le système… grâce à leurs biens trop grossiers médias mêmes… C’est fait : plus jamais confiance en eux !!! Au point que tel média (ou tel autre, etc.) le dit ou le met en scène = la réaction dominante est devenue…ce doit DONC être tout l’inverse. Réaction instantanée. Pour la pensée – nous avions dû toujours penser hors d’eux. Nous n’aurons donc jamais l’étourderie de les faire participer au futur commun…ils s’en sont tellement auto-exclus !!!

N’en restera que quoi alors? Que quelques scènes utilisées de façon pédagogique :

- ce qu’il ne faut surtout pas faire. Flagrante anti-démocratie ou antisocialité !!!

- exemples pratiques des procédés volontaires de mensonges sociétaux

- et surtout pour eux, « condamnés à vivre » dans un mépris quasi général – savoir ce que l’on ressent lorsque l’on est à 100 %... sortis du cœur des autres…ils auront tellement rabaissé, méprisé et ridiculisé la générosité, la gentillesse, la sympathie, la spontanéité, le naturel, l’authenticité et l’amour. Qu’ils vont demeurer dans le comment cela est de vivre… « sans »…

1) - Ce qu’il ne faut surtout pas faire.

Monopoliser l’attention d’une immense foule (pendant ce temps elle ne peut rien faire d’utile) en prenant tout à la moquerie, à la pitrerie, à la dérision, à la raillerie, à la superficialité. Pour cela parler toujours tels des adolescents uniquement ricanants : que tout ceci sonne forcé. Se comporter sans respect apparent envers tous les gens – apparent ? Oui puisque, simultanément, quelles courbures d’asservissements devant l’argent ? Cela en a toujours dépassé l’indécence même. Quelques diverses postures d’aplatissements ne peuvent échapper à un regard « prévenu » - surtout lorsqu’elles maillent ces espaces ou ces écrits totalement vides.

Ceci est donc CALCULE, prémédité, anticipé – oui une entente préalable – donc une forme de complot qui n’utilise pas du tout le mot « complot » (vérification instantanée)…puisque ce sont des chuchotements hors micros, hors écrits et hors écrans (sauf pour qui sait déceler les traces des docteurs spins !!!)…oui ce sont des regroupements oligopolistiques, de trusts illégaux, oligarchiques ou ploutocratiques. Tous privilèges plus illégaux les uns que les autres… ce qui ne peut se lier et construire sans l’effectivité de…coalitions, intrigues, factions, cabales, conspirations, conjurations, oui tramer ou manigancer toujours pour nous berner et nous mener en bateau…toutes manières d’éviter le mot « complot » [alors que ce serait le complot lui-même qui serait très répréhensible et surtout pas le fait de le faire venir à la compréhension objective ] – mais nul ne dira plus jamais complot…bon, tout est fait exprès pour, alors, oui tout est fait pour être tout comme…comme à l’autre fin d’Ancien Régime accusé réception. Il y avait toujours été trouvé les moyens de contourner des interdits-lettres-de-cachet…nous pouvons faire autant…sinon mieux qu’en cette fin de régime, non ?

2) - Exemples pratiques des procédés volontaires de mensonges sociétaux

http://reseauinternational.net/non-sequitur-ou-lart-de-bien-mentir/

En extraits extraits d’un article… « Les langues présentent parfois des tournures qui permettent de mentir, au détriment de toute logique. L’une d’elles est le « non sequitur », qui se traduit du latin par « la suite ne correspond pas ». Cela permet à ceux qui l’emploient d’introduire un argument fallacieux car il y a parfaite déconnexion entre les prémisses et la conclusion, c’est à dire entre la première partie de la phrase énoncée et la deuxième.

Pour illustrer cette technique, puisque c’en est une qui permet à des menteurs et manipulateurs d’exposer leurs vérités mensongères et d’abuser leurs auditeurs qui manquent d’attention, et ils sont légion, il n’est pas de meilleur exemple à citer que xxxxxx. Ce Monsieur, défenseur forcené du globalisme le plus radical, a la réputation d’être un fameux bretteur, craint dans les débats. Pourtant, beaucoup de ses formules de rhétorique sont élémentaires et totalement fausses. Au nombre desquelles le « non sequitur » qu’il manie à tout propos pour propulser ses idées orientées.

Illustrons ce qui précède par des exemples tirés de ses interventions. Vous n’aurez aucun mal à en découvrir une ribambelle d’autres, tant l’individu est coutumier du fait.

– « L’Euro créera plus de croissance en Europe, parce que ce sera une monnaie unique ». Les gogos qui croiront l’explication n’auront pas noté la déconnexion entre la première partie de la phrase et la seconde. La technique : une affirmation péremptoire martelée avec force, suivie par une preuve fallacieuse.

