Les cognitions : les facultés sont facultatives ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Les cognitions : les facultés sont facultatives ?

Nous avions vu que ce qui demeure « accessible » au plus grand nombre dans les génies c’est leur système neurophysiologique de fonctionnement. Evidement, il faut fournir certains efforts, mais pas si exagérés en fait : et le plus grand nombre peut vivre oui les jouissances insurpassables des génies. Ici, nous nous chargeons de faire toucher du doigt le système cognitif des surdoués. Cognitif encore un grand mot qui cache, surtout, les réalités émerveillantes – puisque le fond simple c’est que le surdoué utilise si bien son cerveau allié à ses sensibilités émotionnelles et affectives. Le pourquoi de ce nouveau voyage (chaque texte est conçu comme un voyage qui peut faire franchir d’immenses distances entre les concepts ?). Suivre une rythmique de découvertes, faire voir des solutions, permettre l’autonomie de pensée (ne pas faire un catalogue de prêt à penser – mais, plutôt, préparer le terrain afin de permettre plusieurs parcours et pas un …seul !). Enfin, parvenir à une fin toujours…inattendue et imprévue.

..

Déjà le mot cognition doit être démystifié. Système cognitif; aptitude, dissonance, structure cognitive, champ cognitif; activité cognitive; les facultés, les fonctions cognitives. Autant de vocables qui peuvent compliquer pour rien ! Ensuite, afin de ramener ce cognitif au niveau du corps qui vibre (rendre tous les mots corporels) les ressemblances entre cognitif et cogner ne manquent pas de troubler. Le but d’un tel voyage ? Déjà le vivre entièrement – ce qui est énorme. Et puis, devant des avalanches mégalomaniaques – la nouvelle économie cognitive, l’infonomics (contraction d'informatique et d'économique). Déclinés sous appellations : produits cognitifs , marché cognitif, capitalisme cognitif, stockage cognitif …Avec la possibilité d’une noopolitique qui reconnaît l’existence d’une noosphère (au sens aussi concret que l’atmosphère ou la biosphère).

..

Aller vérifier sur place. Vivent-ils à fond la connaissance ? Vont-ils tout examiner ? Comprennent-ils tout ce qui concerne cette conscience qui pense ? Que peuvent-ils vendre qui n’existait pas déjà ? Ah oui ! Ce pourrait être cela : ceci existait déjà sous d’autres mots. Repeindre le tout c’est juste ajouter ces mots qui ronflent (tels cognitif !) afin de faire des ritournelles des routines des aventures qui font rêver. Bref, ne jamais donner la vraie valeur qui est d’usage. Mais la fausse valeur, la valeur fraudée qui est celle de la marchandise. Un usage emballé d’un emballage plus qu’inutile. De la cognition ils ne connaitraient que son emballage marchandise ?

..

………………………%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

Déroulons, d’abord, l’écheveau buissonnant des définitions sur la cognition. Le mot cognitif est un adjectif qualificatif se rapportant à la connaissance par son …acquisition. Qui concerne donc les moyens et mécanismes d'acquisition des connaissances. La cognition est, alors, l'ensemble des grandes fonctions de l'esprit liées à la connaissance (perception, langage, mémoire, raisonnement, décision, mouvement…). On parle ainsi des fonctions cognitives supérieures pour désigner les facultés que l'on retrouve chez l'être humain comme le raisonnement logique, la coordination des mouvements (praxies), les reconnaissances (gnosies), les fonctions exécutives d’'organisation, le jugement moral ou esthétique…Les sciences cognitives étudient la cognition de divers points de vue (psychologique, neurologique, linguistique...).

..

Descartes, lui, place indistinctement tous les phénomènes de conscience, affectifs, volitifs, cognitifs, parce qu'il lui suffit de les englober dans le mot pensée en général pour y fonder sa doctrine.

La cognition est un processus toujours dynamique. En effet, les processus cognitifs représentent l'ensemble des processus mentaux qui permettent à un individu d'acquérir, de traiter, de stocker et d'utiliser des informations ou des connaissances. Leur altération peut se présenter sous forme de troubles mentaux, de troubles de l'humeur ou de troubles anxieux ; lorsque l’information n’est plus restituée de manière pure et sans frottements.. Ce qui est la preuve éclatante qu’apprendre est très lié aux émotions, aux méthodes d’acquisitions et aux cadres dans lesquels les apprentissages sont effectués.

