Face au profit comment profiter de l’air ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Face au profit comment profiter de l’air ?

La pire des maladies au monde ? Le profit. Oui le profit, sans usage sérieux, qui aveugle à 100 %. Rend sourd à 100 %. Et insensible à tout. Comme si nous étions seulement un stupide bloc de béton à vie. C’est bien cela : aucune vie ne peut circuler dans un corps atteint du gravissime syndrome profit. Quelle réalité, dans ses flots de faits, pouvons-nous présenter à ces blocs hébétés. Butés sur eux-mêmes ? Afin de les arracher à leur hallucination ? Avec son faux aire de simplisme et son irréalisme social – par quoi commencer afin d’arracher nos contemporains à cette contagion ?

Déjà de prendre conscience à quel point cet enchainement liberticide à une fiction nous empêche, en fait, de profiter de la vie. Et de tout ce qu’elle nous offre gratuitement. Rien dans toutes les valeurs sacrées (vie, terre, nature, univers, gratuité, ressources, éducation, etc.) n’appelle au…profit. C’est une claire déviance. Une tragique maladie des perceptions mentales. C’est tout voir à côté et de travers. La pire des maladies au monde c’est bien le profit.

Il nous faut, en conséquence, extirper d’urgence ce grave fléau. Le profit « pur » n’existe pas : il est, et complètement, lié et intégré dans la matérialité sociale et c’est là que ça coince. Son étiologie est un état d’ébriété permanent qui lui ferme tout accès au réel. C’est le travail qui provoque les plus-values et non l’argent toujours INERTE (quelles que soient les simagrées agitées)…il peut être essayé de l’animer avec une doublure derrière le rideau – rien à faire, l’argent NE FAIT PAS DES PETITS par miracle, sans y mettre les mains. Détaché de tout ce qui est terrestre, en état d’apesanteur. Le profit comme isolé dans un laboratoire avec de l’air recyclé, sans germes et sans rien d’extérieur à sa bulle, n’existe que dans la tête malade d’un capitaliste. Oui très malade (il entend des voix ma pov’dame) qui « croit » que ce serait sa personnalité charnelle hors du commun qui attire « la mana » , la chance, la baraka, la patte de lapin, le grigri magique qui fait pleuvoir (que du ciel, que pour lui - et hors de l’atteinte des autres). Pleuvoir les…récompenses octroyées pas « son » dieu bienveillant à cause de ses qualités si méritantes ( vu sa déplorable action présente de « profiter sans tenue et retenue » du profit, nous nous demandons mais « où » et en quoi se trouve ses qualités exceptionnelles ? ah bien, nulle part !). Donc une mégalomanie auto-centrée qui « lui permet » de détruire LES VRAIES VALEURS (la vie sacrée, la Terre tenue si elle fur promise avec sa couche terrienne de fertilité inimitable, l’air pur, les ressources gratuites, l’eau vive, etc.) pour un…fantôme…inerte.

L’argent ne répond pas à la reproduction humaine : il ne peut se reproduire. Sa mère c’est juste la planche à billets. Il n’y pas de génération spontanée. Tout vient de la non répartition équitable de la convention sociale nommée argent. L’argent est une quantité, mais une quantité finie non extensible – ce que l’un prend l’autre ne l’aura pas. Aussi, de prendre cet acte raptique peu social pour du profit, il faut être notablement…détraqué. Oui que ces réalités de base ne puissent pas rentrer dans ces cerveaux, qui se prétendent supérieurs (où cela ?), voici qui nous conduit à nous interroger aussi sur les facultés de la société. Comment la Société a pu supporter de tels malades pandémiques – et les supporte outrageusement encore ? Dans le circuit économique le profit est, effectivement, un COÛT reporté plus loin, il ne s’est pas auto-produit, c’est un prélèvement, une ponction, une retenue, pas une naissance. Puisque un autre des très dangereux défauts du prétendu profit ? C’est son inhumanité glacée devant ses propres conséquences. Un profit qui vient de seules destructions mérite-t-il ce nom ? Qui saccage les ressources, toutes communes, qui rend un monde concrètement plus pauvre avant qu’après ? Etc. Le mot profit est partout INADÉQUAT. Bref, le profit se montre, principalement, comme une drogue dure qui fuit absolument toutes les conséquences de ses comportements. D’où son ébriété irréaliste permanente (il « se croit », il n’est pas !). C’est cela même : comme pour les alcooliques ce sont d’autres qui en prennent conscience. Et doivent agir. Le diagnostic ? Le capitalisme ne profite-t-il plus que de la mort et des destructions ?