– « L’Économie mondiale est devenue incompréhensible, et donc nous avons besoin d’un gouvernement mondial ». Même technique d’une affirmation péremptoire, suivie comme un cheveu sur la soupe par une conclusion qui n’a rien à voir.

– « Nous n’y comprenons rien, mais il faut nous donner plus de pouvoir » est une autre perle qui utilise encore la même technique. Une affirmation choc (nous n’y comprenons rien) suivie d’une conclusion sans fondement (il faut nous donner plus de pouvoir), évidemment pas perdue pour tout le monde. »

Ces trucages grossiers passaient la rampe – mais avouaient aussi que leur rôle est de contribuer à la propagation d’idées trop orientées. C’est leur fond de commerce, leur raison d’être (payés pour nous tromper, en plus…). Quel INTÉRÊT aurions de demeurer dans ces lieux où tout est calculé pour nous escroquer ? Et où nous devrions garder une vigilance permanente afin de déjouer les pièges ? Tellement plus salutaire de les abandonner à leurs sordides turpitudes. Ce pourquoi le système s’effondre par ses médias OUTRANCIERS mêmes.

L’article cité se terminait même … »Aussi longtemps que le « soft power » sera utilisé pour tromper les masses crédules, le « non sequitur » aura de beaux jours devant lui. Le dénoncer, c’est réduire à zéro sa capacité de nuisance. »

http://reseauinternational.net/non-sequitur-ou-lart-de-bien-mentir/

3) - Autres manières de voir les médias ? Juste des capacités de nuisances ? Et des comités de salut public afin d’assainir la vie sociale ?

De quels blanchiments parlions- nous ? Médias comme lessive des responsabilités, imputations, culpabilités, causalités économiques, liens directs sur l’état de la société…des multinationales et des trop riches ? Tout y est de la faute de l’individu seul. Selon une échelle d’intensité perverse : plus il est pauvre et sans défense, plus il s’y verra accusé. Et, à la fin, le trop riche se voit blanchi de tout – à l’avance…

Les médias dominants ne sont devenus que des doigts accusateurs dirigés vers les individus qu’ils ont séparé des autres… tout y est, alors, de la faute l’individu seul. – il n’est entouré par nulle société, nulle sollicitation, nulle manipulation et nulle pression… Tout comme les cruelles perversions de l’individualisme méthodologique le produisent : la société n’existe pas seul les individus qui la composent. La société n’est que comme métaphore – mais une méatphore ne nuit pas !!! Ce qui fait que l’individu, séparé de tout, est d’abord exploité économiquement pour son travail. Et, ensuite, devrait payer des kits vides de tout contenu utile afin de… s’améliorer »…ce circuit cynique résume tout le contenu des médias. Sans respect jamais pour l’individu citoyen celui-ci (…seulement - s’il a « besoin » des médias) se verra harcelé de partout afin d’acheter des « marchandises » pour vivre dans le bon rythme, la bonne avenue, la mode adéquate. Tout cela illusoire, évidemment…tout comme l’instrumentalisation des médias : tel cet audimat tyrannique qui fait éteindre tout ce qui est de qualité. D’un côté. Et pousse le spectateur à se conformer de l’autre. Les médias juste une immense ARNAQUE préméditée ?

Et puis, si la télé, les journaux, tout ce qui fait médias dominants n’existe qu’afin d’être formatés…donc pour les uniques annonceurs et surtout pas pour LE PUBLIC – c’est encore pire, puisque – toutes analyses parachevées – la publicité est, en fin des comptes, une réelle délinquance !!! Le respect pour les lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs n’existe absolument pas. Bien au contraire !!!

…..Voici qui – dénudé – est devenu très DISSUASIF. Quittons tous les médias. Tous.

….

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

voici qui nous sort de l'agression permanente....

voici qui nous sort de l'agression permanente....

Les media traditionnels sont-ils toujours les acteurs de référence dans la... formation des opinions ?

discours récurrent : ils avaient déjà dit cela à la précédente , et à l'autre. Diviser pour rester sordide ?

c'est nous qui payons tout, au final - donc notre droit d'exiger plus de spectacle en politique !!!

C.Q.F.D.

comme les politiques n’ont plus rien à NOUS dire à part que rien ne change – ils occupent illégitimement l’espace public afin que qui aurait beaucoup à dire trouve tout…occupé. Mais ce sont là des comportements de vrais ennemis ?

Baisse enfin à la Bourse des médias…preuve que lon se déconnecte des médias… les désabonnements se multiplient drus…jusqu’à…

le savoir = ils ne pourront plus nuire puisque tel sont devenus les médias dominants. Une nuisance collective.t

Publié dans Victoires**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article