Rêves de brèves (2)

Publié le par imagiter.over-blog.com

Rêves de brèves (2)

Sculpter comme de petits sketches ? A la langue incisive, acerbe, ardente, acide, âpre, mais lumineuse – qui fasse mouche à chaque phrase ? Débusquer des formules à chaque coin de texte ? Nous le tentons à fond ici. A voir si le but a été atteint ?

http://les5grandsrevesdevie.com/img/03.jpg

..

Sommes nous les acteurs de nos vies - êtes vous l’acteur de votre vie ? Grâce à la corde enchantée des mots – qui jamais ne nous décevront – nous pouvons nous échapper du cloaque insupportable de la société de consommation qui exclut tout autre stule de vie. En tout cas. Où nous sommes « réduits » (humains en réduction, nains de leurs délires !) à n’être que :

*** Du temps de cerveaux disponibles.

*** Des porteurs humiliés de « leurs » marchandises de pacotille.

*** Des monstres d’inhumanité face à nos frères humains. Les illégalement rejetés par la barbarie insurpassable de « pas d’argent – pas de besoins »…vous n’avez pas d’argent – vous pouvez (donc) crever de faim, mourir de froid, grelotter de maladies, …etc. Est-ce ainsi que les femmes et les hommes vivent ? Accepter CELA en échange de marchandises sans attraits ? Non mais ! jusqu’où aurions-nous pu chuter ?

*** Accepter de porter cette déchéance collective chaque jour dans les rues ?

*** Ne plus jamais être réactifs ? Passer sans émotions ni sensibilités à côté des plus hurlantes injustices est une preuve…d’humanité ? L’Humanité, qui nous précède tant, n’a jamais été une abstraction, mais bien un sentiment – celui d’Humanité !

*** Ne plus pouvoir vivre en direct des joies saines, des cœurs purs, des sentiments simples, des élans de spontanéités, de la vérité qui coule des bouches comme du miel – préférer les gangrènes des hypocrisies, les faux semblant, tout le frelaté des rôles sociaux. Non mais alors ! cela n’est absolument pas durable. Donc ne peut durer.

*** Tout vaut mieux que de vivre une seconde de plus dans l’inhumaine société de consommation comme si nous étions des robots plastifiés ne ressentant plus jamais rien de personnel. Comme su nous n’étions jamais…

……………………………………………..les acteurs de nos vies : !

..

………………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

Nous sauve seul ce que nous avions exclu ?

..

Une bactérie résistante mangeuse de-plastique ?

..

Et après cela on dit toujours que les bactéries c’est sale, des microbes, dangereux pour la santé, et à exagérément détergenter, etc.? Et si nous avons tant faux sur ceci sur quoi d’autre pouvons entrevoir l’espoir d’être un jour …raisonnable. Il y a trop de claques qui se sont perdues !

« Trois cents millions de tonnes, c'est la quantité de produits en plastique fabriqués chaque année dans le monde. Un chiffre qui ne manque pas d'inquiéter alors que la pollution au plastique gagne de plus en plus de terrain. Des chercheurs ont même estimé dans un récent rapport que d'ici 2050, il y aura plus de plastique dans l'océan que de poissons.

..

Face à un tel constat, les spécialistes tentent de découvrir de nouvelles méthodes de traitement de ces déchets et une équipe japonaise vient de dévoiler une piste plutôt inattendue. Elle a en effet identifié une espèce de bactérie capable de décomposer un type de plastique contenu dans la plupart des contenants jetables, d'après l'étude publiée dans la revue Science.

..

Le micro-organisme en question a été baptisé Ideonella sakaiensis. Selon ses découvreurs, le spécimen pourrait assimiler complètement le polytéréphtalate d'éthylène (PET), un plastique de type polyester saturé que l'on retrouve dans un grand nombre d'emballage plastique comme les bouteilles de boissons gazeuses par exemple.

..

Un matériau difficilement dégradable

..

