C’est bien l’humanité qu’il faut sauver

Publié le par imagiter.over-blog.com

C’est bien l’humanité qu’il faut sauver

La Terre a tout son temps. Et nous pas. Des siècles et des milliers d’années afin de se réparer et nous pas. Tous les dégâts causés par l’entêtement déraisonnable à ne pas changer ce style de vie destructeur attaque, de plein fouet, surtout l’espèce humaine. C’est ainsi se tromper de sauvetage… « Ce n’est pas la planète qu’il faut sauver en agissant ainsi, mais bien l’humanité et, plus précisément, si on enlève l’hypocrisie, notre style de vie très confortable mais à quel prix. Pour être très clair : la planète n’est pas à sauver parce que ce n'est pas elle qui se trouve en danger. Même si certains considèrent que nous sommes entrés dans une nouvelle ère géologique, l’anthropocène, marquée par la capacité de l’homme à bouleverser son écosystème, à le polluer, à modifier la composition atmosphérique, à détruire massivement des espèces et des ressources naturelles, à créer des tremblements de terre, la planète n’en a cure. »

L'anthropocène

..

Dans ce sens c’est nous plus que la planète qu’il faut… sauver.

L’évidence est pourtant flagrante… « Pourquoi ? Parce que ce système naturel qu’est la Terre s’ajuste aux conditions qui lui sont imposées. Dans le cas du réchauffement climatique, la planète retrouvera, dans quelques siècles, dans quelques millénaires, un équilibre. Simplement, il sera bien loin de celui que nous connaissons et nos descendants risquent d’y laisser des plumes : parce que les extrêmes climatiques seront plus fréquemment atteints, parce que les villes côtières seront fragilisées par la montée des océans quand elles ne disparaîtront pas, parce que l’accès aux ressources naturelles de base telles que l’eau potable et la nourriture sera nettement plus problématique voire une source de conflits, parce que les services rendus gratuitement par la nature seront réduits en raison de la perte de biodiversité. »

La problématique existe bien mais elle est formulée n’importe comment : ce sont les conditions de la vie qui permettent l’espèce humaine qu’il faut protéger. C’est cette vie qu’il faut sauver. Et donc préserver et amplifier la biodiversité. En contrecarrant les effets des bouleversements climatiques. Bref, en changeant à 100 % de style de vie ! La survie de l’espèce humaine dépend de la nature. Dans ce sens, il suffit juste de la protéger la nature…non de la sauver. Et de qui ? De nous ?

..

« Invoquer la sauvegarde de la planète pour inciter les gens à un mode de vie plus respectueux de l’environnement est un argument défectueux. […Mais pas le fait essentiel de modifier complètement nos modes de vie qui demeure le but à vite atteindre !]…Ne pas expliciter qu’en ayant dépassé les limites de notre biosphère nous mettons en péril la survie même de notre propre espèce s’avère une manière de fermer les yeux sur nos responsabilités et sur les défis qui nous attendent. C'est interposer la planète entre nous et nos actions, comme pour les masquer. En somme une façon étrange de nous extraire de notre écosystème et d’oublier que nous constituons l’une des “cibles” des changements globaux, parce que nous sommes fragiles. C’est bien l’humanité qu’il faut sauver. La planète, elle, se sauvera toute seule. »

..

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2015/06/08/ce-nest-pas-la-planete-quil-faut-sauver-cest-nous/

…………………………**********************

Ce qu’il importe c’est de marteler (jusqu’à compréhension complète) c’est que nous avons dépassé les limites de notre biosphère et que – donc - nous mettons en péril la survie même de notre propre espèce. Et que c’est nous qui allons subir de plein fouet toutes les conséquences très désagréables d’avoir tant refusé (sans motifs adultes recevables) de modifier ce style de vie qui détruit « notre » biosphère. La biosphère de la Terre est tellement plus vaste que la nôtre parce qu’elle a TOUT SON TEMPS. Nos mégalomanies inquiétantes (à se faire croire que nous sommes plus forts que l’univers ou que même la Terre – tout ceci se fracasse sur les murs de la réalité)…la Terre est forte, nous sommes FRAGILES. Et nous sommes…limités. Les conditions de notre survie sont plus restreintes. C’est notre vie (plus petite que celle de la Terre) qu’il faut donc sauver. En protégeant les…Conditions de vie de l’espèce humaine que seulement une partie de ses membres est en train de saccager et dévaster. Sans excuses du tout – puisqu’ils/ elles en sont amplement avertis.

