Séparés du sens global du savoir ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Séparés du sens global du savoir ?

Donc contre tout ce qui favorise les découvertes. Contre les états d’esprit les plus fertiles pour les avancées collectives. Aussi, cet article présente ce qui se trouve derrière le mot les « Antidisciplinaires ». Mais élargit le débat bien au-delà. Ainsi, produisons-nous dees témoignages issus des meilleurs de la pensée : oui les pluridisciplinaires, les multidisciplinaires, oui les interdisciplinaires. Bref, les transversaux qui produisent – et de loin – les meilleurs livres er pensées depuis des années. Qui restent les plus utiles à toute la société, en tout cas.

..

En effet, s’enfermer dans le bunker infertile d’une discipline étanche et séparée c’est :

..

1 - Se prouver experts sur une tête d’épingle et crétins sur tout le reste. Les méthodes, en effet, qui ont servi à produire et exercer cette expertise ne sont jamais utilisées, ensuite, dans les multiples autres domaines de la société. C’est comme si nouys avions affaire à des « ignorants »…Ces « expertts » n’y fonctionnent donc plus qu’aux préjugés. Soit dépendent des propagandes !!! Leurs avis égarent qui les suivrait, alors, et ne peuvent exhiber aucun sérieux ! La véritable culture générale demeure tellement plus utile à la société.

..

2 - Ce qui ressemble à s’extravertirent en Insurgés devant la réalité réelle. En effet, la séparation entre disciplines, matières, domaines de pensée est très récente. Elle date du 19 ème siècle. Voir du côté de l’université d’Heidelberg. En effet, devant l’afflux de documents et de compréhensions en vrac – il avait été décidé de séparer, artificiellement, la pensée en diverses disciplines : histoire, économie, philosophie, médecine, etc …. Mais de ne jamais oublier que la réalité, la vraie, n’est absolument pas concernée par ce découpage méthodologique de la vie intellectuelle. En elle tout reste lié et relié, il n’y a aucune séparation. Pas de matières, de dsciplines. Pas d’histoire, d’économie, de philosophie, de médecine, etc. étanches : tout demeure entièrement mêlé…Ce n’est qu’une méthode pas la réalité.

..

3 - Aussi, oser c’est « mon » domiane, « mon » expertise ou bien la réalité est ainsi, on ne mélange pas…etc – c’est bien étaler sa complète incompétence au réel complet. Et une arrogance bien injustifiée. La pluridisciplinarité ou la multidisciplinarité restent supérieures à la monodisciplinarité séparée du sens global du savoir !

Etc.

Gloire donc aux transversaux. Et ceux qui vivent déjà dans la post-université. Soit la…diversité. Diversitaire englobe universitaire. L’inverse étant devenu, lui, impossible. Tout les savoirs, lorsqu’ils sont fondés et structurés, appartiennent aux connaissances communes. Et l’université qui refuse cette universalité complète ne peut continuer à se prétendre propriétaire excluant du savoir.

Tellement plus fertiles deviennent de nouvelles approches de savois qui veulent, réellement, …savoir. Et font tout pour cela.

..

…………………………………..****************************

….

Des extraits du lien ci-dessous vont nous plonger, puissamment , dans le cœur de la problématique – et donc dans les solutions concrétisables tout de suite…« Pour relever cette complexité, il nous faut devenir plus intelligents de manière exponentielle et collectivement, à la manière des essaims d’oiseaux qui parcourent les cieux. Encore nous faut-il des perspectives, des savoir-faire, des expériences et adopter des approches multidisciplinaires. Pour cela, il nous faut des gens qui nous apprennent à dépasser le cadre de leur propre discipline pour nous aider à voir la grande image, le grand dessin. Joi Ito, le patron du Media Lab du MIT est de ceux-ci. Cet entrepreneur sans diplôme, qui cherche à fédérer des gens aux frontières du design et des sciences se définit comme anti-disciplinaire. Le terme antidisciplinaire semble d'ailleurs avoir été forgé au MIT, comme il l'expliquait sur son blog. Si le travail interdisciplinaire consiste à faire travailler ensemble des gens provenant de différentes disciplines, un projet antidisciplinaire n'est pas une somme d'un ensemble de disciplines. Pour lui, antidisciplinaire est ce qui n'entre pas dans un champ traditionnel, dans des méthodes définies. C'est l'espace qui est entre les disciplines. Pour lui, cela signifie trouver des problèmes communs à différentes disciplines, c'est-à-dire faire une science unique plutôt que des disciplines fragmentées.

