Intelligences dans la Nature ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Intelligences dans la Nature ?

Lorsque, depuis les bactéries, les plantes, les moisissures, les animaux, la plus petite forme de vie, partout, nous rencontrons des formes d’intelligences ? Dans le sens que des décisions rationnelles qui déterminent, ensuite, leurs actions sont prises sous nos yeux. Nous devons bien accepter que l’intelligence se détecte en tous lieux dans la nature. Et notre dramatique impasse du nous sommes « séparés » de la Nature, où nous sommes de lunatiques étrangers, du fait de l’existence de « notre » intelligence, puisque nous sommes la seule espèce terrestre à avoir de l’intelligence – se voit très sérieusement remise en cause. Et surtout nos désastreux comportements de destructeurs sourds et aveugles face au tissu de notre vie. Détruire la nature c’est nous détruire nous même. Polluer les sols c’est souiller nous-mêmes nos nourritures. Etc. En tout cas, c’est prouver un manque complet…d’intelligence !!!

Intelligences dans la Nature ? Nous ne sommes, en conséquence, pas les seuls à posséder une intelligence. Tous les règnes l’ont en partage.

Même s’il faut se méfier des extrapolations anthropomorphes telles, par exemple, « l’effet papillon » de la théorie du chaos, qui peut se lire comme un excès saturant de…déterminismes. Le déterminisme qui emplit, alors, nos vies sans un millimètre cube pour nos initiatives personnelles et notre libre arbitre – oui représente un…abus d’extrapolations. Ce qui aura rendue réactionnaire cette théorie supposée très moderniste. Oui, la même lecture désastreuse serait, ainsi, posée sur l’intelligence dans la Nature – toute unifiée vers un but commun. Il n’en reste pas moins vrai que l’abondance d’exemples dans l’ouvrage exemplaire de Jeremy Narby, « Intelligence dans la Nature » (Intelligence in Nature), octobre 2005. – subvertit tous les puérils refus de savoirs.

Ici, trouvons déjà un lien qui démontre que le partage des tâches entre oiseaux se fait par négociations oui verbales. Avec une rationalité d’organisation très évidente.

….

http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/actu/d/oiseaux-couples-oiseaux-discutent-repartir-taches-menageres-60807/

….

« En étudiant un petit oiseau venu du désert australien, le diamant mandarin (Taeniopygia guttata), une équipe a montré que les couples discutent pour se répartir les tâches. Ce phénomène s’apparente à un processus de négociation où chaque oiseau adapte son comportement à ce que signale son partenaire.

Lorsque le mâle arrive en retard au nid, le couple a un échange vocal plus court et plus rapide qu’en temps normal. De plus, le contenu de cet échange accéléré détermine la répartition des tâches qui va suivre : plus le mâle émet de cris lors de cet échange et plus la femelle reviendra rapidement au nid à son tour pour prendre la relève. Si le mâle crie peu, la femelle partira d’autant plus longtemps qu’il aura été en retard."

….

…………………………………….*** ….

Il s’agit d’une première percée dans nos absurdes psychorigidités face à la vie et à la nature…il va y en avoir d’autres. Par exemple, en trouvant des extraits d’une entrevue avec Jeremy Narby…

..

« Nos concepts même nous empêchent d'intégrer les nouvelles données ; ils sont trop carré, alors qu'il faut intégrer des cercles. La culture européenne est partie de l'idée d'une séparation entre l'humain et la nature, d'une séparation explicable justement par notre intelligence, ce trésor si unique qui était censé nous caractériser, alors que tout le reste de la nature était peuplé de sortes de robots !

Chaque mot est une valise chargée, parfois bourrée de linge sale. Le mot intelligence est souvent défini dans les dictionnaires occidentaux comme une spécificité strictement humaine, qui ne peut donc en aucun cas s'appliquer à des êtres non humains. Nos préjugés nous sont donc injectés dès l'apprentissage des mots. Même chose pour le mot Nature, qui est censé définir tout ce qui n'est pas humain dans l'univers. En ce sens, l'expression « intelligence dans la nature » est une impossibilité. »

..

Qui ne peut le demeurer. Préjugé étant juger sans savoir puisque pré-jugé. On condamne avant même tout procès équitable, tout examen honnête et loyal des choses. Piètre marque de non-intelligence que le…préJugé. Aussi – afin de contourner la brutalité obtuse des conformismes… « Il y a désormais un très grand nombre d'approches différentes du concept d'intelligence. Le mot nippon shi seï (capacité de savoir), par exemple, est celui qui met les Japonais à l'aise pour parler aussi bien des moisissures que des humains, quand les uns ou les autres font preuve d'une « capacité de savoir ».

..

Le deuxième sens du mot « légume » dans le dictionnaire est une insulte s'appliquant aux êtres humains plongés dans l'inconscience du coma. C'est comme si notre vocabulaire était encore raciste envers l'ensemble des autres espèces. Nous admettons, à la rigueur, que certaines espèces « supérieures », grands singes, dauphins, rats, chats et mammifères en général, sont doués d'une certaine intelligence - ce qui revient à enfoncer une porte ouverte -, alors que nous nous refusons à étendre cette qualité aux reptiles ou aux insectes, et encore moins aux plantes, qui n'ont pas de cervelle. Ce préjugé s'avère faux."

..

………………………………………..****..

http://www.cles.com/debats-entretiens/article/la-nature-est-intelligente-et-nous

..

