Impossibles expertises lorsque l’argent règne ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Impossibles expertises lorsque l’argent règne ?

Ce qui se double de l’interrogation pourquoi les experts les plus médiatisés sont les moins compétents ? L’expert c’est, au sommet de son pouvoir, celui qui pense à notre place, qui décide à notre place et avec qui tout dialogue est impossible. Or, la liste des erreurs des experts est longue (nous verrons qu’un futur avec un suivi de ces erreurs serait très utile à la société), et – malgré tout – les prévisions demeurent possibles…à condition que nous changions énormément de mentalité.

..

C’est à nous de déminer ce terrain – déjà en faisant prendre conscience d’où se trouvent ces zones explosives.

..

1) - Qu’est-ce qui sèment trop de doutes encombrants sur cette activité décisionnelle sinon les conflits d’intérêts ? Trop de privatisations nuit fortement à la civilisation. Le privé strictement incapable de la moindre objectivité ensemence la confusion et l’antisocialité partout. I De nombreuses activités doivent donc s’extraire de toutes possibilités de privatisations : l’expertise en fait partie. Et le classement en « bien commun » de l’Humanité de l’expertise demeure un des exemples très en avance - afin d’y parvenir. L’hypocrisie intéressée des « deux droites » (la traditionnelle et celle des socialistes) au sujet des « réformes » ne laisse aucun doute, elle. Sur doivent, en réalité, opérer ces réformes. A 100 % contre ces deux droites aussi illégitime l’une que l’autre. Ils mentaient sans cesse sur le mot « réforme » en dépouillant toujours plus le peuple pour des bafouillages flous sur l’intérêt général – ils peuvent, désormais, goûter à l’expertise objective ! Qui annonce que, pour le bien du pays, et le retour de l’intérêt général, les seules réformes prioritaires sont celles de ces « deux droites » illégitimes. Tous les experts sont contre elles !

..

………………………………..****************************

La situation ? Par un exemple particulier ?

..

La sécurité alimentaire – à travers son étiquetage – est en danger. Et ce sont les experts qui, dans le conflit d’intérêts, auront préféré sacrifier la vérité. Pour le toujours plus antidémocratique argent ! Pour le moment, il a été botté en touche (démissions) – mais le problème n’est absolument pas résolu. L’argent c’est mensonges partout – c’est son influence qui doit être drastiquement limitée : les plus grands troubles actuels c’est lui. La figure de l’antisocialité ! Il faut classer tous ses dysfonctionnements dans le pénal et ses sanctions.

….

Critiques-et-démissions-autour-de-l'étude-sur-l'étiquetage-alimentaire

..

Et aboutir à de vraies régulations pour ces « déréglés » (dérégulés). La vraie politique doit dominer l’économie et non l’inverse !

..

Explorez-les-conflits-d'intérêts-autour-de-l'étiquetage-alimentaire

..

En atténué pour la politique et les médias ? Devant les pollutions évitables – n’en faire que des suites de records sinistres et malsains est-ce bien raisonnable ? Ou amplifier l’infantilisation collective par dérisions et amusements obligatoires sur tout – est-ce bien responsable ? Des nouvelles qui parlent de morts évitables sont-elles complices ? Ou c’est mieux de parler dans le vide ? L’expertise prétendue de l’information par les médias est donc pleinement là en jeu !.

..

La-pollution-de-l'air-est-responsable-de toujours plus de-mortalités-en-France

..

Une vidéo qui présente les conflits d’intérêts possibles !

4-minutes-pour-comprendre-les-conflits-d'intérêt-autour-de-l'étiquetage-alimentaire

..

………………………………..****************************

Secondes zones d’ombres sur l’expertise ?

2) – La médiatisation.? Nous sommes dans la zone intense des non-dits. Là où même l’idée de débat n’atteint pas les cerveaux. De quel droit « un public » qui ne veut pas apprendre, s’informer, réfléchir par lui-même, etc. se donne le droit…souverain de tout voir ? Les intrusions médiatiques (jeter de l’huile sur le feu) peuvent avoir des effets catastrophiques sir la société. Par exemple, rendre toutes résolutions des conflits sociaux impossibles. Du moins tant que l’information ne sera pas un « bien commun ». Puisque – déjà – l’appellation « public » est une escroquerie. Nombre de ces cerveaux ont été… privatisés, en douce, par les assauts incessants (et illégitimes) de certains propriétaires de médias. Qui auront, ainsi, fait entrer en fraude des idées très privées dans des esprits normalement libres. Et qui ne le sont plus s’ils ne savent pas que ce qu’ils croient savoir n’est que le fruit du bombardement illégal de la propagande Comme le CNR (Conseil national de la résistance) l’a pronostique les médias doivent être placés hors des mains de l’argent. L’expertise en est la preuve la plus flagrante. Le privé (s’il n’est pas en position inférieure au public et au bien public) est la source principale des troubles sociaux, des confusions et des régressions sociales. Médias mercenaires et experts sont irréductibles l’un à l’autre. Ce sont les médias qui doivent céder.