..

Pour Sophie Lamparter, les gens qui l’ont le plus inspiré sont souvent des gens difficiles à caser, des gens dont les compétences étaient sur plusieurs domaines, sur plusieurs niveaux. Des gens différents. Et c’est eux qu’elle nous invite à découvrir »…

..

Êtes-vous antidisciplinaire ?

..

Être difficile à…caser (et pourquoi - la connaissance ce n’est pas œuvrer à n’être que des magasiniers ?) prouve, du moins, l’originalité et la nouveauté de nos apports. Nous ne pouvons être pris pour…un autre ! Ce qui trivialise nos démarches…Et ce tropisme qui survient de la méthode de « séparer les savoirs azfin de mieux comprendre » ne doit pas se durcir comme si cette approche stratégiqiue artificielle était devenue plus vraie que le réel. Classifier n’est pas savoir c’est juste s’approcher du savoir. Croire qu’en « casant » un esprit, nous avons augmenté le savoir, ne reste qu’une illusion. Nous n’avons fait qu’utiliser les outils de l’analyse. Et rien de plus. Cataloguer n’est pas utiliser des raisonnements articulés entre eux – mais rester en dehors et à la porte des synthèses. Il ne s’agit pas de surévaluer des actes basiques qui ne participent en rien à l’acte fondamental de tenter de comprendre…

..
Garder l'esprit ouvert

..

« Pour le spécialiste en physique théorique Subodh Patil, la physique est une science à la frontière des autres, qui s'intéresse à l'origine de notre existence et qui pour cela doit garder l'esprit ouvert. Pour faire des découvertes en physique il faut changer de perspective, modifier ses façons de faire, comme le montre l'histoire de la découverte des ondes gravitationnelles. Or, il n'existe pas de manuels pour réaliser des découvertes. Nous sommes sur les épaules des géants, disait Einstein. Nous sommes les bénéficiaires d'une métalogique que nous avons apprise. Dans l'heuristique, l'art d'inventer, l'essentiel est de se demander ce qui est essentiel et superflu à un problème. Comment le régler plus simplement ? Comment le regarder sous un autre angle ? Comment l'ignorer ?… Ce sont les questions qui favorisent la découverte. Un bon physicien est paresseux et cherche à s'attaquer à des problèmes simples. L'univers lui-même est paresseux de façon intrinsèque. Il vise l'économie et la simplicité. Les mécanismes de son existence sont simples et universels. Les structures s'y reproduisent à des échelles différentes. Les mouvements collectifs forment des ondes et les excitations locales transportent de l'énergie.

..

(…) Il n’y a pas de règle pour faire des découvertes, explique le jeune physicien. Être sur les épaules des géants ne suffit pas. Comme le disait Niels Bohr, "votre théorie est folle, mais elle n'est pas assez folle pour être juste". On est sur des épaules de géant, mais ça ne suffit pas. Il faut regarder ce qui marche ailleurs. Se rappeler qu'il n'y a pas de règles pour la découverte. Travailler avec différents esprits. Comprendre l'art, le métier. Être attentif au contexte. Se méfier des critiques. Être espiègle.

..
Le Fablab antidisciplinaire

..

Espiègle, Sarah Brin semble l'être bien plus que le très sérieux Subodh Patil. Sarah Brin (@dinosaurrparty, blog), est écrivain et conceptrice de jeu. Elle est surtout chargée de la gestion des programmes publics à Pier 9, l'atelier de fabrication numérique géant d'Autodesk à San Francisco, la société de logiciels pour la conception. Un lieu chargé d'accueillir des artistes en résidence pour réfléchir et expérimenter l'avenir de la conception.

..

