Pourquoi la véritable mondialisation commence ? (3/3)

Publié le par imagiter.over-blog.com

Pourquoi la véritable mondialisation commence ? (3/3)

La mondialisation est une « entreprisation du monde ». Ce constat tout à fait véridique vient, pourtant, comme une poussière intruse dans notre œil. Tellement la propagande a fait bouillonner de toutes autres images. C’est diamétralement le contraire de ce que nous avons en tête. Et il nous aura fallu pas moins de deux articles afin de nous nettoyer de ces graves chimères.

..

Rappelons-nous : cette fausse mondialisation n’a jamais favorisé la rencontre concrète des peuples (sinon par les migrations forcées). Et que, pour le moins, cette prétendue mondialisation n’est pas…mondiale.

..

Tout comme la bulle internet le mentait effrontément cela n’a jamais été – non plus - un pouvoir horizontal décentralisé et égalitaire – mais bien une régression hyper hiérarchisée hyper centralisée et très inégalitaire. Oui mais celle de qui ? Pas des Etats en tout cas mais bien celle des multinationales et de leurs si nuisibles lobbies. Vraiment le méticuleux contraire de sa propagande.

..

La mondialisation devenue un mot creux qui ne parle que des….multinationales n’est, en conséquence, que la virtualisation du monde réel (oui le même coup qu’avec l’économie réelle !) qui ne sert qu’à pomper, concrètement, l’argent de tous les pays. Et, d’ailleurs, le bilan implacable de cette prétendue mondialisation c’est que la majorité des pays sont devenus plus pauvres après qu’avant cette escroquerie…Comme la richesses globale de la terre augmente – facile de déduire que cette richesse « mondiale » aura été…volée en direct par les illégaux financiers ! Et leurs maitres, les multinationales. Et – toute comme il ne sert à RIEN de gonfler une bulle virtuelle avec l’argent du monde entier – cette « antimondialisation » concrète ne représente plus qu’une activité compulsive monomaniaque très dommageable pour tout le monde (c’est la conclusion des experts du FMI qui disent que le néolibéralisme est une théorie très…nuisible) ! Puisque – dans la réalité des adultes – le monde n’aura porté que le fardeau de ces dangereux rêvasseurs qui jamais ne s’occupent de la…réalité. Sauf pour détruire et détruire ! Et doivent être pris à 100 % en charge par des êtres réellement matures !

..

Comment la crise-sociale-cest-l'injustice-qui-est-en-cause ?

..

…………………..…………***********************

..

Des-experts-du-FMI-remettent-en-question-les-effets-bénéfiques-de-la-doctrine-néolibérale et dévoilent ses effets très néfastes concernant la...mondialisation ?

..

Alertez les bébés !

.........................................alertez les bébés !

..

……………………….*******************************

Nous vivons dans un monde où trop d’entre nous ont la tête à l’envers. Prenons la loi Travail. Ce qui est de très dommageable dans cette loi ce n’est pas l’état. Mais bien les lobbies des multinationales qui sont à 100 % derrière la conception de cette loi. Soit les grandes entreprises. Internationales de surcroit. Leurs intérêts indéfendables (face à la Raison) écraseraient un Code du Travail très progressiste et adapté à la société humaine ? De même - lorsque le FMI contraint des gouvernements à abandonner les dépenses de santé, d’éducation, etc. ce n’est pas en faveur des états mais des…multinationales. Et le renversement ahurissant de voir ce même FMI ordonner aux…U.S.A. de veiller…à ce que son peuple ne croupisse plus dans la pauvreté. Oui 100 millions en 2016 n’ont plus de moyens d’existence. Démontre surtout que les multinationales, notamment financières et bancaires (qui sont derrière l’appauvrissement incroyable des U.S.A. ayant tant spolié les classes moyennes), ne survivent oui que…grâce, et en très grande partie, à…l’image. Les autres pays appauvris, qu’importe – l’image des U.S.A. altérée par trop de misères cela fait…désordre ! Au royaume de l’hypocrisie généralisée cela seul compte !

