Combien, paradoxalement, il devient aisé d’abolir les inégalités

Publié le par imagiter.over-blog.com

Combien, paradoxalement, il devient aisé d’abolir les inégalités

Nombreux sont ceux qui nous disent qu’elles/ils n’avaient pas, jusque-là, conscience qu’ils pouvaient faire quelque chose, agir concrètement. Étrange. Dans un monde aussi riche en possibilités que celui d’aujourd’hui cela semble…impossible. Si coupés de la réalité. D’où cela vient-il ? Une analyse permet de comprendre qu’il y a tant de thèmes sérieux qui ne sont jamais discutés. Parce que nous nous apercevrions que des solutions avaient été trouvées et réalisées dans le passé. Ce qui permet de les envisager, raisonnablement, pour l’avenir…Et le capitalisme interdit les solutions…

..

En français ceci se nommer ouvrir le débat public. Puisque autre versant d’aliénation : les situations concrètes ne sont jamais abordées. Ainsi, de 1945 à la fin des années 1970 non seulement le taux de pauvreté a significativement diminué mais le pourcentage de riches a, aussi, diminué. Comme quoi les deux sont excessivement liés. Il est important de le scander afin de contrer le climat de pessimisme des lâches face aux inégalités. Et qui se termine, inlassablement, par le faux sentiment de fatalisme métaphysique que… l’on ne peut rien y faire. Et donc on ne fait rien. Ce pourquoi les résultats remercient cette inertie coupable. En effet, le taux de pauvreté en France aujourd’hui est …identique à celui d’il y a 25 ans…Preuve encore que le capitalisme ne supprimera jamais la pauvreté. Il en vit.

Dernière observation (plus est inutile, ce blog étant riche de documents sur les inégalités dont le livre "Légalité de l’égalité" (Quality of eQuality) que l’on peut trouver sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/. Il suffit de cliquer sur l’onglet 3.) :

..

… ///…il n’est pas possible de séparer pauvretés et inégalités. Et, pratiquement, ne pas adopter de politiques lucides contre les inégalités fait que la pauvreté restera insoluble. Ce que les détenteurs du pouvoir qui, malheureusement, sont tous trop riches ne peuvent pas comprendre. Et débattre entre eux. Ils sont, ainsi, devenus incapables de connaître le sort réel de 90 % de l’Humanité, celle qui a moins de 5 000 € de revenus mensuels. Et – déduction- nous sommes bien dans une société « en sablier » ( plus rien au milieu, tout au sommet et à la base). Il n’y a donc plus de classes moyennes réelles autres que spoliées de leur patrimoine. Les classes moyennes c’est désormais de l’idéologie. Une des causes principales des inégalités est donc qu’il y a une persistance…anormale de la pauvreté dans les pays riches. Et ce malgré tous les discours politiques.

..

Enfin, deux comparaisons, enfin, afin « d’imager » la problématique explosive des inégalités :

*** - il a été annoncé que les patrons des grandes entreprises au Royaume-Uni ont gagné en 22 heures ce que le travailleur moyen gagne dans toute l’année ! (Tony Atkinson).

..

*** Et encore les vingt-cinq premiers manageurs de fonds spé­culatifs mis ensemble gagnent plus que tous les enseignants de maternelle en Amérique . (Hillary Clinton). Où nous voyons que l’utilité réelle (s’occuper de nos enfants) est barbarement bafouée par l’inutilité sociale la plus délinquante (la spéculation ressemble bien à un délit)…

Ce blog a agi, méticuleusement, afin de faire prendre conscience de cette réalité toutes ces années. Ainsi que le site http://www.freethewords.org/ .

..

……………………………….%%%%

..

Aussi, c’est avec une immense joie que nous avons pris connaissance du document Inégalités - Que peut-il être fait ?, 2016 (Inequality. What Can Be Done ?), d’Anthony B. Atkinson. Sir Tony Atkinson est professeur et président de la Royal Economic Society. Il a toujours réprimandé les économistes peu réalistes au point de ne pas prendre au sérieux les questions de répartitions et d’inégalités. Et de s’égarer dans les inexcusables enfantillages de la main invisible. Il est connu pour avoir développé l'indice d'Atkinson. Avec Simon Kuznets, il est l'un des pionniers de l'étude empirique des inégalités de revenu et de fortune et ses travaux ont notamment influencés Thomas Piketty.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anthony_B._Atkinson

Bien, ce blog a suivi les actualités profondes,oui celles dont ne paraissent jamais dans l’inutile mainstream et les médias mercenaires. Et notre surprise a été agréablement nourrie de voir que toutes les solutions préconisées par ce grand connaisseur des inégalités étaient déjà abordées par nous. Il ne s’agit pas de plagiat (bien que seules les bonnes idées soient copiées et …censurées, quitte à effacer les contenus réels des textes derrière des anachroniques « ah vous êtes abonnés aux censures…abusives » comme si celles-ci sont du fait des écrivains et non des…censeurs)…non, plutôt, une similitude de diagnostics. La réalité sociale est une les bons diagnostics sont donc très groupés. Ce blog n’a pas commis d’erreurs de diagnostics. Nombres de ses commentateurs oui. Énormément.

….