« En revanche, les données générées sont solides et relativement incontournables. Par exemple, quand on montre qu'une moisissure unicellulaire peut trouver le chemin le plus court entre l'entrée et la sortie d'un labyrinthe, personne ne peut plus effacer ce savoir ! Imaginez ça : une simple cellule ! On ne sait pas comment elle fait, mais le fait est définitivement établi. L'excitant, dans tout cela, est de constater que l'Occident s'est certes coupé du chamanisme, mais que sa science est désormais assez développée pour commencer à atteindre des résultats similaires à ceux des chamans, par une approche sans doute plus myope, mais conduisant finalement aux mêmes endroits. On peut utiliser la science pour comprendre la nature. Évidemment, on peut aussi combiner les deux : science et chamanisme sont... synergiques. Mais il n'est même plus besoin de se pencher sur le chamanisme, on peut rester pleinement sur le terrain scientifique pour arriver à une compréhension quasi chamanique de la nature. Et ça, c'est une belle chose. C'était en fait mon idée de départ, mais j'ai été surpris de constater à quel point les scientifiques parlaient comme des chamans, réfléchissaient comme des chamans et avaient même des yeux comme des chamans !

Ainsi, en étudiant les signaux moléculaires que les cellules des plantes s'envoient, lorsqu'elles apprennent et communiquent, Anthony Prewabas a montré que ces signaux étaient en grande partie similaires à ceux que nos propres neurones utilisent pendant que nous sommes en train d'avoir cette conversation.

..

N. C. : Des échanges d'ions à travers des membranes ?

J. N. : Ou carrément des protéines ou des bouts d'ARN. Nous pouvons donc toujours penser, avec notre cerveau, que le brin d'herbe à nos pieds n'a rien à voir avec nous, mais, en réalité, pour que notre cerveau puisse avoir cette pensée, il doit utiliser les mêmes messages que les cellules à l'intérieur du brin d'herbe utilisent pour que celui-ci puisse assimiler de l'information du monde extérieur et prendre les bonnes décisions qui lui permettront d'exister. Telle est la vérité moléculaire mise à jour pendant les années 90. »

Depuis ces découvertes si probantes – serions-nous entrés dans un grand sommeil dogmatique ? Ferions-nous tous les efforts afin de toujours plus …régresser ? Le capitalisme encore dominant (mais plus longtemps) comment réagit-il dans son inadmissible inculture ?

Le capitalisme, face à ces nouvelles évidences (…l’intelligence est dans la Nature mais le capitalisme n’a pas l’intelligence de cela…), se montre tel qu’il est : déraisonnable, absurde, niant la réalité la plus tangible. Son droit de continuer disparaît. complètement. Ses comportements rétrogrades ne peuvent plus être tolérés. Aucune théorie sérieuse ne le sous-tend. Il n’y a pas de main invisible, autorégulatrice comme un conte de fées d’une naïveté grotesque. Le capitalisme ne survit que par monopoles et oligopoles indéfendables (trahisons déshonorées donc de cette main invisible même). Il ne supporte pas la vraie concurrence. Voyez dans la culture, ce ne sont que monopoles tous plus illégaux les uns que les autres. Aucun talent réel n’est mis à égalité, les idées ne rencontrent jamais ni sa loyauté ni son honnêteté intellectuelle. Il ne possède aucune des deux. Aussi, que la Nature soit intelligente et que toutes les formes de vie montrent une forme d’intelligence – c’est la fin de tous les alibis miteux du capitalisme,

..

Ce n’est plus, en effet, que des gesticulations désordonnées de brutes barbares. Plus ignorantes que l’ignorance. En même temps que les cris de rage d’un enfant qui ne veut pas grandir. Qui refuse la réalité mais en tapant, stupidement, du pied na voilà na voilà ; qui ne vit que dans des caprices hystériques et qui veut forcer les autres à ne pas s’opposer à ses actes destructeurs. Stop. Terminé tout cela. Plus personne ne prend au SÉRIEUX ce capitalisme sans aucun « histoire » (storytelling) à présenter à la société. C’est un vide mental, une maniaquerie qui ne peut plus cacher sa folie extrême. En quoi est-ce un « but social » collectif que si peu d’humains deviennent trop riches (en prenant donc illégalement aux autres) ? Et de n’avoir « aucun » autre but commun ? Non mais…Puisque de cet abus de biens collectifs, ils n’en font strictement rien que de honteux…enfantillages. Le capitalisme n’a, d’ailleurs, jamais produit aucuns grands hommes : que des compulsifs si mesquins…Ainsi, dépenser tant d’argent qui pourrait être bien utile ailleurs – juste pour se la jouer mascarade sur le…climat (que l’humain seul détériore) au lieu de juste dire : « Stop, on arrête de déconner ». Pourquoi ne pas plutôt redevenir vraiment SÉRIEUX dans la vie réelle (ce qui ne coûte pas un centime d’argent public ?) ? Soit respecter, basiquement, quelques règles de vie et d’hygiène sociale, très simples…

…….Abolir le capitalisme étant la règle d’hygiène la plus élémentaire !!!

…………………………%%%%%%%%%%%%

……………….ANNEXES…..

..

http://www.inrees.com/Video/Narby-Extrait-2/

..

http://www.franceculture.fr/oeuvre-l-intelligence-dans-la-nature-de-jeremy-narby

..

%%%%

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ce que je dis, pas de ce que tu comprends

Le si rare moment de la jubilation ?

La façon d’écrire se nomme infini respect

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 900 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

la nature est géométrique et ce n'est pas nous qui l'avons rendu ainsi...

la nature est géométrique et ce n'est pas nous qui l'avons rendu ainsi...

face à la nature c'est bien nous qui manquons...d'intelligence.

face à la nature c'est bien nous qui manquons...d'intelligence.

peut-on faire mieux ?

peut-on faire mieux ?

pire - oui....

pire - oui....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article