Surévaluations des pouvoirs des prétendus dominants ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Surévaluations des pouvoirs des prétendus dominants ?

Des excès de surestimations nous tombent trop souvent dessus. Les dominants seraient si malins, omniscients, toujours partout, télépathes, très perspicaces et avec des pouvoirs illimités. Une perfection qui ne se retrouve nulle part. Et autres immodérations. Nous savons, pertinemment, que quasiment rien de ceci n’est vrai. Il s’agit donc de récupérer ces trop-versés et de les ramener vers le peuple qui, de plus en plus, semble dominer les prétendus dominants. Et surtout d’apprendre à nous extirper de tous les faux problèmes…très constructif !

Très rapidement, ramenons à de justes proportions les éloges outrés sur les prétendus dominants. Malins ? Ils ne font que se monopoliser les biens que la Nature offre gratuitement. Pas très malins lorsqu’ils détruisent la poule aux œufs d’or (la Nature) et que, à moyen terme, leur prétendue omniscience se dénudera comme une bêtise crasse. La plouctocratie, lourde et épaisse, ne montre que peu de lueur d’intelligence : leurs imbéciles profits se font trop aux dépens des autres. Et désorganisent la société entière. Nul de sensé qui peut soutenir de tels irréalismes…A part s’enrichir, sans discernements, ils n’ont rien à proposer pour les autres. Ce qui les démet de toutes participations saines aux décisions collectives. De plus, ils utilisent, uniquement, les « armes des perdants » (selon les sciences humaines) – soit les répressions exagérées. Jamais proportionnées, jamais ne pouvant répondre rationnellement de leurs motivations et, surtout, se trompant systématiquement de cibles. Le futur de la société a besoin de la fermeture des paradis fiscaux, de l’abolition des spéculations comme de la fermeture de la Bourse ; que les multinationales et les trop riches paient tous les impôts qu’ils doivent. Au lieu de fuir lâchement. Puisque qui ne paie pas ses impôts ne peut participer aux affaires publiques reste-t-il inscrit dans la Constitution réelle. Bref, de tout ceci ne découle aucune admiration. Et, plus que sûr, qu’ils n’ont pas plus que de pouvoirs que ceux que nous ne parvenons pas à contrer. En tout cas, pour les pouvoirs qui leur resteraient, ils les utilisent si mal. Contre tout bon sens. Abusant des faits de faiblesses, s’acharnant sur qui ne peut se défendre et sabotant, en direct, toutes les lois de la démocratie. Etc. Peu reluisant donc, pas sérieux du tout. Et jamais rien de grandiose. Qui les surpasserait une seule fois.

Nous allons nous occuper des problèmes sérieux et adultes : comment tous nous extirper de ce monde largement saboté par les prétendus dominants ? Comme rendu inutilisable. En affrontant le tri entre vrais et faux problèmes. Donc – pour cela – en changeant toutes nos méthodes mentales

………………………………%%%%%%%%%%%%%%%

1 ) - Les problèmes sont, souvent, créés par nous. Dans le sens qu’ils sont tellement plus nos interprétations – que des faits entièrement ancrés dans le réel. Et la petite partie de réel (qui existe dans le problème) se montre, surtout, très mal perçue par nous. Bon, ceci peut sonner comme routinier et usuel. Mais ce qui l’est moins – c’est que, souvent aussi, c’est la persistance anachronique d’une problématique qui n’existe plus aujourd’hui et qui demeure – qui constitue le problème. Tel une difficulté devenue complètement artificielle. Dont seule la permanence mentale persiste. Par exemple - les surévaluations des prétendus dominants ! Alors que, ceux-ci, du point de vue théorique, des argumentations et autres raisonnements, etc ont déjà perdu. Ils refusent même tout débat à cause de cela. Ce sont des fuyards. Qui montrent, surtout, des « comportements de vaincus » (selon les sciences humaines), soit se rapetissent à des mesquineries, des déloyautés, des lâchetés sordides, des très minuscules coups bas, etc. En gros, puisqu’ils ne savent plus répondre aux arguments, ils vont multiplier des blocages maladroits, des répressions illégales, des obstacles injustes, etc. Pas très futé que tout ceci.

..

Et donc, en conclusion, seule la persistance de leurs surévaluations déraisonnables par des soumis cause le problème. Il n’y en a plus d’autres. La vidéo sur la dominance aide à comprendre que « sans soumis il n’y a plus de dominant » – ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux…sans notre « accord » ils ne peuvent dominer. Ce que nous pouvons faire alors ? Ne plus reproduire ces schémas par nos propres comportements – ne pas s’inscrire dans ce schéma nous préexistant…parce que le dominant a peur du dominé, vraiment peur, et plus que lui. Ce pourquoi il veut seulement le contrôler de manière si obsessionnelle. Et…puérile.