« Au milieu des années 1980, des journalistes du magazine anglais The Economist demandent à quatre ministres des Finances, quatre dirigeants de grandes entreprises, quatre étudiants d’Oxford et quatre éboueurs londoniens de prédire l’évolution de plusieurs indicateurs économiques. Dix ans après, ils constatent que la plupart des prévisions sont fausses. Ils remarquent aussi que les éboueurs ont fait les meilleures prédictions (à égalité avec les dirigeants de grandes entreprises). Les ministres des Finances sont arrivés bons derniers

..

Au même moment, Philip Tetlock, professeur à l’université de Pennsylvanie initie une étude beaucoup plus rigoureuse. Il demande à 284 experts de faire des prédictions économiques et géopolitiques (comment le PIB des Etats-Unis évoluera-t-il ? Le Québec fera-t-il sécession du Canada ? Le régime de l’apartheid sera-t-il aboli en Afrique du Sud ? L’Union Soviétique implosera-t-elle ? …)

..

Pourquoi-les-experts-les-plus-médiatiques-sont-ils-les-moins-compétents ?

..

Au total, il collecte 82 361 prédictions. Vingt ans après, il publie les résultats de son étude dans un ouvrage qui deviendra une référence (« Expert Political Judgment: How Good Is It? How Can We Know?”, Princeton University Press, 2005). Comme les journalistes de The Economist, il constate que la plupart des prédictions réalisées par les experts sont fausses. Pire, elles ne sont pas meilleures lorsqu’elles portent sur leur domaine d’expertise plutôt que sur un sujet qu’ils connaissent moins. Tetlock remarque aussi que le niveau d’études et l’expérience des experts n’ont aucun impact sur la qualité de leurs prédictions. Une seule variable influence la qualité des prédictions réalisées par les experts : leur exposition médiatique. Plus un expert est médiatique, moins ses analyses sont fiables (lire aussi l’article « Comment les experts gagnent-ils de l’influence« ) ! »

Renard et hérisson

A première vue, ce résultat peut sembler surprenant. La compétence ne devrait-elle pas être un prérequis pour être invité à s’exprimer dans les médias ? Pour expliquer le paradoxe selon lequel les experts les plus médiatiques sont les moins compétents, Tetlock reprend la distinction classique entre les hérissons et les renards : dans un article intitulé « Le Hérisson et le Renard », le philosophe anglais Isaiah Berlin explique, en effet, qu’il y a deux catégories de personnes, celles qui ne voient le monde qu’à travers une règle simple (les hérissons), et celles qui tirent parti d’une multitude d’expériences car, selon elles, le monde ne peut être réduit à une idée simple (les renards).

..

Les hérissons ont donc une idée à laquelle ils croient dur comme fer. Comme ils n’utilisent qu’une seule grille de lecture, leurs analyses sont très tranchées… mais pas forcément fiables. Les renards, eux, sont moins dogmatiques. Ils utilisent plusieurs grilles de lecture et leur pensée est en perpétuelle évolution. Cela leur permet de réaliser des analyses plus fiables que celles des hérissons… mais parfois trop subtiles pour marquer les esprits.

..

Les chaînes d’information en continu ont particulièrement bien compris l’impact médiatique des renards. Pour faire de l’audience, mieux vaut inviter un hérisson… ou deux hérissons avec des points de vue opposés. Même si leurs analyses sont moins rigoureuses que celles des renards, l’ambiance sur le plateau sera beaucoup plus électrique … et l’audience sera au rendez-vous. »… Sauf que la vérité sera absente – et donc aucun réalisme de solutions à mettre immédiatement en pratique. Deux hérissons ensembles c’est ne parler que pour ne rien dire. Ils ne servent donc que les pouvoirs en place (et leurs médias vendus bien évidemment)…les collabos sont, sans doute, des hérissons simplistes et simplets ! Ceux qui font obstacles à toute mise en place de solutions…DÉMOCRATIQUES ! Dans ces cas là les médias sont « le » problème. Qui sèment le désordre social par nihilisme, cynisme, scepticisme trop acide, corruption morale et tous les ingrédients de l’anomie collective. Bref, du suicide de la société

..

