Pourquoi la massive bureaucratie c’est le… privé ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Pourquoi la massive bureaucratie c’est le… privé ?

Ou bien pourquoi le service public c’est tellement moins de BUREAUCRATIE ? Lorsque l’on ne connaît pas une réalité – on la subit encore plus durement. Si nous associons toujours la bureaucratie avec le seul État c’est parce que c’est ce que l’on nous a…appris. « Dans les années 1960, les révolutionnaires ont commencé à expliquer que les bureaucrates et les capitalistes, c’était peu ou prou la même chose : des hommes enveloppés, en costume trois pièces qui contrôlaient tous les aspects de notre vie. Des ennemis de la liberté, en somme. Puis la droite s’est approprié l’argumentaire, en omettant la partie sur le capitalisme. Résultat, l’état omniprésent dont les révolutionnaires des années 1960 se plaignaient a en grande partie disparu. Pourtant tout le monde emploie encore la rhétorique des années 1960 alors qu’elle n’a plus grand chose à voir avec le fonctionnement actuel de la société. » (David Graeber)

C’est parce que bien peu sont contemporains de leur époque, avec une coprésence toute vigilance oui « réalistes » et les deux pieds sur Terre – que nous en bavons autant ? Oui, la RESPONSABILITÉ INDIVIDUELLE, puisque très largement fuie constitue une bonne part de nos souffrances. Et cela on ne peut le rejeter sur personne d’autre que…nous-mêmes !!! A force de se tromper d’époque on trouve « difficile » qui ne parle que du temps présent. Scandaleuse attitude !!! Au lieu de se dire « je ne suis pas assez difficile avec les explications que j’accepte.».

Donc pendant que l’idéologie nous gavait le cerveau, la réalité est que le secteur public n’est plus très bureaucratique et que le privé oui ÉNORMÉMENT. C’est que le néolibéralisme n’est qu’une escroquerie mentale qui ne secrète que des mensonges dans tous les domaines !

1) - L’autorégulation capitaliste n’existe pas. Il faut bien que cette imposture « fonctionne » tout de même. Ce pourquoi il faut toujours plus d’administrateurs au capitalisme et encore encore, donc de la paperasse en masse pour gérer les «intérêts privés » qui doivent…fonctionner hors de leurs théories bidons. Avec tellement plus de « méfiances » que les services publics. Oui à la place de la « main invisible » inexistante nous avons, alors, des millions de bras trop pesants !!!

2) - L’extraction de la rente de l’économie réelle se fait à coups de bureaucraties… privées. Séparées des contrôles et donc des « limitations », des appels à la raison possibles (…le pot aux roses de son anarchisme incohérent autrement est là démasqué – ce n’est « que » pour faire de l’argent « illégal »… C’est que les hauts dirigeants des grandes entreprises ont changé d’alliance de classe. Ils ont rompu leur difficile coalition de fait avec leurs salariés pour faire cause commune avec les investisseurs. Ce qui a pour effet d’enfler à fond la bureaucratie !!!

..

3) - En disant nous voulons des « dérégulations » (donc pas de services publics, pas de règles pour nous…contrôler) les illégales puissances financières nous « régulent » (tout aussi illégalement) nos vies. Soit secrètent tellement plus de règles que l’ancien État. Oui à nous les plus que 90 % des humains. Eux dérégulés (n’ayant à ne suivre aucune règle), nous très réglés ( ensevelis d’arbitraires règles) : Pas de doute, les services publics par gestion citoyenne c’est infiniment…supérieur. Quasiment plus de bureaucratie que du…service !!!

….

4) - Enfin – mais ce ne sont que les explications évidentes, nous en rencontrerons d’autres dans l’article - : la droite s’est « spécialisée » dans la prétendue « lutte contre la bureaucratie » alors que c’est elle qui la répand partout. Son piège électoral c’est de mettre la bureaucratie sur le sur le dos de la gauche. Et de l’État qui, en général, ne répond pas : très facile alors d’accuser dans le…vide. De mentir légalement…Bonne affaire : des hallucinés vont voter pour eux. Pour un but qu’ils vont se précipiter à inverser…Et ils vont, de la sorte, renforcer la bureaucratie…afin d’avoir plus de moyens pour faire semblant de l’attaquer…la bureaucratie !!! Gains nets pas très nets.

