Pourquoi il n’y a aucun étranger sur Terre ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Pourquoi il n’y a aucun étranger sur Terre ?

Parce que nous sommes tous apparentés. Trois hommes seulement seraient à l’origine de 64 % des européens. Les ancêtres de toute l’Humanité se trouvaient dans la vallée de l’Awash en Afrique de l’Est. Les migrations ont provoqué des isolements de populations qui ont donc évolué différemment. Ce qui reste facile à comprendre. Plus difficile est ceci : afin d’expliquer la diversité biochimique des individus dans les populations les facteurs principaux sont : 1) - la mutation qui crée la variation et 2) - le hasard de la « dérive génétique » qui fait que l’un ou l’autre gène est retenu dans la population sans qu’il y ait une cause sélective quelconque. Le grand mécanisme de transformations des populations c’est que les hasards de la procréation font que les populations changent obligatoirement. Elles ne peuvent pas rester les mêmes. Et donc sont écartées toutes les interruptions possibles à cause de la génétique. Ce qui se résume heureusement ainsi – sous cette très très grande diversité (et qui nécessite, à chaque fois, de longues explications !), se trouve la certitude non génétique mais…généalogique que nous sommes tous parents, tous cousins, tous proches. Qu’il n’y a, de ce fait, pas…d’étrangers sur Terre ! Tout le monde est relié. Et non isolé !

C’est donc une aventure passionnante que de découvrir que nous avons tous les…mêmes ancêtres. Et que, quelles que soient nos mentalités particulières, nous devons… partager…ces ancêtres. Vérifions-le à la seconde. « La moitié des hommes du vieux continent auraient du sang royal qui coulerait dans leurs veines. C'est du moins ce que suggère une nouvelle étude menée par une équipe internationale et publiée dans la prestigieuse revue Nature Genetics. L'homme aurait vécu il y a 4 000 ans environ, à la fin du néolithique, et serait l'un des premiers grands rois européens.

..

La-moitié-des-hommes-européens-descendent-d'un roi-de-l'âge-de-bronze..

Selon les chercheurs, cet heureux chanceux a probablement bâti son empire en s'accaparant les innovations technologiques de l'époque, telles que le travail du métal, ou encore le transport par roues. Cela lui aurait conféré un puissant avantage militaire et économique sur les autres chefs de tribu, qu'il aurait écrasé. Les scientifiques vont même plus loin dans leur hypothèse : ce monopole du pouvoir et des richesses aurait instauré un nouvel ordre mondial, avec l'apparition des premières sociétés hiérarchisées et dirigées par des élites.

..

Cet ancien roi aurait ainsi donné naissance à toute une fratrie de nobles mâles, qui se seraient ensuite dispersés dans toute l'Europe, contrôlant l'ensemble de sa population. Pour en tirer ces conclusions, les chercheurs ont passé au crible le génome de 1 200 hommes issus de 26 pays différents. Ils se sont plus précisément intéressés au chromosome sexuel Y de ces derniers. Ce chromosome se transmet uniquement de père en fils et sa présence est indispensable pour que l'enfant soit un garçon. Ils se sont aperçus que la moitié environ des hommes possédaient une séquence de nucléotides (les constituants de base de l'ADN) très semblable, attestant ainsi l'origine commune de leur chromosome Y.

..

De plus, le nombre de fois qu’apparaissent ces similarités chromosomiques semble exploser en quelques générations à peine, ce qui montre, selon les scientifiques, qu'un seul et même homme en est à l'origine. Que l'autre moitié des européens qui n'ont pas la chance d'être nobles se rassurent : nous restons malgré tout, tous apparentés.

..

Ainsi, en 2015, une étude a montré que l'ensemble des européens descendaient de 3 grands clans du néolithique. »

Tel que le signale, d’ailleurs, le lien suivant …

..

Trois-hommes-à-l'origine-de-64 %-de-la-population-européenne ?

..

..

…………………………………..*****************

..

