C’est quoi l’AUTRE point de vue ? 3/3

Publié le par imagiter.over-blog.com

C’est quoi l’AUTRE point de vue  ?  3/3

La curiosité est la plus grande cure de toutes. Pendant que les bourgeois effondrés rendent irrespirable l'ambiance sociale, des aventures ont pullulées. Des sensations sensationnelles, des émotions transmutées, des sentiments éprouvés dans leurs finesses uniques, etc. Bref, la base solide pour le passage à une autre façon de penser. A un "nouveau cerveau" puisque notre fonctionnement cérébral ne s'est pas, substantiellement, modifié depuis 12 000 ans. Il y a donc des impatients…les c-u-r-i-e-u-x !

..

Curieux…Les pionniers sont déjà "passés" vers une vie plus grande. Une plus véridique…civilisation. Oui dans ce monde, devenu incommunicable grâce à vos efforts répétés, ces merveilleux aventuriers vous sont clairement inaccessibles. Nous avons, sans nulle prétention mais sur le mode du constat non amalgamable, tant d'avance… existentielle (donc pas question de jouer à inférieur ou supérieur) : sans comprendre le comment et pourquoi, vous ne saurez jamais qui "protège" les génies.

..

Si Einstein hésita à appeler la théorie de la relativité "théorie du point de vue"- nous n'hésitons pas du tout. L'intelligence c'est de pouvoir comprendre "tous" les « points » de vue. Pas un seul. Préférer, sans cesse, « son » unique point de vue c’est vraiment n’avoir aucun sens des affaires…existentielles ! Incontestablement aussi idiot que le racisme – se priver de toute rencontre humaine sauf de mirer sa seule photocopie dans le miroir, non, vraiment quel appauvrissement immense de sa propre Humanité…Se punir ainsi d’être… humain ? En ne voyant plus personne ? Mais ce sont des étrangers ! Ah parce que, en plus, vous êtes devenu un extra terrestre trop ronchon ? Un hors sol ? Que les masos malsains bourgeois "se privent", ainsi, de tout, même de l'essentiel, pour "jouer", comme des enfants attardés, oui "jouer à l'argent" – ne nous a jamais incité à les imiter. Une nouvelle civilisation a déjà commencé : sachons la trouver !

Votre curiosité sera votre cure de jouvence ! Où cela en Provence ? Mais non, la cure est de jouvence, elle rend plus jeune, gamin !

********

Il s’agit bien d’une révolution des comportements, réitère l’auteur d’une petite apologie de la curiosité :

« Perdre 1 000 mètres d’altitude en une seconde ou progressivement avec un parachute, ce n’est pas vraiment la même chose. « Il en va de même pour les crises et leurs impacts » [tout le monde ne vit le déchirement des crises de la même manière…], affirme Dominique Mockly, spécialiste des secteurs industriels de la défense et de l’énergie.

..

Comment faire de la curiosité un grand levain social ?

..

« À l’ère des connexions à 360° et du rétrécissement du monde, chacun a la possibilité de s’émanciper des modèles économiques et culturels traditionnels, de trouver de nouveaux espaces de liberté, de jouer pleinement de son intelligence et de celle qui est à sa portée », pose le président des Alumni de l’ENSTA ParisTech dans un essai optimiste, L’entreprise cerveau, où il propose des pistes facilitant cette transition vers un vivre ensemble différent, où chacun pourra bénéficier des potentialités d’un monde ultraconnecté.

..

Le piège de l’hyperpécialisation

L’auteur commence par pointer les risques de l’hyperspécialisation, qui devient un piège lorsque l’entreprise […ou la mentalité] s’enferme sur son métier et ne regarde plus autour d’elle. « Les facteurs de succès peuvent devenir des facteurs d’échec lorsqu’ils sont poussés à l’extrême », affirme l’économiste Danny Miller dans un ouvrage consacré à la chute d’entreprises qui ont misé sur un mode de croissance unique. […ce paragraphe n’est cité qu’afin de rebondir ailleurs…voyons plutôt !]