….

« Un problème ne peut exister que s’il est maintenu par la connexion interactionnelle présente. Ainsi, si nous parvenons à éliminer le comportement qui maintient le problème, le problème disparaitra tout seul, quelle que soit son origine (p.321 – Paul Watzlawick - « La nouvelle communication » ( textes de l’école de Palo Alto). » De comprendre ceci nous fait SORTIR de tous « leurs » problèmes. Et de plus - intact-e-s.

…........................................%%%%%%%%%%%

...

2) – Être entrés dans la « nouvelle pensée communiquant nouvellement » éviterait ceci – tout le chaos confusionniste actuel. Et l’évite donc. Les têtes des prétendus dominants ne nous conviennent plus du tout. Trop vides, sans futur et sans maturités derrière. Bon. Sans eux, nous aboutissons, alors, à de nouveaux comportements, à des déplacements spatiaux différents, à de neuves façons de bouger, ou à se ressentir dans nos corps, etc. Qui dénotent à quel point nous sommes à 100 % sortis des têtes de ces prétendus dominants . Et que ceci se voit. Que nous les considérons, froidement, comme des imposteurs des inégalités. Rien en eux n’est supérieur et beaucoup se montrent même très inférieurs de par leurs déplorables conduites. De plus, la déloyauté prédomine chez eux. « Sans égalité , seuls les dominants sont libres », éclaire une vidéo jointe ***. Lutter contre les inégalités c’est donc mettre, réellement, fin à la crise, à la dette et à tous les malaises provoqués. Que les « trop libres et sans régulations » prétendus dominants ne se mettent aucun « handicap » (au contraire ils les installent aux plus faibles) fausse, complètement, la course. Toute participation à la mascarade devient…donc impossible. Aucun fair play aucune justice : ils auront rendu le futur impossible…ils se dévaluent d’eux-mêmes. Aucune admiration pour eux n’est donc plus réalisable. Être aussi déloyaux prouve qu’ils ne sont pas si puissants qu’on le dit…

Voir, ici, le liens inégalités = crises majeures.

https://youtu.be/VDONxKprSwc

..

…........................................%%%%%%%%%%%

...

3 ) - Des centaines d’observations neuves vont découler de cette nouvelle posture genre zéro ascendant de ces des prétendus dominants. Aucune autorité morale, surtout pas : ce sont principalement des voyous antisociaux, déguisés complètement d’hypocrisies. Et leur avidités matérielles sans aucuns auto-contrôles les font plus ressembler à des alcooliques de l’argent qu’à autre chose. Absolument aucune tenue. Oui nous nous sentons tellement plus adultes et sérieux que ces ploucs arriérés. En bref, nous nous sentons « dominer » la situation ! Mais pas les autres être humains. Pour nous, en être « réduits » à « dominer », illégalement et barbarement les autres humains, est bien un signe de faiblesse. D’effondrement intérieur. Ce que ces des prétendus dominants méritent ? Surtout de nombreuses engueulades. Et beaucoup plus de prisons encore…il s’agit de les empêcher de nuire, non d’enfler leurs éloges…Des exemples de ces centaines d’observations ? Qui a pris des années afin d’apprendre un pseudo savoir. Savoir que, sans le vouloir, nous disqualifions avec nos raisonnements reproductibles. Agrémentés de preuves et de faits têtus. Oui tout ce qui devient du…temps perdu à avoir appris ne veut pas rester …entièrement perdu (et donc l’engagement dans encore plus de temps perdu va s’amplifier : au lieu de rompre net et d’entrer dans la nouvelle pensée, cette anti-pensée unique)…Il va donc être fait comme si le savoir inopérant et irréaliste continuait toujours tel quel. Voir les loufoques économistes « orthodoxes » et leurs ridicules comportements***. Pétris seulement d’entêtements puérils qui signent, là encore, des sentiments intérieurs d’être…déjà vaincus. Et nous les triomphants tranquilles. Juste heureux et sans acrimonie particulière. Pulvériser le système ne nécessite pas de s’acharner sur ses ex-fanatiques. Condamné(e)s… « à vivre »…oui, elles/ ils vivront l’amertume concentrée de chaque minute de s’être tant, et avec les yeux ouverts, fourvoyé-e-s. Même dans leurs propres vies.