Et de s’apercevoir que la ligne de partage court bien au-delà des opinions soi-disant politiques : le refus puéril mais si dramatiquement destructeur de ne « rien changer de sa façon de vivre » se retrouve autant chez des humains se prétendant de gauche que de droite, d’extrême-gauche que d’extrême-droite. Dans ce cas, l’alibi des opinions prétendues politique vole en éclat. Tout ce qui se passe depuis 50 ans – c’est juste le vacarme épouvantable des aliénés complets qui hurlent « mon style de vie n’est pas négociable » et qui nient et dénient tous les rappels à l’ordre de la …réalité. Qui scandent sans cesse : c’est votre style de vie même qui détruit toutes les conditions de survie de votre vie même. Donc – sans ces conditions de survie votre style de vie non négociable ne pourra même plus exister. Et vous ne pourrez plus jouer aux matamores devant vos têtes qui ne sont plus que des moulins…Ce non négociable c’est les criailleries d’un enfant capricieux qui refuse de voir la réalité en face…et alors ! la réalité lui tourne le dos. Que c’est lui qui casse son jouet, que ce n’est pas un jouet en plus mais des mécanismes sur le fond fragiles qu’il faut respecter. Et ne pas respecter aucun de ces égoïsmes monstrueux comme aucune de ces idées folles (que l’irresponsable société de consommation excite et incite – preuve que la consommation débridée est plus proches des maladies mentales que l’on croit !). Que tout est donc abusif dans ce « non négociable » dans le sens qu’on peut être suicidaire tout seul – mais surtout ne pas l’imposer aux autres. L’écrasante majorité, dans son intimité, est « pour » le changement mais ne sait pas du tout comment faire (…ce pourquoi, comme nous le faisons, il faille intensifier les débats sur les questions pratiques, le concret de nos vies !) -. Pensant (sans donc penser) que l’après changement serait pire que l’état actuel inerte depuis 50 ans du monde. Non ! C’est s’il n’y pas de changements que ce sera vraiment PIRE - et de loin - que l’état actuel. Donc des changements conscients, internalisés, choisis et accompagnés ne peuvent qu’être…absolument bénéfiques !

Preuve que les racines des dommages causés par ce prétendu style de vie (c’est plutôt vivre sans style – tels de grossiers gloutons !) atteint surtout l’espèce humaine (ce qu’il faut sauver dans la Nature c’est l’ensemble des données « données » qui permettent à l’espèce humaine de vivre !). Dans l’inertie actuelle – tous les changements vont se faire CONTRE NOUS. A notre net désavantage. C’est déjà l’alimentation que les bouleversements climatiques (bouleversements dus à l’entêtement à ne pas changer de mode de vie !) vont modifier. Et pas en bien. Voyons plutôt le lien plutôt que persister dans des anti-raisonnements afin de ne pas scruter LA question : quand commençons-nous à changer de style de vie ? C’est nous qui sommes en danger immédiat. C’est « notre » planète qu’il faut sauver. Pas « la » planète !

..

http://www.courrierinternational.com/article/sciences-le-rechauffement-climatique-est-dangereux-pour-notre-alimentation

« C’est une première. Une étude évalue pour la première fois l’impact du changement climatique sur le régime alimentaire des individus, en évaluant les risques de mortalité pour l’homme dans 155 pays. Cette étude parue jeudi 3 mars dans la revue scientifique The Lancet, montre que le réchauffement climatique pourrait, en réduisant la productivité agricole, provoquer en 2050 plus de 500 000 décès supplémentaires dans le monde.

..

L’équipe de l’université d’Oxford, à l’origine de cette étude, s’est penchée sur les effets des pluies torrentielles, des sécheresses et autres phénomènes météorologiques dus au réchauffement climatique sur les productions agricoles. Si aucune mesure de réduction des gaz à effet de serre n’est prise rapidement, le changement climatique pourrait rendre difficile l’accès à la nourriture des populations les plus pauvres, estiment les chercheurs.