Oui mais les mises en pratique ? Là encore et les dates du site et celles du blog soulignent une antériorité – la joie tranquille de voir des correspondances de solutions. Il est vrai que le titre livre de l’an 2000 - "Légalité de l’égalité" - ne pouvait, non plus, prêter à équivoque.

Il y a bien 15 propositions très tangibles. Allant d’un revenu minimum pour les enfants à l’échelle européenne (- enclenchant, dès la naissance, une nouvelle civilisation) jusqu’aux économies à rendement réalistes pour les petits épargnants. « Tout simplement en rapprochant le rendement sur leur épargne du taux de rendement sur le capital ». Sans omettre la résolution de l’inactivité forcée par « les banques centrales ayant mandat de s’occuper de l’emploi, pas seulement de l’inflation. Il faut certes sauver les banques, mais il faut aussi sauver les gens ! Et pour cela, une garantie de l’emploi est nécessaire.

..

Nous avons vu l’explosion des très hauts salaires, et il n’est pas évident que cela serve les intérêts des actionnaires des entreprises, en plus des autres aspects sociaux ! Des discussions ont débuté, des gouvernements et des actionnaires ont commencé à intervenir, en tout cas à (se) poser des questions. Par exemple, il a été annoncé que les patrons des grandes entreprises au Royaume-Uni ont gagné en 22 heures ce que le travailleur moyen gagne dans toute l’année ! » (extraits du lien ci-dessous) :


..

http://www.humanite.fr/anthony-atkinson-contre-les-inegalites-la-question-du-plein-emploi-doit-etre-la-priorite-595391

…………………………………….%%%%%

Mais là où le document devient très intéressant ?

1) « Atkinson plaide également pour une action publique en faveur d’une distribution de capital aux plus pauvres, une sorte d’héritage pour tous mais sur des bases égalitaires. Il n’aime pas le principe des allocations sous conditions de ressources (les effets de seuil sont importants et ceux qui y ont droit ne les demandent pas toujours) et lui préfèrerait l’allocation d’un revenu de base pour les enfants et pour les adultes.

L’économiste fait alors tourner ses gros modèles pour vérifier que tout cela est finançable sans faire déraper les comptes publics. Entre ce qui est pris et ce qui est donné, les propositions tiennent la route. Et qu’on ne lui dise pas que ces changements au détriment des plus favorisés sont impossible en période de mondialisation : c’est à la fin du XIXe siècle et au début du XXe que les prémisses de l’État providence ont été mis en place, en pleine première mondialisation ! » Nous ne serions pas plus EFFICACES que dans notre passé commun ? Allons donc.

2) D’autre part, une « répartition primaire des revenus, dès le moment où ils sont distribués. Comment ? « Il faut dompter les grands groupes puissants » en donnant plus de pouvoirs aux salariés et aux consommateurs, par exemple en renforçant les syndicats. Surtout, l’État doit ouvrir un dialogue national sur les rémunérations pour aboutir à un salaire minimum qui permette de vivre au-dessus du seuil de pauvreté et à un salaire maximum dans le cadre d’entreprises devant prendre en compte leur responsabilité sociale. »…(idem - extraits du lien ci-dessus)

..

Oui, ce concret rend nos articles assez pertinents. Et comme précédant quelque peu l’époque. Dans la bonne direction. Est d’autant mieux savouré ce que l’on a contribué à faire émerger.

Puisque, de tout ceci, nous avions abondamment fait l’offre et dans les livres et dans les posts. Comme le lien suivant, parmi tant d’autres, en reste une preuve flagrante.

http://www.imagiter.fr/article-les-faits-tous-suspendus-en-l-air-et-sans-causes-115508575.html

Qui précède qui suit – pas vraiment facile ni utile de le savoir. Les résultats comptent eux. Notamment sur…

….

………….Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?

..

..

%%%%%

..

ENCORE >>>>>>

..

Pourquoi il n’était pas possible de ne serait-ce que de diminuer les inégalités absurdes ?

http://www.slate.fr/story/102943/inegalites-riches-pauvres

..

Une économie ENTIÈREMENT au service des 1 % et en défaveur des 99 % autres ?

https://fr.news.yahoo.com/davos-1-riches-au-monde-poss%C3%A8dent-99-autres-055605283.html

..

..

………………………………………….%%%%

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

..

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 900 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

L'égalité reste un chef d'oeuvre puisqu'elle est faite de tous.

L'égalité reste un chef d'oeuvre puisqu'elle est faite de tous.

Tout est là : 1 % voire 10 % ne peuvent CHOISIR pour 90 %

Tout est là : 1 % voire 10 % ne peuvent CHOISIR pour 90 %

chiffres coups de poings

chiffres coups de poings

la paire

la paire

rester insensible à cette montée devrait "démissionner" de tout droit à diriger...

ce qui est probant c'est le temps passé à tenter de répondre non...

qui les crée à 100 % en refuse la paternité...quoi d'étonnant que ce soit des...hommes...

avons-nous le "droit" de laisser faire ceci ?

Avec le sous-titre que peut-il être fait ? Le mérite rarement reconnu d'y répondre.

exact

un débat qui a une queue et une tête.

Commenter cet article

imagiter.fr 29/01/2016 11:55

Bonjour, le but est bien de maintenir ce blog utile afin de remonter le moral...