Decolonize ? Décoloniser le cœur et le cerveau.

Publié le par imagiter.over-blog.com

Decolonize ? Décoloniser le cœur et le cerveau.

Pourquoi faire intervenir un si « vieux » concept dans nos vies de 2015 ?

Parce que ce concept n’a jamais été visité sérieusement. De manière adulte et très ferme. Il n’y a eu aucune cure de désintoxication. Bien au contraire, se sont enkystées des crises de manques et des conduites compulsives chroniques…puisque…« (…) il y a des caractéristiques communes. La décolonisation, c’est le processus de séparation de votre identité définie par (et de votre loyauté envers) cette culture — le capitalisme financier, et, plus généralement, la civilisation (!) du profit — et de remémoration de votre identité définie par (et de votre loyauté envers) le monde réel physique, ce qui inclut, bien sûr, la terre sur laquelle vous vivez. «

Cela signifie de réexaminer, curativement, les prémices et les histoires que la culture dominante nous a inculquées.

« Cela signifie voir les dommages infligés par la culture dominante aux autres cultures, et à la planète. Si vous faites partie d’une société coloniale, cela signifie reconnaître que vous vivez sur des terres…volées, et cela signifie œuvrer à rendre cette terre aux humains dont le sang se mêle à elle depuis toujours. Si vous êtes un indigène, cela signifie ne jamais oublier que votre terre vous a été…volée, et cela signifie œuvrer à vous réapproprier et à réintégrer votre terre. Cela signifie reconnaître que les luxes de la culture dominante ne sont pas…gratuits, mais qu’ils sont payés par d’autres humains, par des non-humains, par le monde entier. Cela signifie reconnaître que nous ne vivons pas dans une démocratie…fonctionnelle, mais dans une ploutocratie corporatiste archaïque, vieillote, et plus que…passéiste. La décolonisation implique d’en internaliser les implications. »

Cela implique également de reconnaître que ni le progrès technologique ni l’augmentation du PIB ne sont bons pour la planète.

« Cela implique de reconnaître que la culture dominante n’est pas bonne du tout pour la planète. Qu’il vaut mieux s’en passer. La décolonisation implique l’internalisation des implications du fait que la culture dominante soit en train de…tuer la planète. Non assistance à planète en danger cela peut même faire passer le reste de sa vie…en prison, oui ou non ?

Cela implique de décider, qu’ensembleS, nous allons empêcher cette culture de faire plus de mal encore. La décolonisation implique de décider que nous n’allons pas échouer. Cela implique de se rappeler que le monde réel est plus important que ce système social : sans monde réel vous n’avez pas de système social, quel qu’il soit.

Toutes ces choses ne sont que les modestes débuts de la décolonisation. C’est un travail…interne, qui semble ne rien accomplir dans le monde réel, mais rend, pourtant, tellement plus probables et plus réalisables, toutes les étapes suivantes, et par bien des aspects en fait de simples détails techniques.

Une autre façon de dire cela, c’est que, comme le dit l’environnementaliste et médecin généraliste John Osborn: la première étape vers la guérison est un diagnostic approprié. La décolonisation définitive du cœur et de l’esprit implique, obligatoirement, d’effectuer ce diagnostic approprié. Contre soi. Et non plus contre les autres… »

http://partage-le.com/2015/06/civilisation-decolonisation-derrick-jensen/

Pourquoi encore tant d’insistance ?

« Cette culture repose à 100 % sur l’esclavage, et requiert le tout-esclavage. Elle tente d’asservir la terre, d’asservir les non-humains, et d’asservir les humains. Elle tente de nous faire croire à tous que toutes les relations sont fondées sur …l’esclavage [ quel autre mot ?], fondées sur la…domination, afin que les humains dominent la terre et tous ceux qui y vivent, que les hommes dominent les femmes, que les blancs dominent les non-blancs, et que le prétendu civilisé [ sauf dans ses comportements flagrants] domine tout le monde. Et, prédominant sur tout le monde, la civilisation, le système lui-même. On nous apprend à croire que le système — la civilisation — est, indiscutablement, plus important que la vie sur Terre. »

http://gaiapresse.ca/analyses/decoloniser-limaginaire-avons-nous-le-choix-decouter-notre-intuition-102.html

« Si vous ne me croyez pas, demandez-vous ce qu’ont en commun toutes les soi-disant solutions courantes au réchauffement climatique? La réponse, c’est qu’elles essaient toutes de sauver le capitalisme financier, et pas le monde réel. » Quel manque intégral de…SERIEUX. Elles considèrent (tels des maniaques compulsifs) le si barbare capitalisme financier comme un acquis devant être préservé et maintenu à tout prix (y compris le meurtre de la planète, le meurtre de tout ce qui est réel). Aussi, qui soutient un tel système soutient juste une très grave maladie mentale, une monomaniaquerie qui correspond à tous les critères psychiatriques. Soit dangereux pour soi et pour les autres !!! Être complice de ce refus terrorisant de soins urgents c’est risquer chaque jour…plus gros !!! Sur quel ton la santé mentale doit-elle marteler non…la finance N’EST PAS une variable indépendante de la vie et de la planète ?

« Non – par rapport à la planète et la vie – l’argent n’est pas l’évènement primordial ! Et non non et non - le monde réel, le monde physique — rempli de véritables êtres physiques, qui vivent et meurent, ajoutant à la diversité du monde — ne sont jamais secondaires. » Mais premiers, primants et prévalants. La VRAIE richesse ce sont les être humains et leurs…talents. Notamment à ne surtout pas « croire » en l’argent : attitude trop caverneuse et archaïque…d’animisme primaire !!! Allons allons de tels gravement détraqués (les financiers dérégulés-déréglés) doivent soit aller vite en prison. Ou (à leur choix) encore plus vite se faire sérieusement soigner…

Tiens, les résultats concrets de « remettre les choses à l’endroit », comme de nommer justement folie ce qui l’est et sagesse ce qui se montre tel, s’arborent tous. La décolonisation du cœur et du cerveau est quasiment achevée.

Commencer par soi c’est réellement AIDER tout le monde. Lorsque commencer par les autres c’est n’aider personne. Même pas l’obstiné égoïste enferré dans son enfer …mé !!!

Devant tant d’inutiles horreurs…Oui oui oui….la priorité c’est que « Nous devons faire cesser cette addiction, cette maladie, l’empêcher de nous asservir, l’empêcher de tuer la planète. Et alors qu’il y a de nombreuses actions que nous pouvons et devons entreprendre afin de protéger la terre, les humains et non humains que nous aimons, de cette culture, la première chose à faire est très certainement de décoloniser nos cœurs et nos esprits. »

…….Ce processus de décolonisation sera différent pour chaque personne. »

….et ressemblera donc à la biodiversité ( remède à la maladie très…

…………………………………………………. toxique de la pensée « unique »)

….

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

l'Histoire non apprise dans les écoles...

l'Histoire non apprise dans les écoles...

remettre le monde à l'endroit - si on ne mélange pas les sentiments et les affaires, ce sont les affaires qui ont...tort !!!

le devoir d'intranquillité...

de l'usage complètement égaré du mot : infiniment de travail thérapeutique à assurer donc...

Vivian Labrie met ici en lumière le processus de concentration de la richesse des dernières années. Selon elle, il est essentiel de re-visiter les idées reçues sur l'économie, histoire de décoloniser nos cerveaux, ces « territoires occupés », suivant la belle formule de la militante Lorraine Guay. Pour ce faire, la théorie sociale développée dans trois carrefours de savoirs s'avère des plus utiles.

Publié dans Victoires**

Commenter cet article