Changements collectifs, comment : en singeant ou en s’élevant ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Changements collectifs, comment : en singeant ou en s’élevant ?

La forme du désir d’imitation vient de l’imitation du désir…de l’autre. Ce qui placerait le mimétisme comme le comportement le plus massif pour l’ensemble des humains ? Nous ne pourrions changer que par imitation. Et pas de limitations dans l’imitation ?

Où tout au contraire, un seul individu, parvient à faire basculer la conscience collective vers une nouvelle évolution ? A noter que même le mimétique implique qu’il a bien fallu un individu de départ à…imiter. Il y a, obligatoirement, un quidam qui a commencé à ce qu’il soit imité. Le mimétisme a des pieds d’argile… Et puis sans original originel impossible de trouver des photocopies. Citer ses sources cela peut aboutir à la rigidité d’incompréhensions de qui ne « peut pas » comprendre que l’on doive alors se…citer soi-même. Puisque pour l’inventeur original, celui sans précédent, il n’est possible que d’écrire sans…sources. Aucunes ressources de sources que soi. Comme si le changement était tombé dans son berceau à la naissance. Il ne s’agit plus du très maladroit « faire pareil que » mais du très constructif et sociable « être pareil que… ».

Eh bien alors ? Et bien, justement, rien n’a déjà été dit. Ou bien trop peu…

Le mystère du comment le changement est d’autant plus vaste que très peu de documents et de réflexions existent sur :

..

** Qui influence le plus la société ? Qui provoque les changements ? Et comment ?

** Comment le changement change la société : soit par quels processus, enclenchements de mécanismes, déploiements et renforcements ?

** Par quoi ou par qui tout ceci commence ? Et tant d’autres interrogations dont les réponses font la sourde oreille

** La société serait-elle un bloc de conscience qui en ignore son propre emploi ? Comme pour la Belle au Bois Dormant, seul un tiers venant …d’ailleurs peut – d’ailleurs - la réveiller à son savoir endormi puis ranimé. En voici la clé :

La conscience désigne originellement un savoir partagé (cum : avec et scire : savoir) :

……………ce qui implique que si le savoir est partagé..tout le reste peut l’être aussi. Vivent nos pionniers qui ont bien ouvert…toutes les portes !!!

….

Si ce n’est par ce qui ressemble à de la véridique sagesse mais ne fait, encore, que le balbutier :

Transformer notre conscience individuelle, c’est enclencher le processus de transformation de la conscience collective. Cette transformation de la conscience du monde global demeurant strictement impossible sans un changement de la conscience de chacun. Elle accompagne ou précède ? Ce qui déflagrerait que la société n’a aucune influence sur notre transformation ? Et de mentalité et de comportement ?

…………………………….%%%%%%%%%%%%%

Bien, comme d’habitude nous constatons que le capitalisme est une immobilisation de l’Histoire, une perte de temps pour tout le monde. Les réponses ne peuvent être qu’existentielles. Et le capitalisme renie la vie, il ne voit que des fantômes, des robots pétrifiés et des abstractions qui n’existent « que » pour les …enrichir. Quel stade vraiment primaire, pré-animal de la conscience ! : Oublions-le. Oui, à conscience collective Wikipedia répond que ce phénomène « se rapporte aux croyances et comportements partagés dans une collectivité et fonctionnant comme une force séparée et généralement dominante par rapport à la conscience individuelle. » Sauf que notre conscience individuelle demeure nécessaire pour la conscience collective. Il n’y a nul assujettissement possible, pas de féodalités – mais un besoin strictement physiologique de la société. Le processus de transformation de la conscience collective se rapprochant plus de l’organique connu que d’un nuage éthéré au dessus de nos têtes.

Dans la Psychologie des Foules, Gustave Le Bon focalise sur, dès le rassemblement des individus, qu’il…«se forme une âme collective, transitoire sans doute, mais présentant des caractères très nets. La collectivité devient alors ce que, faute d'une expression meilleure, j'appellerai une foule organisée, ou, si l'on préfère, une foule psychologique. Elle forme un seul être et se trouve soumise à la loi de l'unité mentale des foules.». Voici qui met un visage sur les mots processus de transformation de la conscience collective !