La légèreté et résistance du PET en font un matériau aussi bien privilégié par les industries que redouté par les organisations environnementales qui pointent du doigt sa difficulté à se biodégrader.

Le PET étant un polymère, à savoir une macromolécule constituée d’une répétition de molécules plus petites, sa décomposition consiste grossièrement à casser les liaisons entre chacune des sous-unités. De précédentes études avaient déjà identifié quelques espèces de champignon capables d’une telle entreprise. Toutefois, jamais cette faculté n’avait été observée jusqu’à présent chez une bactérie. Une bactérie pionnière Ideonella sakaiensis est la première de son genre. L’organisme décompose le plastique en sécrétant deux enzymes ciblant spécifiquement les liaisons moléculaires. Sa découverte a été réalisée en récoltant et en passant au crible 250 échantillons de PET recueillis dans le sol et les eaux usées d’un site utilisé pour le recyclage des déchets plastiques. Grâce à ces analyses, les chercheurs ont mis en évidence la colonie de bactéries mangeuses de plastique vivant sur ces échantillons. L’activité nécessite deux réactions enzymatiques pour transformer d’abord le support en un produit intermédiaire puis pour décomposer celui-ci et produire par la même occasion, le carbone nécessaire à leur croissance. Des perspectives malgré un rendement limité Des tests menés pour calculer le rendement de ces réactions suggèrent toutefois qu’il faut environ six semaines pour qu’une colonie d’Ideonella sakaiensis dégrade totalement un morceau de plastique de la taille d’un ongle de pouce. L’activité des bactéries, particulièrement lente, nécessite par ailleurs le maintien d’une température constante de 30°C pour optimiser ses résultats. Si cette réaction est relativement limitée à l’heure actuelle, ses fondements laissent d’ores et déjà entrevoir de possibles applications dans les processus d’élimination des déchets. A terme, l’activité de dégradation pourrait être intensifiée ou identifiée sur d’autres micro-organismes plus efficaces pour obtenir des solutions tangibles. En attendant ce jour, la meilleure méthode reste encore actuellement le recyclage des bouteilles en plastique, un processus qui consiste à fondre les contenants pour en faire des nouveaux. » Perspectives anticonformistes !



Ainsi ce qui est le plus diffamé, ostracisé, rejeté sans motifs, cible des peu excusables préJugés est toujours ce qui NOUS SAUVE. Autant dans la Nature que dans la pensée…Bienheureuses et bienheureux qui vivent en direct la vraie pensée. Sans jamais s’occuper des préjugés. Ils vivent déjà dans un mélange vivace qui protège – intérieurement - de toutes pollutions…affectives, mentales et émotionnelles. Qui veut nuire reçoit, immédiatement, comme le choc en retour sur lui-même des émanations de son cœur corrompu ! Cela vaut le coup de donner le bac aux bactéries…et à tout ce qui est, trop bestialement, rejeté par l’arriération conformiste…

..

……………………………….%%%%%%%%%%%.

..

..

Seul l’argent ne nous guide pas ?

..

Une bonne action plus pour notre santé que pour la planète ? La Nature constituant le nid obligatoire de la vie humaine – c’est dans cette optique prioritaire qu’il faut la protéger. Les énergies fossiles non renouvelables représentent des stabilisateurs de la bonne santé de la Terre. Hypothèse Gaia tant de fois vérifiée. C’est donc, surtout, pour notre survie qu’il s’agit de ménager ces énergies non renouvelables. Et ne pas les faire partir en fumée. Pour rien ! Pour rien en plus puisqu’il n’y a nulle… urgence de rencontres - lorsque la société de consommation a fait exploser les solitudes !

Doubler-les-énergies-renouvelables-génèrerait-des-milliards-d-euros-d-économies ?

..

