Vrais et faux engagements ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Vrais et faux engagements ?

L’image première ? C’est de percevoir jusqu’où nous pouvons être embarqués, introduits, avancés dans le souci de la collectivité. Soit par un seul doigt, un bras, une tête, le torse ou le corps tout entier. Avec l’idéal d’être maillé, traversé, préoccupé du monde entier. Qui pourrait jusqu’à manger tout notre temps. Ou s’arrêter à la lisière de s’informer, lorsque l’on accepte d’y consacrer un peu de temps, de signer des pétitions, de manifester etc. Et pas plus. Ou bien, à l’opposé, œuvrer ardemment à comprendre tous les mécanismes du système, s’évertuer à les expliquer, prendre du temps pour transmettre. Être engagé de tout son corps dans …l’engagement.

L’image seconde serait celle du corps qui se faufile, s’insinue, se glisse, s’avance, s’investit « dans » une entité nommée « engagement ». Dans une sorte de tunnel qui déboulerait sur l’esplanade où, là, le corps tout entier s’implique. Les autres cas de figures dessinent, plutôt, que nous n’y avons engagé qu’une petite ou plus grande partie de nous-mêmes. Que notre disponibilité et notre ouverture restent limitées. Mais que la plus grande partie demeure ailleurs. Ou, à l’inverse, complètes et très présentes. Tout y est investi et il n’y aura pas de dividende. Ce dessin d’un élan vers l’extérieur, ou l’avant, se concrétise par des…promesses. Tel que nous nous sommes avancés dans cette rue de nous vouer à des actes spontanés ou à des initiatives. L’élan provient de nous. Ou, répondant à des appels d’autres humains, il nous fait nous sortir de nous. S’engager c’est promettre, c’est signer pour son temps et sa présence. C’est donner en gage ce qui engage, le non réfléchi et la spontanéité de ses empressements. Ce sont des nommés engagements : je m’engage à m’engager. Encore et encore.

..

Troisième image : si je ne suis pas déterminé par un intérêt personnel, ligoté par la soif de récompenses, etc. – mon engagement sera plus complet, total et pur, en même temps. Ce qui permet de comprendre à quel point l’engagement et la vocation politiques ne doivent pas être une profession. Du tout. Le but que reste-t-il ? Trouver les lois les meilleures pour tous. Et les mettre en œuvre. Pour cela nul besoin de se professionnaliser. Demeurer à l’écoute et oser des investigations partout afin de comprendre quel sont les besoins réels, et, dans cette masse de besoins réels, détecter les plus urgents et les plus accessoires. Nulle professionnalisation n’est nécessaire. Ce qui augmente toutes les occasions de corruptions : de devoir, surtout, se frotter à toutes les avidités sans limites et sans autocontrôles de certaines parties non régulées de la société. La possibilité de dire non augmente, exponentiellement, du fait que son mandat soit court, sans une visibilité de reconductions et …qu’il n’engage pas la nécessité de conserver son métier.

Quatrième image : le témoignage de la vérité domine tout engagement. Et soi-même ne peut qu’obscurcir cette clarté par les zones d’ombres de ses propres intérêts, de sa personnalité ou de sa présence excessive. Qui ne s’écartent pas assez devant l’objective exposition des faits. Devant le courage de dire vrai Mêmes insuffisances que celles apportées par la politique comme métier. Une très mauvaise solution. La nécessité de se frotter sans cesse au réel afin de témoigner pour ceux qui ne s’en accordent pas le temps. Ou n’en ont pas les moyens intellectuels. Afin de protéger le fait que toute la société soit, aussi, engagée dans son propre changement. Vital. Tous les blocages actuels (et il y en a bien trop) ne proviennent que de la méconnaissance de ces observations. Ou la fuite devant ces obligations lorsqu’elles arrivent à se faire connaître.

Cinquième image : c’est son expérience non son identité qui doit être transmise la plus intacte possible. Ce qui implique que faire carrière salit, d’emblée, l’objet et le but de sa démarche. Le futur pourra mieux émerger tout entier s’il y avait plus d’usage de « l’anonymat responsable » (au sens de responsable pour répondre, par exemple, des écrits, responsable pour les mauvais côtés – mais bien plus effacés dans les diffusions où les textes importent bien plus que leurs écrivants). Plus confidentiel que le commerce des idées et de la politique ne le pratique dans ce frivole déballage quasiment prostitué de tout ce qui demeure si accessoire et secondaire dans les engagements vrais. Le but demeurant de MAINTENIR le regard. De garder les yeux bien ouverts. De ne pas lâcher le but. De persister à continuer. Et non « d’ignorer » dans le sens de regarder exprès ailleurs, de ne pas vouloir savoir, de dédaigner les faits, etc. bref; de se profiler très hypocrites et dissimulés. Les déguisements des faux engagements en actes. S’engager c’est de maintenir le réel complet bien ouvert. Dans l’espace déployé de ses bras, par exemple. De recevoir et de diffuser les dons. Les donnés de la nature et les données de la connaissance collective.