..

Le Fmi tonne "Les états-unis-doivent-sattaquer-durgence-au problèmes de leurs pauvres bien trop nombreux !"

…..

De même, lorsqu’il est créé le mouvement Occupy Wall Street ce ne sont les états qui sont occupés mais la finance internationale. Ne devant de comptes à personne ? Oui uniquement si nous laissons faire et ne voulons pas…comprendre.

..

Les multinationales qui vivent aux crochets de chaque état séparé des autres n’ont aucune légalité internationale. Ni nationale. Elles n’ont absolument aucun droit légal à diriger le monde. Pire, elles utilisent à fond les infrastructures des pays (payées par les impôts nationaux !), parfois même se les monopolisent. Sans jamais rien dédommager. Evitant, déloyalement, les impôts dus. Mais toujours…fraudés. Florissant en ces paradis fiscaux pour quelques uns = enfer fiscal pour le plus grand nombre. Dans trop de têtes il y a oui trop de confusions :

..

** - 1) Ce sont les multinationales qui imposent leurs lois (Traité transatlantique TTIP Tafta, O.M.C., etc.) qui nuisent tant au monde réel. L’état des services publics doit être, lui, protégé. L’état de l’administration « neutre » qui peut permettre la répartition et la redistribution immédiates des richesses collectives doit être protégé. Ce sont les gouvernements incriminés par les lobbies (non d’autres états mais bien d’intérêts privés qui n’ont rien à faire dans la prise de décision politique) que nous devons défaire. Uniquement eux et non détruire des bâtiments et des structures qui peuvent servir à tout autre chose ! Ne surtout pas se tromper de cible : c’est le capitalisme que nous devons vaincre en tout premier.

*** - 2) Puisque nous revenons, toujours, derrière tous les dérapages politiques et toutes les guerres imbriquées, à la présence des multinationales. La Commission européenne en est même le catastrophique exemple. Et la caricature la plus concentrée (donc celle qui peut très amplement pulvériser la propagande de la finance internationale ?) :

..

--- Constituée uniquement de non élus, la Commission européenne ne peut donc imposer aux électeurs citoyens ce qui ne représente pas l’intérêt général (soit dans la formulation de la piteuse Constitution européenne « la concurrence non libre et complètement faussée » par …les jeux illégaux des lobbies et des multinationales).

..

-- Non élus et, pourtant, payés par les impôts de chaque pays européen - la Commission européenne reste une employée et n’a absolument aucun droit exécutif. Elle doit « répondre » aux besoins des peuples non leur imposer les lubies des lobbies ! Électeur et contribuable, un peu que les citoyens européens peuvent réclamer contre… la Commission européenne

..

** - 3) En la voyant telle qu’elle est : agissant en ennemie de chaque état particulier et en ne favorisant que les intérêts des multinationales. Par exemple, la Fed – la prétendue Banque centrale étasunienne, est, en réalité, un consortium international. En aucun cas la garante morale de l’indépendance d’un pays. De même est-elle un ennemi frontal de la véritable mondialisation.

..

*** - 4) En fait, la mondialisation des peuples pourra commencer lorsque la conscience des peuples parviendra à vivre que : en fait, ce sont les multinationales et leurs avidités sans limites qui sont l’obstacle dressé contre la mondialisation des peuples. Utilisant sans respect les états comme instruments de leurs ambitions sans but identifiable - ce n’est pas sur les états qu’il faut se concentrer mais sur les multinationales qui les utilisent. Un système d’élections tout neuf permettrait de couper les liens de corruption. La réalité est unifiée. Et les solutions doivent s’unifier de même. Il n’y pas de domaines séparés : élection, économie, justice, pensée, etc. tout doit s’énergétiser en synergies convergentes ! Donc la solution à l’économie mondiale…détournée par un petit nombre c’est bien nouveau système électoral. Ainsi que des lois coercitives. Genre mise en illégalité fonctionnelle des multinationales. Une règle principale : l’économie DOIT obéir au politique.