Mais, Hans Kelsen, dans « La notion d'Etat et la psychologie des foules », lui répond. « C’est comme si, outre l’âme singulière, on voulait prendre en compte une âme collective remplissant l’intervalle entre les individus, englobant tous les individus (…) pensée dans ses ultimes conséquences – du fait qu’une âme sans corps est empiriquement impossible –, cette représentation conduit nécessairement à imaginer à son tour un corps collectif tout aussi différent des corps individuels, dans lesquels on place l’âme collective. C’est par ce biais que la sociologie psychologique est amenée à l’hypostase qui caractérise la théorie de la société dite organique, une hypostase qui confine au mythologique. » S’éloignerait, alors, l’idée d’une méta-foule oui d’une supra-foule restant organique…et…organisationnelle. Organisée d’organes ? Que non point – vu qu’il n’y a aucune image de remplacement. Et que le phénomène gloabl a été si peu réfléchi.

………………………………….%%%%%%%%

Nous serions en panne ? Cela ne s’est jamais vu. Sauf dans l’entêtement conformiste à s’enfermer dans une prison mentale. Et de ne pas avoir la jugeote (trop occupée et dans une confusion totale à critiquer les autres)…oui d’agrandir le cadre. Comme l’on zoome afin d’agrandir les supposés détails. Et qui ne le reste plus…Sortir du cadre est échapper aux faux problèmes. La sortie de la malsaine prison mentale conformiste se fera, ainsi, par l’histoire passionnante des « 100 singes » dont voici la vidéo :

https://youtu.be/6UK8YuSVPjI

….

Afin que les singes intègrent un nouveau comportement, une très nouvelle manière d’agir différemment, il faut « atteindre » (oui attendre ) une masse critique, un seuil de déclic qui correspond en gros au… centième (100) singe. Ce 100 ème singe arrive mais après qui aura adopté, dans son coin, un comportement n’existant pas encore. Et puis…un plutôt long temps après…tout sa colonie bascule. Mais bascule quasiment instantanément : en un jour le comportement d’abord solitaire a contaminé tout le monde ! Grâce au centième singe. C’est la masse qu’il représente qui devient l’allumage. Qui fait démarrer la transformation collective A ce stade nous pouvons dite que les singes sont longs à …singer ! Que l’expression semble plus calomnieuse que réellement honnête. Alors que, avec nos mimétismes exacerbés, nous les humains rassemblons bien plus de ressemblances avec ces comportements…singés !

Ce qu’il faut pourtant bien comprendre de cette période d’incubation collective suivie d’un changement instantané ? Hier nul ne pouvait prédire – aujourd’hui plus personne ne peut affirmer le contraire.

1 ) - C’est que lorsque le basculement a eu lieu dans l’ile du 100 ème singe- il se produit et simultanément dans d’autres iles. Même sur le continent. Sans contacts aucuns – par une forme de propagation rapide. Et que ceci ressemble fort aux mystères révélés par la théorie quantique.

2) – Ce qui nous contraint à examiner qu’a bien dû œuvrer une « énergie mentale » (le 100 éme singe ne parlant pas), ou bien la force du cœur « le plus évidemment en avant de soi » selon Jean Jacques Rousseau, ou bien encore le courant d’un élan altruiste (ou tout autres) a fait l’étincelle du brusque changement de mentalité. Un peu comme les résultats du choc d’une boule de billard. Ou d’un frisson électrique, courant dans le courant etc. Bref une forme de…contact…qui a mis le contact ! Démarrons ! Dévalons, ouvrons nous !

..

3) - Ce qui nous force à admettre que la conscience collective (le 100 ème n’est cité que pour les 99 autres…) se change par NIVEAUX. Qu’il faille atteindre un certain niveau avant tout changement. Quantifier ce « certain niveau’ » serait comme la danseuse de Von Kleist qui, mise devant la mécanique de sa danse, perdit toute grâce spontanée…à vouloir s’imiter lourdement elle-même ! Plus de légèreté du tout. Le quantitatif n’est pas toujours nécessaire. Et il l’admet vraiment lui-même. Ainsi à « c’est combien nombre ? Il ne peut répondre que eh bien ! nombre c’est…nombreux ». Pas très précis donc ce…quantitatif !

..

4) – Le phénomène peut, ainsi, varier autour du nombre 100, mais il demeure quel que soit le chiffre – ceci seul importe. La formule formulée est qu’il suffit qu’une seule personne (la 100 ème !) parvienne à une prise de conscience pour que celle-ci atteigne – à un moment irrésistible – presque tout le monde. C’est contagieux

..

