La décentralisation toujours autant sabotée ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

La décentralisation toujours autant sabotée ?

L’écologie en actes doit, impérativement, recevoir la décentralisation…des enjeux. Si la pensée peut être globale, assurément les solutions ne peuvent être que locales. S’il s’agit de connaître les ressources renouvelées, et la pertes d’autres ressources non renouvelables et non renouvelées – c’est sur le terrain que le corps de la Terre peut être soigné. C’est là aussi que chaque geste du quotidien doit être placé dans une hiérarchie des importances. Là, surtout, que tous les débats peuvent avoir lieu pour la mise en pratique des enjeux en cours. Puisque si tout le monde n’est pas pleinement conscient des enjeux de la survie collective – une seule personne peut annuler les efforts de tous par ses pollutions intempestives d’être si…étourdies. La décentralisation véritable est donc une exigence de la Raison.

….

Pour le moment, c’est l’organisation la plus inefficace qui perdure : l’illégitime centralisation. Est-ce si irréversible ?

….

Par multiplication des contre pouvoirs ou de "réalisations" (pratiquement et dans la conscience) de l'entière décentralisation – nous parvenons à annihiler tous les vieux poisons. Puisque les pollutions ne peuvent être "résolues" que si chacun-e en a l'intime "résolution". Sa "détermination" détermine le futur collectif : en effet, un-e seul-e peut annuler les efforts communs en perpétuant l'esprit de pollution. Décentralisés, non.

Comment faire, par exemple, lorsqu’il va s’agir de RÉDUIRE les activités humaines au maximum, de les limiter aux normes plus restreintes de l'économie des besoins. C'est l'avenir de la planète qui décide. L'argent fait, alors, l'objet des méfiances les plus vigilantes (il se déguise en sérieux mais reste bien l'objet social le plus frivole et irresponsable qui soit). Le travail, à fort potentiel polluant, n'est plus structurateur de la civilisation vu qu'il faut le réduire, le diminuer au maximum, la paix sociale advient par le revenu (ou le salaire) d'existence et l'économie des besoins, le maximum de la vie sociale se voit donc structuré par l'apprentissage personnel et collectif de la préservation de la vie et de la Nature, les buts collectifs changent du tout au tout…etc. Mais, surtout surtout, la sagesse collective sait, à 100 %, qu'il faut réduire les activités humaines au maximum (la "croissance" perçue comme un toxique délire) – les diversions inversions stoppées net !!!

….

Comment cette mutation s’est passée ? D’abord la prise de conscience…Un exemple, "l'environnement" – proférer environnement signe que nous sommes carrément sur la voie de l’aliénation. Il n'y a nul environnement. En effet, l'environnement n'existe pas puisque nous sommes constitués de « la même vie » que tous les règnes végétaux ou animaux,. Nous ne sommes pas sur une île SÉPARÉE de la Nature, à l'écart. Rien ne nous environne donc - tout est déjà en nous. La Nature n'est pas un décor éloigné, la Nature c'est…nous, elle nous est autant intérieure qu'extérieure, elle ne peut donc se voir propulsée dans un entourage clos, hors de nos consciences. Nous demeurons entièrement liés à elle. Vous voyez bien que dire "environnement" (en faire même un ministère) c'est bifurquer vers la folie. L'environnement n'existe pas, nous ne pouvons ÉCARTER les conséquences de nos actes en les fourguant à un "alien" imperméable. L'environnement – oui où ça l'environnement ? Environ par là, quelque part aux environs, euh euh…donc que du non précis, du flou intégral, etc.. Pouvons-nous vraiment avoir confiance dans des gens qui déraisonnent tant que ça ?

Un mot qui change et beaucoup de…changements suivent ? Évolutions des prises de conscience ? Ce qui compte c’est la vraie hiérarchisation du réel : la Terre peut se passer de nous en se grattant de catastrophes, nous ne pouvons nous passer d'elle ; elle est le nid inévitable de la vie et sa matière sera toujours…« première ». Toute activité qui porte atteinte à la continuation de la vie et de la planète se doit d'être bannie pour "antiéconomisme irrécupérable" – économiser veut dire épargner, protéger thérapeutiquement , soigner, sauver la vie. L'argent qui ne respecte pas le futur doit être placé sous haute surveillance, méfiance maximum.