..

Comment les multinationales sont fragiles ?.

..

Les multinationales vont comprendre que nous n’avons pas besoin d’elles – si elles de nous !

…………………………..*******************************

La mondialisation est une « entreprisation du monde » ?

..

Oui, c’est une immense candeur qui nous le déclare. Celle de personnages complètement hors du réel de multiples façons (…inconscients des conséquences catastrophiques de ce qu’ils avancent, insensibles aux flots d’actualités qui contredisent leurs propos et tout à fait convaincus de la…normalité de leurs propos incongrus ! etc.). Bref, comme des symptômes flagrants de l’état d’aliénation avancée où la propagande des multinationales conduit ! …

..

« Dans son dernier livre, l'historien Félix Torres revient sur quarante ans de pensée collective dans l'entreprise française. Il retrace les nouvelles tendances économiques, et leurs implications sociales

..

Félix Torres, ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d'histoire et docteur de troisième cycle en ethnologie, est un historien français et un éditeur, spécialiste de l'histoire et de la mémoire d'entreprise. Il dirige le cabinet d'historiens-conseil Public Histoire. Il est l'auteur de L'intelligence de l'entreprise - 40 ans de réflexion patronale en France, 280 pages (2016).

LE FIGARO. - Pourquoi les défis économiques et sociaux contemporains trouveraient-ils, ainsi que vous le préconisez, leurs solutions dans l'entreprise?

Félix TORRES. - L'entreprise est par définition [ ?] au cœur des évolutions du monde actuel, en termes économiques, sociaux, voire culturels. C'est l'un des principaux acteurs, l'un des creusets de l'action collective [ ?] structurant l'économie de marché qui domine le globe depuis la chute du mur de Berlin, la disparition du communisme et la conversion économique de la Chine. La mondialisation est aussi en ce sens une «entreprisation du monde».

La prétendue mondialisation-est, en réalité, une-entreprisation-du-monde !

..

Les entreprises organisent l'économie de marché […mais n’ont strictement aucun pouvoir législatif – tout, au contraire, elles doivent obéir aux lois. Si elles prétendent l’inverse – c’est un putsch illégal !], agrègent les ressources financières, naturelles, humaines

Les entreprises organisent l'économie de marché pour fournir des biens et des services, elles créent l'emploi […voir dans une vidéo jointe, qu’au contraire, elles le détruisent…], elles génèrent une richesse partagée entre actionnaires, salariés […faux !], États […et donc l’énorme fraude fiscale n’existe pas ?]... Depuis quelques années, avec la théorie des parties prenantes, de la création de valeur ajoutée (la «Shared Value» de Michael E. Porter), la RSE (responsabilité sociale de l'entreprise), on prend conscience de la dimension sociale au sens large du terme, en bref sociétale, de l'action de l'entreprise. […cette vision angélique si pesante n’a, évidemment, rien à voir avec la réalité de la manipulation de tous les mots !].

..

Parce qu'elle est au codeur des évolutions de l'économie, notamment les logiques de l'innovation, parce qu'elle évolue dans la société, parce qu'elle fait société […où cela donc ?], l'entreprise est conduite à répercuter, sinon à incarner les mutations en cours, qu'elles soient lourdes ou hyper-récentes. Des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) aux start-up mais pas seulement, c'est principalement dans l'entreprise que germent et s'élaborent les nouvelles tendances de la 3e révolution industrielle actuelle. Pour y répondre, les entreprises ne cessent d'élaborer des solutions originales qui se diffusent dans la société qui les entoure et dont certaines pourraient inspirer l'action publique […et pourquoi pas l’inverse ?]. C'était hier (et toujours encore aujourd'hui!) le management participatif, c'est aujourd'hui toutes les logiques 2.0.

La question de l'emploi demeure l'un des enjeux politiques majeurs. Quelles sont les recommandations des clubs de réflexion entrepreneuriaux?

