Ce qui rendrait les chiffres magiques ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Ce qui rendrait les chiffres magiques ?

L’harmonie est dans les nombres. Mais pouvons-nous l’exporter cette harmonie ? Oui ces équilibres incroyables qui se réverbèrent dans la beauté de l’autre jusqu’aux bouts de tous les miroirs ? Toute la Nature semble, parfois, toute tressée de chiffres. Mais nous n’avons pas son avis là-dessus. Sinon que nous voyons bien tous ces motifs élégants qui se répètent, se répètent et entrent dans le motif motivé de la vie. Inventer toujours le plus ingénieux, le plus ingénieur dans tous les choix.

Ceci fonctionnerait-il comme un monde clos ? Le 1,618, à partir du moment, où nous le cherchons se retrouve partout. Du bas de notre visage, à nos jambes, à tout notre corps chaque portion entre dans une proportion. Mais est-ce bien pour notre regard que cette harmonie ? Ou bien est-ce pour celui d’un autre ? La largeur de la bouche est 1,618 de la largeur du nez. Les dents .Les phalanges des doigts. Identiquement, partout il n’y a que le ratio 1,618. Jusque dans les microtubules du cerveau. La beauté c’est 1,618 – mais c’est une beauté « démontrée » et montrée par les mathématiques. Est-ce bien ce que bien ce que nous ressentons en nous ce beau là ? L’émotion spontanée nous y trouve-t-elle intégralement ? Le nombre d’or est dit universel. Le sourire est un pentagone qui met en rotation tous les triangles du 1,618. Mais comment un visage peut se « conformer » à des triangles lui préexistant ? N’est-ce pas comme une forme de vue de l’esprit ?

..

Il y a correspondances absolues entre tous les nombres lorsqu’ils sont placés dans ce système de l’harmonie. Au point saturé que tout y semble magique ! Mais le désir principal et inassouvi reste que tout devienne plus harmonieux, des rapports sociaux aux rapports interindividuels compris.

..

Comment se fait-il que les formules mathématiques soient à ce point en adéquation avec le monde ? Son investigation, ses codes mêmes décrivent et décryptent la réalité au plus près. Les chiffres sont-ils l’essence du réel ? Plus que l’information ou l’énergie ? En tout cas, et eux seuls, les nombres maitrisent les forces de la nature – en nous permettant de créer des formes qui les apprivoisent. La nature des nombres serait d’être les nombres de la nature ? Ils structurent nos actes. Est-ce que c’est parce que nous relatons, nous énumérons, nous décrivons le monde par des chiffres ? Les relations c’est pour relater. Le relatif est même ce qui se relate le mieux – puisque le relatif, est montré comme le modèle du relaté, le relatif ?

..

Toutes ces questions sont au cœur de nos actions possibles. La société n’est pas très mathématique dans le sens harmonie, correspondances, échos de paix. Les rapports sociaux sont erratiques, voire insensées. Pourquoi les maitres de ce monde n’utilisent jamais les chiffres magiques ? C’est que la conviction que les nombres sont la trame du monde semble, alors, tourner en vase clos. Les transformations, qui devraient en découler, n’ont jamais été suivies d’immédiats effets de partages, de répartitions des richesses, de redistribution. Pourquoi ?

..