..

C’est dans l’ignorance complète de toutes ces données sensibles que surgit, actuellement, le marché qui ne fait que vendre sans savoir tous ses produits dits cognitifs : avec ce travers de se centrer sur les « hypothèses, croyances, connaissances, etc. » du relativisme culturel, susceptible d’installer un capitalisme cognitif. Ainsi tourné vers les…irréalités. Ce marché où est (et serait) vendu de la connaissance maltraitée, de prétendus moyens de mieux l’obtenir et surtout le fantasme du stockage miraculeux de ces connaissances. Avec cette idée paranoïaque où les immobiliser dans des lieux inertes leur permettrait d’avoir plus de…valeur. A ce point ? Oui à ce point !

..

Wikibéral_le cognitif

« Le capitalisme cognitif est une forme nouvelle de capitalisme, dans laquelle la production de connaissances et, plus généralement, "la production de l'homme par l'homme" jouent le rôle principal, alors que, dans le fordisme, prédominaient la spécialisation des tâches, la recherche d'économies d'échelle et l'investissement matériel. Toni Negri et Carlo Vercellone soulignent les conséquences de cette novation: "Le phénomène clé n'est plus l'accumulation de capital fixe, mais la capacité d'apprentissage et de création de la force de travail." L'efficacité ne réside plus dans les gains de temps de travail, mais dans les processus d'apprentissage et d'innovation. La capacité créatrice est dans la tête des détenteurs des connaissances, non dans celles du propriétaire des machines. Lequel, par le biais des droits de propriété et la privatisation du savoir et du vivant, vise à capter la part la plus importante possible de cette richesse produite par l'intelligence collective : d'où le retour de formes de rente. […ce système ce n’est pas « avoir » du savoir mais se monopoliser comme illégalement les accès à la richesse produite par les intelligences de tout le monde ! Et tout ceci sans jamais comprendre la véritable « valeur » de chacun des savoirs. Les potentiels de nuisance d’un tel capitalisme se dénudent donc…immenses ! ].

..

Le processus de financiarisation, loin d'être, comme certains le soutiennent, l'élément moteur de la transformation du capitalisme contemporain, est également une réponse à l'apparition du capitalisme cognitif, ajoute Bernard Paulré. Une thèse reprise par Yann Moulier-Boutang, qui analyse la financiarisation comme un "gouvernement des nouvelles contradictions du capitalisme cognitif". […un simple gouvernement du savoir des…autres !]. »

..

Le-capitalisme-cognitif ?

Outre cet illégal (face au traitement égal de la loi pour tous) monopole de la « propriété » du savoir commun le second fantasme est le stockage cognitif

Se-positionner-sur-le-stockage-cognitif ?

« Le concept général repose sur la notion de « valeur de la donnée », que l'on peut comparer à la valeur d'une œuvre d'art : plus la demande est forte, plus l'objet est rare, plus sa valeur est élevée. Ce qui requiert des conditions de sécurité élevées, explique IBM. « Le concept de stockage cognitif va au-delà des approches existantes non seulement en partant d'un point de vue orienté données et en prenant en compte les caractéristiques de charge de travail, mais en introduisant aussi la valeur des données comme le déterminant principal pour configurer le stockage et sa gestion, le positionnement des données, leur protection, et la gestion du cycle de vie » expliquent les chercheurs d'IBM.

Vers du tiering intelligent ?

Par exemple, IBM explique que si 1 000 employés accèdent aux mêmes fichiers chaque jour, la valeur de cet ensemble de données doit être très élevée. Un système de stockage cognitif apprend à reconnaître ce type d'usage, et stocke les fichiers en question sur des supports rapides comme le flash. En outre, le système sauvegarderait automatiquement ces fichiers plusieurs fois, détaille IBM. Enfin, les fichiers pourraient être dotés d'une sécurité supplémentaire afin qu'ils ne puissent pas être consultés sans autorisation.

..

Et l'inverse est tout à fait possible. Un ensemble de données qui est rarement utilisé, comme des fichiers fiscaux au format PDF âgés de 20 ans, pourraient être stockés sur un support froid comme de la bande, et rendu disponible uniquement sur demande. Un système de stockage cognitif apprendrait aussi que les documents fiscaux doivent être conservés pendant une durée légale minimale, et supprimés au delà d'une date plafond. De ce point de vue, la valeur de la donnée peut changer avec le temps. Un système de stockage cognitif doit pouvoir s'adapter à ces changements.