L’argumentaire dévie, en effet vers ceci : lorsque des malades incurables ne peuvent être éveillés à un peu de conscience qu’au seul mot…fric. Il faut en déduire que seul l’argent nous guiderait ? Ce n’est pas la valeur pour la survie de l’espèce entière qui compte mais que ces antisociaux fassent leuuuuuuuuuur arggggggggggggggent. Déplorable. Mais pour qui ? Nous ? Ou ces victimes de la folie nommée dérégulation. Soit tout dérégler, plus rien de réglo, d’honnête, plus de régulier et disparition de la…confiance – et tous devenus plus chaotiques que le chaos ? Le capitalisme a, en conséquence, perdu partout puisque :

** il se trouve sans adversaire - mais « avec » des adultes qui veulent vivre hors de sa démence – il se sera entêté à faire toujours le contraire de ce que la saine réalité propose ouvertement. Nous sommes, ainsi, « contraints » à vivre sans lui.

..

** nous le voyons si nu et complètement égaré dans son monde de…chimères. Où aucun mot ne pourra le sortir de son enfermement mental (aliénés jusques aux yeux !) – puisque ils ont toujours fuit le sens réel des mots !

..

Le sens des mots ? « Ils établissaient qu’à l’échelle de la planète le doublement de la part des filières vertes dans le bouquet énergétique, d’ici à 2030, aurait pour effet une hausse du PIB mondial comprise entre 0,6 % et 1,1 %, soit un gain de croissance de 700 à 1 300 milliards de dollars (de 630 à 1 170 milliards d’euros) par an. Cela, tout en générant plus de 24 millions d’emplois.

..

(…) L’Irena poursuit sur sa lancée, avec un nouveau rapport, Roadmap for a Renewable Energy Future, présenté jeudi 17 mars à Berlin, dans le cadre d’une conférence internationale sur la transition énergétique. Il conclut que porter de 18 % (chiffre de 2014) à 36 % la part des filières alternatives dans la consommation totale d’énergie, à l’horizon 2030 (…) permettrait de réaliser une économie entre quatre et quinze fois supérieure (entre 1 100 et 3 800 milliards d’euros).”

Le sens des mots ? Ne pas dépenser (économiser…) se montre donc supérieur au court-termisme déraisonnablement dispendieux ? Enfin, suffisamment pour comprendre que le plein développement de ces économies…sans gains capitalistes ne peuvent se réaliser ( dans le sens - bien comprendre et concrètement construire) qu’après l’abolition du capitalisme. C’est d’une nouvelle civilisation dont il s’agit absolument pas d’une prolongation.

..

..

…………………………………%%%%%%%%%%%

..

..

Faux éclairages sur l’éclairage ?

..

..

Ne le faire qu’un seul jour, une seule heure, est-ce vraiment sérieux ? Pas du tout sérieux. Pourquoi alors le faire ? Décryptages !’

..

Seulement une heure-d'obscurité pour cet âge de ténèbres ?

..

Un évènement ? … « À 20 h 30, heure locale, Sydney donnera le coup d’envoi en éteignant le pont Harbour Bridge. De l’Australie à la côte ouest des Etats-Unis, les monuments emblématiques plongeront dans le noir : pyramides d’Égypte, Tour Eiffel, Times Square. En 2015, 1 200 monuments et 170 pays avaient participé à l’opération. » [anthropologisation exagérée : comment des monuments peuvent…participer de leur plein gré ?]

..

Action symbolique ?

« Mais cette année, Earth Hour a une dimension particulière. « C’est la première mobilisation planétaire de l’après COP21, on doit garder l’élan de mobilisation », explique Pierre Cannet, responsable du programme Climat et énergie au WWF France.

..

« La pire des choses serait que la parenthèse COP21 se referme et que l’on continue comme avant. Les engagements doivent être tenus et rapidement consolidés pour faire de 2016 l’année de la cohérence », confirme Pascal Canfin, directeur général du WWF France. L’ONG espère relancer la mobilisation en prévision de la cérémonie de signature de l’accord de Paris qui aura lieu le 22 avril, jour de la Terre, au siège de l’ONU à New York.

