La conscience se trouve où ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

La conscience se trouve  où ?

Nous lisons que demain, ou vraiment après-demain, notre conscience va être enregistrée sur silicium. Carrément ! Le très léger décalage est que qui profère ceci ne connait absolument rien à la conscience. Mais vraiment rien. Ainsi, sans avoir parcouru les philosophes, les traditions et les sagesses du monde – nous pouvons nager dans l’omniscience instantanée. Seulment parce que nous avons des appareils techniques. C’est la machine qui fait la pensée et la pensée n’excède jamais un appareillage technologique. Et plus jamais la pensée ne se fait en apprenant, en luttant contre tous les obstacles dus aux viscosités épaisses qui, en nous, ne savent pas apprendre. Plus d’exercices intensifs de la mémoire qui reste la logistique vive de penser. Nous entrons dans l’âge de la…passivité ! Et, plus, afin de faire court, suppression des usages sensualisés et…sensés de toutes les facultés cérébrales. Non. Il « suffit » d’avoir des machines et « nous » savons tout. Enfin, elles, ces machines qui savent tout à notre…place. Donc nous ne savons rien pour/par nous-mêmes. Et aucun silicium ne pourra graver la trace ou la marque d’une conscience : puisqu’il n’y en aura plus du tout de…conscience. Toute éteinte ! Plus de traces !

..

Au moins si les esprits si frivoles et proto-superficiels qui ont pondu ce bafouillage avaient dessiné tout un plan complet ? Genre, d’abord, inventer comme un disque dur spécial conscience. Pour les téléchargements ou les clonages, leurs réalités augmentées ou son économie 2.0. Ensuite, comme prévoir un nombre énorme de logiciels d’applications afin que nous introduisions le maximum de jeux entre tous les « composants » de la conscience. Qui, à toute première vue, paraissent plus complexes que l’univers lui-même ! Etc. Tout en sachant – au bout- que ce n’est pas là la conscience mais son reflet très approximatif. Et que la conscience véritable subsumera sans cesse toutes nos machinations de machines qui nous rendent juste…machins ! Machins choses. Sans plus d’identité. Donc sans…conscience. Soi-même en train de se savoir savoir. Tout en sachant que ce reflet n’a que pris une photo instantanée. Et que seul un rouleau sans fin de photos pourrait nous obtenir une vision à peine fugace (à chaque fois une bulle de savon éclate et une autre…) du phénomène conscience. Et que, pour le moment, il vaut tellement mieux exercer toute notre conscience, toutes ses gigantesques ailes déployées que de vouloir…seulement l’enregistrer. Où cela ? C’est donc une douane ? Nos consciences des bagages pour un long voyage ? Ou seulement de la police ? Ce « sujet » intégral de nos vies devenu un « objet » déclassé, disqualifié que des mains sans honneur pourraient se permettre de placer dans l’esclavage d’une non-pensée 0101010101 ? Autant dire que cette preuve flagrante de qui qui n’a pas pris conscience (et doit, sans doute, en rester incapable) de ce qu’est la conscience et s’auto-permet de prétendre la….diriger, n’a que fumée désagréable entre les mains.

..

Sûrement que la conscience n’est pas une…marchandise. Et de tels cerveaux détraqués, en ceux qui ne voient en tout que leurs illusions de…marchandises, s’ils peuvent …nuire un peu, ne le peuvent très longtemps. Les autres, trop occupés à des sujets sérieux, intervenant afin de pulvériser ces suicidaires chimères. Prendre l’humain pour un papillon que l’on cloue pour le mieux étudier – c’est définitivement ne pouvoir rien savoir. Détruire le substrat physique de la conscience afin de la fixer – suit le même chemin. Nul ne doit « fixer » le soleil de la conscience en face sans y perdre…la vue. C’est exactement pareil. S’égarer dans ce qui nous…dépasse, c’est se dispenser de…penser (nul dis-pense de ce qui pense n’existe !) au gigantisme de l’existant. C’est omettre de s’efforcer d’utiliser au maximum toutes ces facultés et ces…sensibilités qui ‘ « font » la conscience. Il y a comme une…perte de conscience !

