Arbitraire du signe = arbitraire du sens ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Arbitraire du signe = arbitraire du sens ?

Aimeriez-vous que l’on vous dise un « je vous ai signifié » si péremptoire, qu’il en omet même votre existence ? Un « je vous ai signifié » le…signifié, comme si vous étiez un domestique, un valet dévalé ? Un « je vous ai signifié » qui vous donne, ainsi, des ordres indiscutables sur le sens. Et un sens… « signifié » garde-t-il encore du sens loyal et objectif ? Cet exagéré impératif « signifié » (que « je vous ai signifié impérieusement » !) nous martèle que ce signifié (ennemi du sens ?) serait tellement mais tellement plus important que nous. Devant le signifié courbons l’échine ! Trainons-nous et rampons…le signifié se dresse tel le dictateur qui dicte et nous n’avons pas – alors - le droit à la…parole. Nous sommes comme privés de sens, éloignés du sens. Séparés de lui !!!

..

Quels coups de massues que de telles découvertes qui ne couvrent plus les nudités des pensées cachées et des calculs de derrière la tête….

..

Tandis que si l’on nous dit « vous êtes signifiant », le suc du bien-être nous assouplit la vie, le nectar du sens « exprime » tous les goûts qui resplendissent les uns des autres…« nous sommes signifiants » et nous nous sentons bien, tellement bien de vivre et de respirer le signifiant : cette corne d’abondance qui ne s’épuisera jamais. Ce filon qui persévéra dans la prospérité si signifiante. Le signifié ce n’est que de l’arbitraire qui ne signe pas sa pusillanimité. Le signifiant en devient ces deux immenses bras qui s’ouvrent accueillants, assemblant, expansifs et communicatifs. Tout l’univers et nous de serrer sur le cœur ce qui est si…significatif. Donc signifiant est gorgé de significatif. Au lieu du jeu austère, infécond, poussiéreux du « signifié », sec comme un coup de trique – la luxuriance profuse et généreuse du sens…sensé à déborder tous les égoïsmes si avares

..

Les deux aspects opposés de civilisations s’y profilent : une contre toute l’espèce humaine (avec le « nous ne sommes pas du même monde – l’on vous signifie le signifié. Point final. »). L’autre en sa toute faveur (le signifiant reste et restera sans limite). Et deux chemins si contraires : la sécheresse, l’aridité affective, la dureté, l’insensibilité (donc la fermeture au sens…sensible !), l’immoralité de l’égotisme intégral envers autrui ( le rien à foutre des autres, le je veux juste vivre sur leur argent, je veux les ruiner en m’enrichissant à outrance sans auto-régulations, je ne veux leur devoir aucun respect, moi moi moi et tout pour moi, le reste à se partager par tous les autres)…oui je ne prononce que des paroles de barbare, d’anti-civilisé et je vous les…signifie. Signifié veut dire que les ordres ont été transmis et si vous ne les avez pas reçus, pas entendus – qu’importe tout n’est qu’arbitraire et despotique avec moi. Sans arbitre (arbitraire) et sans discrétion (discrétionnaire)…le signe ferait le sens : puisque cela aurait trop frappé d’oser formuler et intituler l’arbitraire du…sens !!!

..

Et puis l’accueil chaleureux affectif du signifiant…qui regorge et déborde de sens, de 5 sens, de plus de 5 sens, des 11 dimensions comme dans l’univers de la théorie quantique. Signifiant demeure dans sa bien veillance, sa veille bonne, sa vigilance goûtée, sa vive et vivante de convives convivialité. Sa bonté qui le veut et le bénévole, qui veut le bien. La civile civilisation à plein. L’attention aux autres qui s’exulte en petites attentions, profuses délicatesses et autres. Finis les laxismes relâchés envers soi qui n’écoulent que de malodorants égoïsmes. Plutôt que le tout pour moi et rien pour les autres…un ému tout pour toi et un petit peu pour moi…de rappel.La participation de chacun d’entre nous au signifiant se montre complète et sans limites…Sinon, nous n'avons que l'avarice chiche du signifié réducteur...

...

Reprenons – maintenant que nous avons toutes les données en mains – ce qu’aura été le coup de force, le pronunciamiento contre la société, le coup d’état des non-choses – de séparer le sens du signe et d’exporter, ensuite, le sens dans le seul signifié…Non ici présent, tangible, concret, ni palpable…Insaisissable ! Fort heureusement la matérialité des mots est contre tout le pouvoir au seul …signifié…Et l’expose et le montre. As- signer le signe, l’imposer comme le tatouer sur notre peau même et l’y faire pénétrer par la souffrance. Il y a marquage autoritariste du signe et du récepteur dans assigner…Intimer touche à l’intime et touche l’intime le plus profond. Il y a très forte pression dans signifié, faire connaitre de façon pressante une requête, un renoncement, un acte spoliateur, etc. – dans deux positions tellement déséquilibrées du processus d’équité et de justice…une qui veut vaincre, écraser, tout prendre et ne rien laisser, faire plier dans un « aller, au pied ! », etc. – il met en demeure de demeurer sans réactions, il inactive et désactive - il ordonne, il énonce oui il somme. Somme mot du sommet lui-même…

...