Tant est convaincant le parcours où chaque feuille est une proportion mathématique, où chaque arbre approuve un théorème, où chaque élément de la nature semble bien placé dans une justesse géométrique hors du commun. Pourquoi tant de justesse n’entraine pas la justice ? L’équitable ? Le ratio 1,618 n’est-il pas le ratio de la rationalité ? Il y a, en vent très contraire, la saturation du pourquoi faudrait-il toujours tout compter ? Chiffrer sans cesse ? Comprendre la structure mathématique de l’univers ne doit pas conduire à s’en faire le névrotique recenseur, le catalogueur, le releveur, le comptable (qui compte et compte). Le conteur n’est pas un compteur. Il s’agit de VIVRE l’harmonie des chiffres non de les regarder de l’extérieur, de les inspecter et d’en faire répression. Il y aurait, d’un côté, l’harmonie et, de l’autre, ces êtres qui, au nom de l’harmonie, rendraient tout discordant ? Et puis, nous avons tous expérimenté que nous ne pouvons « compter » sur qui ne fait que compter (une personne « qui compte », dit-on - mais pour qui tous ces totaux ?). Nous ne pouvons croire, nous référer, nous appuyer, nous adosser, nous arc-bouter sur ces genres de personnes : nous ne pouvons « compter » sur elles ? Compter n’est pas la confiance ! Il existe donc des abus de chiffres qui restent même mathématisables ?

Et c’est encore la rencontre avec la déviance-déviation que tant de perfection chiffrée dans la nature signe un… créateur. De créateur à création c’est la création qui compte. Par exemple, nous pouvons très bien nous en ressentir créature. Créature très valorisée qui est dans toutes les subtilités, savoure toutes les merveilles – mais sans épuiser son énergie à courir après des pourquoi qui ne finissent jamais. La problématique du « créateur » est que trop de ceux qui l’endossent dévient trop vite vers des réactions décalées : oui ils veulent prendre la place de ce créateur. Ce qui fausse tout. Détraque la perspective. Sabote l’harmonie. Aucun chiffre ne veut prendre la place de tous les autres et de les supprimer tous : tous sont « reconnus » comme étant nécessaires et indispensables à l’harmonie totale. Et il n’y en pas un qui importe plus que les autres et inversement. Qui ne fait que compter ne « mérite » souvent pas du tout la somme, le total, bref, ici, la …création ! Devant des chiffres (codes) si magiques ne suffit-il pas de parcourir sans cesse la création (et non le créateur s’il y en a ?) ? L’essentiel n’est-il pas d’accepter la création (…en l’occurrence la Nature) comme ce que nous devons protéger, au maximum, puisqu’elle est la trame de nos vies ? Parce qu’elle est le tissu complet de nos vies intérieures comme extérieures ?

Nous ressentons alors, si complètement, à quel point l’injustice structurelle du néolibéralisme est une intruse sur terre : elle ne sait pas compter et nous ne pouvons compter dessus !

…………………………........*****************************

..

Les chiffres (codes) servent-ils à l’évolution des consciences ? Ou la desservent-ils ?

..

Voyons - il y a comme un simplisme et un systématisme monomaniaque dans la vision nombrée de l’univers !

« 1. Le langage de la nature est mathématique
2. Tout ce qui nous entoure peut être mis en équation
3. Toute représentation graphique d'une équation met en évidence une séquence. Donc, la nature est faite de séquences.

Preuves : le cycle des maladies épidémiques, les fluctuations de la population animale, la récurrence des tâches solaires, la crue et la décrue du Nil... mais que dire de la Bourse ? »

….

Ce qui nous tire vers les fondations des mathématiques : leur « indémontrabilité » essentielle. C’est que nous devons accepter les premier postulats, y « croire » puisqu’ils ne sont pas démontrables. Ils ne peuvent s’appuyer sur rien que de…l’admettre. Les mathématiques sont un immense édifice qui n’est pas…démontré ! Mais si nous passons là-dessus tout l’immense édifice fonctionne, ensuite, sans le moindre accroc. Structure mentale créateur « ou » création (nous avons opté, qu’en cas de blocage discursif, de préférer…la création !). Et puis, il y a aussi des…imprécisions criantes dans ces mathématiques présentées comme sans défaut. Un exemple ? Le concept nombre ! Eh bien ! interrogeons-le. Nombre c’est combien ? Oh euh euh c’est… nombreux, nombre…oui très nombreux (tout comme à « environnement c’est où ? » la réponse divague oui oui…. environ par là l’environnement (soulignant la réponse floue d’un geste vague !)). Le nombre même ne peut être nombré, ni dénombré, ni dénombrable – c’est une enveloppe globale (« le » nombre contient tous « les » nombres !) qui demeure dans le vague. Mais, qu’importe l’indécidabilité de nombre si, ensuite, tous les nombres fonctionnent si bien !