..

La conscience est un total qui s’allonge au fur et à mesure que se vit la conscience. Donc sans enregistrer, précédemment, chaque « opération » comment avoir l’arrogance si ridicule de croire pouvoir « enregistrer « un total évolutif ? C’est comme de vouloir monter un escalier sans avoir construit la moindre marche. Sauf la dernière – considérant que cette marche « résume toutes les autres », qui en deviennent …inutiles ! Juste articuler une formule creuse et aucune démonstration. Aucun exercice pratique, aucune acceptation d’épreuve comme preuves – rien qu’un dire c’est…faire. Il suffit que je le dise et c’est…fait. Mon omniscience m’est dictée (et garantie !) par les …machines. Et, dans ma tête, je reste un complet étranger à tout.

………………………….Donc sans conscience ?

..

……………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

Le sixième problème de Hilbert

« Il y a un sujet philosophique fascinant, encore trop méconnu, « le sixième problème de Hilbert », du nom des 23 énigmes que le génial mathématicien allemand posa à sa communauté réunie à Paris en 1901. « Peut-on axiomatiser la physique ? » En clair, est-il possible de prouver qu'une chose est physiquement impossible ? Ce problème est toujours ouvert. Tant qu'il le sera, cela signifiera que la science n'est capable de saisir que les règles de certaines parties observables du réel, qu'elle a, par arrogance, tendance à confondre avec le réel tout entier. Il lui est impossible d'établir des théorèmes d'impossibilité en physique. La méthode scientifique permet seulement de prouver qu'une chose est possible, pas qu'une chose est impossible.

..

Demain-notre-conscience-sur-silicium ?

..

Alors, quand, sur fond d'engouement puéril pour le transhumanisme, on me pose – souvent – la question « Sera-t-il un jour possible d'enregistrer notre conscience sur silicium ? », je réponds que c'est pratiquement impossible et que si cela se fait, ce ne sera pas sur silicium.

..

Quand ils parlent de conscience, la plupart des neuroscientifiques, à l'instar de Stanislas Dehaene, au Collège de France, un de ses plus grands experts, font preuve d'une sage humilité en nommant leur domaine « corrélats neuronaux de la conscience ». « Corrélats » et non « bases », « fondements » ou « substrats neuronaux de la conscience ». Nous en savons beaucoup sur le cerveau, certes, mais nous en ignorons infiniment plus. Depuis le sommet de la colline de découvertes sur laquelle nous sommes juchés, nous ne savons rien de la prochaine montagne qui nous attend, et nous ne serons capables de l'appréhender qu'une fois descendus du premier sommet que nous avons gravi.

..

Qui peut-lire-et-écrire-dans-nos-pensées ?

..
Mirage

Notre compréhension de la conscience peut même nous tromper, car elle demeure très superficielle. Du coup, il est possible que les générations futures prennent une copie superficielle de la conscience de quelqu'un pour sa conscience tout entière. C'est là sans doute que l'opération qui consiste à « enregistrer la conscience de quelqu'un » sera possible, mais ce ne sera pas plus qu'un mirage, et j'espère qu'on le verra comme tel. On pourra en effet programmer une intelligence artificielle apte à mimer les goûts, les mimiques et les attitudes de quelqu'un, mais cette prouesse, impressionnante à première vue, sera à la conscience ce que l'ombre est à l'individu. Rappelons-nous qu'à la première de L'Arrivée d'un train en gare de La Ciotat des frères Lumière, une partie de l'audience tenta de fuir pour éviter le train qui lui arrivait droit dessus.

..

Chez certains peuples premiers, une légende dit que prendre une photo de quelqu'un équivaut à lui voler son âme. De la photographie à la neuropsychographie, c'est à cette même croyance que nous ferons face quand nous parviendrons à créer une représentation de la « neuropsychée », c'est-à-dire des corrélats neuronaux de notre esprit.