..

Les détracteurs de Earth Hour mettent en avant l’inefficacité de cette action. « L’objectif n’est pas d’économiser de l’électricité le soir d’Earth Hour mais d’enclencher la discussion »…Nous voilà rassurés ! Cutons percutons et discutons…

..

Et sur quelle base ? L’éclairage représente un cinquième de la consommation mondiale d’électricité. Tiens donc ! Pourtant quels dont les lieux, dans les villes, qui éblouissent tant de TROP d’éclairages ? Oui les secteurs commerciaux, les centres commerciaux, les éloges des publicités qui font gaspiller tant d’argent ! C’est donc par eux qu’il faut commencer ? Mais pas du tout…nous sommes là pour discuter ! Discuter c’est ne jamais agir ? Ils n’avaient pas remarqué le commerce spectaculaire le très grand gaspilleur de trop d’énergies…c’est que l’action « vise à mobiliser la planète contre le réchauffement climatique, en incitant chacun à son niveau, citoyens, entreprise ou collectivité, à réaliser des économies d’énergies »…donc le commerce exagéré n’a jamais été et ne sera jamais « citoyen » ? Il est demandé aux seuls qui ne gaspillent pas l’énergie d’économiser pour les intouchables ( !) « dépensiers » ? Cela sert-il à quelque chose ? C’est l’organisation sociale entière qu’il faut changer par les éclairages sur…l’absence de débats de fond !

Puisque - vous avez vu …l’ombre d’une discussion, vous ?. Normal ces discussions pour perpétuer l’inertie et le ne rien faire sauf dans ce qui ne sert à rien a besoin…de lumières pour éclairer sa langue de (ne) bois donc pas ça, c’est pas bon pour la santé de boire n’importe quoi !!! …la langue de bois pas ça

..

..

………………………….%%%%%%%%%%%%%%%

..

Ce nouveau procédé et style de présentation que nous essayons de répandre permet donc D’ANIMER les actualités. De rendre l’acte à l’actuel, d’actualiser sans cesse l’action. Leurs présentations actuelles, elles, servent à tout recouvrir d’INERTIE. D’immobilisme, de n’absolument rien faire, d’entasser ces informations pour boire la tasse…sans doute, etc.

..

Bref brève – ne servent à rien. Par contre - Quelques impulsions aux bons endroits et tout…

..

…………………………….change change change

..

..

………………………..%%%%%%%%%%%%%%%%%

….

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

..

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L'ECONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il y a d’opinions très différentes moins le monde risque de se tromper ………………………

..

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

il va y avoir bien plus de plastiques que de poissons dans les océans...

il va y avoir bien plus de plastiques que de poissons dans les océans...

pourquoi, pour qui éclairer la nuit de si exagérée manière ?

pourquoi, pour qui éclairer la nuit de si exagérée manière ?

la pollution plastique n'ignore pas les rivières...

la pollution plastique n'ignore pas les rivières...

la lumière gaspillée pour éclairer le jour ?

la lumière gaspillée pour éclairer le jour ?

le monde est donc dominé par des esprits très enfantins qui ont peur de la...nuit ?

le monde est donc dominé par des esprits très enfantins qui ont peur de la...nuit ?

la pollution grave du plastique stoppée ?

le mur de l'indifférence...plastifiée ?

les bactéries ont ensemencé la vie sur Terre...et donc ?

la Terre est un être vivant comme nous...ce qui est incompatible avec la mentalité extra terrestre du...capitalisme.

« L'hypothèse Gaïa » de James Lovelock postule que c'est la Terre elle-même qui dans son ensemble constitue un être vivant, un organisme unique, capable de préserver les caractéristiques vitales de notre planète. Nous ne vivons pas sur la terre mais dans la planète, dont nous faisons partie, et qui prend conscience et pense... à travers nous.

éclairer... rien afin d'éviter de voir la réalité en face ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article