Ce court récit, s’empêtrant dans tous les travers du storytelling, appellent de nombreuses observations. Déjà le début de l’article fait mention d’un « vieux continent », ce qui souligne un enferment mental dans une …idéologie simpliste. Tous les continents ont le même âge sur Terre, celui de l’âge de la planète. Il n’y a donc ni vieux ni jeune continent. Tout cela appartient aux hallucinations des idéologies, ces drogues dures qui sont toujours en ventes libres. Hallucinations qui disparaissent avec une désintoxication (comme quoi elles ne font pas partie du réel). Donc le prétendu vieux continent c’est le socle européen vers lequel a essaimé, en premier, les humains issus de la souche originaire africaine. En même temps que ceux qui bifurquèrent vers l’Est, vers l’Asie. Etc.

Bien. Outre la présentation maladivement spectaculaire – ces prétendus scoops qui font que nous n’en savons pas plus à la fin qu’au début – tellement l’utilisation des mots et des concepts représentent de la non-pensée. De la distraction sous plastique. D’où émergent, pourtant, des « marqueurs ». Quels marqueurs et que signifie ce concept ? « Marqueurs » - des mots isolés qui ont un réel sens transhistorique. Et pas seulement des mots-marchandises du bref (et non durable) segment historique de la consommation en « absurdie ». Ces mots, scrupuleusement retranscrits, sont :

….- 1) - « donnant naissance à une fratrie de nobles mâles, qui se seraient ensuite dispersés dans toute l'Europe. »

…- 2) - « attestant ainsi l'origine commune de leur chromosome Y. »

..

…- 3) - « le nombre de fois qu’apparaissent ces similarités chromosomiques semble exploser en quelques générations à peine, ce qui montre, selon les scientifiques, qu'un seul et même homme en est à l'origine. »

…- 4) - « nous restons malgré tout, tous apparentés. »

..

Tout ce qui est écrit là est tout à fait véridique. Mais, ensuite, faute de contextes, l’information devient…inaudible. Ceci est authentique puisque la relation ne fait que relater et mettre en relation…notre origine africaine commune. Qui s’est exactement passée comme cela. Nos ancêtres communs vivaient en Afrique de l’Est. Ensuite, comme les 4 transcriptions ci-dessus l’attestent, leurs descendances ont essaimés, se sont dispersées vers le Nord. En Europe et ailleurs, partout dans le monde. Et nous avons tous une origine commune. Un seul homme et une seule femme sont nos origines communes. Et – scandale de tous les scandales – nous sommes tous apparentés. Remarquez que ce n’est pas nous qui l’avons dit !

Comme la réalité est fractale : ce qui est vrai en plus petit (un seul homme à l’origine de la moitié des Européens) l’est vrai en plus grand (un seul couple, ou très peu de couples, en Afrique, sont à l’origine de l’Humanité). Comme le réel demeure isotropique : ce qui vrai dans tel lieu et à telle époque demeure transcriptible et superposable en d’autres lieux et à d’autres époques – le scandale est donc que nous soyons tous APPARENTÉS. Parents.

…………………………………..*************************

..

En intermédiaire – avant une analyse plus globalisante ? Cette citation de Raphaëlle Chaix, généticienne des populations humaines … « Nous sommes tous parents dans le sens que nous avons tous des ancêtres communs ! Nous sommes tous descendants des premiers hommes modernes d’Afrique. Or qui dit descendants dit frères, sœurs, cousins ou cousines. Nous avons donc tous des liens familiaux très proches. »

..

Musée de l'homme : nous sommes tous parents

..

