Lorsque le capitalisme n’a plus de couleurs ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Lorsque le capitalisme n’a plus de couleurs ?

Capitalisme Vert: Le dieu qui a échoué ? De Richard Smith. Avec en plus une critique salutaire de tous les essais** des dernières années, qui pêchent tous en mettant juste, en face d’un capitalisme dérégulé – un capitalisme pur d’origine. Qui, lui, va tout résoudre. Faux. Comme s’ils étaient vraiment, sur le fond, séparables ?

*** dont celui de Naomi Klein « Tout peut changer : le capitalisme contre le climat ». Aucun réformisme n’est plus sérieux !!!

1) - Pas d’autres issues que d’abolir les capitalismes. Puisque reposant uniquement sur la destruction de la Vie et de ses dons (…voir ci-dessous).

2) – Peu sont ceux qui osent affronter…les CONTRAINTES ÉCOLOGIQUES que devra affronter et accepter un post-capitalisme (afin de réparer les dégâts que cette monstruosité mentale aura produit…).

3) – et donc plus nous lanternons , plus ce sera difficile. En tout !!!

Pourquoi le capitalisme vert aura été juste ce « God they trust » – avec ses « indulgences » truquées de développement durable ? Il n’y a de développement durable que HORS du capitalisme. Il faut, d’abord, l’abolir avant de mettre en place une nouvelle forme de soft- développement avec homéostasies, respects des lois de la Nature, limitations d’utilisations des ressources non renouvelables, maxi-recyclages, biens communs, nationalisations de toutes les formes d’argent, etc.….qui puisse se révéler bien …durable. Décréter, à l’avance, et a priori, qu’il…va être durable – oui, par respect pour la théorie inexistante du capitalisme – c’est bien nager dans la métaphysique !!! C’est encore une des lubies du trop lunatique capitaliste, avec l’argent qui fait des petits en dormant. Par immaculée conception, c’est connu. Pré-génétisme de la génération spontanée. Par auto-essence métaphysique. Tous les oripeaux que le capitalisme aura prétendu « récupérer » (ou cela ? dans quelle poubelle ?) et qui, par « copier-coller » incohérents et inargumentables, auront fait la seule…théorie que nous lui connaissions …le vide par l’irrationalité !!!

Au contraire, et avec une clarté de pensée rafraichissante, Smith explique, « […] la raison pour laquelle la croissance écologiquement suicidaire fait partie intégrante de la nature de tout capitalisme concevable. Cela signifie… que le projet d’un capitalisme stable est impossible et n’est qu’une distraction. » En particulier, « sous l’égide du capitalisme, l’intérêt de l’utilisation efficace des ressources ne sert qu’à économiser des ressources afin de produire encore plus de marchandises, pour accélérer la conversion d’encore plus de ressources naturelles en produits ».

Cela ne peut être évité sous l’égide du capitalisme, sans causer un effondrement économique.

http://qqcitations.com/images-citations/quote-les-armements-la-dette-universelle-et-l-obsolescence-programmee-sont-les-trois-piliers-de-la-aldous-huxley-132822.jpg

« Le consumérisme insatiable est une nécessité quotidienne de la reproduction capitaliste… Pas de surconsommation, pas de croissance, pas d’emploi ». Pourquoi pas d’emploi ? Il faut savoir que « plus des deux tiers des ventes de marché, et, par conséquent, la plupart des emplois, dépendent de la vente directe au consommateur, tandis que le reste de l’économie, y compris les infrastructures et le secteur militaire, sert principalement à épauler cette »American way of life »(mode de vie à l’américaine) consumériste ». Même sans cela, comment le capitalisme pourrait-il un jour atteindre un état stable? « Toyota et General Motors cherchent-elles à produire autant de voitures en acier l’an prochain que cette année ? » demande Smith.

De la même manière, dans le chapitre 3, qui porte le même titre que le livre, Smith démolit les espoirs du capitalisme vert à travers cinq thèses sur la nature de tout capitalisme. La cinquième d’entre elles remet directement en question les mythes populaires de « sortilège » et d’addiction à la croissance. Qui sont bien des drogues dures avec sévères accoutumances : et donc à nous de placer ces drogués accros en cures de désintoxications… :

« Le consumérisme et la surconsommation ne sont pas « jetables » et ne peuvent être exorcisés parce qu’ils ne sont pas »culturels » ou « habituels ». Ils font partie du capitalisme et sont indispensables pour la reproduction quotidienne des producteurs corporatistes dans un système de marché compétitif dans lequel capitalistes, travailleurs, consommateurs et gouvernements dépendent tous d’un cycle sans fin de hausse perpétuelle de la consommation pour garantir les profits, les emplois, et les revenus des impôts […] ».

http://www.worldeconomicsassociation.org/downloads/green-capitalism-the-god-that-failed/

https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/203/files/2013/01/LOWY-Ecosocialisme-comme-alternative-Contretemps.pdf

Enfin, dans les deux derniers chapitres, Smith souligne les contraintes écologiques nécessaires à toute économie post-capitaliste et décrit les alternatives écosocialistes au capitalisme. Les changements nécessaires sont stupéfiants. L’économie tout entière doit se contracter et être restructurée, selon une coopération internationale. Le capitalisme est incapable de trouver des emplois pour les travailleurs mis au chômage par la décroissance, même si une expansion importante est nécessaire dans les services sociaux comme le secteur de la santé, l’éducation, la remédiation environnementale, etc.

« [P]uisque nous vivons sous l’égide du capitalisme, pas du socialisme, personne ne promet de nouveaux emplois à tous ces mineurs de charbon, foreurs pétroliers, frackers de gaz, opérateurs de centrales électriques, agriculteurs et fabricants de fertilisants, déforesteurs et constructeurs, empaqueteurs, conducteurs de camions, constructeurs d’avions, pilotes de lignes et équipages, et les innombrables autres occupations et emplois qui seraient mis en péril si l’utilisation de combustibles fossiles était réellement réduite. »

Smith reconnait que la construction d’un mouvement mondial requiert plus que d’être simplement contre la destruction écocidaire; cela requiert une vision pour le futur. Donc une nouvelle civilisation, nouvelle Constitution, vrai Contrat Social et tant d’innovations toujours trop confidentielles, etc. A cette fin, il souligne un certain nombre de caractéristiques attractives et atteignables d’une société écosocialiste. »… Sans omettre toutes les autres alternatives possibles. Dont N.R.V. (Noir Rouge Vert)…

…Comme Smith nous le rappelle, « ce n’est pas exagéré de dire qu’il s’agit là du moment le plus critique de l’histoire de l’humanité ».

Auquel, seules les positions EXISTENTIELLES (des pensées et théories qui impliquent toute la vie et tout le corps) peuvent répondre…

……………………………………….à la dimension des vrais problèmes !!!

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

pourquoi le capitalisme est en train de tuer la planète ?

l’impossible Capitalisme Vert

thèse : le climat devientt la plus forte histoire contre le capitalisme

Pour une architecture écologique sans compromis

Pour une architecture écologique sans compromis

lorsque les fondements du capitalisme furent très non cpaitalistes....

Faire le point sur les mesures climatiques actuelles grâce aux forçages et sur les prévisions des variations futures.

Publié dans qui fuit le réel

Commenter cet article