..

Pourtant, une neuropsychographie ne sera pas plus un enregistrement de nous-mêmes qu'une sculpture, un hologramme ou une photo. »

……………………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

Nous commençons d’avoir une meilleure approche – la vue se dégage – entrons plus avant dans toutes ces opacités !

..

Christof Koch et Giulio Tononi ont publié dans la revue IEEE Spectrum un article dans lequel ils affirment :

(….) « la conscience est une part de la nature. Nous pensons qu'elle ne dépend que des mathématiques et de la logique, ainsi que des lois mal connues de la physique, de la chimie et de la biologie; il n'y a rien de magique ou d'un autre monde dans cela. » Nous ne pouvons adhérer à un tel simplisme, à un réductionnisme aussi aveugle, à un manque exagéré de culture générale et à une vision aussi absente de l’intégralité des phénomènes. Qui parle de magie ou d’au-delà d’ailleurs ?

« Ainsi le concept de téléchargement de l'esprit repose sur une philosophie mécaniste [donc très restrictive et provinciale de l’univers] et sa vision matérielle de l'esprit, déniant ainsi toute considération vitaliste de la vie humaine et de la conscience […comment ne peut-il y avoir aucune vitalité dans la vie, aucun social dans la société et aucun vin dans les verres ?]

..

De nombreux scientifiques des disciplines de l'informatique et des neurosciences ont prédit que les ordinateurs seraient capables de reproduire la conscience. Outre Koch et Tononi, Douglas Hofstadter, Jeff Hawkins, Marvin Minsky, Randal A. Koene et Rodolfo Llinas ont également pris des positions allant dans ce sens. Selon eux, une machine offrant une capacité de traitement suffisante doit pouvoir servir de substrat pour le chargement d'une copie d'un modèle cognitif extrait d'un cerveau [parce que la conscience siègerait dans le seul cerveau – ce qui est loin d’être prouvé ! ou vécu !].

..

La-vie-éternelle-numérique/

..

Il conviendrait en effet de disposer d'un modèle computationnel cognitif fiable (c'est-à-dire un système logique susceptible de reproduire le fonctionnement d'un cerveau humain). Certaines recherches vont dans ce sens tel le projet NeuroSpin qui par imagerie cérébrale tente de comprendre certains aspects du modèle cognitif du cerveau humain [réduit à un seul modèle économique]. La découverte des mécanismes cérébraux ne suffit pas. Il conviendrait également de disposer d'un cerveau synthétique susceptible de recevoir le modèle cognitif. [tellement de disques durs à la fois… ]

..

Le projet Blue Brain (2005-2012), littéralement « cerveau bleu », avait pour objectif de créer un cerveau synthétique par processus d’ingénierie inverse. Fondé à l'École Polytechnique de Lausanne en Suisse, ce projet a étudié l'architecture et les principes fonctionnels du cerveau en partenariat avec IBM. Depuis 2013, deux importants projets sont lancés dans ce sens : aux États-Unis la Brain Initiative et en Europe, le projet Human Brain prolongeant le projet Blue Brain.

..

………………………………..******************

Le problème le plus ardu posé par la sauvegarde d'un cerveau humain est celui de la récupération du modèle cérébral d'un individu. À ce jour, aucune technologie n'est en mesure de numériser la complexité du cerveau. Ce dernier contient de l'ordre de 100 milliards de cellules nerveuses appelées neurones, toutes reliées individuellement avec un grand nombre d'autres neurones (jusqu'à 10 000) par l'intermédiaire des axones et des dendrites. Les signaux échangés entre les terminaisons de ces connexions dites synaptiques sont de mieux en mieux connus. Ils reposent sur des échanges à la fois chimiques et électriques [sauf que la conscience ne peut se…limiter à ces seules interconnexions cérébrales ! Il y a une extrême multiplication d’interfaces avec tout ce qui l’environne que le cerveau, enfermé dans une boite crânienne, n’a pas !].