Par sa formation, Sarah Brin est historienne de l'art et conservateur. Rien ne semblait la prédisposer à exercer une profession créative. Être antidisciplinaire est une lutte. Cela consiste à travailler sur des projets sans savoir ce qu'ils vont produire. Cela consiste à travailler dans plein de domaines différents, sans être vraiment spécialiste d’aucuns. Pour Sarah Brin, qui commence par nous raconter sa vie, tout l'enjeu a consisté à refuser d'entrer dans un système. À préférer les programmes interdisciplinaires au lycée et dans ses études, pour apprendre à réfléchir de façon "latérale". »

……………………………*********************

Et notre intelligence doit, absolument, rester "rebelle" pour s'adapter à un monde hyperconnecté. Il n’y a pas de règle pour faire des découvertes : de quoi découle que les esprits psychorigides, enfermés aveuglément dans des dogmes, tétanisés par le respect péniblement extérieur de formulations transitoires et temporaires, etc… EMPÊCHENT, concrétement, toutes nouvelles avancées de la pensée. Avec eux pas de… découvertes possibles ! Ce sont des postures très rétrogrades et, même, peu…scientifiques...Comme le souligne ce témoignage…. « J’ai beaucoup souffert de l’ostracisme des monodisciplinaires qui passent plus de temps (au lieu de penser) à jouer au douanier du « c’est mon domaine n’entrez pas. Vous empiétez. Libre circulation interdite. Nous sommes, en actes, contre le laisser-faire et le laisser-passer réservés à la seule éconimie, etc. » Ce qui parait une flagrante aberration – le savoir ne peut évoluer rapidement que par l’usage de tout le potentiel existant. La pluridisciplinarité, la multidisciplinarité et l’interdisciplinarité sont, à l’évidence, tellement plus productives que la spécialité séparée et qui ne veut rien échanger avec les autres manières de comprendre le réel. Comme l’Economie par exemple ! »

..

Plus il y a d’opinions très différentes moins le monde risque de se tromper. Ce qui semble une vérité de La Palice. Et non – la « pensée unique» (cet insultant déni de l’esprit scientifique) ose qu’une suite d’affirmations jamais démontrées, mais juste radotées en boucle, doit dominer la société, devenue sans issue. Et la tristesse de connaitre l’envers du décor d’une partie des nommés scientifiques amène ce témoignage… « J’ai rencontré la femme qui a contribué à l’invention du procédé Pal-Secam pour la couleur. Les travaux sont enregistrés par équipe. Mais son nom figure bel et bien sur des documents internationaux. Son apport était d’autant plus conséquent qu’elle était, à la fois, Docteure en chimie et Docteure en physique. Ce point qui la différenciait avec le fait, qu’à cette époque il y avait moins de femmes à un aussi haut niveau – ont aboutit à des persécutions peu scientifiques qui l’ont brisé. Nous avons tenté de l’aider mais la blessure érait trop profonde. Son témoignage, très argumenté, nous aura ouvert les yeux sur nombres de comportements agissant comme des…dégâts collatéraux. Tel est scientifique dans le laboratoire mais pas du tout en société. Même le contraire avec des mentalités erratiques et irrationnelles. Ne respectant plus aucune règle rationnelle ni de probité intellectuelle en société, etc. La recherche de la réalité complète domine, cependant, toutes ces attitudes somme toutes…défaitistes. »

…………………………….**********************

….

En conclusion : Il n'existe pas de manuels pour réaliser des découvertes. Nous sommes, seulement, les bénéficiaires d'une métalogique que nous avons apprise. Le challenge est donc d’apprendre à toujours regarder la routine sous de nouveaux angles. Tout ceci semble si évident. Et, pourtant, actuellement, tout semble mis en œuvre afin d’empêcher d’œuvrer les esprits qui savent si bien changer de perspectives. Donc parvenir aux…découvertes. Ainsi, tout va se raccornir à s’habiller de comportements psychorigides. Ce n’est plus le contenu de la tête qui compte mais les apparences d’obéissances. Ce pourquoi - les pluridisciplinaires, les multidisciplinaires, oui les interdisciplinaires sont ostracisés par les spécialités séparées et si fermées au sens global du savoir complet. Et qui – figées - n’échangent pas avec les autres domaines. Cet article nous montre l’envers du décor de ces aberrations agissantes, les piteux enjeux qui siègent derrière, mais, aussi, comment les tenants de l’intelligence véridique parviennent à contourner, joyeusement, tous ces obstacles. Le système semble toujours plus l’ennemi de la société. La conduisant à toujours plus d’impasses. Seulement, de plus en plus d’humains se lèvent pour prendre sa place. Et elles/ ils en ont les pleines capacités. Enfin.

…..

Tout autant dans le domaine des connaissances qu’ailleurs, sévit le syndrome de qui stationne uniquement dans les apparences et qui en devient un véritable danger public. Il faut beaucoup aimer toutes celles et tous ceux qui désirent à fond connaitre la réalité. Oui la réalité réelle. La réalité complète…et ne se laissent jamais détourner de ce but…

..