..

Le réchauffement de la Terre de 1880 à 2015 en 31 secondes


A l’échelle de l’individu, ils ont calculé qu’on observerait en moyenne, une baisse de la quantité de nourriture disponible de 3,2 % par personne, soit 99 kcal par jour, de 4 % de la consommation de fruits et légumes et de 0,7 % de celle de viande rouge, par rapport à 2010. Ce sont les pays du monde dont les populations ont des revenus faibles ou moyens qui seraient les plus affectés. A elles seules, l’Inde et la Chine enregistreraient près des trois quarts de ces décès supplémentaires.

..

(….) D’après un récent rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), d’ici 2050, le réchauffement climatique pourrait provoquer 95 000 morts supplémentaires par an à cause de l’augmentation des températures, 85 000 à cause des famines et 70 000 du fait des risques provoqués par la malaria et diverses maladies.”

..

…………………………*********************

L’espèce humaine est menacée de n’avoir produit aucun changement significatif de ses manières de vivre. De vivre si mal. Aussi, des informations comme quoi les océans ont les moyens potentiels de sauver la vie – ne concerne pas les humains. C’est la vie de la Terre sur le long terme qui sera sauvée sur le long terme et pas la nôtre, celle de l’espèce humaine..

L'océan-est-capable-de-sauver-la-planète

..

………………………….***********************

….

La vie humaine ? Nous seuls pouvons la sauver en changeant à 100 % nos manières de vivre.

..

** - Déjà en se branchant sur le long et moyen terme – le court-termisme doit être banni comme inconscience irresponsable mais qui produit des dégâts monumentaux. Les puérilités du profit aussi : c’est un coût pour les autres que votre prétendu profit, c’est donc un coût et pas un gain « net » expurgé e tout « frottement », un coût reporté ailleurs.

..

*** Ce n’est plus la prétendue loi de l’offre et de la demande qui doit « gérer l’allocation des biens communs » - mais bien la gestion en direct des biens communs. La prétendue loi de l’offre et de la demande n’existant pas puisqu’il n’y a pas d’information pure, neutre et également partagée : tout est faussé par les monopoles et oligopoles du privé, ses ententes illicites et son refus de faire jouer la concurrence « égale pour tous », etc.

..

Ces 2 critères dessinent fermement un changement complet de l’organisation sociale. Le capitalisme acéphale (sans pensée donc sans prévision sans précaution sans plan sur le futur, etc. ) n’aura été qu’une désorganisation de tout. Il n’aura agi que tel le pire ennemi de la société complète. Et ne peut donc prétendre diriger quoi que ce soit…pour elle.

..

Nous seuls pouvons sauver l’espèce humaine en changeant

..........………..à 100 % l’organisation de la société !

..

..

…………………..%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< AUSSI >>>>>>

http://www.pauljorion.com/blog/category/la-survie-de-lespece/

..

Le dernier qui s’en va éteint la lumière

….

http://www.les7duquebec.com/7-au-front/211569/

..

La survie de l’espèce humaine dépend de la nature.

..

Les devoirs de l'espèce humaine précèdent ses droits

..

L’espèce humaine est-elle titulaire de droits ou de DEVOIRS ?

..

Humour ? que-peut-on-attendre-de-l-espèce-humaine ?

..

De la suivre ou de ne pas la suivre ?

..

..

.......................................%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

..

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L'ECONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il y a d’opinions très différentes moins le monde risque de se tromper ………………………

...

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

pourquoi ne pas vivre ce que nous tranSmettons à l'univers ?

pourquoi ne pas vivre ce que nous tranSmettons à l'univers ?

C’est bien l’humanité qu’il faut sauver
l'évolution "évolue" comme un oiseau dans le ciel...

l'évolution "évolue" comme un oiseau dans le ciel...

La planète est-elle réellement en danger ou seulement l'humanité ?

nous dépendons à 100 % de la biodiversité la Terre beaoucoup moins...

c'est juste une espèce qui détruit son nid de VIE pour des divagations inacceptables que colportent de prétendus dirigeants

Commenter cet article