Qui fait bouger le langage ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Qui fait bouger le langage ?

Oui qui le fait vivre, l’originise, le madure et mature et le surgit au très grand jour ? Resplendissant ? S’il y avait des officiels, ils officient vraiment bien mal – leur culte fait infiniment groupusculaire. En plus que de se révéler en carence d’ardeurs et d’enthousiasmes…Les médias dominants éteignent, eux, toute vie : vivre c’est « ne pas » vivre, pour eux. Soit consommer passivement sans se permettre une subjectivité. Payer toujours et se taire encore plus. Ne pas compter sur la moindre inventivité généreuse. Où est donc la langue là-dedans ?

Premier savoir ? Le langage n’appartient absolument pas au sommet, il ne participe ni à sa conservation ni à son épanouissement…au contraire, les prétendus dominants (dominant quoi ? la flaque de leurs effondrements intellectuels ?) font tout afin d’empêcher de …parler ! Aucune liberté d’expression n’est digne de ce nom sans moyens matériels afin de diffuser. Ni sans reconnaissance officielle de sa nécessité vitale pour le futur de la civilisation…que tout le monde puisse atteindre la joie de PARTAGER la parole sociale. Les liens ça fait du bien à la survie planétaire…les mots sont gratuits : cette loi d’airain de la réalité supplante toute autre. Tout comme le code de commerce reconnaît le droit incompressible de changer de banque…commerciale – les droits juridiques des financiers sont limités par les réglementations en vigueur. Quelque part, ils ne sont que des citoyens comme les autres. Sauf à tomber dans la propagande de leur toute puissance supra-terrestre qui courre actuellement (nous saurons bien à qui ça sert..) dans tous les moyens de communication. Notre conception du monde nous interdit ou non d’envisager le monde de demain.

Second savoir ? Qui vivifient la langue en vérité se montrent être, aussi, les plus maltraités socialement. Ce qui veut dire que les langues de bois, les mots pour ne jamais rien dire, les poncifs et leurs ponceuses, les irrationalismes médiatiques, les chochotes et les pleureuses, les peu vécus du narcissisme d’un millimètre carré de surface, les anti-collectifs, les cœurs secs, etc. § etc. - passent avant tout le monde. Alors que la liste nauséeuse prouve, par sa seule énumération, qu’eux/elles tuent la langue…D’eux, il ne faut rien attendre !!! Des lâches et des planqués ? Sans doute.

Troisième savoir ? Qui fait donc la langue ? Il semble que ce soit les cailleras, la rue, les anticonformistes de tous les milieux, les toujours en première ligne, les voyageurs, les non publiés (on pige alors pourquoi), etc. - bref, les seuls défenseurs de la civilisation. Faut le faire dans un monde où tout est à l’envers. Qui fait la langue doit, en plus, lutter pour que les irresponsables financiers ne fassent pas sombrer l’Humanité, que les politiciens destructeurs de la grandeur de la politique ne corrompent pas plus les institutions, que les services publics soient protégés (en attendant les « biens communs, le revenu universel d’existence et le service public du crédit avec l’abolition des banques commerciales », etc.). Ils doivent aussi, contenir, les beaufs, les hyper consommateurs, les déguisés en faux rebelles, les frimeurs qui utilsent internet comme un bien « non collectif pour leur ego si seul », bref tous ceux et celles qui ne créent que des problèmes et n’apportent jamais de solutions, etc. Oui tout cela le fardeau…et tellement plus. En tout cas, le moteur de tant d’énergie et d’endurance c’est D’AIMER les mots et tout le langage. Toutes les langues du monde. Et le langage non verbal. La créativité et les pionniers. Les premières lignes et la vie du large. Le refus des hypocrisies ou compromis qui voudraient vous tirer vers les corruptions et les indignes prix…commerciaux qui ne méritent plus d’exister. Etc. Bref, tous ces étalages de délits que l’on ne trouve qu’en haut de la société…