.....……qui rend la vie plus que passionnante. Et à chaque seconde…

...

…………………………………%%%%%%%%%%

>>>>>>>>>>> ENCORE <<<<<<<<<<<<<<<<<<

..

https://en.wikipedia.org/wiki/Joi_Ito

..

les données basiques sur Joi Ito

...

Les antidisciplinaires

..

A la découverte des antidisciplinaires

...

Tout ce nous perdons avec la psychorigidité exagérée de ce système….

...

Comment se constituent de nouvelles sous-disiplines sans aucune nécessité ?

..

Comme tout champ de recherche nouveau, la new economic sociology américaine a été construite par le regroupement sous un même label académique [sic] de chercheurs d’horizons assez différents. Dans la seconde moitié des années 1980, des entrepreneurs [!] académiques ont repris l’expression de « sociologie économique » aux « pères fondateurs » européens. Ils affirmaient ainsi leur entreprise de renouvellement de la discipline tout en se démarquant à la fois de l’ancien label dominant aux États-Unis, economy and society, désormais discrédité avec le déclin du parsonisme, mais aussi des entreprises pluridisciplinaires comme la socioeconomics d’Amitai Etzioni, ou des courants anti-disciplinaires comme le néomarxisme, lui aussi en déclin à la même époque. La nouvelle sociologie économique doit sa relative unité à cet ensemble de démarcations bien plus qu’à une approche intellectuelle spécifique. […et c’est là que cela ne va plus : les efforts pour constituer un « champ » séparé et autonome prévalent sur le contenu réel. Ce n’est pas une démarche scientifique uniquement celle des… puérilités des réputations ! Qui n’apporte rien de sérieux à personne !] La discipline a obtenu sa légitimité scientifique du rapprochement qu’elle a opéré de deux courants théoriques en émergence : l’analyse de réseaux et le néo-institutionnalisme en sociologie des organisations, auxquels il faut ajouter un courant historico-culturel plus marginal. La structure des intercitations entre les auteurs clés de la discipline montre qu’il n’existait pratiquement aucun échange avant 1985 entre ces courants. Quant à la légitimité institutionnelle, elle a été obtenue grâce au support de la Russell Sage Foundation. Le cas de la nouvelle sociologie économique démontre, contrairement aux approches « micro » actuellement dominantes en sociologie des sciences, qu’on ne peut comprendre la création de nouvelles sous-disciplines par la seule analyse des interactions entre acteurs, mais qu’il faut faire intervenir les conditions structurales sous lesquelles ces interactions ont lieu, notamment les effets morphologiques. C’est la surproduction de sociologues aux États-Unis, dans les années 1970, qui a permis une forte différenciation théorique et thématique de laquelle est née la nouvelle sociologie économique. De même, à la fin des années 1980, la création de nouveaux courants comme la « socio-économie » ou la « sociologie économique » doit beaucoup au tournant néolibéral en politique, à la montée de l’impérialisme de l’économie, et aux nouvelles possibilités offertes aux sociologues par le boom des business schools. .

Une sociologie sans société et donc...des nations sans citoyens - à part ça leurs têtes vont bien

..

Aberrations de la monodisciplinarité.

Transversalité du style

..

Sélection transversale et littératures

………………………….%%%%%%%%%%%%%%

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

..

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

(à suivre)

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L'ECONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il y a d’opinions très différentes moins le monde risque de se tromper ………………………

..

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

changer de regard...

changer de regard...

se passionner pour autrui redonne des couleurs à la vie....

se passionner pour autrui redonne des couleurs à la vie....

closed minds = voies sans issues.

closed minds = voies sans issues.

du container à internet...

introduction à l'anti-disciplinarité...

pas de survie sans transdisciplinarité !

comment gèrer l'abondance ? En quittant la maladie mentale du...profit. Profit qui n'existe nulle part puisque c'est juste un....coût reporté ailleurs !

la voie vers la maturité collective

enfin........

Ce système entièrement mécanisé par le passé ne peut rien 'reconnaitre" : ni les génies, ni les réels penseurs, ni les prémisses des découvertes - et il demeure congelé dans son infantilisme béat. Sauf qu'il détruit le monde. Et ne peut vivre que dans ...l'irresponsabilité collective !

Publié dans méthodes de pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article