……………………………………************

Bureaucratie ? Comment avons-nous fait pour gober que les services publics « empêchaient la concurrence libre et non faussée » ? Que le privé fait tout mieux et avec beaucoup moins de moyens que le public ? Que la concurrence a pour résultat que tout soit moins cher – et que le service public soit donc une escalade continue de chertés ? C’est la confusion initiée par les multinationales qui (illégalement) se sont immiscées, anti-démocratiquement, dans les pouvoirs publics… «… impossible de distinguer le public du privé. Les deux formes de bureaucratie s’entremêlent. Pourquoi est-ce que c’est si dur d’ouvrir un compte en banque ? Les employés vont vous dire que c’est à cause des réglementations imposées par l’État. Mais qui est à l’origine de ses réglementations ? Très souvent les avocats de ces banques, qui font pression sur (c’est à dire corrompent) les politiques pour que leurs réglementations soient transformées en texte de loi. » (David Graeber) .Le privé en mettant son nez là où il n’a aucun droit à donc « bureaucratisé » l’administration qui, avant son irruption déraisonnable, était bien plus…fonctionnelle : voir la RGPP- chaos !!! C’est bien le privé, ses lobbies et ses avocats qui ont RENDU COMPLEXE l’administration publique. Et qui ont le cynisme d’accuser les services publics de ce que – eux – ont fait…Le pire c’est que, agressés sans cesse par les médias vendus, qui ont martelé que le privé…c’est efficace efficace et efficace. Il y a eu le si malencontreux transfert de méthodes de gestion issues du secteur privé a régulièrement été présenté par les réformateurs de l’administration comme la solution à son mal supposé : la bureaucratie. Pas une bonne idée du tout lorsque le privé c’est…la vraie bureaucratie

……………………………………………….***

Comme le disait si bien J.K. Galbraith dans son dernier livre « Les mensonges de l’économie »- c’est le privé qui impose la bureaucratisation maximale. Le seul exemple des assurances privées aux U.S.A où « il n’y pas 3 personnes dans tout le, pays à comprendre cette complexité voulue » est le plus probant. C’est-à-dire une bureaucratie très lourde…La Sécurité Sociale, en France, parait, à côté, infiniment moins paperassière !!! l

Donc bureaucratie totale ?

http://www.bastamag.net/Le-neoliberalisme-nous-a-fait-entrer-dans-l-ere-de-la-bureaucratie-totale

….

« Malgré ce que martèlent les ultralibéraux, ce n’est pas la faute de l’État et de ses fonctionnaires, mais celle des marchés et de leur financiarisation. « Toute réforme pour réduire l’ingérence de l’État aura pour effet ultime d’accroître le nombre de règlementations et le volume total de paperasse », explique ainsi David Graeber, anthropologue états-unien et tête de file du mouvement Occupy Wall Street, dans son nouvel ouvrage Bureaucratie (en anglais “The Utopia of the rules”).

Voici quelques extraits très…parlants !

..

*** - « La création de traités internationaux et d’une classe entière d’administrateurs internationaux qui régulent les choses […contre les peuples], tout en appelant ce processus « dérégulation »

..

*** - J’ai essayé de calculer la part des revenus des familles états-uniennes directement extraite pour alimenter le secteur de la finance, des assurances et de l’immobilier. Impossible d’obtenir ces chiffres !

..

Tout cela est permis par la fusion progressive de la bureaucratie publique et privée, depuis les années 1970 et 1980. Cela s’opère par une collusion bureaucratique entre le gouvernement et la finance privée. Les 1% (les plus riches) dont parle le mouvement Occupy Wall Street, sont des gens qui accaparent les profits tout en finançant également les campagnes électorales, influençant ainsi les responsables politiques. Le contrôle du politique est aujourd’hui essentiel dans cette dynamique d’accaparement des profits. Et la bureaucratie est devenue un moyen au service de ce processus, avec la fusion de la bureaucratie publique et privée, saturée de règles et de règlements, dont l’objectif ultime est d’extraire du profit. C’est ce que j’appelle l’ère de la « bureaucratie totale ».

..

*** Les marchés ne s’autorégulent pas : pour les maintenir en fonctionnement, il faut une armée d’administrateurs. Dans le monde néolibéral actuel, vous avez donc davantage d’administrateurs.

..

*** -Beaucoup d’institutions sociales que l’on associe aujourd’hui à l’État-Providence ont été créées « par le bas ». Je l’ai découvert en discutant avec des Suédois : aucun des services sociaux suédois n’a été créé par le gouvernement. Toutes les cliniques, bibliothèques publiques, assurances sociales, ont été créées par des syndicats, des communautés de travailleurs. Le gouvernement a ensuite voulu les gérer à un niveau centralisé, bureaucratique, expliquant que ce serait plus efficace. Évidemment, une fois que l’État en a pris le contrôle, il peut privatiser ces services. C’est ce qui arrive.

*** - Pourquoi est-ce la droite qui tire tous les avantages de l’indignation populaire contre la bureaucratie, alors que c’est la droite qui est à l’origine d’une grande partie de cette bureaucratie ? Aux États-Unis, la droite a découvert que si vous taxez les gens d’une manière injuste, et qu’ensuite vous leur dites que vous allez baisser les impôts, ils vont voter pour vous. Il y a quelque chose de similaire avec la bureaucratie en général. {Le règne du mensonge généralisée produit toutes les aberrations…en aucun cas, comporter l’idéologie et sa propagande… ]

*** - Comment expliquez-vous que, dans l’imaginaire social, les marchés, le libéralisme, apparaissent comme les seuls antidotes à la bureaucratie ?