..

La thèse du téléchargement de l'esprit a été réfutée par Jean-François Lyotard. Le physicien Lee Smolin se demande si une telle machine serait…consciente, si elle aurait des qualia. Avec les mêmes souvenirs que l'être humain dont elle serait issue, aurait-elle le même futur [issu de toutes autres mémoires que celle des seuls 0101010101?] ?

(source : Wikipédia).

Autre sortie afin de copier la conscience ? L’université de la singularité ? La «singularité » est un concept selon lequel, à partir d’un certain moment de son évolution technologique, la civilisation humaine connaîtra une croissance technologique d’un ordre supérieur. L’ «École de la Singularité » annonce même l’avènement vers 2060 d’une intelligence supérieure à l’intelligence humaine !...Notons qu’un usage raisonné, intensif, sensé de toutes nos facultés actuelles prouverait, déjà, une supériorité face à nos routines si immatures. Routines si acéphales qu’elles pourraient empêcher l’avènement d’une supériorité (seulement intellectuelle mais pas morale, affective, émotionnelle, généreuse, sociale, partageuse, politique, compassionnelle, artistique etc. – bizarre ?),

..

…..…………..oui supériorité qui doit…attendre pour se prouver !

..

..

……………………….%%%%%%%%%%%%%%%

..

..

se trouve la conscience ? Ceci semble le problème clef de toutes ces dérives ! Dans les sensations lorsque nos 5 sens parcourent les nerfs jusqu’à nous procurer une présence au monde toujours plus attentive. Le système nerveux nous rend conscient. Dans la pensée - mais la pensée admet l’existence de l’inconscience, qui n’est pas de la conscience (et comment télécharger de l’inconscient ?). L’usage exigeant des facultés mentales nous conduit à une grande responsabilité envers toutes choses. Dans les émotions qui font mouvoir nos composants physicochimiques afin de nous conduire à la meilleure attitude envers ce qui nous entoure. Les affects et l’amour, les sentiments qui nous permettent une plus grande assiduité aux autres, etc. Là est la conscience. Où cela ? Partout et même plus loin. C’est un évènement sans limite (intéléchargeable !) tellement il semble impossible de circonscrire, à cantonner dans des lisières fermes. Encore moins de décréter borné tel un objet inerte. Il n’y pas de frontières à son irradiation. Sa numérisation parait, alors, plus qu’aléatoire à moins de procéder à un réductionnisme indigne. Il vaut tellement mieux tenter de devenir toujours plus conscient – ce qui ne semble pas du tout pratiqué…au lieu d’exhiber de signes de richesses intérieures que pas tant d’entre nous que cela vivent réellement. Ce qui signifie qu’avoir un prétendu enregistrement de la conscience (obligatoirement très restreint) ne prouvera jamais rien ! Ce jeu est trop futile par rapport aux enjeux actuels. Il existe, aujourd’hui, assez de génies méconnus qui fournissent une manne immense à des besoins d’amplifier ses facultés présentes !

..

La conscience est une présence au monde irremplaçable ! Afin de le comprendre, mettons un ordinateur dans la Nature – il ne répondra jamais rien. Il a trop besoin d’entourages de technicités pour se suffire à lui-même. Plaçons-le sur l’océan. Pas de prise où se brancher (se montrer, ainsi, très dépendant donc !) et jamais ses composants ne …s’allumeront. La conscience reste autonome, ne dépend de rien, galope partout, s’envole, s’insère en tout, perce tous les mystères. Se trouve partout en même temps, sur sa peau et au plus secret du cerveau…partout géostratégiquement à la fois. Impossible de la géo-localiser…la conscience est infiniment plus que l’insultante …part de la nature. Vu qu’elle parvient à… « L’intelligence dans la nature » de Jeremy Narby ! Non, la conscience est l’extension obligatoire de la vie. Vie qui nécessite l’existence de l’univers entier afin…d’émerger d’elle-même.

..