………………………………..****************************

Donc cela nous « amuse » de nous faire gruger ? Nous sacrifions notre futur paisible pour un match de catch verbal plus palpitant avec qui ment avec le plus d’aplomb ? Étant bien compris que qui dit vraiment la vérité hésite plus, prend des précautions, se surcharge de vérifications, se trouve dans les scrupules de bien faire, et, verbalement n’assène pas des coups de massue déloyaux, bref, parait « trop sage » pour l’image. Tandis que le menteur ne s’encombre de rien (même pas de nous) et fonce dans la viande sans souci des dégâts causés. Sans respect pour rien. Style perdant-perdant. Eh bien ! une fois de mieux, nous ne pouvons pas féliciter les conformistes fous qui contraignent le plus grand nombre à être toujours spolié, volé, maltraité et diffamé. Faute de pouvoir dans le calme, l’acuité des arguments, le pas à pas respectueux de l’honnêteté et du respect « d’expertiser » les trop riches et autres graves fauteurs de troubles !

Comme d’habitude les solutions existent – mais ce sont les agitations névrosées des conformistes qui en obstruent les accès. Le procédé de déplacer les enjeux (de parler à côté) joue à plein. Mais est d’autant plus déjoué par qui s’exerce à la vigilance ! C’est bien un monde à l’envers .C’est à nous de surveiller (ce qui nous suppose une haute valeur morale contre les institutions bien moins pourvues !), oui de veiller sur les dérives puériles et délinquantes (devenues récurrentes) des pouvoirs financiers. Ici les assurances. Qui tentent d’augmenter l’opacité entre les clients et leurs dossiers. Ce qui contrevient à la règle de base de la société de Droit sur les Contrats (aucun contrat ne peut exister si les deux parties n’en tirent un avantage – la rupture unilatérale de cette règle rompt le contrat). Dans ce cas, les assurances ont tort : tout expert nous le dira !

..

Suspendre-retarder-ou-limiter-votre-accès-a-votre-assurance-vie-: la-nouvelle-loi-dont-personne-ne-vous-a-parlé !

Or, la méfiance excessive envers l’expert nous est dommageable. La protection du citoyen de base ne peut plus être assurée. Notamment contre les « ennemis de la société » que sont les financiers. Revoyons, alors, l’équation de l’anomie et du blocage !

Médiatisation = corruption. 2 entrées principales : soit qui médiatise, côté offre soit qui est en demande de médias. Mais des médias d’une certaine forme. La démagogie à 100 %, de l’amusement « obligatoire » plein pot même si l’on avait 40 – 50 ans. Donc traitements pour « malades » qui ne supportent pas la réalité, encore moins la vérité – seulement un simili artificiel entièrement trafiqué pour qu’il ne dise que du bien de nous. Et de notre inaction déraisonnable. Nous voilà avec l’univers immense et complexe (complexe ne veut pas dire compliqué mais contenant une infinité de connexions et d’individualités) en face d’impotents caractériels qui ne savent plus rien de la vie mais veulent imposer leurs…délires. Cependant, ce sont (dans la réalité vraie !) ces lois de l’ensemble, du tout qui commandent et non pas les caprices du solitaire auto-centré ! : le…public dictateur. Qui donc « contraindrait » l’expert – à ne dire que ce qui lui plait. Qui convient à son inexcusable esprit infantile : les faits contes de fées, les faits père Noël. Et ce ne serait pas la responsabilité de l’expert de mentir socialement alors. Passer devant les médias c’est « soit tu dis ce qu’ils veulent entendre (donc tu ne fais plus d’expertise indépendante) soit tu ne passes pas ! ». Dans ces conditions, l’expert qui ne passe pas dans les médias n’en à rien faire de ces malades ni des tentatives folles de les maintenir dans ces dénis du réel si dommageables à la société ( et un million de fois plus dommageables que les soi-disant faits de l’improbable « complotisme », ce ridicule complet !). Cet expert « hors médias » dit…les faits comme ils sont. Avec toute la compétence qu’il peut. Donc ne pas passer dans les médias = incorruptibilité et objectivité ? Un expert doit donc refuser tout média. Il nous faut trouver un nouveau mode de communication.