..

Celles-ci sont bien évidemment liées au chômage structurel de masse et à cet essoufflement de l'État providence […affreusement faux, ce sont les attaques du privé et les désastreuses privatisations sans fondements qui ont artificiellement affaibli un très bon système social] dont pâtit […tiens donc ! si nous pâtissons c’est bien que c’est un …bon système que les services publics. Pourquoi alors tenter de le détruire ?] la France depuis des décennies, en fait depuis la fin des Trente Glorieuses. Du «Programme pour l'emploi» élaboré par l'Institut de l'entreprise en 1992-1994 aux diverses propositions faites notamment lors des élections présidentielles de 2007 et 2012, les «cercles de l'emploi» à lever ou améliorer sont constants et clairement identifiés: baisse du coût du travail, allègement des diverses contraintes administratives et financières pesant sur lui, réforme du marché du travail pour le rendre plus flexible (sans confondre flexibilité et précarité), amélioration de la qualification des futurs embauchés, notamment des jeunes, en bref libérer l'offre d'emploi en incitant des salariés mieux formés à répondre à celle-ci...[…oui, au point, que tout ceci n’est plus de l’Histoire mais bien une propagande qui n’a d’autres arguments que de s’affirmer en boucle !].

...

En ce sens, il faut se féliciter de l'essor des think-tanks en France (longtemps à la traîne dans ce domaine […faux puisque le néolibéralisme vient d’être crédité d’incompétences globales par le…FMI ! – qui n’a pas suivi les élucubrations néolibérales est donc…en avance !] ) depuis le début des années 2000. Signe de la vitalité de la société civile […surtout celle des résistants !], ils constituent des boîtes à [non] idées dans lesquelles responsables publics et privés puisent de plus en plus inspiration et solutions. […à moins qu’ils n’y soient que contraints et contre leur gré ?].

..

Des réformes faites partout ailleurs dans les autres pays développés. Ce qui soulève un autre problème, celui de la recevabilité de propositions émanant plus ou moins directement du monde patronal ! […tiens une lueur de raison ?] En ce sens, il faut se féliciter de l'essor des think-tanks en France (longtemps à la traîne dans ce domaine) depuis le début des années 2000. Signe de la vitalité de la société civile, ils constituent des boîtes à idées dans lesquelles responsables publics et privés puisent de plus en plus inspiration et solutions. Etc. et blabal etc.

..

Quelles sont les évolutions majeures connues par la réflexion collective de l'entreprise française ces quarante dernières années?

..

De l'entreprise fordiste d'après-guerre à l'entreprise globale du tournant des années 2000, celle-ci a connu une triple évolution. Le passage d'une logique autoritaire et taylorienne à une dynamique de la responsabilité et de l'initiative individuelle, c'est-à-dire le management participatif, autour de notions comme le «taylorisme à l'envers» ou la «pyramide inversée», […de qui se moque-t-on ?]. En bref, «Les hommes font la différence», oui passer d'une illogique de l'obéissance à une dynamique de la responsabilité. Le deuxième front à celui de la globalisation, avec la mondialisation des marchés […et de RIEN D’AUTRE, notons bien !] à partir des années 1980, la construction d'une offre élargie et d'une compétitivité internationale à moyen et long terme, c'est-à-dire le choix résolu de la «France du grand large». Le 3e chantier de réflexion a été celui d'un État plus moderne et plus efficace […en auto-supprimant les services publics ? N’importe quoi !], qui aide l'économie et les entreprises françaises […aveux des assistanats exagérés aux trop riches oui ! ] à gagner la bataille d'une compétition qui n'est plus seulement nationale mais globale. Une réflexion pionnière menée avec des membres de la sphère publique dès 1991-1993, date de la parution du livre Pour un État moderne, (…soit, en réalité, un état très régressif s’auto-privatisant lui-même !] le premier du genre.