La conscience semble bien être ce qui reste le plus vaste de tous les évènements connus. Elle peut, indéfiniment, tout recevoir et accueillir. Ce que l’univers ne peut plus, lui, recevoir du nouveau !

..

Enfin – les prises de consciences actuelles n’étant pas encore assez poussées pour que nous prétendions encore à un règne définitif de la conscience – comme nous venions de vérifier que l’informatique n’a aucune autonomie, qu’elle a « besoin » d’électricité, que quelqu’un te la branche et aussi d’avoir été….programmée. Préalablement. Identiquement, la conscience appelle à cette si simple question que ces esprits embrouillés ont oublié de l’oser…mais qui aurait programmé la conscience ? La nature, l’univers, la vie, l’eau la physicochimie, les mathématiques, etc. Ce qui rebondit sur toute une nouvelle série de questions : mais la conscience contient absolument tous ces évènements et aucun de ces événements – même tous réunis – ne pourront jamais la contenir. Et, dans la fractalisation du réel ; nous voici conduit (par des zooms bien plus petits) à son …téléchargement tout sec. Il y a comme des mélanges de niveaux de…consciences, de perte du sens des hiérarchies des complexités, des congruences nécessaires entre elles. Bref, l’indépendante conscience sans limite se voit, imprudemment, mêlée à l’ordinateur si dépendant…et absolument pas autonome. La conscience possède tout les qualia, l’ordinateur non – seulement leur utilisation pratique limitée. Par amplifications (les lettres sont si minuscule et l’appareillage technologique permet de lire en tellement plus grand)…il y a un très net défaut de se tromper, ridiculement, de position…ontologique !

..

………………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

La conscience mérite tellement de meilleurs traitements ! Des éloges qui la sortent de toute chosification ou marchandisation – de la faire redescendre à des niveaux tellement…inférieurs. Tout en se leurrant qu’il y aurait là preuve de …supériorité d’intelligence !

..

En appui, l’immensité des savoirs (certains mêmes non encore formulés…) afin de seulement s’approcher de cette conscience va nous faire concevoir la complexité virtuelle de tels projets ! Et que les regards se trompent du tout au tout : la conscience contient absolument tous ces savoirs. Ces parties d’intelligence ne peuvent se faire passer pour le tout : la conscience. Elle maitrise les imbrications hiérarchisées de ces savoirs entre eux !

..

Le facteur humain ?

..

Le facteur humain et la neuroergonomie,

..

Stanislas Dehaene

Le recyclage neuronal

Cerveau-et-entrainement = moyen-mnémotechnique

..

La méthode des loci,

..

Ne pas oublier la mémoire

..

La mémoire épisodique

..

Outils-gratuits-pour-créer-des cartes-mentales/

..

Comment utiliser les cartes mentales

..

Logiciels-de-construction-de-cartes-de-connaissances

..

Constructions des cartes de connaissance,

..

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hypertexte

..

Hypertexte et compréhension…

..

Simulations

..

Neuroergonomie logicielle – biomimétique logicielle –

..

Les /interfaces homme -machine

..

Les interfaces homme-machine –

..

http://www.epi.asso.fr/revue/articles/a0403a.htm

..

L’économie de la connaissance

..

Image d'artifice

..

écriture artificielle

..

écriture artificielle

..

Cascade à écriture ligne par ligne en pierre en plastique fausse artificielle

..

..

– biomimétismes –

..

La Terre du futur

..

_photos de Biomimétisme

..

justecitation

pas trop technophile sans être technophobe fanatique

iatranshumanisme - neurotechnologies/

neurotechnologies

..

.................................%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

...

Enfin le tout concret de l’évènement. Comment cela se passerait-il ? Oui, les supports les moyens techniques de photocopier ou de copier, de télécharger ou de cloner, etc. ?

..