..

Tout ceci aura été mis en avant afin de trouver l’angle d’où nous voyons d’un tout autre regard ces mathématiques omniprésentes. Il y a place pour d’autres grands englobants qu’elles ! Il n’y a pas qu’elles dans l’univers !

..

Ce lien le prouve abondamment…

http://www.imagiter.fr/2016/07/vertiges-qui-sommes-nous-la-somme-de-tous-les-chiffres.html

………………………………….************************

..

Et, devant une démonstration aussi paisible mais puissamment charpentée, laissons-nous aller à ce certain-e-s nomment les « chiffres magiques ». Savourons-les ! Comme pour toute magie, il y a une magie bénéfique (que nous voyons ici) et une très maléfique que nous verrons en (2) et (3)…Savourons alors la magie blanche ! Nombres de vidéos et d’images y pourvoient !

..

En effet, il faut bien parvenir à prendre à 100 % conscience que « révolution numérique » signifie révolution par les nombres, les numéros. Les chiffres prennent le pouvoir et il pourrait être sans partage. La magie des chiffres pourrait y faire obstacle ?

..

Se représenter l’être humain comme un ordinateur programmable est le pire des délires totalitaristes de l’Humanité. Puisque la gouvernance par les nombres va prétendre programmer jusqu’à l’usage des facultés cérébrales et nous transformer sans notre accord…en puces informatiques !!! Et grâce à tout ceci, l’Économie marcherait bien et à la satisfaction de tous – comme tout le monde le sait. Pendant que… tous les chiffres sur l’Afrique sont faux et que la Bourse est truquée par les Flash Boys…Ce qui aboutirait au rejet complet de cette répugnante greffe d’inhumanité des chiffres aux commandes de tout – ce qui nous fait retrouver, ensembles, une solide santé mentale. Puisque ce qui compte pour la société n’est pas ce qui se compte !!! le « se » compte glissant dans le spéculaire sans issue, le miroir qui se voit dans le miroir qui…. Et que les véritables spéculations ne peuvent être …spéculaires !

….

Ce qui compte vraiment, pour la civilisation, n’emprunte pas le langage des chiffres. D’ailleurs, les mots soulignent que c’est à un niveau supérieur à eux que tout se passe : puisque l’on dé-chiffre. On se tire donc du chiffre. Le chiffre représentait un langage brut et autonome : la clé de la liberté, tant individuelle que collective, c’est de dé-chiffrer, faire le contraire du chiffre !!! Or, l’ultralibéralisme qui, depuis 1980 s’est toujours plus durci, est devenu, désormais, un dogmatisme fanatique : le chiffre COMMANDE tout puisqu’il est le Dieu social sur Terre. Nous sommes donc toutes et tous en grand péril : les résultats de la gouvernance par les nombres sont désastreux. Mais la forme religieuse qui a créé cette grave illusion sociale (…la mise en pilotage automatique des affaires humaines où ce sont les chiffres qui « dirigent » la société entière et sans discussion possible !) en est la pire des régressions. Nous allons découvrir, ici, toute l’horreur surhumaine de la rêverie glacée du capitalisme…

..

« D’après la philosophie pragmatique du langage, les mots ne servent pas qu’à décrire les choses mais à les faire exister en les disant. Si je dis «dehors, il pleut», je décris certes une réalité qui existe indépendamment de ma volonté, mais je tente aussi de créer un contexte où il est admis avec mon interlocuteur que la distinction entre un dedans et un dehors a du sens. Je peux alors lui donner l’ordre de rentrer dedans s’il pleut. C’est ce mouvement performatif où dire vise à « faire faire » qui a intéressé certains sociologues et théoriciens des organisations. Cette théorie éclaire la possibilité de faire parler les chiffres. »

..

