La société civile n’est plus à la rescousse ? (1/2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

La société civile n’est plus à la rescousse ? (1/2)

La société civile peut paraître comme surévaluée. Rendue ainsi magique : elle peut tout faire et plus. Reposons-nous donc sur elle et dormons. Ce qui aboutit à tout ce que nous ne réclamons jamais aux organismes ayant des moyens colossaux, va l’écraser sous le poids matériels des exigences. A trop fantasmer, nous pouvons détruire tous les pouvoirs potentiels que nous détenons…

..

Encore, les définitions de la société civile restent floues. Comment reconnaitre sa représentativité ? Comment est-elle construite ou évincée ? Comment agit-elle réellement ? Comment est-il rendu compte de ses impacts effectifs ? Qui lutte contre elle et veut sa disparition ? Etc. Autant de questions qui vont nous permettre de désincarcérer son principe actif : devenir le levier le plus puisant pour des transformations globales…

……………….<<< Définitions et localisations ? >>>

..

Les liens joints nous évitent de procéder à tout un historique.

..

**** -- D’une part, il apparait que la société civile peut se voir du côté pouvoir – et ceci donne :

« Sous couvert de faire appel à la "société civile", les commissions officielles deviennent des ersatz de club de la presse offrant respectabilité officielle à des commentateurs, des nouveaux philosophes et des industriels. Ils apprécient ce genre de hochets ; le pouvoir le sait." (Serge Halimi - Les nouveaux chiens de garde – 2005)

..

***** -- Et côté citoyen : « Pour un pays, une nation, la société civile est l'ensemble des acteurs, des associations; des organisations, des mouvements, des lobbies, des groupes d'intérêts, des think tanks, etc., plus ou moins formels, qui ont un caractère non gouvernemental et non lucratif. Elle constitue une forme d'auto-organisation de la société en initiatives citoyennes en dehors du cadre étatique ou commercial. Ses objectifs sont fondés sur l'intérêt général ou collectif dans des domaines variés : sociopolitique, solidaire, humanitaire, éthique, juridique, environnemental, scientifique, culturel, etc.

Pour l'Union européenne, dans son Livre Blanc de la gouvernance, "la société civile regroupe notamment les organisations syndicales et patronales (les "partenaires sociaux"), les organisations non gouvernementales (ONG), les associations professionnelles, les organisations caritatives, les organisations de base, les organisations qui impliquent les citoyens dans la vie locale et municipale, avec une contribution spécifique des Églises et communautés religieuses". (Wikipedia). Le but non lucratif essentiel a largement disparu.

..

Bien. Mais manque toujours son effectivité. Sa puissance d’action. Tout son potentiel. La description sommaire = États et multinationales – Société civile ne le reste plus lorsque nous y ajoutons ceci. Dans l’espace public selon Kant : où peut se produire l’usage public de la raison – nous ajoutons « l’opinion publique ». Ce qui place la société civile dans une définition plus restreinte (le concret des organismes) et l’opinion publique dans un espace bien plus large (tout un chacun ) et non vraiment structuré. A quoi s’ajoute tout ce que nous connaissons : les manipulations complotées de cette opinion. La propagande. Les lobbies.

..

…………………………………%%%%%%%%%%

..

Ici, nous cessons de creuser plus loin. Puisque ce qui compte, en fait, c’est la triple question :

1) Qui contrôle le circuit des questions qui parviennent sur le devant de la scène ?

2) Qui peut rester présent d’un bout à l’autre des débats ?

3) Quel(s) forum(s) est écouté lorsque les décisions sont prises ?

…Plus de verbosités, seulement des faits violemment concrets !!!

..

En 1) nous avons toujours dit qu’il ne faut jamais suivre les calendriers des États comme ceux des multinationales. S’ils usent de cette possibilité de mettre, bruyamment, nombres de débats c’est pour en écarter de plus importants. Et pas pour notre bien. Leur « actualité » est fausse n’est pas actuelle ni un acte : elle est juste ce qui les arrange, non ce qui est vrai…Un suivisme mimétique de leur dispositif ne peut que desservir les causes que nous voudrions servir. Le rôle de la société civile devient donc de faire surgir les débats sérieux où ils ne sont pas « attendus » (et le formol déjà prêt) et quand nul-le ne s’y est préparé (pas d’agendas restrictifs à suivre). Etc. Il se trouve qu’il y a nombre d’excellents écrivains et penseurs qui aideraient à percer tous les murs et à étaler les fonctionnements réels des pouvoirs sur la place publique…selon le cri du metteur en scène : « Action ! ».