Copie par toner ou laser Machines à polycopier à alcool. Bandes magnétiques. Copies de secours backup de prévues. Diskettes, clés USB, CDrom. DVD-R. Compresseur de données. Simple copier-coller d’ordinateurs. Donc la conscience tapée sur des fichiers. De textes. De photos. De vidéos ou de musiques. En copie privée et à qui verser les droits d’auteurs de la conscience – cette nette propriété intellectuelle. Avoir le déshonneur de déposer un brevet, dépôts en antériorité de marques et de logos à l’INPI. MiniDisk, sur DAT. Concevoir un programme, avec comptes associés. PowerPoint, Excel – économie 2.0. NBIC ( nanotechnologie, biologie, informatique, cognitif). I.A.sur puces. Interfaces cerveau-machine. Ingénierie inverse du cerveau (la conscience supposée située dans le seul cerveau). Big data. Géo-ingénierie. Cobimatorial. Apprentissage à la Matrix. Copie en réalité augmentée. Clonages. Téléchargements (Mind uploading). Numérisation première : un ordinateur la reconstituant (la conscience) par la simulation de son fonctionnement (or « comment » fonctionne la conscience ? Nul ne le sait. Ce qu’il faudrait, avant son transfert, ce serait de la faire fonctionner avec nous à l’intérieur. Mais le bon sens n’est plus près de chez nous !). Interface neuronale directe. Transfert et stockage…etc.

..

..

………………………..%%%%%%%%%%%%%%%%

« Supposons que tout média soit l’externalisation d’une fonction mentale ; l’écriture, alors, externalise la mémoire de travail. Pour Dehaene et d’autres l’écriture est un recyclage neuronal par lequel des populations spécialisées dans la reconnaissance de forme sont associées à des sons, formant ainsi une association graphème-phonème simple. Pourrait-il y avoir d’autres formes d’écritures en ce cas, des “néoécritures” ou “écritures de novo” ? Et pourraient-elles externaliser d’autres fonctions mentales, par exemple la mémoire épisodique ? Je propose ici une forme d’écriture symbolique multi-échelle basée sur la méthode des loci, consistant en une association locème-graphème dotée d’une proto-grammaire, dont l’objectif est d’externaliser la mémoire épisodique, et de permettre la représentation de noèmes dans l’espace. Ce prototype n’est pas la seule forme possible de néoécriture, ce qui pose le problème de l’optimalité neuroergonomique des média existants selon leur contenu et leur objectif cognitif, dont je discute la continuité épistémologique avec l’hypertexte. »

Mots-clés :neuroergonomie, écriture, recyclage neuronal, méthode des loci, mémoire épisodique, cartes mentales, cartes de connaissance, hypertexte

..

..

L'économie-de-la-connaissance_

..

« Thèse La connaissance mondiale déclarée double environ tous les 9 ans (Kozmetsky, Smilor 1999) Parallèlement, le langage écrit ou verbal demeure le mode de transmission privilégié de la connaissance dans les organisations et sur le Web où aucune lingua franca n’a émergé, et qui est dès lors fractionné en contenus sinophone, anglophone, hispanophone, arabophone, hindiphone etc. Nous utilisons les travaux de Pesenti et al (2001), sur la mémoire épisodique dans son détournement par les calculateurs prodiges pour théoriser et concevoir une nouvelle interface homme-machine spatialisée qui permette à l’utilisateur individuel et en groupe de visualiser, de manipuler mentalement et d’échanger plus de connaissances. La théorisation et la conception de cette gamme d’interfaces, basées sur des algorithmes de spatialisation de listes, et l’unique objet de notre thèse ».

..

Mots-clés : neuroergonomie logicielle – biomimétique logicielle – interface homme-machine – économie de la connaissance – écriture artificielle – biomimétisme – neurotechnologies

..

Autour-de-l'humour-de-résistance..

..

Conscience où est tu ?

..

……………………………%%%%%%%%%%%%%%

..

