Paralysie de l’esprit critique en temps de crise ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Paralysie de l’esprit critique en temps de crise ?

« S’exprimer ainsi, c’est admettre que tout n’est plus que communication dans le monde politique. Et, ce qui en découle, qu’aucun discours entendu n’est sincère ou personnel. Et, enfin, que ces élus, formés et conseillés par des spécialistes de la propagande – aujourd’hui on dit communication mais Edward Bernays qui était l’un d’eux, et pas des moindres, disait « propagande », alors il devient plus réaliste de rester fidèle à la terminologie employée par ce fondateur des « techniques modernes de manipulation des foules » – oui ces formatés à la propagande sont capables de mentir tout en paraissant sincères à faire pleurer. » Il faut donc dépenser de colossales fortunes juste pour MENTIR toujours. Mais l’escalade du mensonge ne peut faire que s’aggraver. Et lorsqu’il doit y a une solution collective d’urgence ? Que peut-il arriver si tout est devenu intransmissible ? Voilà donc l’état déliquescent d’une non-civilisation qui n’a plus rien à se partager ?

Les réponses risquent de devenir dramatique !!!

Le second aspect trop méconnu c’est que tout le monde a bien dit, un jour ou l’autre, « ils se foutent de moi »… « ils nous prennent pour des cons », « tout cela c’est truqué » - et tant d’autres phrases pleines de bon sens !!!

Mais ?

« Mais… il suffit que survienne un choc, un attentat et, comme par magie, sous le feu des canons à blabla démultiplié, on oublie ou feint d’oublier qu’on nous ment et la machine se met en branle. Les journaux sortent de leurs boîtes à palabres les mots qui font peur, les mots-déclencheurs et pas les mots qui pensent : attentats, terroristes, et j’en passe, volontairement, car on les connaît.

http://www.mondialisation.ca/paralysie-de-lesprit-critique-en-temps-de-crise/5458851

Les idiots utiles du système, experts, essayistes et intellectuels, sautent dans les écrans et défilent, la mine grave, la main sur le cœur, criant leur inquiétude, leur bouleversement et leur indignation devant une population tout à coup captive des bons sentiments qui l’ensevelissent.

Et pendant ce temps, la presse bombarde, arrose le monde de ses peurs préfabriquées »…et donc ces peurs ne reposent SUR RIEN de bien tangible, sur des faits concrets. Puisque fabriqué. Et non réaliste : tel que ce fait est est va rester « localisé » en tel lieu ; tous les impacts ont déjà eu lieu avant que l’information circule ; et il n’y aura plus de répercussions pratiques ; nos vies sont bien loin de tout cela, il est bien inutile de craindre pour nous, etc… Comme si toutes ces pensées rationnelles, raisonnables et d’adultes semblaient balayées. Ce qu’il y a donc de critique c’est qu’il n’y ait plus d’esprit…

Puisque vont tourner en boucle (dans les têtes hystérisées) ces informations donc infiniment déformées. La base réelle de l’évènement était, peut-être de 100 mètres – les médias mercenaires vont en faire 10 000 km. Et tous les hystérisés vont perdre le sens complet des mesures. Alors – qu’à un moment ou un autre, ils savent bien que c’est menti, truqué, dupé, abusé, mystifié – ils vont se laisser charliser. Et parler, parler et argumenter dans le vide !!!

« Quand on pense que cette propagande n’est rien d’autre au fond, qu’une propagande de guerre [toutes les techniques dites de communications sont nées des recherches des ministères dits de Défense], on peut craindre que le peuple ne soit déjà mûr pour aller se faire tuer, quand on le sommera de le faire, une fleur au bout du fusil.

Le climat est devenu maussade pour les chercheurs de vérité. »

http://www.mondialisation.ca/il-faut-passer-de-lebriete-energetique-a-la-sobriete-energetique/5465384

Pas si sûr … Pas si sûr …Un exemple simple ? La majorité vit sans cesse dans une ébriété énergétique. Des ivrognes qui ne veulent rien savoir des faits réels. Actuellement, nous devons passer à la forte sobriété énergétique. Combien de gueules de bois vont préférer continuer la soulographie. Qui peut dire que l’ébriété énergétique avait le moindre esprit critique ? Et que, face à la nécessité extérieure de la sobriété - par des manques flagrants suite à tant d’absurdes gaspillages - elle en ai encore moins d’esprit critique ? Et que – surtout – elle semble empêcher les autres d’en avoir et de l’utiliser cet esprit critique

Tous les comportements d’ébriétés et d’hébétudes sont donc très fortement favorisés, incités, encouragés, aidés. A qui profitent donc ces gros délits ?

Et pourquoi diagnostiquer ceci ? Afin, principalement, de montrer à quel point nous avons repris les choses en main. Que la propagande ne passe plus. Oui, malgré tout, même pour les plus inattentifs - la propagande perd chaque jour du terrain. Il y a, en conséquence, moins de gueules soûles. La paix intérieure grandit. Les certitudes inaccessibles aux manipulations aussi. Or, la propagande de guerre nécessite une UNANIMITÉ quasi générale. Qu’elle risque de ne plus jamais avoir !!! Nul ne gagne éternellement…

La preuve par un exercice pratique ?