..

Dominique Mockly s’empare de cette citation pour expliquer qu’il faut combattre les « syndromes d’enfermement partiel, voire total, qui empêchent la circulation de l’information, l’identification des signaux faibles et l‘acceptation des mauvaises nouvelles », et qui conduisent au syndrome du silo.*** voir annexes.

..

Pour faire face à une révolution qui est aussi comportementale, où l’individu est à l’image du neurone, émetteur et récepteur d’informations et conditionné par ses connexions, l’auteur suggère alors aux dirigeants économiques de bâtir ce qu’il appelle l’entreprise cerveau : « une entité aux capacités démultipliées, moins hiérarchisée, en osmose avec son écosystème, riche de connexions internes et externes qui valorisent la curiosité ».

Orchestrer les connexions

Au sein de l’entreprise cerveau, les logiques pyramidales et le management top/down sont remplacés par un fonctionnement réticulaire grâce à des unités décentralisées et connectées. L’auteur imagine des nouveaux métiers qui favorisent la circulation de l’information des idées. Ainsi, des Chief Connective Officers sont chargés d’orchestrer les connexions à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation, tandis que des Space Shapers and Controllers changent le regard sur les indicateurs de performance. […voir, à ce sujet des nouveaux métiers, notre ouvrage mis en ligne gratuitement : « Rien de plus solide que le solidaire » bien plus fourni – coordonnées en fin d’article !).

..

...à l'écoute du...silence

Si tu voulais savoir qui tu es en vrai, - écoute bien ton silence !…Nous y entendons limpidement que c'est la curiosité...la technique de pointe...et pas vraiment la technologie !

..

Un chapitre du livre est également consacré à l’art du dirigeant. Car face à la complexité de l’époque, il appartient aux dirigeants de bâtir un nouveau paradigme de management, fondé sur trois piliers : porter une vision des valeurs régissant l’entreprise moins technocratique ; endosser le rôle d’« endorphines » du système en stimulant les émotions positives et en embarquant l’équipe dans le changement ; et enfin faciliter la concordance entre le temps long, le temps intermédiaire, et le temps court. […Notons que c’est l’image d’artistes et de vrais écrivains qui se voit inscrite ici – mieux, en fait, de lire ce blog « imagiter » - la révolution comportementale est déjà inscrite dans le titre ! Et y semble ben plus développée !]

..

La tâche n’est pas facile, car ce modèle est plus exigeant, et il faut savoir prendre de la distance par rapport aux règles immuables enseignées dans les manuels d’économie et de management. Mais s’il faut tourner la page, c’est aussi pour rester fidèles à l’exception française, « un pays qui trouve toujours les ressources morales pour enrayer la spirale du déclin, réinventer son modèle et libérer les neurones au moment où on l’attend le moins », affirme l’auteur. »

Curieux comme ils nous parlent tout de même !

..

……………………………………**************


..

Puisque, une fois de plus, l’étymologie est carrément de notre côté…le rieur curieux vient de « curiosus » - passionné de tout savoir, désireux de connaitre, assoiffé de comprendre, de chercher, d’observer, attentif aux prétendus domaines inconnus, toujours étonné, jamais rassasié, qui ne peut se blaser de rien, perpétuellement enthousiaste, sur la brèche, prêt à soulever encore une montagne…une curiosité étant une chose si…rare. Le meilleur c’est toujours pour qui a franchi la cure de rester curieux…En résumé, tout ce qui est bouillant de vie, pétillant de sentiments, tout se qui sait flâner, lambiner avec le meilleur, lanterner avec l’excellence, musarder avec tous les arts ardents, se balader au ras de la musique, un peu devenir badaud – cet enjoué, qui fait rire. Son contraire c’est le mortuaire et le morbide, les élans congelés, l’absence de sentiments humains. Pour vivre heureux, vivons curieux. Et non …cachés comme l’absurdité maladive bourgeoise le salit. Curieux serait vice, vilain défaut qui n’attire que des ennuis – nous venons de vivre que ceci n’est que relent de diffamations : le trésor curieux n’apporte pas d’ennuis. Par contre, l’incuriosité, cette sécheresse inexcusable du cœur, les apporte tous, les ennuis, en la personne même de l’Ennui, mortel ennui. La curiosité ne « peut pas » s’ennuyer. Jamais. L’imagination n’est pas la folle du logis mais sa raison toute déployée. Ne sachant rien, si incurieux (…blasés, lassés, épuisés, quasiment sans vie !) ils « ignorent » (dédaignent, regardent ailleurs oui ne veulent rien…savoir !). La mentalité bourgeoise semble bien avoir tort sur tout – surtout !