..

Ou vu sous un autre angle c’est le public corrupteur et inobjectif qui empêcherait les experts de dire la vérité ? Auquel cas c’est ce public-là …l’ennemi public. Et il n’est pas question de le soutenir. Il faut plutôt y voir un ennemi qui s’est laissé corrompre par la privatisation des esprits. Quelqu’un de non fiable et qui n’a aucune légitimité à vouloir imposer ses opinions. Dans ce cas, tout expert pourrait dire la vérité avec compétence – au cas de pression des renieurs et nieurs du réel, il sera soutenu par plus fort qu’eux (ils ne le sont que le nombre – jamais par la force de la conviction, là ils défilent et se défilent !). Et voici comment les faux problèmes se dénouent. Nul ne peut être juge et délinquant à la fois, puisque la fonction juge va devenir délinquante. Et que – très difficilement – le délinquant ne va pas devenir juste et équitable. Se condamnant donc lui-même. Ce sera le tout laxiste pour la nuisance aux autres ! Et comment ne pas reconnaitre notre époque ?

..

………………………………..****************************

Pourquoi l’histoire globale…

Le futur de l'Histoire ?

..

Une fois de mieux nous sommes dans la configuration où toute amélioration sérieuse ne peut que venir de la réorganisation complète de la société. Il ne faut plus que les politiques professionnels demeurent, il faut placer sous le joug de la loi la majorité des financiers. Et empêcher les médias de nuire à tout le monde (le fait qu’à cause des médias d’argent aucune expertise crue à 100% ne soit plus possible nuit à tout le monde) en faisant de l’information un bien commun. Comment mettre en pratique cette réorganisation complète ? Très simple. En plaçant des actes radicaux, peu mais partout. Pour les politiques les empêcher de mettre en œuvre quelque réforme que ce soit. Leur « expertise politique » n’étant pas crédible du tout, pour flagrants conflits d’intérêts. Et du fait que c’est toujours le plus grand nombre qui soit sacrifié à l’argent antidémocratique. Pour les financiers ? Les replacer sous l’autorité dominante du politique (celui qui réorganise la société)…etc.

..

Les changements appartiennent seulement (pour les autres trop « dépendants » – toute réforme leur est devenue…impossible !) à ceux qui se montrent désintéressés et ne vivent que pour l’intérêt général.

..

Eux seuls peuvent barrer la route à la corruption.

..

…………………..Dont la pire reste la corruption morale !

..

………………………………..****************************

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ANNEXES - <<<<<<<<<<<<<<<<<<

..
Et ces annexes pour qui veut aller bien plus loin…des textes vraiment très pertinents. Comme celui-ci :
Ignore confident forecasters - (Pas confiance dans les prévisionnistes).

“What is it about politics that makes people so dumb?” (Au sujet de ces politiciens qui rendent les gens vraiment stupides ?)

..

“From his perspective as a psychology researcher, Philip Tetlock watched political advisors on the left and the right make bizarre rationalizations about their wrong predictions at the time of the rise of Gorbachev in the 1980s and the eventual collapse of the Soviet Union. (Liberals were sure that Reagan was a dangerous idiot; conservatives were sure that the USSR was permanent.) The whole exercise struck Tetlock as what used to be called an “outcome-irrelevant learning structure.” No feedback, no correction.

..

He observes the same thing is going on with expert opinion about the Iraq War. Instead of saying, “I evidently had the wrong theory,” the experts declare, “It almost went my way,” or “It was the right mistake to make under the circumstances,” or “I’ll be proved right later,” or “The evilness of the enemy is still the main event here.”

..

Tetlock’s summary: “Partisans across the opinion spectrum are vulnerable to occasional bouts of ideologically induced insanity.” He determined to figure out a way to keep score on expert political forecasts, even though it is a notoriously subjective domain (compared to, say, medical advice), and “there are no control groups in history.”

..

So Tetlock took advantage of getting tenure to start a long-term research project now 18 years old to examine in detail the outcomes of expert political forecasts about international affairs. He studied the aggregate accuracy of 284 experts making 28,000 forecasts, looking for pattern in their comparative success rates. Most of the findings were negative— conservatives did no better or worse than liberals; optimists did no better or worse than pessimists. Only one pattern emerged consistently.

“How you think matters more than what you think.”