« Le rapport Global Trends 2015, publié par le National Intelligence Council (NIC) en 2000, prévoyait, parmi d’autres scénarios, une diminution de l’influence américaine dans les affaires internationales en raison d’une économie intérieure stagnante et d’une reconfiguration de l’ordre international. Fin 2012, le rapport du NIC Global Trends 2030 confirme l’évolution du système international vers une géopolitique multipolaire, dépourvue d’un hegemon identifiable et surtout disposée à jouer ce rôle, et questionne, pour la première fois, l’avenir du leadership des États-Unis dans le système international, alors qu’il était tenu pour acquis dans les versions précédentes.

Pour dresser un diagnostic sur l’état de la puissance américaine, deux écoles de pensée s’affrontent :

1) - L’une avance que les États-Unis sont en déclin relatif, rattrapés par des puissances émergentes ou réémergentes (Chine). Minés par des problèmes intérieurs insolubles (dette publique, polarisation qui mène à la paralysie de la vie politique, imperial overstretch), les États-Unis sont incapables d’offrir un leadership pourtant vital au monde du XXIe siècle. Cette thèse a été popularisée notamment par le journaliste Fareed Zakaria dans son essai de 2008 sur le « monde postaméricain », journaliste avec lequel Barack Obama, alors en pleine campagne présidentielle, s’était affiché. C’est aussi une thèse très largement soutenue par l’opinion américaine qui perçoit aujourd’hui la Chine comme la plus grande puissance mondiale, devant les États-Unis.

2) - L’autre école de pensée (Joseph Nye, John Ikenberry, Tom Wright) estime, au contraire, que les États-Unis s’adaptent, non sans difficultés, aux nouveaux paramètres des relations internationales. Ils gardent un avantage certain dans ce monde en transition et malgré la montée concomitante de puissances moyennes, préservent leur suprématie dans un nombre remarquable de domaines et un soft power inégalé, et demeureront dans les dix-quinze années à venir, la puissance la plus « complète ».

Dans les deux cas, la volonté et la capacité des États-Unis à répondre aux crises internationales continueront à façonner la manière dont la puissance américaine sera perçue aussi bien par ses alliés en attente d’un leadership politique fort et de réassurances stratégiques (Europe, Japon, alliés d’Asie du Sud-Est, Israël et pays du Golfe), que par ses rivaux à l’affût de tout signe de faiblesse géopolitiquement instrumentalisable au profit de leurs propres intérêts. »

3) - Eh bien – alors que la grande majorité des étasuniens penche pour la réalité le monde est devenu multipolaire et la solitude du prétendu guide étasunien n’existe plus. Il n’a plus de suprématie mais est en un relatif déclin à cause de tous ses problèmes intérieures. Les médias mercenaires vont partout répandre la version inverse.

Version prise au piège de son INCRÉDIBILITÉ. Lorsque des médias mercenaires déversent sur l’Europe, par exemple. Mais sur d’autres continents tout pareil. Que les États-Unis ceci, que Obama cela…mais sans aucun rapport avec aucune réalité tangible !!! Comment prêcher tout ce qui est contre ses plus proches et éclatants intérêts ? Qui peut « croire » de telles aberrations ? Ce qui devait faire trembler le monde se couvre, ainsi, de réel ridicule. La propagande chute, toujours plus, faute de ne plus avoir un TERRAIN pour atterrir dans la tête des gogos !!!

http://www.mondialisation.ca/les-mensonges-de-lempire-comment-lutter-contre-la-propagande-occidentale/5451876

Le bombardement internet use jusqu’à la corde, même sans le vouloir – surtout mieux lorsqu’il ne le veut pas – toute les vieilles ficelles passées…

S’il y a de plus en plus de jeu béant dans les cordages de la propagande

Nul ne peut plus faire autrement que de LES VOIR !!!

………………………………………………..Et voir ….c’est ne plus « croire » !!!

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 " La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir " et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

leur tactique est si "concentrée" qu'un seul pas de côté nous place hors d'atteinte...

leur tactique est si "concentrée" qu'un seul pas de côté nous place hors d'atteinte...

Partant du point de vue de Noam Chomsky, célèbre linguiste, sur les médias, et s'appuyant sur ses réflexions réunies dans ses deux récents ouvrages "Illusions nécessaires" et "la Fabrication du consensus", ce film se penche surtout sur les sociétés démocratiques dont les populations non contraintes par la force sont soumises à des formes plus subtiles d'oppression idéologique. Le but étant qu’il ne soit plus riehn possible de ne rien formuler…

un "décliniste" étasunien...qui empêche le...déclin de l'esprit critique

la réalité et la...fiction...

The United States is considered the most powerful country in the world, but studies show this may change in 2025. Just how powerful is the U.S. and what are its biggest weaknesses?

Commenter cet article