En revanche, deux grandes inflexions surgies à la veille des années 2000 n'ont pas tout à fait reçu l'attention qu'elles méritaient: la montée du capitalisme actionnarial et ses conséquences, le «prix de l'excellence» au sein d'entreprises en tension croissante. A cet égard, la grande crise de 2008 a conduit beaucoup d'entreprises, de part et d'autre de l‘Atlantique, à interroger de façon globale et en profondeur leur modèle de développement.

..

Que vous inspire la notion de «libéralisme à la française»?

..

Dans un pays qui s'est construit historiquement autour de son État, monarchique puis démocratique, le libéralisme, qui donne la priorité aux droits des individus et aux initiatives personnelles [faux ! évidemment…], c'est-à-dire qui fait de la liberté le socle du contrat social a toujours eu du mal à prendre son essor... J'ajouterais que les Français confondent depuis 1945 la souveraineté de l'État, expression de l'intérêt général exercée au nom des citoyens sans corps intermédiaire comme les entreprises, et l'Etat-providence (traduction significative du Welfare State anglo-saxon) protecteur et redistributeur. Après les années 1970 (desserrement des contraintes étatiques par Valéry Giscard d'Estaing et Raymond Barre) et 1980 (privatisations et déréglementations par la droite comme par la gauche), nous assistons sans doute à un 3e moment libéral dans notre pays, comme le montrent tant le timide «social libéralisme» de la gauche au pouvoir que les programmes d'Alain Juppé, François Fillon et Bruno Le Maire, candidats aux primaires du parti Les Républicains.

..

Ce libéralisme se fera progressivement, en associant nécessairement État impulseur et réformateur (sic) + initiatives individuelles, notamment [autant dire…exclusivement !] entrepreneuriales. Ni dénonciation, ni confrontation, mais la construction d'une nouvelle relation conjuguant public et privé. Comme l'exprimait en 1980 le livre pionnier d'Yves Cannac Le juste pouvoir: «Entre la Société et son Pouvoir, l'une rendue à ses œuvres, l'autre à sa mesure, établir un nouveau dialogue, une nouvelle raison, une nouvelle alliance.» […nus avons vu les résultats…]..

..

Entre un Etat-providence et un État absent, quelle place occupe, selon vous, un État stratège qui favoriserait une économie compétitive?

..

Il faut justement dépasser l'alternative stérile «Plus ou moins d'État» - car l'État est en France, répétons-le, l'expression par excellence de l'intérêt général et il le restera, ne serait-ce qu'à travers le processus démocratique -, mais mieux exercer sinon réinventer l'action et les politiques publiques en faveur de l'initiative individuelle dans une société et une économie où le boom des réseaux sociaux favorise une interrelation plus horizontale que verticale. Pour réussir, le libéralisme à la française ne saura se résumer à une simple cure d'austérité [ ah ! oui pour qui ? Pour qui s’enrichit sans limite sur la Crise des…autres ?], une purge qui serait perçue de façon négative et donc rejetée. Le nouvel «État-providence libéral» (qu'on me pardonne (sic) l'expression!) devra favoriser, accompagner, fortifier les parcours de tous ceux appelés à changer ou à trouver un emploi gratifiant dans la grande mutation économique à l'œuvre, menée prioritairement par les entreprises privées,

..

La mission d'un véritable État stratège est de se réinventer au profit de tous. Il peut compter dans cette tâche sur les entreprises qui, de RSE en investissement socialement responsable (ISR), d'«entrepreneuriat social» en pratiques multiples sont prêtes à prendre une part d'État-providence, à la condition de règles claires et gagnantes pour tous. Dans l'Histoire et à quelques exceptions près, notre État a toujours su être présent dans les rendez-vous décisifs. Réussir la mutation de la 3e révolution industrielle en réinventant l'Etat-providence, pourquoi pas?

..

Face à une opinion nationale dans laquelle l'euroscepticisme a tendance à se renforcer, comment les think-tanks d'entrepreneurs se positionnent-ils par rapport à la construction européenne?

..