It’s a matter of judgement style, first expressed by the ancient Greek warrior poet Archilochus: “The fox knows many things; the hedgehog one great thing.” The idea was later expanded by essayist Isaiah Berlin. In Tetlock’s interpretation, Hedgehogs have one grand theory (Marxist, Libertarian, whatever) which they are happy to extend into many domains, relishing its parsimony, and expressing their views with great confidence. Foxes, on the other hand are skeptical about grand theories, diffident in their forecasts, and ready to adjust their ideas based on actual events.

..

The aggregate success rate of Foxes is significantly greater, Tetlock found, especially in short-term forecasts. And Hedgehogs routinely fare worse than Foxes, especially in long-term forecasts. They even fare worse than normal attention-paying dilletantes — apparently blinded by their extensive expertise and beautiful theory. Furthermore, Foxes win not only in the accuracy of their predictions but also the accuracy of the likelihood they assign to their predictions— in this they are closer to the admirable discipline of weather forecasters.

..

The value of Hedgehogs is that they occasionally get right the farthest-out predictions— civil war in Yugoslavia, Saddam’s invasion of Kuwait, the collapse of the Internet Bubble. But that comes at the cost of a great many wrong far-out predictions— Dow 36,000, global depression, nuclear attack by developing nations.

..

Hedgehogs annoy only their political opposition, while Foxes annoy across the political spectrum, in part because the smartest Foxes cherry-pick idea fragments from the whole array of Hedgehogs.

..

Bottom line… The political expert who bores you with an cloud of “howevers” is probably right about what’s going to happen. The charismatic expert who exudes confidence and has a great story to tell is probably wrong.

..

And to improve the quality of your own predictions, keep brutally honest score. Enjoy being wrong, admitting to it and learning from it, as much as you enjoy being right.

(25 janvier 2007) – Pourquoi les renards sont des experts et les hérissons non ?

Why-foxes-are-better-forecasters-than-hedgehogs ?

et… 21 juillet 2016

Brexit ? « L’“expérocratie” mondiale qui avait massivement appelé à voter contre, je me suis retrouvé à penser à Philip Tetlock qui, après tout, jouit de la distinction paradoxale d’être l’expert principal en matière d’échec d’experts.

..

Financial-times : philip-tetlock- : pourquoi-les-experts-se-trompent- ?

..

Le premier assaut de Philip Tetlock contre l’édification des “opinions reçues” fut une étude sur 20 ans portant sur la fiabilité de milliers de perspectives de centaines d’universitaires, d’analystes et d’experts. ‘Expert Political Judgement’ (2005) a constaté que les avis de l’expert moyen ne valaient pas mieux qu’une supposition hasardeuse.

..

Il croit cependant que l’anticipation est possible. L’année dernière, dans son livre ‘Superforecasting’, il présentait une alternative à la dépendance aux experts.

..

Le livre ‘Superforecasting’ souligne que les bons prévisionnistes ne sont pas des génies. Ce sont des personnes ouvertes d’esprit, curieuses et possédant une pensée méthodique. Pour employer les termes d’Isaiah Berlin, ce sont des renards plutôt que des hérissons, jonglant avec les idées utiles, plutôt que de s’appuyer sur des théories unificatrices. Je suis toutefois sceptique : comment l’intelligence ne fait-elle pas partie de la formule ? De nombreuses personnes décrites dans le livre semblent en effet très intelligentes. Philip Tetlock concède seulement que : “Pour chaque femme au foyer de l’Alaska ou pharmacien du Maryland ou travailleur social de Pittsburgh” dans ses équipes de prévisions efficaces, “vous avez un programmeur ou un mathématicien de Cornell ou un gars de Wall Street”.

..

Mais la performance prédictive ne peut être expliquée uniquement par les cerveaux, et “ce n’est certainement pas parce que les super-prévisionnistes en savent plus sur la politique”. Il y a, dit-il, une curiosité, presque un acte de foi, que l’estimation des probabilités d’événements uniques est une compétence qui peut être cultivée et vaut le coup d’être cultivée. “Sans cela, votre intelligence ne compte pas vraiment.”

..

La théorie de Philip Tetlock me menace professionnellement. En tant qu’expert financier, je suppose avoir un jugement basé sur l’expérience et la formation. Je me demande si mon expérience peut être un handicap, si l’expérience me procure uniquement des préjugés. C’est l’avis de Philip Tetlock. Il me raconte comment John E. McLaughlin, ancien directeur par intérim de la CIA et spécialiste de l’Europe, lui avait dit que les spécialistes chevronnés de l’Allemagne n’avaient pas vu venir la chute du mur de Berlin. Ce sont les analystes débutants qui ont remarqué les fissures dans la façade. Il y a quelque chose dans le fait d’être un expert de haut rang qui interfère avec les prévisions. “Beaucoup de politologues, de spécialistes des études régionales et d’analystes du renseignement ne sont pas, comme vous pouvez l’imaginer, particulièrement friands de cette idée” dit-il avec un sourire.