Et de poursuivre…. « Le nombre de nos ancêtres double à chaque génération et atteint vite des chiffres astronomiques. De ce fait, nous partageons tous de nombreux ancêtres. » Le partage des ancêtres commence donc bien. Sauf que - l’histoire récurrente de nous sommes tous cousins (…nous voulons bien cela mais pas…de frères et sœurs !) pêche par impossibilité. Le non-dit doit donc rester : nous ne sommes pas frères et sœurs, juste cousins et encore…très éloignés. Or, ces cousins viennent bien de tantes (sœurs) et oncles (frères) d’un de nos parents. Il y a donc autant de frères et sœurs que de cousins ? Des cousins sans frères et sœurs sont strictement impossibles. Si nous avons un ou très peu de couples d’origine, ces couples font…. des frères et des sœurs - pas des cousins. Et l’idée centrale que si nous sommes apparentés, la notion de frère et sœur reste bien connotée et omniprésente. Cela veut dire que dans l’Humanité …il n’y a aucun étranger. Aucun. Pas d’étranger – que des apparentés ! Que nous sommes tous de la même famille, que nous avons les mêmes ancêtres et que – pour cela – nous n’avons aucun droit, moral, historique, politique, génétique, logique, humain …de faire la guerre. Et autres graves dénis de…parentalité ! Le raccourci rhétorique « nous sommes tous frères et sœurs » est imparfait (plus ou moins que celui de cousines/ cousins ?). Surtout caché par la chatoyance de la diversité génétique qui peut tromper et dont l’explication se trouve dans les vidéos. Soit – mais, en tout cas, il reste un milliard de fois plus vrai que celui de…nous sommes tous des étrangers les uns aux autres. Et nous pouvons nous comporter comme tel. Lui, faux à 100 % !.

..

……………………………..............*********************

Or notre apparentement, lui, ne provient d’aucune religion, d’aucun mystère ou d’aucune obscurité métaphysique. Juste de la Raison, des mathématiques et de la logique. Toutes très laïques !

..

Nous sommes tous apparentés puisqu’il est IMPOSSIBLE que nous ne le soyons pas. Ce n’est pas plus compliqué que cela. Si le savoir était toujours couplé au corporel, gesticulé et mouvementé, sûr que nous n’en serions pas là. Bien – toute personne présente est mise à contribution. Et que je te lui demande « Combien de parents as-tu ? ». « Combien de grands- parents as-tu ? ». « Combien d’arrière-grands-parents as-tu ? » « Combien d’arrières arrière-grands- parents as-tu ? » « Combien d’arrières arrières arrière-grands- parents as-tu ? » « Combien d’’arrières arrières arrières arrière-grands- parents as-tu ? ». Tout ceci noté sur un papier avec arabesques. Et puis à la suivante les mêmes questions. Au suivant… questions identiques. Les papiers totalisés affichent un total déjà très grand. Et…inutile de poursuivre…au XVIII ème siècle nous avons (chacun et chacune)…4 000 ancêtres. Mais 4 milliards au XIII ème siècle. Si nous remontons à la 33 ème génération (selon Richard Dawkins) il n’aura pas assez d’êtres humains sur Terre pour représenter « nos » ancêtres donc étanches pour chacun et chacune. Mais ce n’est qu’une personne seule, vous eux, elle et lui qui cumule ce si chiffre démesuré…. Et tout le monde a le droit d’avoir « ses » ancêtres. Remontons à la 33 ème génération il n’y a pas assez de formes de vies dans l’univers afin de les représenter tous. Ces ancêtres chacun le sien et bien séparés…Et la Terre même ne supporterait pas ce poids…s’amplifiant à chaque génération. Toujours des ancêtres en plus grand nombre…et nous toujours plus en petit nombre par rapport à ces ancêtres se surpeuplant. Il existe un très grave défaut dans nos façons de voir les choses. Même plusieurs.

..

Là, comme ailleurs, nous devons faire basculer nos visions d’aliénés. C’est que nous n’avons jamais su…compter. Manquent toujours les opérations de…partages. Oui, toute l’Histoire nous dessine ceci : avant nous, il y a avait bien moins d’habitants sur Terre. La préhistoire n’a jamais atteint un million. Et que donc l’impasse flagrante où les ancêtres étaient plus nombreux que nous est IMPOSSIBLE. Ce n’est pas beaucoup d’ancêtres, et trop énormément trop, pour que chacun-e ait sa « dose » d’ancêtres. La géométrie malthusienne, dans ce sens, ne fonctionne pas du tout. Et les mathématiques et la logique et l’Histoire nous scandent…très peu d’ancêtres et population actuelle bien plus nombreuse que par le passé. Or scander ceci c’est scander le …scandale…Nous devons « partager » les mêmes ancêtres. Partager comme des…apparentés !