Remarquons que les chiffres n’y sont pour rien à toutes ces dérives nocives. Qu’ils sont utilisés contre leur gré – ce qui attire l’attention vers les chiffres et les nombres peuvent être utilisés d’une toute AUTRE Façon ! Entrons dans ce monde nouveau…

..

Ceux-ci doivent tout d’abord viser à faire exister ce qu’ils désignent. Telle est précisément leur fonction : compter, c’est rendre visible, manipulable certaines choses et pas d’autres. En tant qu’acte de langage, leur visée performative est de déclarer que ce qui est compté compte… et qu’il doit en être tenu compte. Ils (nous) parlent et nous les faisons parler lorsque nous parvenons à leur donner ce pouvoir. « Dans cette nouvelle relation qui se constitue entre les chiffres et les choses, les chiffres prennent donc une importance en eux-mêmes. Un troisième personnage entre alors en scène : les porte-paroles des chiffres. Disant ce que les chiffres sont, ils disent aussi ce que les chiffres - et l’organisation du chiffrage - doivent être, ainsi que leur place dans ce devant être. »

..

Pourquoi donc chiffrer les chiffres ? Soit faire… mentir la création ?

..

..

………………………………….************************

..

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - AUSSI - <<<<<<<<<<<<<<<<

..

La-magie-des-chiffres-ou-comment-s'extraire à la-morosité-ambiante

..

Carré de Xi-an

..

Science et tours de magie ?

...

magie binaire

..

Diagonal-Sudoku-by-Skratt

..

Wikipédia /Sudoku

..

diagonale Sudoku

..

Chiffres Magiques

..

Ce qui nous enchante tant et auquel nous accordons si peu d'attention...

...

Comment la monnaie ne mène pas le monde ?

Son monisme est comme un point de fuite qui rend aveugle...

...

……………………………………****

…………………………***************************

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Ce qui rendrait les chiffres magiques ?
les chiffres qui sculptent des symétries enivrantes

les chiffres qui sculptent des symétries enivrantes

des 27 pétales de la Marguerite - partout feuilles et fleurs chantent une symplonie innombrable...

des 27 pétales de la Marguerite - partout feuilles et fleurs chantent une symplonie innombrable...

carré de Xi-an

carré de Xi-an

magie binaire - pourquoi l'informatique n'a pas choisi le codage trinaire ?

magie binaire - pourquoi l'informatique n'a pas choisi le codage trinaire ?

dégager une forme palimpseste ?

dégager une forme palimpseste ?

mystère dans les mystères dans les...

mystère dans les mystères dans les...

fascinations

fascinations

lettrages pour fasciner...

lettrages pour fasciner...

symbole (invitation) comme ce qui retrouve dans lui se retrouve dans...

symbole (invitation) comme ce qui retrouve dans lui se retrouve dans...

la Nature par les nombres

musique et Fibonacci

le nombre d’or maltraité ?

magie par les nombres – carrés magiques – suites insistantes, etc.

Lorsque la ressemblance des formes végétales et leurs correspondances corporelles aide à manger et à se soigner - tout de la nature semble venir d’un DESSEIN… le dessin de nombre de Fibonacci et Adn y compris

multiplication sans multiplier

Mathématiques modulaires telles des illusions d’optiques mais graduées… Les chiffres y dansent – la poésie y pulse : notamment dans le rapport entre les immenses complexités et la simplicité des éléments qui génèrent cette complexité.

le point de départ en Grèce il y a plus de 2 500 ans : rapport symboles, signes et chiffres....

Le miracle 528 Hz qui serait le rythme de la spirale de Fibonacci ?‘

Les nombres disent la divinité ? Mais si divinité était un contresens sur la…création ? Ainsi, l’humain est un…produit réussi (mais il n’arrive pas à le comprendre !) de la nature !

Publié dans Sémantique du Web

Commenter cet article