….

http://www.imagiter.fr/article-l-economie-reenchassee-dans-l-humble-economie-de-la-nature-65645445.html

Ce pourquoi la financiarisation de tout n’est qu’une pensée hyper toxique, elle a instillé partout le nihilisme, cette négation de l'Humanité, comme de toute "valeur" humaine, dévalorisant tout, perdant contact avec tout, nous rendant inaptes à l'écoute et à l'empathie (drôle de "richesse"!) – bref, que du total irréalisme. A nous de (re)devenir sérieusement humain. Le retour au réel pétille réellement joyeux. Nous accédons au "global", à la pensée globale et à la perception instantanée. Pour commencer. La biodiversité sociale se voit inscrite au fronton de la nouvelle civilisation : la diversité comme la faveur du futur ouvert. Les différences ne sont pas des inégalités, mais des chances exponentielles, nous sommes multipliés de tous les autres. Ni supérieur ni inférieur. La vie continue grâce à la…biodiversité. Chaque animal, chaque plante y a son rôle. Dans la Société, l'effondrement moral ne se capte donc qu'en haut, dans ces élites autoproclamées – qui se sont placées, d’elles-mêmes…hors de la Raison.

………………………….%%%%%%%%%

….

Et l’action ? Les pensées interdites de la décentralisation : les libertés locales sont-elles effectives ou ne sont-elles que des totems qui cachent une recentralisation en actes ? La protection constitutionnelle des collectivités territoriales est-elle efficace face aux principes d’indivisibilité de la République et de la loi comme seule voix de la volonté générale ? Ou, plus précisément, au contraire, ces questions ne doivent-elles pas être retournées vers l’évolution des collectivités vers des statuts particuliers qui remettent en cause l’indivisibilité, l’égalité et l’uniformité ?

De ces questions originelles découlent des interrogations sur les tabous institutionnels et territoriaux sur le modèle auquel se rattache désormais la République prétendue… décentralisée. Soit entre une pseudo unité jacobine et une diversité fédérale. Sur la réalité des liens entre le territoire géographique et les institutions locales, sur l’émergence de l’intercommunalité et de sa forme la plus puissante, la métropole ou encore sur la place de la commune alors que certaines collectivités se renforcent et que d’autres sont menacées de disparaître !

Tous ces thèmes sont abordés par Marie-Christine Steckel-Assouere dans «Les tabous de la décentralisation », ouvrage collectif dirigé par…

La décentralisation reste le pire des tabous - pourquoi ?

Or - Quels que soient les efforts entrepris et à quels que niveaux des dites …hiérarchies – ils sont, dans ce contexte, tous engloutis. Preuves ?

1) – a) -Dénuder toute la destruction en actes d’un pays par la…centralisation : en dirigeant un ouvrage sur les bienfaits incroyables de la décentralisation. Bienfaits qui nous restent difficiles à connaître. Tellement l’empressement à le faire se dévoile inexistant.

..

b) - En multipliant les ouvrages

..

http://www.mariechristinesteckelassouere.sitew.fr/Ouvrages.A.htm#Ouvrages.A

..

c) - En impulsant des débats locaux ou au niveau central (Palais Bourbon)

Réforme territoriale : l'envers du décor

..

………………………….%%%%%%%%%%%%%%%

Ce qui rejoint ce témoignage suivant si peu connu :

….

« Après 1981, je demandais à François Mitterrand : Pourquoi maintenant que tu as le pouvoir ne fais-tu pas ce que tu avais promis ? Il me répondait qu’il n’avait pas le pouvoir d’affronter la Banque Mondiale, le capitalisme, le néolibéralisme. Qu’il avait gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir.
J’appris ainsi qu’être le gouvernement, être président, ne sert pas à grand-chose dans ces sociétés sujettes, soumises au capitalisme. J’ai vécu l’expérience directement durant quatorze ans.


En France, on élit, et les élus font des lois qu’ils n’ont jamais proposées et dont nous n’avons jamais voulu. La France est-elle une démocratie? Une puissance mondiale? Je le dis en tant que Française : cela ne veut rien dire ». C’est de…Danielle Mitterrand !!!

Or, tellement plus de décentralisation offrirait des armes concrètes afin de résister à ces très illégales invasions du capitalisme. Si c’est une armée d’occupation, il n’est vraiment pas assez nombreux pour tout investir…Cette catastrophe en cascades de la mondialiastion-qui-n’en-est-pas-une suit, très visiblement, le schéma du centralisme. Soit la hiérarchie pyramidale, rebaptisée la verticalité en politique. Face, de la sorte, à l’horizontalité en politique qui n’est quasiment pas connue. Tant la hiérarchie persiste à faire pleuvoir ses dogmes qui ont, partout, pourtant, échoué…Par exemple l’indiscuté «le tout est supérieur à ses parties ». Seul (ou quasiment – voir ***) Edgar Morin tire la sonnette d’alarme sur le fait que, « le tout est également moins que la somme des parties car les parties peuvent avoir des qualités qui sont inhibées par l'organisation de l'ensemble». Et que le Tout peut, aussi, se montrer très inférieur à la somme des parties.

*** - Afin de déjouer tous ces pièges, existe le meilleur livre sur la décentralisation avec le titre de "Légalité de l’égalité" que l’on peut trouver sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/. Il suffit de cliquer sur l’onglet 3.