..

Avoir transformé la peur de l’inconnu en la magnétique curiosité ! Celle qui soigne de tout. La cure du curieux !

..

******************

Les années 1960- 1970 ne furent fulgurantes qu'autant que LA CURIOSITE AUX AUTRES y était à son comble. L'étranger était la perle. L'impatience des nouvelles rencontres bouillonnait en permanence. Les désirs de communication tous azimuts faisaient vraiment briller les yeux…etc. Que notre époque de mesquineries piteuses, sans désir réel autre que la mécanique irrespectueuse des baises, avec fuite apeurée devant toute nouvelle rencontre, avec extinction des curiosités (il n'y est plus "appris" (sic) que ce que nous savons déjà et nous ne radotons plus que les mêmes rengaines éculées !). Fermeture aux étrangers si précieux: faute d'élans qui font circuler la vie dans les corps, presque plus de joies vraies sur les visages. Des rictus partout : ricanements sans gaieté qui se disent "comiques", plaisirs sans extases, conversations sans saveurs. Le plus grand nombre "a tout perdu" et insiste pour détruire les "réfractaires" et les "résistants" à son désordre illégitime. Après l'échec cinglant des "winners", qu'ils osent dire que cette époque de mort collective est "passionnante". Le sommet pleut ses fiascos : qui n'a pas une vraie subjectivité y devient comme la balle d'un flipper, que tous les faux jetons se renvoient, "pour faire passer le temps". Le feedback affiche "répulsion à tout ça !!!". Plus rien qui nous "retienne" au système…

… ..

**************

..

Puisque personne ne peut échapper à sa responsabilité personnelle et oui ! qu'il y a, aussi, des "innocent(e)s". Qui a refusé, existentiellement et dans la moindre de ses fibres, l'indigne société de consommation, reste "innocent" de ses pollutions & co. Mais en 2016, la censure ne peut être que collective. Le seul contre-exemple de 1789, où les citoyens contournaient, solidairement, toutes les censures – demeure là pour discréditer les alibis bidons. Non ! L'ensemble des citoyens VEUT la censure. Ou, du moins, ne veut pas assez la fin des censures. Cette prolongation du cens d'argent qui interdisait le vote à qui n'avait pas 100 000 € de revenus (hors patrimoine) par mois. Censitaire censure qui n'est maintenable que par le relais du plus grand nombre de nos concitoyens… Si l'horreur continue c'est que, dans le secret de vos têtes, vous la secondez. Le chaos ne survient que parce que vos déguisements et vos paroles laissaient supposer une réelle révolte ! Et qu'il n'en est…n’en est… la curiosité ne s’arrête jamais, elle – et rien ne peut l’arrêter !

********

..

La litanie continuera: tant "l'autre point de vue" semble 1 million de fois plus passionnant que les avachissements inconséquents des médias. Notre monde vit à l'envers : mais envers qui, contre qui ? Y transparaissent une très mauvaise foi sous-jacente, un sournois entêtement à contrer "les meilleurs" (dont l'explication vaut, déjà, son pesant d'or !), à tout faire toujours rater et à suicider le monde. Mais, aussi, la simplicité et l'aisance des solutions. Le contraire d'adverse c'est ce qui converse, qui verse à converser. La résolution absolue de tous les conflits, situations bloquées, crises systémiques ou douleurs individuelles, etc. se situe pile là où reprennent les conversations généralisées. Avec tout le monde: en langage imagé ça se dit "L'Humanité fait ses premiers pas fragiles"…Et nous pas ?