..

En 2) nous rencontrons, par exemple, le « greenwashing » soit le blanchiment de l’argent sale des spéculateurs et boursiers, des multinationales gangrenées par leurs paradis fiscaux et leurs non paiements des impôts normaux. Se refaire une virginité sur le dos de l’écologie, cette grande famille qui évite de vérifier les motivations de chacun-e. Donc – la société civile est détournée de tous ses buts par ces intrusions souillées et trop intéressées…Mêmes possibilités pour la société civile que en 1). Rappelons qu’une partie des buts de la société civile sont, déjà, entièrement remplis par certain-e-s d’entre nous.

..

Là en 3); nous achoppons en le fait que les dictatoriaux comportements des multinationales qui leur fait exclure tous les êtres intelligents. Ferment tout – protectionnismes de régressifs. Illégitimement et par intrusions, les multinationales peuvent, par contre, utiliser à fond les infrastructures et logistiques des pays – mais comme des voleurs, sans le reconnaitre. Et sans accepter la symétrie des procédés. Pour les États, les documents joints permettent d’apprécier l’arbitraire des choix effectués ain de se sculpter une…société civile. La leur. Les contre-feux deviennent…l’opinion publique. Ce qui désocle de toutes les habitudes congelés : arrêter de s’adresser aux seuls pouvoirs en place (multinationales aux pouvoirs non légalisés et États aux gouvernements non représentatifs) mais directement aux citoyens. Internet le fait et la transparence est, enfin, tellement mieux assurée. Ce qui serait dissimulé dans les rapports aux pouvoirs, ne l’est plus dans cette relation où est, surtout, précisé les choix faits par les majorités. Et souvent contraire aux manipulations des massmédias

……………………………%%%%%%%%%%%%%%%

C’est sur ce 3) que nous allons insister aujourd’hui.

..

Retrouvons en direct les faits que les propagandes essaient de faire oublier…. « l’effectivité d’une norme dépend aussi de l’attention que lui prêteront les médias, les associations ou les citoyens, lesquels peuvent contribuer à la transparence et à la sincérité des engagements pris par les États ou les organisations internationales. C’est donc la question de la place de la « société civile », à la fois lors de l’élaboration de ces normes mais aussi lors de leur application, qui est posée. ». L’exemple des O.G.M. est flagrant : de ce qui aurait pu être cantonné et omis dans les « débats techniques » a éclaté dans la vie quotidienne de tout le monde.

http://www.terraeco.net/Mais-au-fait-c-est-quoi-la-societe,63603.html

Mais comment ne pas gaspiller tout (ou presque) du temps collectif à couper les cheveux en quatre. Genre : la société civile ? Oui mais qui est en droit de parler en son nom ? Ce qui fait que l’expression « société civile » est, trop régulièrement employée, dans le sens d’« opinion publique », notamment par des responsables politiques qui, parfois, cherchent ainsi à donner une autorité à leurs analyses. Et à noyer fortement les poissons des débats. En droit, cette expression d’opinion publique n’a, pourtant, pas de définition stable, ce qui permet de lui donner des contenus divers.

..

Par exemple, se limiter à…acteurs non étatiques omet de comprendre que dès qu’un fonctionnaire sort de son travail il ,entre dans la société civile. Et qu’en processus de transformation de la société il n’y a plus – figés dans un état voulu par d’autres – agents des impôts, de police, journalistes, etc. mais des acteurs de changements qui opèrent là où elles/ils sont. Telle que nous sommes aujourd’hui, il n’est pas, non plus, certain que la réunion de tous ces acteurs (amalgamés n’importe comment) puisse représenter la « société civile ». En période de mutation de toute la société – oui. Il parait, seulement, que de préciser « à buts non lucratifs » permet de rassembler une plus grande cohérence des acteurs. Par exemple, que le tiers (1/3) des français disent, explicitement, ne plus vouloir du capitalisme les place, a priori, dans cette société civile comme levier de transformation..

….