Refondées dans le grand élan moderniste de l'après-guerre, les entreprises françaises ont toujours été favorables à l'Europe, du traité de Rome au grand marché européen, du référendum sur traité de Maastricht à celui sur la constitution européenne. Car la construction d'une grande Europe toujours été synonyme de croissance, d'agrandissement des marchés avec la suppression des barrières en tout genre, l'incitation à être plus créatives, plus compétitives dans la logique de l'avantage comparatif cher à Ricardo. L'Europe est, bien plus que le continent nord-américain, le grand espace commercial par excellence, entre nations européennes et vers l'extérieur. Bon nombre d'entreprises françaises et européennes grandes, moyennes ou petites se sont mondialisées, fortes d'abord d'une solide base européenne.

..

Le Brexit britannique et ses diverses conséquences vont être une heure de vérité. Clairement la dynamique impulsée par l'Union européenne bruxelloise montre ses limites. {…comme d’habitude se limiter à du descriptif… n’explique jamais rien …].

..

Pour quelle raison le retour au protectionnisme serait-il un «mirage mortifère»? »

..

Réponses toujours aussi candides (ce qui devrait être mais non ce qui est ) dans le lien…Candeur qui nous dénude bien plus d’informations que le tortueux cynisme. Puisque les contre- arguments dominent désormais la scène

..

……………………………..*******************************************

..

Par exemples :

..

1 - ***Conséquences de la réduction du rôle de l'État ? Comme nous l’avons vu plus haut …des coûts collectifs très supérieurs aux prétendus bénéfices. En effet, les épisodes de consolidation fiscale (…soit l’euphémisme heureux pour dire que les trop riches ne paient plus d’impôts) auxquels on assiste ici et là, où un gouvernement cherche à réduire ses déficits et l'endettement du pays, se sont traduits en général par des reculs économiques, et non pas par des avancées». Le néolibéralisme c’est partout régressions économiques !

..

2 - *** « Notre société fait [faisaient…] des plus grandes fortunes le gage d’une réussite flamboyante ou d’un talent hors du commun. Il existerait des individus à tel point virtuoses et dont la contribution au progrès serait si décisive qu’ils mériteraient d’en être majestueusement remerciés. Pourtant, une telle concentration du pouvoir économique entre si peu de mains n’est pas sans dommages. Elle a un impact négatif sur la qualité de vie de millions de personnes [pris en otages…] et, surtout, elle constitue une menace directe au fonctionnement même de la démocratie. »

..

Comment-les ultra-riches-nuisent gravement à la société ?

..

Tout ceci est fini : l’ultra riche coûte une fortune à la société et n’y apporte que des blocages sociaux. Ce n’est un structurant social que dans la propagande, dans la réalité il dissous tous es liens sociaux : la richesse doit être donc sainement limitée. Le sur-assistanat des trop riches est fini : ainsi que le fait de leur « passer » toutes leurs lubies (…paradis fiscaux = enfers fiscaux pour les pauvres, fraudes diverses, abus, non paiement illégaux d’impôts, sur-utilisation des infrastructures communes et destructions du domaine public et ce sans aucuns dédommagements, etc.)

..

3 - *** De non-élus prennent en otage les élections d’un pays. Prennent oui en otage de leur terrorisme financier chacun-e des votant-e-s (sauf les adultes cohérents qui refusent une telle spoliation et ne participent plus à des élections aussi corrompues !).Les résultats sont dénaturés et pris en otages. Ce sont les lobbies qui gouvernent en volant l’argent des citoyens. La Constitution les nomme « les factieux » et interdit à toute « faction » de diriger le pays contre la majorité des citoyens-ne-s réels ! Les hommes politiques auront été des chevaux de Troie qui auront fait entrer les intrus-ennemis-de-la-démocratie dans la souveraineté populaire. Être politicien ce n’est plus que trahir à 100 % ses électeurs. Le scénario s’est avoué toujours le même depuis au moins 30 ans. Les ex-socialistes auront été la pire plaie que ce pays ai porté. Leur corruption morale aura battu tous les records. Comme toutes les prévisions donnent le même scénario rengaine pour de prochaines élections corrompues à l’avance – tout vote et devenu impossible. Les prétendus gouvernants auront détruit tout le système. Aucun électeur ne peut être culpabilisé par de tels saboteurs. Les élections ne serviront plus qu’à cela : toutes les électrices et les électeurs vont y accuser les politiciens. Pilleurs d’état ou autres – tous les politicien-ne-s sont définitivement accusés !