..

« L'arrivée à maturité du stockage cognitif dépendra de la capacité des experts en stockage et en information à identifier les principes qui sous-tendent une définition large de la valeur des données, et sur l'émergence de systèmes de stockage et de fichiers vraiment centrés sur les données » disent les chercheurs d'IBM dans leur document de recherche. « Le domaine émergent de l'Infonomics (contraction d'informatique et d'économique), qui fournit un cadre pour montrer l'importance économique de l'information, est une approche prometteuse pour définir la valeur commerciale des données. Cependant, une définition possible et plus large de la valeur des données […dans un cadre aussi étroit il ne peut y avoir de définition plus large…] pourrait-elle tenir compte d'aspects tels que la subjectivité de la valeur des données, son contexte et sa dépendance culturelle, sa dépendance au temps, ainsi que ses aspects d'exclusivité et d'équité ? ».

..

Nous sommes donc en face de deux représentations de la connaissance très étrangères l’une à l’autre : en faire de l’argent et parvenir à toujours plus de précisions de compréhensions (la première pouvant beaucoup nuire à la seconde !). Tandis que les mots, dans leur incroyable science, nous offre un si évident …toutes les connaissances existent pour faireconnaissance ! Pour tisser de la société, du collectif, des biens communs, toute une organisation différente de la société. A nous de veiller que ce but seul adulte des savoirs ne soit jamais oublié.

…………………………….%%%%%%%%%%%%

La cognition en pointe ?

« Ces dernières années ont été marquées par une pénétration - vécue parfois comme un envahissement - des sciences cognitives, à la fois dans les institutions nationales de la recherche et dans l'actualité intellectuelle. D'un côté, les ministères concernés, le CNRS, les universités, les grandes écoles créent des structures pour abriter ces sciences. De l'autre, les revues, les éditeurs publient quantité de textes et d'ouvrages. Cet ouvrage, anthologie de contributions au colloque de Cerisy- la-Salle, " Approches de la cognition " organisé par Daniel Andler et d'autres textes originaux tous inédits en français. Chacun des chapitres porte sur l'un des principaux objets étudiés par les sciences cognitives :

le cerveau,

l'architecture des fonctions mentales,

le langage,

les concepts et les théories,

les présentations comme fondement de l'esprit,

la dimension sociale.

..

Au sein de ces grandes aires de recherche, chaque chapitre aborde un domaine particulier, présentant des hypothèses susceptibles de retenir l'attention des spécialistes tout en fournissant aux autres lecteurs de quoi mesurer les principaux enjeux. »

..

Savoirs exhaustifs sur la cognition

...

Pourquoi avoir, alors, si peur de la cognition ?

..

Comme toutes les peurs pré- et post…millénaristes :

***… // Peurs des génies comme si (la sagesse c’est se pencher sur l’ensemble des programmes de pensées en cours et leurs ­résultats concrets) leurs influences pouvaient être fulgurantes ! Même une abondante médiatisation ne draine que quelques brindilles de surface. Jamais la structuration nouvelle qui va remplacer celle qui a cours n’est instantanée…il faut du temps. Et se calfeutrer dans le « nous ne publierons pas les génies, na voilà et que je tape du pied, et que je cache les poussières sous le tapis…je nuis donc j’ai…raison (sic), na et na ! » Ces fuites devant le réel n’aboutissant, la plupart du temps, qu’à des irruptions…scandaleuses. Le seul scandale c’est l’attitude des …conformistes. Ils sont un scandale permanent !

..

** … // Peurs des matérialismes (qui n’ont rien à voir avec les bas-matérialismes de la vulgarité et du cynisme insensibles aux sentiments). Le cerveau n’est pas un ordinateur. Le langage ne sera jamais utilitariste (ainsi le fait que facultés et facultatif soient si proches et nous questionne tant prouve que le langage c’est de la connaissance pas de…l’argent !). Le fordisme ne peut mettre les acquisitions de savoirs sous forme de travail à la chaine, etc. partout la QUALITÉ domine et pas les …quantités (qui ne font que fantasmer que les fanatiques stériles de l’argent fou…). Etc.