..

Un exemple qui prouve tout le bien fondé de cette question ? Et les conclusions qui vont en être tirées afin de trouver les actions possibles, ensuite. Face au profit comment profiter de l’air ?

..

…………………………….******************

…..

« La pollution atmosphérique ? Cette tueuse de masse est responsable de 7 millions *** de morts prématurées par an dans le monde, et d'un nombre incalculable de maladies. Chauffage urbain, transports routiers et rejets industriels contribuent à saturer l'air des métropoles de gaz et de particules fines si toxiques que les scientifiques parlent d'"airpocalypse" en devenir. »

Cette information cruciale est-elle diffusée ? Surtout en comparaison des autres causes de décès qui cherchent tant à culpabiliser chaque individus. Et qui sont :

..

Tabac : 6 millions *** de morts annuels

Alcool : 3 millions *** de morts annuels

Obésité : 2,8 millions *** de morts annuels

Accidents : 1,3 millions *** de morts annuels

(source : planetoscope.com: chiffres des mortalités )

..

La mort par les pollutions de la société ce n’est vraiment pas la faute de qui en meurt. Impossible de la/le culpabiliser, afin de faire oublier ces chiffres de complètes injustices…s’il y a Airpocalypse celle-ci pourra donc être complètement achevée avant qu’il soit largement diffusé, les chiffres qui permettent de comprendre vraiment cette réalité prépondérante. …

..

Nous nous trouvons clairement en face de ces comportements pouvant être considérés comme importuns ou abusifs. Verdicts qui, pour le moment, n’atterrissent que sur qui n’est pas vraiment concerné par l’appellation. Et pas du tout à qui en remplit absolument toutes les conditions. Mystère des pensées séparées – et de la réalité globale et des conséquences induites de ses propres agitations peu sensées ?

Puisque, véridiquement, nous nous trouvons bien en face …. « d'une planète malade de ses excès, avec toute la rigueur requise par la gravité de la situation. Il s’agit de s’expliquer très clairement les différentes formes de pollution à travers les continents et leurs répercussions sanitaires, avec notamment les effets moins connus des pesticides émettant des particules déportées par les vents... vers les villes. » Etc

La tribune : airpocalypse-des-villes-au-bord-de-l-asphyxie

..

………………………………*******************

..

Le questionnement tourné vers les solutions ? Puisqu’à quoi sert de se contenter que de décrire l’horreur ? Avec machinale reconduite annuelle ? Bien mieux qu’elle disparaisse, l’horreur et ce ne sera pas qu’en la décrivant (routinièrement) - sans rien FAIRE d’autre après :

Il s’agit de mettre FIN à la pollution atmosphérique : d’où vient-elle sinon des chauffages, des véhicules, des épandages et pesticides agricoles et des usines…et de la pandémie intolérable du profit :

Abolir le profit comme structurant social. Il ne peut construire une civilisation : à l’évidence, il se conduit, d’ailleurs, uniquement comme une très nocive anti-civilisation ! Personne de sensé et de sérieux ne peut soutenir ce périlleux émeutier irresponsable destructeur de la société. L’abolir rendra la santé mentale à tout le monde…

Changer l’agriculture intensive qui tue la mince couche des sols parait devenu tellement indiscutable : le profit n’est un alibi que si l’on considère que la ,pollution atmosphérique est devenu un crime contre l’Humanité. Et ce n’est plus alors un alibi du tout recevable. Au contraire. Le profit est accusé et condamné – il va falloir socialement l’abolir ! Comme pour les usines qui se détournent des besoins réels et se tournent, vénalement, vers les faux besoins…

Les chauffages…un ensemble d’informations doit, d’abord, être largement diffusées… Mais encore ? Voir ci—dessous.