**** en illustration de ne pas admettre d’avoir perdu tant d’années à apprendre ce qui…n’existe pas (ici – l’Économie !).

http://www.imagiter.fr/2016/01/renverser-la-pensee-economique-fossilisee-depuis-les-annees-1970.html

…........................................%%%%%%%%%%%

...

4 ) – Toutes les solutions qui ratent complètement c’est toujours – à la base - le manque de méthode – du grec methodos, le chemin (hodos), le chemin poursuivi. Oui méthode = « avec voie ». Ce qui avance et qui mène toujours quelque part. « C’est par la porte qu’on sort. Pourquoi personne ne veut-il utiliser cette sortie ? » (Confucius). Pour s’en sortir il faut prendre la sortie –ceci devrait sembler logique. La sortie c’et cette porte là que des entêtements déraisonnables refusent d’emprunter. Nous ? Nous avons admis d’utiliser la porte. Nous sommes donc définitivement sortis du système. De loin en loin, nous subissons encore ses incohérences infantilisantes, mais nous ne pensons plus à lui. Il est de l’autre côté de la porte. Et nous pas. Puisque, selon les termes des Principia Mathematica, « la solution comprend tous les membres d’une collection et ne peut donc lui appartenir. » La solution ne peut appartenir à cette collection qu’elle contient et qui ne la contient pas : la solution n’est donc pas « dans » le problème. Dans son cadre fermé. Mais se trouve bien en SORTANT du cadre !!! Changer le cadre du prétendu problème fait s’ouvrir la solution…comme une fleur.

…........................................%%%%%%%%%%%

...

5) - Si la réalité est tout (et elle l’est) – elle peut se visualiser telle une sphère. Et donc nous pouvons aborder cette sphère de centaines de manières diverses. Il n’y a pas un point unique. Point unique que les prétendus dominants se brigueraient seuls à connaître. Ainsi que les peu reluisantes magouilles afin d’y accéder. C’est faux il n’y pas un unique degré (°) mais 359 autres degrés (°). Tout nous est possible. Et plus aux prétendus dominants. Ainsi, dans « La nouvelle communication » (textes de l’école de Palo Alto) cette observation … « Si le thérapeute peut trouver le moyen de recalibrer le cadre ou contexte du système, ce système pourra s’orienter vers un déterminisme nouveau après un certain laps de temps, ce qui représente un changement. Il se peut ainsi que vous ne puissiez pas avoir le libre arbitre maintenant, mais si vous changez le contexte du régulateur, vous pourrez l’avoir d’ici deux mois (p. 284 - Gregory Bateson). » Tout est si simple, seuls les mensonges tortueux compliquent tout. Qui n’a pas tout fait pour changer reste , évidemment, inepte et inapte devant cette question des transformations. Il n’y connait vraiment rien. Et cela se voit trop…puisque, au final, tout « se retrouve » dans cette simplicité et luminosité intérieures. Même le libre arbitre. C’est dire.

…........................................%%%%%%%%%%%

...

6) - Pathologie des systèmes sociaux ? Ou peu d’êtres peuvent être sains et la société, elle, malade ? Cette société ne s’en sortira que s’ils résistent, ces êtres sains, tous unis, à ces demandes insensées. Telles compresser les comportements. Et, en plus, les alourdir, sans cesse, de restrictions indéfendables

Conséquences « externalisées » ? Dysfonctionnements des perceptions – donc des compréhensions ? Comprendre à côté de la plaque. Un simple exemple ? «En nous efforçant d’atteindre l’inaccessible, nous rendons impossible ce qui serait réalisable. » (Robert Ardrey). Nous, comme thérapeutes utilisant la méthode « des petits pas », avons souvent rencontré ce blocage mental. Que nous avons formulé ainsi : la solution devient un grand spectacle. Une nuée, surgie du ciel, s’accompagne d’un orchestre tonitruant, de fumées, de flashes, de roulement de tambours, de rideaux qui s’ouvrent et de bravos, etc. (parce que je « le vaux » bien ?). Tandis qu’une démarche réaliste – détricotant et construisant patiemment ne sera perçue que comme terne et sans impacts. Silencieuse et discrète. Ne se laissant pas voler son espace de réSolution par de la poudre aux yeux, etc. Et – pourtant – qui suit ces petits pas obtient, au bout d’un moment, une distance parcourue incroyable. Et le miracle (mais d’apparence humble – sauf qu’on s’en fout s’il est si…effectif) existe bien mais pas où nous le supposions : après des semaines, la transformation est très visible. Tandis que le spectateur figé devant son image en plastique paraitra toujours aussi démuni. Et n’aura pas avancé d’un seul millimètre. Il s’agit donc de se méfier à cette société et de « ses » solutions lorsque, à l’évidence, elle prouve qu’elle ne connaît rien aux SOLUTIONS.