** … // Enfin, peurs devant l’avalanche abusive de tous ces inutiles mots pompeux qui font, effectivement, perdre le fil, donne peur de ne plus pouvoir “suivre” et parviennent à ce que chacun-e se disqualifie et se diminue lui/ elle-même. Etc. Tous ? Non, pas les esprits qui n’ont jamais oublié les traditions saines. Le pouvoir de l’introspection et toutes les philosophies qui l’ont mis à la portée de tous. Le logos qui, bien ressenti, ouvre tant de portes. Et la simplicité de mots comme mémoire, raisonner, les 5 sens et le sens, le corps vibrant ou le langage qui en sait plus que nous, etc. A côté - les laborieuses mises en avant des prouesses de la cognition ne touchent que rarement nos sensibilités. Le langage y est bien trop alambiqué, non vécu et ne transmettant quasiment rien. Ce qui est un comble pour ce qui se prétend utiliser toutes les techniques high tech d’informations afin de transmettre les meilleures connaissances sous un meilleur angle ! Rien de ceci n’est vrai : seule « les images » des connaissances sont vendues pas leurs contenus véritables ! Alors que les traditions – sans aucune dépenses superflues sinon l’usage intensif et gratuit de la tête et du corps, des émotions, des raisonnements, du langage et de l’amour ! – nous font vivre réellement le contenu fidèle des savoirs… En ce qui concerne, par exemple, l’introspection (donc l’usage global des cognitions…) clair que leurs…résultats se montrent si nettement supérieurs à ceux des connaissances marchandisées.

..

……………………………….***********************

..

..

Enfin nous redominons la situation. Par de nombreux effets de réel : le capitalisme cognitif ne peut fonctionner du tout lorsque ce cognitif n’est pas conscient du tout. Rêves et inconscients ont des « valeurs » existentielles (… ce vivre intensément mais sans rien dépenser de …financier). Son stockage ne peut fonctionner sans données numérisées. Nos mémoires (mieux faites) oui. Et rêves et inconsciences restent stockés en elle.

..

Aussi entrer dans le savoir c’est tout vivre sans a priori et sans arrière-pensées. Les

« biais cognitifs » sont des obstacles à la prise de décisions et de pernicieux trompes l’œil mentaux qui peuvent parfaitement nous égarer. Aucune programmation trop linéaire d’un capitalisme cognitif ne peut les intégrer. L’accumulation pour le chiqué de tant de verbiages et de mots creux (…qui leurrent tant) empêche toute synthèse vraiment efficace. Les traditions (sans chichis) s’avèrent tellement plus rationnelles et raisonnables…Enfin, existe la possibilité de prendre exemple sur les surdoués et leurs compréhensions irradiantes qui se trouve bien expliquée ans la première vidéo après le texte. Non pas un cheminent linéaire trop structuré et trop rigide – soit obligation de « passer par » le 1er point, le second. Au lieu de s’ouvrir le multidisciplinaire à fond ; tel des tiroirs que nos ouvrons en même temps et lions… ensembles. La congruence physique existe et affects, émotions aident à contourner les trop inefficaces savoirs linéaires. Avec leurs énormes pertes de temps à devoir toujours repasser par les mêmes circuits entiers, brefs la pensée de très basse intensité car ensevelie sous les…routines. Etc. tout ceci ne peut être intégré dans des stockages linéaires, des gestions linéaires et des compréhensions encore plus linéaires. Où le capitalisme ne saura jamais que le affaires collectives et agrégées sont mille fois supérieures à leurs si obsolètes affaires de spolier un par un. Qui ne peuvent, en aucun cas, rester… durables ! Si dépendantes qu’elles sont des prises de…consciences ! Et leurs effets boules de neige !

..

En gros – la certitude que ce système sera battu par la pensée émerge avec une force jamais encore vue !

…………………………..%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

Il ne reste qu’à faire de ce texte un tout complet. Aussi, en fin de texte (et dans les vidéos jointes) vous trouvez assez pour dominer les problématiques des « biais cognitifs » - toutes ces distorsions ou vacarmes mentaux qui font obstacles à comprendre vraiment -…ainsi le « biais de confirmation (ne rechercher que ce qui va avec notre idée de départ et la rend …fausse) peut se combattre par des stratégies de prises de décisions en 4 points :

** 1 – En tout rechercher la contradiction ( genre ce n’est pas une bonne idée) et non la confirmation

** 2 - Exprimer fertilement les désaccords – et ne pas se réfugier bêtement dans les faux consensus (…où personne ne dit qu’il n’est pas d’accord mais…continue à l’être !).