5) – Historiquement, la conscience collective n’a toujours agi que par bonds soudains, sauts quantiques. Changements de niveaux d’énergie. Ce qui parait correspondre à des phénomènes physiques réels avérés.

6) - Aussi, même si peu d’explications de comment cela fonctionne sont finalisées – nous pouvons acter que nous observons que cela fonctionne. Et, comme toute démarche scientifique, nous testons, nous observons puis nous élaborons un théorème. Les preuves scientifiques sont toujours les dernières arrivées. Et que, dans ce contexte décrit, la démonstration scientifique ne peut que venir de la physique quantique. La seule qui aujourd’hui considère la vie comme un champ d’énergie, d’information et de conscience multidimensionnelle. Avec actives interactions entre chaque composant !

….

6) – La propagande vient fourrer son nez nocif dans ces clairs trajets de lumière. Et cela donne : nous ne valons rien, nous ne sommes rien, sinon du temps de cerveau disponible et de la chair à profits, profits alors extorqués contre nos volontés. Pour ces esprits si détraqués : puisque nous ne valons rien nous ne…pouvons rien. Nous ne pouvons pas être grains de sable qui enrayent les rouages de leurs délinquances exhibées. C’est plutôt qu’il ne peuvent supporter cette idée : qu’immanquablement, un seul humain va stopper (quoi qu’ils fassent) le capitalisme. Stopper comme…arrêter. Oui arrêter comme mettre en prison.D’où l’essentialité (à laquelle seules les trahisons conformistes s’opposent) de ne rester que soi-même. De parvenir à devenir sa propre source. A ne se citer que soi-même ! Là, nous voyons toutes leurs immenses faiblesses et il n’y a plus que les malades conformistes à « croire » à une puissance qu’ils n’ont plus. Dès que le 100 ème en aura pris conscience, l’esprit collectif va…passer à autre chose ! Simple non ?

……………………………..%%%%%%%%%%%%%%

..

Ce qui commence, tout de même, à résoudre notre dilemme comme ceci :

..

1) - la/le découvreur de tout changement ne suit absolument pas la jalousie mimétique, le singisme de faire pareil que l’autre, de l’imiter en tout, et de vouloir si bêtement ce qu’il a ou qu’il parait désirer. La publicité meurt devant cet être…Puisque ce découvreur est bien une…découverte : afin d’inventer il faut arrêter d’imiter. Il faut devenir soi-même. SE CITER SOI-MÊME. Et la publicité a entièrement tort : l’humain ne fait pas que copier. Son esprit sordide et malsain crève de cette vérité Puisque plus noble aura été l’humain. Il fait progresser la société en…ne copiant pas. La publicité ennemie fait régresser la société…Ce métier frelaté est donc une imposture désormais connue : il doit être aboli !

..

2) - si ce découvreur a survécu c’est que nous n’avons pas BESOIN de la rivalité mimétique – le moteur de tous les drames actuels (avec les porteurs de virus que sont les…conformistes, ces vulgaires copieurs et parfaits truqueurs). La juxtaposition non conflictuelle de tous les projets demeure réalisable. Le mimétisme n’est qu’une faiblesse, un handicap, une infirmité, une perte de membre, une béquille – puisque c’est l’hypertrophie insalubre du besoin de…certitudes qui parvient à ce constat : trop de certitudes, ainsi arrachées dans l’insincérité, nous plonge dans la vraie…incertitude. Celle de ne rien vivre de ce que nous savons. De demeurer de pâles copies (dévalisées par de faux besoins) oui exsangues pâles copies du soleil resplendissant que nous pourrions être. Le mimétisme va perdre ses adeptes à la vitesse V…

..

3) - sans la rivalité mimétique, en effet, le capitalisme ne survit pas. Fausse compétition instrumentalisée (s’il y avait réellement une concurrence libre et non faussée cela se saurait dans la…culture, où nulle concurrence n’existe, hé, demeuré demeuré…demeuré !)…Com-pétition est avec une réclamation permanente, un gigantesque gémissement. Com-pétition : une ré-pétition des pétitions. Et nul capitaliste ne veut être le juge, l’arbitre qui réponde à toutes les demandes décousues. Ils prétendent que c’est un jeu à sommes nulles – faux tout y est disséminé et à l’abandon, c’est un non-jeu à sommes non nulles – et aucun d’entre eux ne veut arbitrer (puisqu’il n’y aucun jeu avec des règles loyales mais bien de l’immontrable grandes délinquances…)…puisque aucun ne peut arbitrer…l’arbitraire. Bref, les capitalistes financiers sabotent tout et même leur prétendues affaires.