De la représentativité ? « En droit français, la situation est tout aussi confuse. Le Grenelle de l’environnement organisé en 2007 a révélé la difficulté pour l’État de choisir les associations et ONG de défense de l’environnement habilitées à siéger à la table des négociations. Certaines organisations ont pu s’étonner d’être exclues alors que d’autres pouvaient s’étonner du nombre de sièges qui leur étaient réservés, notamment par comparaison. A l’inverse des syndicats de salariés, les associations de protection de l’environnement n’étaient pas « choisies » par l’État comme interlocuteurs sur la base de critères de représentativité voire de légitimité. » Là nous n’avançons pas d’un millimètre. Remarquons que l’unique facette dont les médias mercenaires vont saturer…la non-information !!! Puisque ce qu’il leur faut surtout empêcher c’est la prise de conscience de la possibilité de la construction intelligente du changement !!! Comme ce qui suit (extrait du lien de terraeco.net)

..

« De leurs côté, les ONG proposeraient des amendements qui, pour certains, seraient intégrés au texte. Leur rôle ne serait pas uniquement celui d’observateurs et d’organisateurs de manifestations parallèles au sommet. Ensuite le texte. Il serait rédigé en termes clairs, précis et opposables. Il serait contraignant, formulé à l’impératif. Il créerait des droits pour les individus qui pourraient ensuite s’en prévaloir devant leur pays d’origine. Puis vient la ratification. Elle aurait lieu dans chaque État car la société civile ferait pression sur les parlements nationaux. Ensuite, on disposerait d’un mécanisme efficace de suivi de l’application. Les comités, doté de larges pouvoirs et impliquant, là encore, des citoyens, seraient chargés d’examiner, à intervalles réguliers, les mesures prises par les États. Enfin, il faudrait que ces normes aient un juge. En cas de manquements constatés, les ONG pourraient saisir une juridiction. » I

..

………………………….%%%%%%%%%

Avant de passer au (2) - Voici qui commence à prendre forme et force

1) - La société civile devient irremplaçable..

…laisser les pouvoirs seuls sans contre-pouvoirs c’est …

……………………………………jouer avec les catastrophes !!!

2) - En faisant en sorte que les multinationales et les États ne soient plus les seuls acteurs et sujets du droit international – nous nous sortirons de la voie sans issue actuelle..

..

Comment ? Voir en (2).

%%%%%%%%%%%%%

>>>>>><< SANS OUBLIER << >>>>>>

..

https://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_civile

..

Évidemment, la société civile n'habite pas un lieu précis; elle s'attache plus aux rôles institutionnels qu'aux personnes.

..

http://www.un.org/fr/civilsociety/

..

Sa position intermédiaire entre l’État et le secteur marchand, la notion de société civile, telle qu’on l’utilise couramment aujourd’hui, se rapproche donc de celle de tiers secteur* et d’économie sociale. Elle renvoie à la capacité de la société à s’auto-organiser.

http://www.michelcollon.info/A-propos-des-Dominants.html?lang=fr

..

Les dominants entendent s’octroyer à eux-mêmes le droit de s’auto-analyser... avec l’indulgence qui en découle. A défaut, la connaissance de ce phénomène essentiel qui est le consentement inconscient que les individus accordent au monde qui s’impose sans bénéfice pour eux, risque de conduire à la critique de la domination ! Illégale domination, rappelons-le…d’où des dirigeants qui ne veulent pas pour eux ce qu’ils font, sans cesse, subir aux autres (sondages, études, prises de données, investigations, etc.) . C’est assez louche pour savoir y détecter un large filon.

..

………………………………………….%%%%

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

..

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 900 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

La société civile n’est plus à la rescousse ? (1/2)
rôle peu étudié des médias sociaux ?

rôle peu étudié des médias sociaux ?

la franchise et l’authenticité déploient le cœur ou le raccornissent

la franchise et l’authenticité déploient le cœur ou le raccornissent

comment se situer, soi, en face d’une nébuleuse aussi floue ?

comment se situer, soi, en face d’une nébuleuse aussi floue ?

n’est-ce pas aussi un effet grossissant qui peut faire perdre le sens des réalités ?
n’est-ce pas aussi un effet grossissant qui peut faire perdre le sens des réalités ?

n’est-ce pas aussi un effet grossissant qui peut faire perdre le sens des réalités ?

Pour Pierre Bourdieu l’opinion publique n’existe pas – ou en creux, comme la cible des manipulations

Pour Pierre Bourdieu l’opinion publique n’existe pas – ou en creux, comme la cible des manipulations

ceci n’est plus vrai du tout – d’où cet article

ceci n’est plus vrai du tout – d’où cet article

La société civile n’est plus à la rescousse ? (1/2)

blanchiment d’argent sale ? devoir payer un ticket d’entrée élevé signe, immanquablement, la corruption

Publié dans gouvernance mondiale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article