Quatrième savoir ? Qui connaît, au moins, comment ils construisent la langue ? Nous savons, déjà, comment les 1), 2), 3) leur dérobent toutes les trouvailles des retrouvailles comme les retrouvailles des trouvailles – mais avec une génération de décalage ce qui rend le tout plus que ridicule et, malheureusement, terriblement…morbide. Or c’est l’amour de la vie qui crée – qui s’enterre à ne que clouer de magnifiques papillons ne vit pas vraiment…donc – tout ce travail juste afin de parvenir à il y a véritable création !!! Et comment il y a §- §- §.

http://www.slate.fr/story/105617/wesh-meuf-langue-francaise

«Rébellion verbale»

Selon le journaliste, cette « appropriation sélective » [que d’hypocrisies : on ne peut s’approprier non électivement que ce qui EXISTE déjà avant…] de la langue française s’explique :

«Alimenté par la défiance, l’argot de rue par nature résiste à tout tampon d’approbation, il évolue en réaction. Depuis le début, le verlan avait été conçu comme une rébellion verbale contre le français, la langue de la colonisation. Toutefois, je pense que c’est maintenant juste de dire que la langue de l’ex-colonisateur s’empare enfin du résultat créatif de cette révolte

Ça n’a pas toujours été simple. En 2013, l’Académie française relève jusqu’à 8.475 infractions langagières [aucune infractions réelles - que des effractions au sommet…]. Les limitations pour l’utilisation de mots étrangers dans la publicité ou dans la diffusion des chansons à la radio sont strictes. Depuis, la crispation envers la présence toujours plus important de l’anglais et l’usage de mots étrangers semble s’être un peu infléchie [euphémisme…ah oui commercial]. En mars 2015, lors de la Semaine de la langue française, la ministre de la Culture célébrait le français comme langue qui n’est pas «fixée» […grâce à qui ?], selon l’expression chère à Victor Hugo.

http://www.economist.com/news/europe/21661043-langue-de-moli-re-gets-north-african-infusion-arabesque?fsrc=scn/tw/te/pe/ed/arabesque

L’or se trouve au fond des mots – le langage représente donc la valeur suprême.

Exemple alors de création à chaud de mots ?

Devant la pesanteur de ce qui suit - « civilisation signifie simplement "qui vit dans la cité", par opposition aux modes de vie nomade et semi-nomade » pffffff pschiiiiiiitttt - que va faire le danseur de la joie des mots ?

Tout mettre en situation.

Faire vivre. RENDRE vivant… m’sieur, m’sieur, c’est quelle cité ? Les Minguettes ? Les 400 ? Les Baumettes ? La Courneuve ? La Grand Borne ? Sarcelles ? m’sieur m’sieur le civilisé vit dans toutes les cités à la fois, alors ? Comment il fait, m’sieur, m’sieur ? Y’a pas de baston dans lui, son intérieur ? Y’a qu’une seule cité alors, m’sieur, m’sieur ? La citédelle, etc.

Ayant remis en animation ardente tous les mots –

il peut alors, en toute visibilité, faire jouer tous les plans du langage et de la pensée réunis.

Cette « cité » c’est quoi alors ? Celles des cités des cailleras ? Ou quoi alors ? La cité qui contient toutes ces « cités » ? Et pourquoi cette cité n’est jamais citée ? Est-elle une citation, la citée ? Mais de quoi ? Et pouvons nous la connaître la citation citée ? Lorsque l’on parle il faut rester responsable de ses mots – et accepter d’en répondre.