……

……………………………….***************

« Depuis les années 90, l'autonomie est une valeur à la hausse. Pour certains managers qui font la publicité de l'autonomie, il s'agit souvent de rendre moins visible le pouvoir hiérarchique tout en faisant peser de nouvelles contraintes sur l'individu promu autonome. » (pp.36- 46 – Jacques Rodet - Autonomie et métacognition des apprenants à distance. Dans Chroniques et entretiens, 2005). Cette autonomie décentralisée étant un leurre de grave déloyauté – puisque d’autonomie nulle, de fait, il n’y a qu’une exploitation de la personne qui reçoit plus de charges et de responsabilités. Et sans les moyens matériels pour remplir, correctement, les deux. Donc recevant, illégalement et frauduleusement, les engueulades destinées seules à sa claire hiérarchie, la truqueuse. Le nom rationnel « d’autonomie » a servi à faire ronfler des mensonges. En France, aucun modèle fiable de décentralisation n’existe donc. Et surtout pas dans les médias mercenaires, les ennemis déclarés du pays !

…………………………….%%%%%%%%%%%

….

Comment une telle idéologie défaitiste et déshonorant le pays a pu s’installer ? En gangrénant les sommets.

« Nous avons lié le cartésianisme et pensée disjonctive parce que les deux séparent et isolent la verticalité. Nous rapprochons maintenant l'horizontalité à la

pratique conjonctive qui ne se traduit le plus souvent que par une pensée injonctive (ibidem).» Comme si semer des ordres était une action adaptée, opérante, œuvrant en plein des possibles – bref, du rationnel et de l’efficace. Donner un injonction peut, même, empêcher toutes les conjonctions…que de têtes mal faites !

..

Décentralisations et horizontalités politiques en actes ? Soit qui ai suffisamment imbibé les pensées pour que les comportements le confirment, sans légendes ventriloquées écrites tout en-dessous. Son principal penseur, Edgar Morin, en définit les principes de la manière suivante :

..

*** « Le principe dialogique

unit deux principes ou notions antagonistes, qui apparemment devraient se repousser l'un l'autre, mais qui sont indissociables et indispensables pour comprendre une même réalité. [par exemple, que ce soient de prétendus opposants les vrais et réels défenseurs du pays…]

*** Le principe de récursion :

C'est une boucle génératrice dans laquelle les produits et les effets sont eux-mêmes producteurs et causateurs de ce qui les produit.

*** Le principe hologrammatique

met en évidence cet apparent paradoxe de certains systèmes où non seulement la partie est dans le tout, mais le tout est dans la partie [...] l'individu est une partie de la société, mais la société est présente dans chaque individu en tant que tout, à travers son langage, sa culture, ses normes. »

(Cf. La Méthode en 6 volumes de 1977 à 2004)

..

En synthèse :

« Le principe de récursion permet de penser le changement comme une cause et un effet et de poser la boucle récursive suivante utile au responsable du changement : changer sa manière de penser le changement provoque le changement dans le changement qui à son tour change sa manière de penser le changement.

..

Enfin, le principe hologrammatique permet au responsable du changement dans l'organisation de penser que le changement, est un élément de l'organisation, mais que l'organisation est aussi dans le changement.

(http://jacques.rodet.free.fr/vhchgt.pdf Jacques Rodet - Autonomie et métacognition des apprenants à distance. Dans Chroniques et entretiens, 2005). »

Et, en conclusion :

« L'horizontalité se veut effectivement une pensée conjonctive dans le sens où elle ambitionne de lier, de relier et de faire communiquer harmonieusement les parties de l'organisation entre elles. En ce sens, elle partage avec la verticalité l'objectif d'une organisation plus efficace alors que l'une et l'autre recourent à des moyens contraires : l'égalitarisme et un certain désordre ; la hiérarchie et l'ordre. (ibidem). »

….

…………………………………****************

Nous savons désormais que la hiérarchie IMMOBILISE tout, qu’elle représente un grave danger social privant la société de…flexibilités et d’efficacités en temps de crises. Le poison de mort rigide empêche les vitales…réactivités

Et tout cela parce que ces hiérarchies déshonorées et délégitimées ont trahi leurs fonctions réelles – s’il y a un mouvement descendant c’est, surtout, le mouvement ASCENDANT qui légitime. Ascendant ? C’est écouter, écouter tout le monde, vérifier les dires, agir en conséquences, débloquer les lourdeurs, faire vibrer cette toile d’une réelle…activité

………………Donner des ordres rigides N’EST PAS une activité !!!

……………………%%%%%%%%%%%%%%%%%

<<<<<<<<<<<<<……DÉSANNEXÉS >>>>>>>>>>>>>>>

Lorsque même le stationnement payant est...centralisé

...

non seulement il n’y aurait (dans les rêves déments des centralisateurs) plus de liberté de circuler – mais stationner c’est hyper surveillé (ceci est trop halluciné pour être suivi…un jour). La principale c’est que c’est, localement, sur place, que l’on sait gérer le stationnement…payant ? c’est écrit….cela change tout….centralisons de plus moche…

Excès de la verticalité politique toujours en état d'ébriété

...