…........................................%%%%%%%%%%%

...

7) – Sortir du cadre c’est tout guérir ? Un seul exemple. Les profits sont des dépenses…superflues ? Ce recadrage …thérapeutique nous éclaire sur tout. Le profit est un junk concept. Un concept pourri qui ne repose que sur de la… destruction sociale. Recadrage ? Tel qu’il est présenté ce « profit », qui serait issu de l’habileté et de l’intelligence d’une personne, est faux. Il repose surtout sur son degré mental de grand banditisme et d’insensibilité aux autres. Pourquoi ? Cette idée métaphysique d’une auto-production extraterrestre, d’une génération spontanée non matérialiste, n’existant pas sur terre et surtout ne participant pas de l’économie réelle est une grave aliénation. S’en guérir c’est rappeler que l’argent existant est limité. Le profit serait illimité. Donc un des deux n’est pas « dans » la réalité. Le profit est gravement fou. Il est issu à 100 % de l’économie réelle et – dans l’argent masse limitée – il PREND aux autres. C’est un coût réel pour eux que votre soi-disant profit. Ce qui est une extorsion de …dépenses supplémentaires pour autrui. Autrui forcé à se laisser dépouiller. Ce mécanisme que tout enfant comprend doit alors être dissimulé. Externalisé. Et l’on voit de grands dadais hennir qu’ils font …des profits. Ridicules puérilités d’effondrés !!! Rien qui n’inspire le respect et tout qui laisse à nu la…

..

…………..…. surévaluation de pouvoirs…bien inexistants !

..

Tandis que nous , nous sommes à plein « avec » les solutions !

..

..

……………………………….%%%%%%%

>>>>>>>>>>>>>>>>>ENCORE<<<

..

..

https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Ardrey

http://diktacratie.com/le-systeme-ou-les-hommes/

….

http://urlz.fr/2Ezg

http://www.lecturesaupeupledefrance.fr/le-livre/

Livre de ré-information

..

http://www.lecture.org/revues_livres/actes_lectures/AL/AL98/page049.pdf

...

https://fr.news.yahoo.com/l-%C3%A9conomie-mondiale-inqui%C3%A8te-banque-centrale-am%C3%A9ricaine-033127369.html

..

Défauts graves de perceptions ? Lorsqu’ils sont seulement aveuglés que d’eux – ils sont en train de tisser "leurs" problèmes futurs…

..

http://reseauinternational.net/le-probleme-de-nos-societes-nest-pas-le-complotisme-mais-le-fideisme-envers-les-medias-dominants/

..

Défauts graves de perceptions ? Le suivisme aveugle envers les médias dominants devient un maladie mentale grave (« croire » à ce point aux mensonges dominants déconstruit le cerveau) lorsque le prétendu « conspirationniste » n’est, parfois, que…ridicule. Et, en tout cas, disqualifie qui en affuble autrui : dénudant, ainsi, ses propres déviances…fidéistes !!!

………………….........%%%%%%%%

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

..

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 900 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Surévaluations des pouvoirs des prétendus dominants ?
Surévaluations des pouvoirs des prétendus dominants ?
Surévaluations des pouvoirs des prétendus dominants ?

Sans égalité , seuls les dominants sont libres. Lutter contre les inégalités c’est donc mettre fin à la crise, à la dette et à tous les malaises.

sans soumis il n’y a pas de dominant – ils sont grands parce que nous sommes à genoux…sans notre « accord » ils ne peuvent dominer.

L'école de Palo Alto qui aura ouvert les routes de la compréhension des changements.

En nous efforçant d’atteindre l’inaccessible, nous rendons impossible ce qui serait réalisable.

les nouveauxconcepts de la communication libérée

si j’insiste pour que l’autre soit ce que je dis – il le devient. C’est moi la construction – ceci n’est donc pas la réalité universalisable.

Publié dans méthodes de pensée

Commenter cet article

imagiter.fr 30/01/2016 10:13

bonjour, pareillement un voyage dans la poésie calligraphique de Evy et
un souhait de bonne fin de semaine semée...

Evy 29/01/2016 22:25

Petit passage dans ton univers pour te souhaiter un bon week-end bisous Evy

imagiter.fr 29/01/2016 11:57

Bonjour et bravo pour ces appréciations qui remontent le tonus global !