..

4 - *** Les actualités non encore défrichées ? Les jeunes étasuniens abandonnent en masse le capitalisme ?

..

La jeunesse étasunienne abandonne le capitalisme

..

Ce qui est stratégiquement important : la relève du capitalisme non mondialisé ne serait plus assurée. Et la jeunesse étasunienne a toujours eu une fonction de précurseur (pré Curseur) et d’entrainement du reste du monde !

..

Néolibéralisme-et-mondialisation-de-la-guerre :-le-projet-hégémonique-des-usa ?

..

Lorsque les U.S.A. deviennent leur pire ennemi puisque l’ennemi du monde entier ?!

..

Comment-le-sud-a-payé-pour-les-crises-du-nord-et-pour-sa-propre-soumission ?

..

Le Sud a toujours financé le Nord qui vit, concrètement, à ses crochets. C’est bien cela la mondialisation mise à nue par ses caricatures mêmes ?

..

……………………………….%%%%%%%%%%%%..

..

En conclusion ? Mondialisation réelle ? Rien. Juste le piteux terminus que cette « prétendue » mondialisation c’est…une « entreprisation du monde ». Donc rien d’universel. Rien d’englobant et aucune globalization n’y existe : que du provincialisme assez plouc incapable d’avoir la moindre vision grandiose (qui englobe tout le monde !)Le monde comme juste une extension des multinationales ? Cela ne peut, alors, que séquestrer le mot « mondialisation » - de mondialisation réelle il n’y en a pas ! Sinon celle des blocages structurels dans chaque pays. Soit chaque actualité visible (en général un nouveau…blocage) vient de cette escroquerie à la fausse…mondialisation !

En effet, des blocages structurels nous contraignent, que nous le voulions ou non, à nous comporter comme les véritables responsables du monde entier. Le tout premier des blocages mondiaux étant l’impossibilité définitive des élections ! Lorsque un lobby peut représenter le poids de 10 000 ou un million de votes – son intrusion illégale dans les décisions politiques annule toute légalité du vote. Les esprits déréalisés vont bafouiller que les apparences sont…respectées (il n’y a pas fraude sur le comptage, etc.) oui mais c’est tellement pire : la fraude est structurelle. Le scénario en est banal à pleurer. Ce sont les pouvoirs d’argent qui financent les élections. Ces hommes politiques se vendent alors (et font le geste clair de « nous » vendre !) tout en écrivaillant un « programme » creux à mourir d’ennui. Puisque ce programme importe peu - toutes les promesses inscrites ne seront JAMAIS TENUES. Voire – pires – inversées. Dans le sens ou le candidat, traitre…à lui-même, va faire exactement l’inverse de ce qu’il avait – solennellement déclaré (profession de foi n’est pas un mot neutre – car ce mot peut aboutir à ce que nous « ne croyons plus » du tout ni en lui ni en aucun homme/ femme politique.). Cela veut dire que les résultats des votes sont toujours pris en otages par l’argent Et vont rester séquestrés ! Donc une rengaine, toujours la même depuis 30 ans : cet élu va devenir, instantanément, notre pire ennemi qui va saboter en direct la vie de tout le pays. Cet article nous fait entrer dans tous ces mécanismes précis. Dont ceux qui font que les prétendus dirigeants auront saboté toutes les élections (et surtout pas les électeurs non culpabilisables !). Tout est de la faute de ces prétendus dirigeants.

..