Ce voyage bien organisé dans la conscience que nul technique n’a même définie comme bouddhiste, chamanique, génomique, Pnl ou sensualisée, etc. Ni où pourrait-elle être « stockée » en extérieur : il y faudrait, peut-être, l’espace de tout l’univers. Puisqu’il demeure clair qu’un enregistrement de conscience ne peut être linéaire (ce n’est pas que des processus physiques et électrochimiques que la conscience !) – mais doit s’irradier dans tous les horizons à la fois. S’épandant dans les 360 ° de l’intégralité !

Aussi – ce qui ressort le plus intensément, c’est le manque de respect basique. Respect pour les facultés intellectuelles Respect pour le langage. Respect pour la Nature. Respect pour la vie. Respect pour l’intelligence et la sensibilité. Respect pour la…conscience…à vouloir ainsi la réduire en une esclavagisation de sa nature réelle ! Vraiment ce qu’il ne faut surtout pas faire.

..

Nous en sortir de ces souillures affectives ? Il suffit d’aller dans la nature et l’expérimentation de la conscience intense supplante toute autre virtualisation inutile…Etc.

Ou de s’atteler à changer toute la société.ne serait-ce que par l’usage, esthétiquement si bouleversant, de la……

……………………………… biomimétique !

..

, …………………………………….***********

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper ………………………

..

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

interfaces ?

interfaces ?

La conscience se trouve  où ?
microprocesseurs naturels ?

microprocesseurs naturels ?

La noopolitique reconnaît l’existence d’une noosphère, océan de savoirs autour duquel tous les États possèdent un littoral, grâce auquel ils peuvent compenser une défaite dans leur kinésphère, c’est-à-dire la sphère de leur liberté de mouvement. Ainsi les États contraints sont forcés d’innover, car les États sont cognitifs mais leur immaturité cognitive fait qu’ils attendent d’être contraints pour innover – comme la Chine aujourd’hui. Par ailleurs, les États, de même que les individus, ne connaissent pas leurs intérêts et agissent selon une rationalité très limitée. Si la géopolitique classique déclare que les États sont motivés par l’acquisition de pouvoir sur les autres, la noopolitique déclare que toute source de pouvoir est le pouvoir sur soi-même, ce qui fonde un stoïcisme d’État. Enfin, toute guerre ne peut exister que par la coexistence de connaissance et d’ignorance : il faut la connaissance de nuire à son ennemi et l’ignorance de nuire au conflit lui-même. Dans la connaissance absolue, les guerres n’existeraient plus.

La noopolitique reconnaît l’existence d’une noosphère, océan de savoirs autour duquel tous les États possèdent un littoral, grâce auquel ils peuvent compenser une défaite dans leur kinésphère, c’est-à-dire la sphère de leur liberté de mouvement. Ainsi les États contraints sont forcés d’innover, car les États sont cognitifs mais leur immaturité cognitive fait qu’ils attendent d’être contraints pour innover – comme la Chine aujourd’hui. Par ailleurs, les États, de même que les individus, ne connaissent pas leurs intérêts et agissent selon une rationalité très limitée. Si la géopolitique classique déclare que les États sont motivés par l’acquisition de pouvoir sur les autres, la noopolitique déclare que toute source de pouvoir est le pouvoir sur soi-même, ce qui fonde un stoïcisme d’État. Enfin, toute guerre ne peut exister que par la coexistence de connaissance et d’ignorance : il faut la connaissance de nuire à son ennemi et l’ignorance de nuire au conflit lui-même. Dans la connaissance absolue, les guerres n’existeraient plus.

écrans tactiles

écrans tactiles

cyborglogie

cyborglogie

La conscience se trouve  où ?
La conscience se trouve  où ?
La conscience se trouve  où ?
La conscience se trouve  où ?

Comment copier l’inconscient neuronal ? En état d’autohypnose ? En perte de…conscience ou comme de grands inconscients irresponsables ?

3,8 milliards d’années de recherche et développement de la Nature semble avoir de l’avance sur nous

Avant d’encoder la conscience nous devons savoir si nous pouvons la décoder…Facile à dire, très difficile à réaliser…ou même hors limites ?

Publié dans sentez la santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article