………………………………………………..****

Entrons, maintenant, un peu dans ce que cela implique, philosophiquement, socialement et existentiellement, qu’un engagement ? Prendre au mot ses mots...

On vous engage à vous engager. Mais, vous, qui vous engage à nous engager ? Enrôler dans des rôles et conçus par qui ? Guère engageant de voir la double contrainte que vous voudriez nous insinuer en nous. Si l’on s’engage dans la vie sociale ou politique – il faut bien que cet engagement soit spontané, que la pulsion intérieure vienne toute de notre volonté. Or si c’est vous qui nous engagez à nous engager – plus de liberté intérieure, plus de choix assumable, d’initiative vraie. En clair, nous ne pouvons vous obéir qu’en vous…désobéissant tout net. Cette double injonction n’est pas acceptable. Ni pour vous ni pour nous. C’est donc nous qui vous engageons à vous désengager de nous. Oui à dégager de notre vie. C’est quoi ces manières de puces ou de morpions accrochés, indignement, à l’argent des autres, par exemple (actionnaires, spéculateurs ou même certains banquiers) ?

..

Comment vérifier que l’on est suffisamment engagé, oui avancé, cheminé dans l’engagement ?

Si vous nous engagez - qui vous aura engagé précédemment et qui aura engagé qui vous aura engagé tout avant, lui-même engagé par…etc…. – jusqu’à la source de la corruption morale ? Le versant trop recruteur du mot !!!

..

De l’injection de la jonction par injonction paradoxale ? Ou bien l’impossibilité de choisir parce que les deux alternatives s’annulent l’une l’autre. Suivre l’une c’est rendre irréalisable de pouvoir obéir à l’autre. C’est donc ne pas pouvoir choisir en toute sincérité. En effet, l’injonction paradoxale impose un cas de figure où une proposition qui a l’air de présenter des options, n’est pas en fait un choix - mais une obligation unique très contrainte. Il y a bien tout l’emballage qui permettrait d’opter et de choisir entre plusieurs possibilités, mais, de fait, tous les fils sont noués et ligotés en un seul. Tirons-nous sur n’importe lequel de ces fils, qu’il n’y aura qu’une tension unique. Le faux choix qui, de plus, semble donner le si beau rôle au manipulateur. De ses gestes de grands seigneurs qui nous permet de choisir. Sauf que, sournoisement, nos pieds on été garrottés sous la table et que, à « l’invitation » hypocrite de nous lever, nous ne pouvons obtempérer. Et nous nous montrons donc très grossier voire pire. Selon la situation. La position des truqueurs et falsificateurs se rétrécit de jour en jour !!! Les dispositifs des faux engagements sont éventés. Les dirigeants, très illégitimes, ont peur des engagements tranquilles.et sans possibilités de culpabilisations. S’ils ne peuvent, illégalement, rabaisser les autres qui peut voir leurs règnes de pacotille ?

...

……………………………………………******

Paradoxalement le conformisme est placé sous la même configuration logique que l’engagement (vrai ou faux). Qu’est-ce à dire ? Un peu de patience. Que se déploie tou le raisonnement nouveau…Tout le vocable conformité, recevabilité, validité, etc. appelle la présence obligatoire d'un miroir. Songez à conforme oui mais à quoi conforme ? Le référent qui rendra conforme n'est pas dedans la conformité. Mais bien à l'extérieur. En miroir qui renvoie. Impersonnellement ? Est-ce une éternelle boucle qui répliquerait toujours le seul reflet de soi- même ? Sans rien savoir de plus, d'ailleurs, que l'écho de la parole qui vient d'être prononcée ? Tentez les valides, valables, recevables – les auto-validations, auto-recevabilités, les auto-validités ne peuvent pas fonctionner. Acceptable, mais qui accepte ? Admissible, mais qui admet ? Approuvables, mais qui approuve ? Recevable, mais qui reçoit et qui est reçu? Les conformismes sont des marchés de dupes. Toujours. La société ne récupère rien : sinon ce serait faire les fonds de poubelles. Toujours suivre et ne jamais précéder. Non non.

Elle émascule tout ce qui prend vraiment la réalité en main, croche dedans, agrippe, saisit, tient fermement, montre une préhension (alliée à une com-préhension) forte, etc. Et se montre capable de la change. De modifier toute l’organisation sociale. Elle tente de vider de désirs ces…engagements bien engagés dans les voies de solutions. Elle essaie de tout placer sur des voies de garage – là où s’égarent les faux engagements…

Et surtout…

Sème, à fond, les confusions sur la portée précise et la valeur des œuvres des…

…..réels artisans dues changements. Les moteurs mêmes de la société !!!

Ce qu’il faut nous cacher ? - Que s’engager c’est toujours

…………………………………………………………………..bénéfices !!!

………………………..%%%%%%%%%%%%%%

..

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 900 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Vrais et faux engagements ?
Vrais et faux engagements ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gd125ykfj1 16/12/2019 16:48

NOW, a fifth is defined as 750 ml exactly.