Un monde sans élections émerge

…........alors : nous tenons la clé de la plupart des solutions de ce qui va suivre.

...

…………………………******************************

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

..

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L'ECONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

…..Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la …..situation

….. Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

les pieds sur terre ?

les pieds sur terre ?

la jeunesse étasunienne abandonne le capitalisme ?

la jeunesse étasunienne abandonne le capitalisme ?

Comment une hyper concentration très hiérarchisée peut se répandre en mondialisation concrète ? Ce mot n’est que le fait comptable de la prédation néolibérale.

Comment une hyper concentration très hiérarchisée peut se répandre en mondialisation concrète ? Ce mot n’est que le fait comptable de la prédation néolibérale.

Comment oser faire passer des marques (soit de la régionalisation personnelle) pour une mondialisation universelle ?

Comment oser faire passer des marques (soit de la régionalisation personnelle) pour une mondialisation universelle ?

Seul un tiers des 1000 premières entreprises mondiales évaluent LUCIDEMENT le risque climatique

Seul un tiers des 1000 premières entreprises mondiales évaluent LUCIDEMENT le risque climatique

 Think global : oui pensons global donc surtout pas…américanisé du tout !

Think global : oui pensons global donc surtout pas…américanisé du tout !

les couleurs de la prétendue mondialisation actuelle ?

les couleurs de la prétendue mondialisation actuelle ?

la mondialisation des peuples ?

la mondialisation des peuples ?

qu’il est dur d’accéder à sa planche à voile !

qu’il est dur d’accéder à sa planche à voile !

Pourquoi la véritable mondialisation commence ? (3/3)

la responsabilité sociale et environnemental des entreprises – puisque sans responsabilités ces multinationales détruisent l’environnement, provoquent le chômage et ruinent les pays. Panamas papers = stratégie des multinationales pour ne pas payer d’impôts. Se comportant en vrais …assistés sociaux ! A la charge des adultes…responsables !

Très sous-estimé ? 6,3 salariés travaillent, en France, directement pour des multinationales sans parler de tous les sous-traitants ! Les produits fabriqués sont mis en extraversion par les filiales.

La mondialisation : Une escroquerie conceptuelle planétaire voulue par les multinationales ?

Certaines sont plus « fortes » que des États. C'est une réalité si on compare le chiffre d'affaire des plus grandes multinationales avec le produit intérieur brut de certains États. Ainsi, GDF Suez serait comparable à la Belgique, Shell à l'Iran et McDonald's à Chypre. Les exemples de ce type ne manquent pas... Par leur poids économique, les plus grandes entreprises de la planète voient leur pouvoir grandir dans un monde qu'elles impactent...tout en refusant toute implication concrète !e

Le pays qui a lancé l’américanisation du monde (qu’il a eu le culot de déguiser en mondialisation ) déploie des résultats désastreux chez lui. Sa non- mondialisation plonge 100 millions (presque 1 fois et demi la France tout de même !) sans revenu. Pas probant du tout que leur système !

Contrairement à ce que la propagande a asséné aux Français depuis des années, la « mondialisation inévitable » était parfaitement « évitable ». Il ne s’est pas agi d’un phénomène extra-terrestre sur lequel nul n’avait prise. Il s’est agi d’une série de décisions mûrement délibérées, qui ont été imposées conjointement par le gouvernement américain et la Commission européenne au tournant des années 1990-1994…si cette pseudo « mondialisation » était …si évitable c’est parce que, jamais, elle n’a été réellement fondée ! Juste un montage destiné aux gogos !

ceci étant une hypothèse - clait que cette hypothèse ne se confirmera pas...

le chiffre oublié

Cette "mondialisation" ce sont des spoliations illégales...pas une mondialisation sur le terrain !

et en très très décalé

Publié dans economie et politique

Commenter cet article

voyance gratuite par mail rapide 24/06/2016 17:01

sympa et rapide, merci.

voyance gratuite par mail rapide 24/06/2016 17:01

sympa et rapide, merci.