La culture de l’horizontalité ne fait pas partie de notre patrimoine.

En effet.

Lorsque nous réclamons de l’égalité, nous la réclamons à "en haut", au gouvernement, au patronat, etc. Nous la réclamons pour être aussi bien traité par "en haut" que le voisin, pas pour tisser des liens de fraternité. Avec le voisin avec qui il devrait être plus « sérieux » de gérer tout directement.

Et lorsque nous en appelons à notre "droit" d’exercer notre liberté, c’est encore à "en haut" que nous en référons, et pas du tout à nos pairs. Le plus souvent, nous réclamons à "en haut" qu’il impose notre "liberté" aux autres par "en haut" justement ! Qui a introduit ce virus très grave d’IMMOBLISATION complète d’un pays ? Strictement aucun bien – c’est condamner le pays à l’impuissance en cas de défaillance du hautain « haut ». Aucun sens des responsabilités donc…

http://ecosystemeschampions.fr/repenser-la-verticalite-du-politique/

le fait qu’il y ai tant de documents, ici, prouve que ce débat n’a jamais eu lieu sérieusement – que les dénis du réel et le dogmatisme « font juste semblant » d’avoir des arguments…

http://jacques.rodet.free.fr/vhchgt.pdf

....

pour des changements non-violents dans les organisations- Pensée disjonctive, pensée conjonctive et pensée complexe ?.

.....

………………………………………….%%%%

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

..

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 3 900 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

système de l’anticommunication – puisque afin de communiquer avec qui se trouve à 1 mètre de vous, vous devez faire 1000 Kilomètres et retour. Aberration totale par étranglements de toute vie…active. Aucune voies transversales n’étant prévues tout est aspirée en voies « uniques » vers l’araignée centrale. Qui ne fait rien de cette folie spatiale. Inefficacités garanties…

système de l’anticommunication – puisque afin de communiquer avec qui se trouve à 1 mètre de vous, vous devez faire 1000 Kilomètres et retour. Aberration totale par étranglements de toute vie…active. Aucune voies transversales n’étant prévues tout est aspirée en voies « uniques » vers l’araignée centrale. Qui ne fait rien de cette folie spatiale. Inefficacités garanties…

pris en flagrants délits...

pris en flagrants délits...

Aucune interconnectivité entre les membres centralisés, tous aveugles et sourds aux autres – bref, c’est le foutoir, le désordre, le chaos véridique – ce n’est beau que sur le papier. Décentralisation c’est la main qui ramène… la raison - Elle ne demande rien.

Aucune interconnectivité entre les membres centralisés, tous aveugles et sourds aux autres – bref, c’est le foutoir, le désordre, le chaos véridique – ce n’est beau que sur le papier. Décentralisation c’est la main qui ramène… la raison - Elle ne demande rien.

Paris nous gave du modèle allemand sauf que le modèle de sa propagande est…fédéral, très décentralisé et donc une critique frontale du Paris-tout-pour-moi-et-rien-pour-les-autres. En clair – la décentralisation réelle il n’y connait rien de rien. Il nous faut chercher…aillleurs.

Comme il n’y a jamais eu ni acte 1 ni acte 2 – aucune décentralisation réelle n’existe en France.

Un cours c’est de répéter – mais répéter quoi ? Des idéalismes de ce qui « devrait » exister. Et donc, par définition, n’existe pas. Et ainsi ce sont des idées qui ne peuvent que subvertir .

admettre que Paris n'y connait absolument rien...

le centralisme est plus obsédé compulsif que jamais...

En pleins dénis du réel ? Qui ? Macronmagnon ! Où ? Ici, malheureusement. « Je crois à la verticalité du pouvoir politique, elle n'empêche pas le travail de conviction, de confrontation, mais je crois à une forme de verticalité, qui n'existe plus. Pour moi, l'horizontalité, complète dans laquelle on vit, où toutes les idées se valent, où tout se vaut, c'est la défaite de la pensée, et potentiellement la paralysie de l'action" Du Macronmagnon !!! Or, c'est précisément la verticalité descendante d'un État centralisé, recentralisateur, et autoritaire, de plus en plus impuissant à résoudre les problèmes réels qui est à l'origine du divorce entre les citoyens non votants et la non-vie de la cité C'est l'absence d'autonomie des communautés de citoyens, les empêchements à inventer en France, des solutions locales à un désordre global (venu du haut) qui sont le problème principal de ce pays.

pour des sensibilités qui veulent toujours tout connaitre d'une problétatique...

Publié dans qui fuit le réel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article