Alors que les synonymes de signifiant restent « chargé de sens », ou les si probants signifiance et significatif qui tirent toute l’attention vers le sens, qui ont une pleine reconnaissance du sens – corné dans le coin par la toute signification – le sens réel appartient tellement plus au signifiant…oui à la manifestation matérielle du signe : son image acoustique que forme la suite des sons. Et la forme graphique des lettres qui composent les mots entiers sur la page. Le signifiant incarne la réalité, la personnifie si l’on peut dire…lui offre une matérialité, comme un visage, un paysage ou une référence vérifiable à chaque fois que nous avons besoin de vérifier. De reproduire et de rerevérifier…que le sens habite –aussi – sa toute matérialité. Son son et ses lettres regroupées en mots lisibles.

...

N’allons pas jusqu’à afficher participe présent : signifiant --- participe passé : signifié – si l’on dit que, dans ce cas, signifié et signifiant sont des adjectifs…mais visitons comme les avantages et privilèges illégitimes ( la langue appartient à absolument tout le monde et un peu moins aux linguistes – le langage est une partie de la réalité et ne peut en être séparé !) d’enfermer tout le sens dans le signifié. Oui comme dans un coffre-fort dont il faudrait détenir la clé. Les arguments contre le signifié sont de poids : placer spéculairement (et de fil en aiguille, spéculativement – n’y a-t-il pas une Bourse aux mots sur internet où vous achetez, quotidiennement, les mots qui apparaissent le plus…) oui placer le sens dans le signifié qui reste absent de nos regards, ne sera jamais visible – et donc aura été rangé et casé dans un infini INACCESSIBLE serait une bonne « affaire ». sauf que « affaire » appartient à l’âge infantile et puéril de la pensée – les affaires ce n’est pas adulte, ce sont toujours les autres qui paient nos prétendus bénéfices qui, eux, fuient devant la mise face à face avec leurs…externalités…Ceci ne se peut être considéré comme sérieux de « croire » que le sens se trouverait dans UN INFINI INSONORISE et qui ne peut, en conséquence, qu’être…extraterrestre !!! Eh oui ! la logique loge tout même ce qui ne veut pas être vérifié par elle…

...

Le signifié demeure flou, flou filou, indécis, imprécis, indéfini, vague : nous pouvons donc y déverser, subrepticement, de nombreux sens inadéquats. Ne pas avoir les yeux en face des sons, en quelque sorte !!! Est-ce dans le subtil que le sens se subtilise ? Signifié insaisissable, non définissable ni identifiable…la bonne aubaine pour qui ne recherche pas l’honnêteté…Puisque - à l’opposé – comment commettre l’effraction qui ne laisse pas de traces (comme ce « crime parfait » de faire disparaître la réalité !!!) avec ce qui conserve, éternellement, une réalité tangible, acoustique et écrite – et qui assume une clarté et une évidence de chaque instant…le signifiant qui signifie DIRECTEMENT le sens. Sans intermédiaire et sans filtre. Tout deux possiblement corruptibles ou manipulateurs…

...

Oui le « signifié » reste une action toujours …indirecte…on nous signifie le sens. Et qui est ce «on » ? En est-il légitimé de nous imposer l’injustice fiscale d’asséner le sens selon des…intérêts indiscutables ? Le signifié (qui n’est qu’une théorie…donc réfutable) « correspond » trop bien à la pensée dominante et à son économie inégalitariste arbitraire - pour ne pas nous interroger très sérieusement sur les fondations du péremptoire arbitraire du sens !!! L’aveu serait de taille si le choix du « signifié » « signifie », au final, qu’il peut donc être manipulé. Il ne serait que d’en voir, alors, les doigts impatients de nous objurguer, dictaphoner la parole jetée comme à un inférieur, comme à un intérieur. Avec cette diction méprisante accompagnée du geste d’exclusion et de rejet qui balaie toute possibilité de…débats !!!

..

L’aveu serait de taille oui si le choix du « signifié » « signifie », au final, qu’il peut, de ce fait, être manipulé.

..

…………..Et pas la réalité trop vérifiable du signifiant

..

Auquel cas le signifié serait l’acte. Et le signifiant le moyen, l’outil de l’acte…

...

Ce qui est fort dommage si l’on entend le sens tel immense accueillant déjà des cinq (5) sens physiologiques…ensuite, le sens sensible, sensitif, sensationnel, sensuel et…sensé.…

...

Le sens…sensé…celui des sens de perceptions. Seuls lieux matériels rationnels et raisonnables du sens…

..

Sinon il ne reste qu’à supposer que le sens se concentrerait dans telle aire cérébrale ou dans une quelconque étoile d’une très lointaine galaxie

...

…et non dans ce qui nous permet de ressentir en direct et sans médiateur intermédiaire…soit le langage dans toute sa matérialité de lettres et de sons, de mots et de sémantiques…

...

…………………Allié à tout ce qui nous fait sentir et ressentir

...

Ne dit-on pas le présent pré-sent ? Le pré-Sent ? Le pré-SENT ?

...

………………….L’ici et maintenant où l’ont sent et ressent tout à 100 % !!!

...

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 800 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Arbitraire du signe = arbitraire du sens ?
Arbitraire du signe = arbitraire du sens ?

le sens ne serait aucun objet du monde, rien surtout de matériel – mais serait une réalité… psychologique, le concept, oui l’idée qui, eux, envelopperaient tous les objets du monde sans n’avoir rien d’objets eux-mêmes…conséquences, ici, de ce découpage peu convaincant..

passager clandestin…qui ? Le signifié.

l’enjeu est considérable : le sens soit la direction que peut prendre la vie de tous et la sienne propre – est inclus dans le sens de chaque mot….et ceci directement, sans médiateur.

le crime parfait c’est de faire disparaître entièrement la…réalité. La linguistique du signifié y veille aussi..

Publié dans corps des langages

Commenter cet article