..

Face à cette question, Philip Tetlock reste encore sur la forme, faisant appel à nouveau à la méthode empirique. “Je ne pense pas que l’on puisse faire une généralité à ce propos, sauf qu’il est utile de connaître les antécédents de réussites des experts, et si nous étions plus systématiques dans le suivi de la précision des prévisions des experts, nous serions moins vulnérables au rejet systématique de l’expertise”.

..

Il essaie de remplacer les débats publics qu’il décrit comme “des combats de tartes entre Paul Krugman et Niall Ferguson” (une référence aux joutes sur l’austérité entre le Nobel d’économie Paul Krugman et l’historien de l’économie Niall Ferguson) par une collaboration contradictoire. “Vous donnez à chaque partie la possibilité de poser, par exemple, 10 questions qu’elle juge probantes et résolvables, et dont elle pense que les réponses ont un avantage comparatif. Et les deux parties donnent des réponses testables… Voici une prédiction psychologique très claire : les gens sortiront de ce tournoi plus ouverts. Vous pouvez compter là-dessus” ...Oui, assez de faire crever la société pour…s’amuser, assez de ces cerveaux cramés aux « les divertissements c’est plus important que tout », tout esprit adulte doit être tourné en dérision et tout débat doit n’être qu’un jeu dérisoire. Le nihilisme (tourné vers la destruction de l’Humanité) de l’infantilisation obligatoire des adultes a assez duré. Avis d’experts !

….

Dans-la-tête-des-meilleurs-prévisionnistes/

..

Au stade actuel – lorsque les meilleurs experts ne sont pas…des experts blanchis sous le hranais !

Attention-l'aspartame-a-changé-de-nom-pour-mieux-nous-berner

..

Le drame de l’impossible expertise quand l’argent règne ? Lorsqu’il suffit de…changer de nom à un produit nuisible. Qui va continuer donc à rendre malade la société…pour le motif inacceptable que « cela enrichit de rendre la société malade » …

..

Prévisions-théories-complot-et...psychologie

..

Comment les prévisions ridiculisent les névroses ridicules du « complotisme » ?

..

..

…………………………..%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et"L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L'ECONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Impossibles expertises lorsque l’argent règne ?
Impossibles expertises lorsque l’argent règne ?
Tout le monde ne regarde pas dans la même direction

Tout le monde ne regarde pas dans la même direction

Impossibles expertises lorsque l’argent règne ?
Impossibles expertises lorsque l’argent règne ?
Impossibles expertises lorsque l’argent règne ?
Impossibles expertises lorsque l’argent règne ?
Impossibles expertises lorsque l’argent règne ?
Impossibles expertises lorsque l’argent règne ?
les chemins de l'expertise sont impénétrables...

les chemins de l'expertise sont impénétrables...

pourquoi les experts médiatiques se trompent ?

la com’ aura-t-elle tué la politique ? C’est donc la com’ qu’il faut virer. Pour avoir semer de l’incommunication partout…

pourquoi le politique ne pense pas qu’une prévision juste soit possible ? Ce qui remet fondamentalement en question « l’expertise politique » et aboutit à ceci : plus aucun politique ne peut mettre en œuvre la moindre réforme !

vidéo courte afin de saisir que ce sont des tendances qui sont dessinées et pas des certitudes métaphysiques dans les…prévisions !

A TORT ! Est-ce que la « croissance » est un outil de prévision fiable sur le mieux-vivre collectif ? Pas sûr ! Est-ce que les banques centrales savent à ce point les bénéfices sociétaux des politiques budgétaires et structurelles (qu’elles veulent « contraindre » à faire adopter par les politiques) puisqu’elles ne « servent « plus que les banques privées ? Et n’ont donc plus de LÉGITIMITÉ ? Enfin, n’est-ce pas surtout à des banques privées de se…réformer et à 100 % et pas du tout à la société ?

toujours au moins 2 discours irréconciables en politique ! Seule manière de trancher : le retour à l'intérêt général ! Et la disqualification du trop de privatisations...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article