Sont-ce les Amérindiens ou les Grecs qui ont inventé la démocratie ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Sont-ce les Amérindiens ou les Grecs qui ont inventé la démocratie ?

Si nous avançons cette question c’est, évidemment, qu’elle est très réaliste. Oui les Amérindiens ont transformé le monde. Plus que nous croyons. Oui leur héritage est édulcoré, voir diffamé, mais se révèle, cependant, toujours plus omniprésent. Ici, nous présentons un argumentaire très simple : les Grecs n’ont pas pu inventer la démocratie …puisqu’ils n’en avaient pas les moyens. Les Amérindiens oui.

..

Tout d’abord, il faut entrer dans une nouvelle discipline nécessaire : la contre-histoire. L’histoire officielle n’étant, parfois, qu’un violent tissu de mensonges. Pour les Amérindiens un livre extraordinaire existe qui nous montre qu’avant la découverte de l’Amérique (on s’en fout par qui !) notre nourriture peu calorique était plutôt grise, marron et verte. Tristounette. Les couleurs c’est eux. Rouge, jaune, orangé, brun (chocolat) vert-marron (tabac) ou noir (café)…ce seront tomates, maïs, vanille, avocats, piments, pommes de terre, manioc, ananas, potirons, courges citrouilles, cacao, haricots, etc.

Oui nous découvrons ce vaste héritage, si injustement oublié, dans le libre de Jack Weatherford Ce que nous devons aux Indiens d'Amérique. Et comment ils ont transformé le monde - traduction française de Manuel Van Thienen et dont le titre original est « Indian givers. How the Indians of the Americas transformed the world. »

..

Pour la médecine l’apport des Amérindiens aura été important, etc. Quant à « l’accumulation primitive » qui a permis la dangerosité capitaliste, elle est due aux amérindiens à 100 %. Sans Amérindiens pas de capitalisme. Ces quelques notations juste afin d’offrir quelques éléments qui prouvent à quel point ils ont réellement transformé le monde. Et pour la politique ?

……………………************************************

..

La confédération des 6 nations iroquoises : inspiration démocratique des Pères Fondateurs.

La première constitution démocratique confédérale de l'histoire de l'Humanité constituée de 117 articles et écrite autour de 1350 : oui c’est la constitution des Iroquois. La grande loi qui lie.

L’approche est très claire : il ne reste plus qu’à la démontrer !

Les immigrants venus en Amérique à l’époque coloniale cherchaient la liberté. Ils en ont trouvé l’exemple dans la confédération des Iroquois, comme chez d’autres nations indiennes du continent. Ces concepts se sont largement propagés au sein des anciennes colonies britanniques, comme le montrent les propos tenus par Benjamin Franklin, Thomas Jefferson et John Adams à l’occasion de la Convention constitutionnelle de 1787. Au XIXe siècle, la conception iroquoise des relations entre les hommes et les femmes exercera une influence importante sur les architectes du mouvement féministe américain. De nos jours encore, ces idées éclairent le débat politique.

..

«… Mais Benjamin Franklin lui-même n'était pas en reste dans l'assimilation des idées amérindiennes. Homme curieux, il finit par étudier la culture et les institutions des Amérindiens après avoir publié en tant qu'imprimeur officiel de la colonie de Pennsylvanie, leurs discours dans les assemblées, et des négociations de traités. Cette familiarité avec ces peuples lui a valu le poste de commissaire aux Indiens du gouvernement colonial de cet État. Il demeura toute sa vie le défenseur des structures politiques amérindiennes en l'occurrence iroquoises ; lorsqu'il prit la parole en 1754 au congrès d'Albany, il demanda aux délégués des différentes colonies anglaises de s'unir et d'imiter la Ligue des Iroquois, mais ses vœux n'ont été entendus et pris en compte que…trente ans plus tard lors de la rédaction de la Constitution. Ce modèle d'union de plusieurs États souverains en un seul gouvernement offrait précisément la solution au problème rencontré par les hommes qui l'écrivirent. Ainsi est né le système fédéral, si les États-Uniens d'Amérique ont le droit historique sur lui, comme le proclame plus tard l'historien Henry Steele Commager, « ce sont les Amérindiens qui l'ont inventé » (p. 153 - op. cit.).

..