Les véhicules liés à l’individualisme-bunkerisé c’est fini. Il faut penser commun, collectif, intérêt général – donc fin, là aussi, du profit maniaco-obsessionnel. Comme les pouvoirs n’ont pas hésité à perturber la vie de tout le monde pour éviter la tabagie dans tous les lieux publics – le modèle existe déjà pour ce qu’il faut appeler la tabagie automobile. Tabagie automobile qui provoque des morts (si nous laissons en l’état) qui ne peuvent qu’augmenter. Ne serait-ce que parce que le nombre de bébés atteints de problèmes respiratoires augmente, lui, sans cesse. Immédiatement, saute aux yeux que le fait de rouler seul ôte beaucoup « d’intelligence sociale et coopérative » à la voiture. Il faut donc sortir de la voiture individuelle comme d’un piège sans issue : le conducteur solitaire se nuit à lui, aussi, et à tout son entourage. Donc activer des « conseils de quartiers » afin de mettre en place la décrue la plus réaliste de la tabagie automobile…Et là, tant de solutions existe ! Et aussi ?

Lorsque le capitalisme ne profite plus que de la mort et des destructions – nous nous découvrons être réellement le contraire du capitalisme. Nous n’avons aucuns de ces comportements pouvant être considérés comme importuns et abusifs. Et donc nous nous devons de le faire connaître de la façon la plus désintéressée ( aucune vérité n’est jamais intéressée par un profit mais par se rendre la plus…utile possible !!! Tout en devient clair face au confusionnisme si inintéressant du profit…). D’où la nécessité d’améliorer sans cesse les méthodes…

…………………..…..%%%%%%%%%%%%%%%%%%

….

Ici, la méthode : informations – liens – commentaires – clarifications – etc. Comme ceci :

Dans les villes le principal pollueur est la voiture

..

Dans les villes les principales pollueuses sont les…voitures. Assez d’hypocrisies !

Les styles de vie les plus pollueurs ?

Les styles de vie qui polluent le plus ? Ceux trop vantés par les irresponsables publicités ? Assez de mensonges : plus nous sommes riches, plus nous polluons !

Renouveler vite les chauffages

Les aides ne doivent plus aller aux trop riches (qui n’en nul besoin sensé !) mais bien à l’amélioration unanime des chauffages pour un air enfin respirable !

Toutes les particules fines

..

Les molécules fines de diesel restent plus dangereuses que celles issues du bois…etc. (comparatifs ne cherchant nuls conflits mais bien du meilleur être pour tous).

Diesel

L’information essentielle demeure qu’il reste possible…d’annuler les pollutions atmosphériques.

Encore faut-il commencer, et sérieusement commencer un jour.

……………………..Donc aujourd’hui et définitivement.

..

………………………………………….%%%%

…<<< AUSSI <<>>><<<<

. http://www.novaplanet.com/radionova/56155/episode-delphine-prunault-respirer-tue

….

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

..

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il y a d’opinions très différentes moins le monde risque de se tromper

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 900 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

qu'est-ce qui reste encore de naturel ?

qu'est-ce qui reste encore de naturel ?

le profit n'est pas sérieux car il ne veut pas que l'on sache qu'il ne peut êtte illimité dans une quantité limitée

le profit n'est pas sérieux car il ne veut pas que l'on sache qu'il ne peut êtte illimité dans une quantité limitée

La Nature ne veut d'aucun profit mais d'intelligence (le contraire du profit ?).

La Nature ne veut d'aucun profit mais d'intelligence (le contraire du profit ?).

Irrespirable : tout de suite !

Irrespirable : le danger environnemental le plus urgent !

décrire sans rien faire devient donc une dangereuse routine ?

solutions ? à un moment arrêter de seulement entasser des descriptions inertes !

des effets d'une totale injustice pour qui les subit ! Qui doit réparer ? Eh bien ! qui doit, impérativement, ne plus continuer en cette voie de barbarie!

Nier la réalité ajoute un immense problème très artificiel à tout ce qui existe déjà. Constats : plus nous montons vers le haut de la société, plus la réalité est niée. Les dessaisir de la gestion des problèmes ?

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article