..

Puisque le narcissisme bourgeois a toujours tout faux : le j’ai droit à mes ancêtres, à moi, rien qu’à moi, ne fonctionne pas…la voisine peut se ritourneller la tête et oser le j’ai droit à mes ancêtres, à moi, rien qu’à moi. Le voisin de même d’oser le j’ai droit à mes ancêtres, à moi, rien qu’à moi. Même s‘il est inscrit « à l’étage supérieur » cet étage ne le rend pas supérieur pour autant. Bref, tout le monde peut scander le j’ai droit à mes ancêtres, à moi, rien qu’à moi….à un moment il faut stopper les enfantillages. La réalité c’est le CONTRAIRE. Pas démesurément d’ancêtres et nous minuscules sous cet arbre immense. Mais bien nous plus grand et le nombre d’ancêtres plus petit. Bien plus infime. Ce qui inclut que (même pour les bourgeois) il nous faille NOUS PARTAGER LES ANCÊTRES. Il n’y en a pas assez pour tout le monde si nous délirions à les…privatiser. La stupide marchandisation ne peut aller jusque là : entrer dans l’acte de réflexion !.

La vérité (et la réalité) est bien que nous sommes issus toutes et tous de la même souche parentale de départ…nous sommes tous …apparentés…et comme dit l’article-souche « nous en sommes tous…rassurés ! »…

……………………………….......***************************

..

Rassurés parce que ce n’est pas une religion qui le dit mais les…mathématiques. Ces arithmétiques de la logique et de la raison qui nous répètent…vous êtes tous « comme » frères et toutes sœurs puisque issus de la même origine. C’est ainsi. Les constructions fantasmées de races et autres s’effondrent. Il n’y a aucune séparation entre nous : notre « carte sanguine » nous rend très proche d’un lapon ou d’un zoulou, pas d’un voisin. Même si nous nous énervons mais non non je suis européen. Nous sommes tous « comme » frères et sœurs et ce n’est pas une religion qui le dit.

..

Ce n’est donc pas pour nous…énerver, ce n’est pas un destin, ce n’est pas une fomentation (le pré-complot en bref), non et non c’est juste intelligemment logique. Tu es mon frère car il n’y pas assez d’espace sur Terre pour accueillir la privatisation de « nos » ancêtres. Elle est ta sœur parce que, vu de l’espace, aucun pays ne se voit, seulement le globe globalisant terrestre. Et une seule espèce (pas de races) qui est l’espèce…humaine. Une espèce, pas deux ! Une espèce ne peut contenir aucune race en son sein : elle est une ! Il faut nous y acclimater (d’autant que le changement climatique nous…l’ordonne !) nous sommes tous de la même famille. C’est comme ça et ne gomme pas ça !

..

Ainsi – la nature et la culture ne sont pas séparées. Plus nous avons un esprit NATURE, frais et toujours dispos, disponible à voir toutes les facettes de la réalité, oui plus notre culture reste « nature »…et plus nous vivons des merveilles de merveilles.

..

Guerres, conflits, racismes, ostracismes, exclusions, exclusivités, etc. ...sont INUTILES. Rien ne changera jamais cette vérité. Nous sommes tous « comme » frères et sœurs (cousins et cousines, si vous préférez !). Et ce n’est pas un ordre ni un …commandement…juste de la Raison qui rend…raisonnables !

..

…………………….Juste une bienheureuse…. réalité !

…..………………………….%%%%%%%%%%

Ce texte pourrait s’arrêter ici – il est direct et ne sème pas d’équivoques. Cependant, nous sommes parvenus dans un segment de l’histoire « très tordu » (les mensonges et les manipulations y dominent)…aussi – dans le but de ne rien omettre – nous ajoutons ceci : un texte tellement plus…tortueux. Mais complet lui aussi !

« Le dernier ancêtre commun de l'humanité: L'ascendance de l'humanité et les arbres, Partie 2.

..