** 3 – Assumer les incertitudes - soit expliciter tout ce qui reste incertain dans telle réflexion– se satisfaire d’une superficialité apparente de « tout doit coller » !

** 4 – Oser systématiser et rendre formel. Soit afficher des critères explicites ( si a b c et non l’inverse)….tel une check liste en fait !

..

En sachant que le biais nuisible de penser en groupe peut créer des dégâts (vérifiables dans tous les mouvements sociaux…qui peuvent …perdre tant de bonnes idées en chemin…).La pensée de groupe peut censurer, ainsi, toutes les bonnes idées – pour le motif si incroyablement débile que c’est une idée exprimée (au départ…mais à l’arrivée ?) par …un seul !

..

Ne pas omettre la vidéo sur les surdoués : au lieu de vouloir leur imposer (aux surdoués) à se soumettre à la non-pensée des conformistes qui stoppent, dangereusement, tout. Ne plus faire qu’insister et insister que nous devons apprendre (…enfin quoi – apprendre vraiment prend tellement moins de temps que de …médire trop souvent !) oui apprendre comme les surdoués. Ce n’est pas trop difficile – sauf, ensuite, à escalader des sommets qui leur appartiennent ! Qui n’est pas l’essentiel pour nous…

..

Ne demeure (…en parallèle avec la déchéance intellectuelle de décréter une « civilisation du profit » où il n’y a nulle civilisation ! Et de soumettre la politique universelle à quelques intérêts particuliers si minoritaires !) que de vérifier que la connaissance ne pourra pas échouer dans une politique de la cognition qui « couvrirait » le capitalisme de la cognition (qui ne vend aucun savoir véritable mais l’image de ces savoirs déguisés en marchandise fantasmée !) ? La réponse existe déjà : la noopolitique !.

..

…………………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

..

La noopolitique reconnaît l’existence d’une noosphère, océan de savoirs autour duquel tous les États possèdent un littoral, grâce auquel ils peuvent compenser une défaite dans leur kinésphère, c’est-à-dire la sphère de leur liberté de mouvement. Ainsi les États contraints sont forcés d’innover, car les États sont cognitifs mais leur immaturité cognitive fait qu’ils attendent d’être contraints pour innover – comme la Chine aujourd’hui. Par ailleurs, les États, de même que les individus, ne connaissent pas leurs intérêts et agissent selon une rationalité très limitée. Si la géopolitique classique déclare que les États sont motivés par l’acquisition de pouvoir sur les autres, la noopolitique déclare que toute source de pouvoir est le pouvoir sur soi-même, ce qui fonde un stoïcisme d’État. Enfin, toute guerre ne peut exister que par la coexistence de connaissance et d’ignorance : il faut la connaissance de nuire à son ennemi et l’ignorance de nuire au conflit lui-même. Dans la connaissance absolue, les guerres n’existeraient plus.

..

, …………………………………….***********

..

La certitude que ce système sera battu par la pensée émerge avec une force jamais encore vue !

…………………Et qui est devenue complète !

..

..

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ANNEXES - <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

..

Psychomedia - les biais cognitifs

..

Ne plus se perdre dans les labyrinthes ?

..

Caractéristiques-cognitives- des prédictions-du-futur

..

Brain-burn-brain-drain-low-blood-flows- visualiser le médical du cognitif

..

Prévoir ses neurones-miroirs ?

…………………………..*********************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

2 processus cognitifs

2 processus cognitifs

savoir c'est tout le corps

savoir c'est tout le corps

Les cognitions : les facultés sont facultatives ?
Les cognitions : les facultés sont facultatives ?
Les cognitions : les facultés sont facultatives ?
Les cognitions : les facultés sont facultatives ?
Les cognitions : les facultés sont facultatives ?
Les cognitions : les facultés sont facultatives ?
Les cognitions : les facultés sont facultatives ?
Les cognitions : les facultés sont facultatives ?
Les cognitions : les facultés sont facultatives ?

Le terme « cognitif » se réfère au fonctionnement supérieur du cerveau, explique Olivier Guerin, gériatre au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Nice. Toute activité intellectuelle trouve son siège dans le cerveau, qui utilise ses neurones pour produire du raisonnement. Exercer son cerveau, réaliser des activités cognitives (mots croisés, écrire une histoire...) permet de maintenir ses facultés intellectuelles et ainsi de prévenir les troubles cognitifs.

Le cerveau supérieur sert à… produire du raisonnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article