********

..

Vous ne sortirez de vos auto-persécutions de vous-mêmes, qu'en admettant que des pionnie(è)rs existent et que "les alternatives au système » ont bien fonctionnées. Nous pouvons réellement vivre tout de suite hors du capitalisme. Seule l’absence stérilisante de curiosité empêche de le savoir déjà. Que L’AUTRE point de vue c’est effectivement le bon !

Honnêtement, est-ce si compliqué d'aller vérifier

……………….. qu'une nouvelle civilisation est déjà toute installée ???

..

..

..

………………………..*********************************************

..

***…

*** La satisfaction-du client-et-le-syndrome-des-silos ?

Le « syndrome du silo » c’est lorsqu’il n’y pas de communication entre niveaux hiérarchiques, pas d’échanges entre les services, pas de circulation des informations...Ceci étant observable dans toute la société : la séparation aberrante entre tous les êtres sociaux. Le moteur est le Not Inventer Here – N.I.H.,Pas Inventé Ici - ce « je ne veux savoir que ce que je sais déjà », que nous avons examiné dans le texte. Ce clair tueur de curiosités qui ne punit que qui…s’y adonne. L’incurieux se montre, en effet, si malade n’ayant pas vécu la cure…de rester curieux, ce curatif hautement performant !

Et d’ailleurs « l’effet silo » est hospitalisable : lorsque l’enfermement, d’abord, partiel, devient total, et que cette incommunication murée met en danger la vie de cet humain. Rester curieux peut donc sauver. Que ce soit pour la société ou l’individu – la curiosité demeure donc la meilleure cure !

..

…………………………………………….***********

..

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits freethewords.org, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir ". onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L'ECONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

………………………

..

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

C’est quoi l’AUTRE point de vue  ?  3/3
un regard curieux nous parle toujours : ici, pourquoi ce reflet timide ?

un regard curieux nous parle toujours : ici, pourquoi ce reflet timide ?

et de tout temps, à travers les siècles…

et de tout temps, à travers les siècles…

Une apparition toujours que la curiosité. Une présence.

Une apparition toujours que la curiosité. Une présence.

Vivre caché est un dur mensonge – après, il faut prendre des cachets cachés…

Vivre caché est un dur mensonge – après, il faut prendre des cachets cachés…

Le livre à un moment cité dans l'article...

Le livre à un moment cité dans l'article...

S’entraider pour rester curieux ? Curieusement intelligent...

S’entraider pour rester curieux ? Curieusement intelligent...

dans les deux sens…

dans les deux sens…

Faire soi-même sa graine – les mauvaises graines des avides des richesses des autres nous cachent les bonnes…graines qui plantent le futur ! Soyez des croqueurs de carottes !

Mogees – partout musiques grâce à la curiosité de pointe ?

Potager curieux curieux potager

Un curieux et rare insecte, néon pour une boite de jour ?

Chaque objet usuel transformé en instrument de musique. Même le vélo ? Aussi le vélo !

Le syndrome du silo : danger clinique !

La voiture n’étant pas amarrée a été saisi par la marée – les canards étaient là pour nous dire la nouvelle

Les curieux curieux de voir des ours sont filmés soudain en train de fuir lorsqu’ils n’aiment pas, eux, la curiosité… oursonne…

L'incuriosité est la maladie - être curieux la cure ! La société nous a donc trompé : être curieux est une...qualité, pas un défaut !

Le mogees manque de la sphéricité des sons issue d’un instrument intégral– il n’en a pas toutes les possibilités – à compléter donc avec david ggilmour

Commenter cet article