Dans l'article précédent, nous avons vu que l'Ève mitochondriale et l'Adam Y vivaient il y a entre 100 000 et 300 000 ans, et n'avaient rien à voir avec leurs contreparties bibliques: ce sont les derniers ancêtres communs à toute l'humanité par une chaine ininterrompue de mères, ou de pères, respectivement.

Dans les testicules de Darwin : le-dernier-ancêtre-commun-de-l'humanité

Nous allons maintenant tenter de dater le vrai dernier ancêtre commun à tous les humains vivants actuellement, sans nous préoccuper du sexe de nos ancêtres. La réponse est très surprenante et remet en cause nos intuitions portant sur notre généalogie et notre parenté avec le reste de l'humanité. Préparez-vous à tuer le raciste qui sommeille en vous, c'est parti!

...

Partie 2: Les derniers ancêtres communs de l'humanité

L'ancêtre commun le plus récent varie donc pour chaque emplacement de notre génome : c'est l’Ève mitochondriale pour la mitochondrie, et l'Adam Y pour le chromosome Y, mais il y a des millions d'autres morceaux du génome indépendants les uns des autres, chacun avec son ancêtre commun le plus récent (certain partagent éventuellement le même). Ceci implique que, parmi tous les emplacements du génome, le bout d'ADN dont l'ancêtre commun est le plus récent marque la limite maximale de l'âge de l'ancêtre commun le plus récent de l'humanité. Par exemple: Si toutes les mitochondries humaines remontent à 150 000 ans, alors on est sûr que le dernier ancêtre commun de l'humanité a au plus 150 000 ans. Mais si on découvrait, par exemple, que le gène MC1R avait un ancêtre commun datant de 80 000 ans, alors on pourrait rabaisser l'âge du dernier ancêtre commun de l'humanité à au plus 80 000 ans. Ce raisonnement laisse penser que les ancêtres communs à toute l'humanité sont un peu plus jeunes que les ancêtres de la plupart de leurs gènes, mais dans un même ordre de grandeur.

Mais c'est faux. En fait, c'est beaucoup moins !

En effet, si partager des gènes implique le partage d'ancêtres humains, l'inverse n'est pas vrai. On peut partager des ancêtres humains sans partager d'ADN.

..

Les arbres généalogiques humains ne se comportent pas du tout comme les arbres de gènes, et en fait, la génétique n'est de presque aucun secours pour évaluer l'âge du dernier ancêtre commun des Inuits, des Han, des Zoulous, des Fremens et des Tasmaniens. Il nous faut donc maintenant comprendre comment marche la propagation de la descendance dans un arbre généalogique.

Combien avez-vous de parents? Deux

Combien de grands-parents? Quatre

Combien d'arrières grands-parents? Huit ...

à chaque génération que l'on remonte dans le temps, le nombre d'ancêtres est multiplié par deux. 10 générations en arrière vous avez 2 048 ancêtres, 20 générations en arrière 1 048 576 ancêtres, 32 générations en arrière 8 589 934 592 anc... euh une minute... Oui, quelque chose cloche, c'est plus que le nombre d'humains vivants actuellement! 32 générations humaines font approximativement 1000 ans. Il y avait il donc 8 milliards d'humains sur terre il y a 1000 ans? Non, il y en avait probablement 80 fois moins. Le problème avec ce calcul est que tôt ou tard quand on remonte une généalogie, on finit fatalement par tomber sur un mariage entre cousins !

….

Cette petite expérience de pensée montre que mixer la descendance commune d'une généalogie dans une population va vite, très vite même. Même si à cause des mariages entre cousins on multiplie par moins de deux le nombre de ses ancêtres à chaque génération, après une trentaine de générations, on est quasiment certain que tout le monde est cousin quelque soit la taille d'une population.


..