..

4) - si ce n’est le 100 ème singe en personne, sûr que notre prise de conscience existe bien. Que nous n’avons singé personne. Et que la conscience individuelle semble bien devancer la transformation collective…Comment savons-nous que rien n’a encore été dit ? Parce que dès que nous…disons, s’effondrent tous leurs jeux de cartes de truqueurs !!! Tout le savoir universitaire en poudre – parce que, seulement, a été prouvé que la conscience individuelle précède. Et notamment, la non-culture étasunienne aura osé que l’humain n’est qu’un transit économique et que la conscience n’y existe pas (une boite noire avec uniquement des inputs et des outputs…beuuuuuûark). Normal que, pour ces dirigeants, la conscience n’existe pas, elle ne peut qu’être « mauvaise » cette conscience. Un aiguillon fermement présent qui vient leur rappeler, sans cesse, que leurs comportements destructeurs n’ont …absolument aucune LÉGITIMITÉ, aucun fondement et aucun alibi. Que toute conscience ne peut que les accuser. Puisque le vide de leur propagande se casse la figure tout seul : implosion de la méthodologie individualiste (…dont voici la thèse cachée : tout ce que le capitalisme fait subir à l’individu est entièrement de la…faute de celui-ci ; il est entièrement responsable de tout et le capitalisme de rien – remarquons que cet enfer mental de têtes creuses ne laisse comme solution…que la prise de conscience…individuelle !!!). Et donc copions-les dans leurs phrasés : le capitalisme aura créé tout seul le processus de sa disparition. Lui seul en est responsable. S’auto-débarrassant lui-même…ce pourquoi, en une seconde…nous pouvons passer à autre chose. Plus de poids anti-naturel n’existe…

Puisque - au fait, le 100 ème singe n’avait imité personne

………….Juste devancé et précédé les autres !!!

…les seuls vrais héros de ce temps sont donc les méconnus : elles/ils auront résisté contre vents et marées. En ne comptant que sur eux dans la tempête qui faisait rage…

...

...Mais – en enclenchant tous les rouages de la libération collective !!!

..

……………………………………%%%

..

<<<<<<<<<<<<< DES-OUBLIER <<<<<<<<<

...

http://www.novethic.fr/

...

média expert de l’économie responsable

...

Nécessité de l'action collective...

où se glisse la conscience ? Là où il faut soulever la libération. S’il y a réellement conscience de la nécessité d’une action collective il PEUT y avoir une action collective

….

Conscience individuelle et esprit collectif..

...

…Liens entre conscience individuelle et esprit collectif ?

..

http://journal.coherences.com/article181.html

...

....changements de mentalités oui mais comment ?

….

Comment les sciences nous disent la conscience ?

Comment la science explique que notre conscience puisse tout transformer ?

..

Qu'est-ce qui résiste dans la société ?..

...

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

……………………………………….%%%%%

..

..

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il y a d’opinions très différentes moins le monde risque de se tromper ………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 900 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

les mimes éthiques sont parmi nous

les mimes éthiques sont parmi nous

pas cela, pas ceux-là

pas cela, pas ceux-là

ceci, ceux-ci

ceci, ceux-ci

personal branding - uniquement pour qui insiste pour en savoir plus....la vidéo étant inégale sur le fond.

for english ears

co-créons...

Le sous-bois des forêts tropicales est un immense terrain de cache-cache pour qui sait s'y camoufler. Premier sens de mimétisme…se fondre dans le même.

faire pareil avoir pareil - n'être plus qu'un regard aveuglé sur tout le reste...La rivalité n’est que…mimétique. La forme du désir d’imitation vient de l’imitation du désir…de l’autre. Le mimétisme se dénude comme le comportement le plus massif pour l’ensemble des humains.

moins de mimérisme en tout cas...

intelligences collectives ...pour un futur collectif...

De nous expliquer pourquoi en entreprise, nous observons des comportements plus mimétiques qu'efficaces. C’est d’étendre à la Bourse où ces comportements mimétiques sont une tempête d’inefficacités - sauf pour la société qui doit réparer les dégâts de ces esprits enfantins qui s’amusent avec ce qu’ils ne comprennent pas. Le capitalisme est bien une NON PENSEE.

Publié dans Victoires**

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article