Le langage se montrant nettement élargi au sens tout entier, et, selon les circonstances – prolonger l’art de conter en ajoutant d’autres concepts à travers les mots ou…retirer l’échelle…

Non - civilisation n’est pas « que » vivre dans la cité – mais c’est, aussi et tout à la fois, un concept politique, policier, philosophique, sociologique et de sciences humaines, historique, militaire, artistique, de savoir-vivre etc…qui ne peut être réductionniste mais bien, au contraire, prodigue et immensément prolifique. Civitas, civique, civis, citoyen, - oui CIVIL-isé, ou, tout aussi, l’état de ce qui est civilisé, c'est-à-dire ensemble des opinions et des mœurs qui résulte de l'action réciproque des arts industriels, des religions, des beaux-arts et des sciences. Encore – civilis, « qui concerne le citoyen, sa vie, ses droits » [opus, virtus, bellum, pax]; opposé à criminalis domaine juridique [jus, actio, res]; opposé à militaris, bellicus [officia, munera, dignitas]. Mais, civil, c’est bien un terme de jurisprudence. Civil se dit par opposition à criminel. Et, tout de même :- Civil se dit par opposition à militaire. La société civile s’ajoute ou s’oppose au…politique…le noyau dur de la civilisation, qui réunit lui seul toutes ses parties, c’est donc bien le surprenant CIVIL-isé !!!

La joie appartient à chaque étage de cette fécondation des mots qui visitent toute la société sans n’oublier personne. Supériorité morale des cailleras ?

Alors, n’est-ce pas vraiment mieux qui fait la langue, s’en montre le très civilisé que d’oser un mortuaire… « civilisation signifie simplement (sic) "qui vit dans la cité", par opposition aux modes de vie nomade et semi-nomade » qui nous claque la porte au nez. Circulez ! Circulez !il n’y a rien à savoir, rien à penser, rien à discuter, rien à dire ni ressentir. Ouste ! dehors ! on dégage ! Ce qui éloigne tant des lois de l’hospitalité traditionnelle des anciennes universités. Désormais, le savoir actif c’est pour les archives ou la morgue. Penser c’est juste penser à…s’amuser toute la vie comme des enfants de 12 ans. L’information c’est juste un jeu plouf plouf…D’ailleurs, il a été prouvé (par une analyses des procédés télévisuels actuels) que si l’on s’adresse, sans cesse, aux personnes comme si elles avaient 12 ans d’âge mental. Rabaissant les explications à ce niveau, supprimant les articulations logiques, ne faisant qu’affirmer sans prouver – eh bien ! il y a certain-e-s de ces personnes qui commencent à voir le monde comme à 12 ans. Et raisonnent de même.

Ces prétendus savoirs glaciaux n’ont de fonction que de « signifier » fins de non recevoir. Plus de réceptions des créativités…Tout en se haussant à se croire « supérieur » (sic) – ils ne servent qu’à éteindre, étouffer, garroter, dissimuler tout ce qui est intelligent, sensible, généreux, percutant, joyeux ou créatif. Etc. Bref, qui résonne à fond de vie…et donc de créativité !!!

Leurs corps, d’ailleurs, se dressent comme preuves de ce que de tels « savoirs » ( ?) ne représentent quasiment aucun effort de…pensée active !!!

Joindre la faconde féconde joconde d’ex-universitaires devenus diversitaires, à des cailleras lucides, à des observateurs de la rue et tous les esprits transversaux et bienheureusement anticonformistes – nous avons là les réels fécondateurs de la langue. Si utiles à la vraie…civilisation.

……….Ils aident tout le monde et tiennent tête à tous les pouvoirs.

……………..Pourquoi ne jamais le reconnaître et connaître ?

…………………………………………..****

Par manque de liens assez pertinents 2 chansons…oui oui les paroles, lyrics y figurent – de quoi mesurer la créativité !!!

https://www.jamendo.com/es/track/336787/je-m-appelle-liberte

https://www.jamendo.com/es/track/337362/pas-serieux

….

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

qui rend la beauté au langage ?

qui rend la beauté au langage ?

Publié dans corps des langages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

voyance gratuite par mail 24/08/2015 16:55

Coucou, votre blog est trop magnifique ! Je viens tous les jours et cela me plait beaucoup!!! Merci et bonne continuation !

imagiter.fr 25/08/2015 05:11

merci et donc revoyons- nous chaque jour sur ces pages....