La rapidité avec laquelle l'ascendance se répand est plutôt contre intuitive. En 2014, le gouvernement espagnol a offert une possibilité d'obtenir la nationalité espagnole à tous les juifs descendants de juifs séfarades chassés du royaume en 1492. Il semble que l'annonce ait été faite sans trop d'étude de la question car le gouvernement a annoncé estimer à 150.000 le nombre de candidats potentiels. Or après 500 ans, ou 20 générations humaines, les 200.000 personnes exclues au 15ème siècle sont les ancêtres de l'ensemble des juifs séfarades (qui étaient ciblés par le gouvernement) mais aussi tous les autres juifs du monde, soit entre 13 et 18 millions de personnes. (le projet de loi demandait explicitement que les candidats soient Juifs, sans cela il faudrait rajouter quasiment toute la population d'Europe, d'Afrique du Nord et d'Amérique du Nord).

Le seul facteur qui limite l'extension de l'ascendance commune c'est l'isolement géographique (l'isolement culturel pourrait marcher s'il était strict, mais même s'ils sont rares, il y a toujours quelques unions entres religions, castes, ou même entre espèces d’Homo). [d’où l’impact certain des très nombreuses migrations ! ]

On peut voir le problème comme une épidémie : l'ascendance se répand très vite au sein d'une population donnée, mais nécessite l'émigration d'au moins une personne pour commencer à contaminer une autre population. Dès qu'une nouvelle population est touchée, il faut un rien de temps (20 ou 30 générations au plus) pour qu'elle soit totalement contaminée. De proche en proche, l'ascendance peut ainsi se répandre sur toute la planète pour peu qu'il n'existe pas de populations totalement isolées sur des îles inaccessibles depuis des milliers d'années . Combien de temps faut-il pour que tous les humains vivants soient contaminés?

On ne saura jamais la réponse exacte, car ces évènements de migrations rares et de proche en proche ne laissent pas de traces génétiques. Il faut se baser sur des estimations archéologiques de mouvements humains (notamment ceux provoquant des naissances ! Un détail pas très glamour est que celles-ci sont, en partie, constituées par des viols, par exemple lors de guerres et invasions.) et de répartition des populations, sur quelques approximations à la louche et un peu de mathématiques... et puis faire le calcul plein de fois en changeant un peu les hypothèses pour voir quelles sont les valeurs possibles.

Une équipe (Rhode & al., 2004) a tenté de simuler des planètes terre habitées par des populations humaines organisées en villes emboitées dans des pays eux-mêmes organisés en continents. Au sein des villes les unions ne sont pas contraintes, les villes d'un même pays échangent beaucoup de migrants (5%), les pays quelques migrants (0.05%), les continents peu de migrants. Les continents diffèrent en leur densité en villes et cette densité varie pour refléter les grandes tendances démographiques qui échangent un faible nombre de migrants par génération. Dans l’article suit une carte bien construite celle qui offre…

Une illustration du modèle de Rhode & al. (2004). Chaque carré représente un "pays", doté de villes. La densité en villes varie entre continents. Les flèches indiques les flux de migrations entre continents, avec nombre de migrant par génération et période historique du flux.

Et la réponse est : il y a seulement environ 3500 ans! …

On peut critiquer tous ces détails et les simplifications qui y sont attachées. Certaines augmentent, d'autres réduisent l'estimation de l'âge de l'ancêtre. Cependant, l'ordre de grandeur est assez stable: en changeant les paramètres, les estimations de cet article varient entre 2000 et 3700 ans.



Pour finir, une conclusion subsidiaire de cette publication, déjà discuté plus formellement auparavant (Derrida & al. 2000), est qu'en remontant un peu plus dans le passé, autour de -5000 (c'est à dire il y a 7000 ans), TOUS les humains actuels partagent exactement TOUS leurs ancêtres ! [ce qui ne doit jamais oublier l’alternative aberrante : chacun-e « son » ancêtre séparé, étanche, inaccessible et…privatisé…qui reflète bien le chaos mental complet des…occidentaux !)

Ou pour le dire autrement: tous les humains qui vivaient il y a 7 000 ans et qui ont encore des descendants (environ 80% d'entre eux) sont tous les ancêtres de chaque humain vivant aujourd'hui!

..