C’est le grand piège du 20e siècle : cette idée qu’il n’y a qu’une alternative – les marchés ou l’État – et qu’il faut opposer les deux. Pourtant historiquement, les marchés et les États ont grandi ensemble. Ils sont bien plus similaires qu’ils ne sont différents : les deux ont l’ambition de traiter les choses de la manière la plus rationnelle et efficace possible.

Je me souviens d’une interview d’un général sud-africain au moment où Nelson Mandela est arrivé à la présidence du pays. On lui demandait : « Vous ne trouvez pas un peu étrange de recevoir des ordres de quelqu’un que vous avez combattu pendant 20 ans ? ». Il a répondu : « C’est un honneur en tant que militaire de recevoir des ordres, quelle que soit la personne qui les donne. » En fait, ce n’est pas un. »

………………………………….%%%%%%%%%%

….

Ainsi, en quelques phrases il devient possible d’ÉCLAIRCIR le chaos créé par les prétendus dirigeants. De détecter et de désamorcer toutes les DÉSINFORMATIONS (genre la bureaucratie ce sont les services publics – alors que la bureaucratie c’est ce qui empêche les services publics de fonctionner…normalement). Notre taux de pénétration des compréhensions en devient asymptotique. Ce qui nous fait bien retrouver un sens clair et bien droit à tout.

….Preuve que nous galopons bien plus vite que les élites autoproclamées…

………………………………%%%%%%%%%%

Quelques documents pour aider à approfondir encore ?

http://www.wikiberal.org/wiki/Bureaucratie

La distinction entre public et privée est devenue floue, les deux étant absorbés par le processus de bureaucratisation qui se retrouve lui-même au service d’une logique financière prédatrice.

http://www.christian-faure.net/2015/10/18/de-la-bureaucratie-en-amerique/

http://www.alternatives-economiques.fr/les-courtiers-du-capitalisme--milie_fr_art_1391_73702.html

Où l’on voit que ce sont les lobbies du privé qui construisent les réglementations, ensuite imposées par l’Etat. Très souvent donc les avocats des banques privées font pression sur (c’est à dire corrompent) les politiques pour que leurs réglementations soient transformées en textes de loi. Ensuite les médias mercenaires « font semblant » de crier après cette « lourde » bureaucratie étatique. Alors qu’elle est « la » bureaucratie du privé. Le drame c’est que le peuple n’essaie pas de réfléchir et colportent tous ces poisons…désorganisateurs.

http://www.politis.fr/David-Graeber-l-indigne-qui-s,32579.html

….

%%%%%

..

………………..%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

..

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et"L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 900 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Pourquoi la massive bureaucratie c’est le… privé ?
Pourquoi la massive bureaucratie c’est le… privé ?
l'économie de marché c'est l'invasion de la bureaucratie - le retour aux services publics va être une libération...

l'économie de marché c'est l'invasion de la bureaucratie - le retour aux services publics va être une libération...

Ils nous régulent, nous ensevelissent sous des règles arbitraires, pour que, (hypnotisés), nous nationalisions « leurs » pertes et qu’ils ne partagent pas « nos » bénéfices collectifs. Stop, illégalement privatisés. C’est cela la dérégulation, m’sieur ?

Ils nous régulent, nous ensevelissent sous des règles arbitraires, pour que, (hypnotisés), nous nationalisions « leurs » pertes et qu’ils ne partagent pas « nos » bénéfices collectifs. Stop, illégalement privatisés. C’est cela la dérégulation, m’sieur ?

le capitalisme existe par une bureaucratie envahissante qui dit, sans cesse, "A bas la bureaucratie"…

le capitalisme existe par une bureaucratie envahissante qui dit, sans cesse, "A bas la bureaucratie"…

ce qui avait été dit par des valeureux dès les années 1980 était si vrai...et pas les conneries des leaders d'extrêmes gauches qui nous ont fait perdre tant de précieuses années!

ce qui avait été dit par des valeureux dès les années 1980 était si vrai...et pas les conneries des leaders d'extrêmes gauches qui nous ont fait perdre tant de précieuses années!

La RGPP (la Révision Générale des Politiques Publiques ) est la pire des stupidités de l’administration française : de s’être mise (sans réflexion préalable) à copier servilement le privé. Pendant que des statistiques démontraient, en même temps, que la « productivité » du public était supérieure à celle du privé. La RGPP aura été d’ouvrir la porte à « l’ineptocratie »…

John Kenneth Galbraith a toujours dit que le privé c'est la bureaucratie, relayé par notre site "freethewords.org" : nous avions tellement raison -que d'années perdues non ?

Publié dans qui fuit le réel

Commenter cet article

voyance gratuite par mail 10/02/2016 15:33

C'est avec plaisir que je regarde votre site ; il est formidable. Vraiment très agréable à lire vos jolis partages .Continuez ainsi et encore merci.