On peut donc s'émerveiller avec les auteurs de cette publication :

"Pour peu que l'on considère l'ascendance en terme généalogique plutôt que génétique, nos résultats suggèrent un fait remarquable: quelque soit notre langage ou la couleur de notre peau, nous partageons des ancêtres qui ont planté du riz sur les rives du Yangtze, qui ont domestiqué les chevaux des steppes Ukrainiennes, qui ont chassé des paresseux géants des forêts d'Amérique et qui ont travaillé pour bâtir la grande pyramide de Khéops." (ma traduction de Rhode & al. (2004), voir (3) pour la version originale) !

..

, …………………………………….***********

..

Le fait le plus REMARQUABLE (il faut se contenter de peu tant le capitalisme s’effondre dans le sordide mesquin !) c’est que quelles que soient les combinaisons, nous devions PARTAGER les « mêmes » ancêtres. Ce partage obligé peut TOUT changer !!! Comme cet article nous a vraiment entrainé à le comprendre.

*** 1) – « Une famille longtemps unie

La surprise, c'est la période courte pendant laquelle cette parenté générale continue à subsister. La famille européenne serait donc restée unie très longtemps. C'est ce que révèle cette étude réalisée par Peter Ralph, de l'université de Californie du sud et Graham Coop, de l'université de Californie, publiée dans la revue PLOS Biology du 7 mai 2013. Voilà donc que, grâce aux migrations, les Européens restent d'assez proches cousins. Ce qui peut paraître improbable, à première vue, tant les différences physiques, sans parler des variations culturelles apparaissent considérables du nord au sud et de l'est à l'ouest de l’Europe. Erreur... dès lors que l'on se penche sur le génome. »

.

Les ancêtres-communs-européens-qui ont moins-de-1000-ans

Les apparences TROMPENT toujours. Qui ne s’en détache pas, ne comprend jamais rien et ne sait plus qu’exclure et…exclure sans raison !

..

« Les premières études en génétique des populations portaient sur des marqueurs génétiques uniparentaux, c'est à dire des séquences d'ADM mitochondrial qui ne se transmettent que par la mère ou bien le chromosome Y que les hommes héritent de leur père. Cela permet de suivre les grands mouvements de l'histoire de l'humanité comme la migration de l'Homo Sapiens depuis l'Afrique où il serait apparu il y a environ 200 000 ans (contre 2,5 millions d'années pour le genre Homo).

Pour Peter Ralph et Graham Coop, si un européen d’aujourd’hui est lié à tous les autres européens par des ancêtres communs au cours des 1000 dernières années, il en va de même vis-à-vis de la population mondiale au cours des 3000 dernières années… »

..

*** 2) – La génétique « idéologique » complique tout ?

« L'ancêtre commun exclusif d'un groupe est l'ancêtre dont descendent toutes les espèces, et uniquement celles-là, du groupe. Il définit un groupe holophylétique. C'est un être hypothétique, qui possède une innovation évolutive, c'est-à-dire un caractère qui n'était pas présent chez ses ascendants. On parle alors de caractère dérivé par rapport à un caractère ancestral, ou apomorphie. Un caractère dérivé partagé, ou synapomorphie, définit un nouveau clade, qui englobe dans un même groupe l'ancêtre commun et tous ses descendants possédant la même innovation évolutive. Le clade ainsi défini est le seul groupe reconnu dans la classification phylogénétique. »

Wikipedia - Ancêtre commun

..

La diversité génétique actuelle n’a rien à voir avec le fait que nous partagions très peu d’ancêtres communs. L’idéologisation de ces deux séries de faits séparés aboutit à ce que nous perdions l’essentiel : qui est que, quel que soit le lieu et les mentalités, nous restons tous apparentés. Très proches sur l’arbre généalogique !

..

*** 3) – Et l’ancêtre de l’Humanité ?

..

« Le dernier ancêtre commun universel est l'organisme (datant d'environ 3,6 à 4,1 milliards d'années) dont sont issues l'ensemble des espèces connues. L'acronyme LUCA, venant de l'anglais Last Universal Common Ancestor, est souvent utilisé pour désigner ce dernier ancêtre commun à toutes les formes de vie connues actuellement. LUCA ne doit pas être confondu avec le premier organisme vivant. Il est probable qu'il soit lui-même issu d'une lignée évolutive et qu'il ait cohabité avec d'autres formes de vie qui n'ont pas laissé de descendants. »

..

La plupart-des européens-partagent-des ancêtres-récents

Nous sommes tellement peu habitués à PARTAGER que nous nous empêtrons dans les idéologies : les inégalités financières, les racismes et les exclusions, etc. n’ont aucune raison d’être puisque nous sommes tous parents…proches !

………………………………………………….et…re-proches !

..

...

…………………………%%%%%%%%%%%%%%%%%

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<< - SANS OMETTRE - <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Européens tous cousins

Les européens-sont tous-cousins...oui même cousines !

..

Espèces d'Espèces ?

La fausseté du mythe-du-sauvage-brutal

..

Le savoir réel des sociétés traditionnelles

..

Qu’avons-nous d’essentiel à apprendre des sociétés traditionnelles ?,

..

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il y a d’opinions très différentes moins le monde risque de se tromper ………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 000 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

La Terre est une, l'Humanité est une - soit les deux au-dessus de toute division ! Non, la politique reste bien au-dessous de tout !

La Terre est une, l'Humanité est une - soit les deux au-dessus de toute division ! Non, la politique reste bien au-dessous de tout !

Lorsque le surréalisme parait !

Lorsque le surréalisme parait !

Les images ne parlent pas toujours aussi bien que nous pensons !

Les images ne parlent pas toujours aussi bien que nous pensons !

Plutôt l'Humanité doit prendre le commandement

Plutôt l'Humanité doit prendre le commandement

notre naissance

notre naissance

notre sortie

notre sortie

notre origine ontologique

notre origine ontologique

l'arbre généalogique est logique qui aura tout avoué...pour nous !

l'arbre généalogique est logique qui aura tout avoué...pour nous !

Les prétendus étrangers vont rassembler tous les peuples séparés - ils sont le clair liant !

Les prétendus étrangers vont rassembler tous les peuples séparés - ils sont le clair liant !

où nous situons-nous ?

Oui les ancêtres sont "communs" - tous les "communs" doivent donc triompher !

A 47 millions d'années, les dinosaures ont disparus depuis longtemps. Sur cette planète paisible évoluent maintenant les mammifères. On peut alors rencontrer des sortes de lémuriens telles que Darwinius masillae, dont le fossile a été découvert en 1983. Ces espèces de primates ont pu se développer pour donner l'Homme. Il y a 20 millions d'années, chaque océan et chaque continent se retrouve à la même position qu'actuellement, il ne manque plus que l'Homme. Mais pour qu'il apparaisse quelque chose doit changer. Le rift est-africain est en train de se crée : c'est une fracture de 6400 km le long de laquelle, sur ses bords, émergent des montages. A cause d'elles, l'environnement change, il fait plus chaud et plus sec car elles empêchent de passer l'air humide venant de l'océan indien. Les singes perchés aux arbres vont devoir se redresser pour pouvoir migrer dans la savane sur de longue distance à la recherche de nourriture. Il y a 1,5 millions d'années un autre de nos ancêtres apparaît : Homo erectus. Il y a 70 000 ans le climat change à nouveau : le refroidissement entraine une baisse du niveau marin et un… petit groupe de… 200 Homo sapiens parvient à sortir… d'Afrique en traversant l'étroite Mer Rouge pour ainsi se multiplier et s'étendre à l'Inde, l'Asie et l'Europe.

L'Humanité englobe tout, donc résout toutes les prétendues séparations : pour le moment, elle n'a jamais dit son avis !

La rencontre de la génétique et du hasard c’est qu’il n’est pas possible de… prévoir les transformations génétiques. Tout ce que nous observons c’est que les naissances n’accouchent jamais de deux fois le même individu. Et que la génération suivante, des enfants et des petits enfants, se montre fondamentalement différente des générations précédentes. La grande diversité génétique ne cache donc pas l’Unité généalogique !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article