Bien plus de vérités sur les amérindiens ?

..

L'une des thèses nouvelles que Jack Weatherford, dans « Ce que nous devons aux Indiens d'Amérique » nous a livrée, thèse qui risque de provoquer beaucoup de remous dans certains milieux intellectuels européens, est l'idée selon laquelle la démocratie moderne que nous connaissons est « davantage l'héritage des Amérindiens, et particulièrement des Iroquois et des Algonquins, que celui des immigrants anglais, de la théorie politique française, ou de tous les vains efforts des Grecs et des romains » (p.146 - op. cit.) ). Et l'auteur de nous aligner des arguments difficilement contestables pour ne pas dire très convaincants :

  • même si la démocratie avait une certaine réalité dans la Grèce antique, les Grecs n'ont pas mis sur pied d'institutions démocratiques durables, et surtout comment une société peut-elle être qualifiée de démocratique quand elle est fondée sur l'esclavage, incompatible avec l'idée de démocratie ? À l'inverse, les sociétés iroquoises ne pratiquent pas l'esclavage et sont réellement démocratiques et égalitaires. Et possède une véritable Constitution confédérale, avec des institutions démocratiques, précédant de plus de 400 ans celle des Etats-Unis.

  • en dépit de toute une rhétorique développée en Europe, au XVIIIe siècle (sans parler d'avant cette date) nous n'y connaissons aucun système démocratique. Comment dans ces conditions les Européens pouvaient-ils faire propager l'idée de démocratie, puisqu'ils ne la connaissaient même pas ? Ils viennent tous des nations dirigées par des monarques plus ou moins tyranniques au pouvoir absolu. À l'époque de la guerre d'indépendance en Amérique, une seule personne sur vingt en Angleterre avait le droit de vote, trois mille en Écosse, aucun catholique ne pouvait pratiquer sa religion ni voter; une ville comme Amsterdam était régie par un conseil de 36 membres dont aucun n'était élu et de surcroît la charge de membre du conseil était héréditaire. Les colonies d'Européens en Amérique ou ailleurs ne brillaient pas non plus d'étincelles démocratiques. On pourrait ainsi multiplier des exemples. »

Ces extraits nous les formulerions de toute autre façon : mais n’empêche que les colons n’avaient absolument pas en tête les textes grecs si peu connus au 18 ème siècle. Même par des érudits. Elles ne le seront timidement que dans le courant du 19 ème siècle. Et, qu’à l’évidence, aucun des concepts de la « démocratie grecque » (jamais mise en actes – mais surtout exprimée en textes !) n’ont pu imprégner les débats précédant la rédaction de la Constitution étasunienne de 1787. Par contre, le modèle iroquois existait bien. Les premiers colons le connaissaient même depuis …1744. Toutes les conditions remplies pour que le modèle de « démocratie confédérale iroquoise » soit imité. Par contre, aucun modèle grec n’existant dans cette configuration historique précise – n’a pu être inspirant, imité et copié !

……………………************************************

..

« En somme, avec Jack Weatherford, nous découvrons une véritable référence en matière d'histoire des idées. L'auteur rend ici hommage aux sociétés amérindiennes décimées par la conquête des royalistes non-démocrates venant d’Europe, en rétablissant la vérité sur des faits détournés de leurs origines. Bref une reconnaissance de la richesse tant matérielle qu'idéelle léguée par les Amérindiens à nos société modernes sans laquelle nous ne serons sans doute pas là où…nous en sommes en matière de progrès technique et civilisationnel.

..

Au-delà de cet écrit riche en documentation, on pourrait sans trahir l'auteur, dire que nous avons encore beaucoup à apprendre des Amérindiens si nous voulons être des êtres civilisés véritables, à l'opposé des barbares « occidentaux » qui, même en 2016, utilisent toujours la force brutale et la violence pour parvenir à leurs fins. (…) oui, nous avons encore beaucoup d'efforts à faire en matière d'humanité pour parvenir à une société égalitaire, sans prison et sans institution coercitive…comme celle des Amérindiens, les prétendus vaincus de cette page d'histoire. » Nous y voyons, magistralement, au contraire, une véridique victoire sur la longue durée. Une confiance indestructible dans leur sagesse en toutes choses !

..

…Puisque, en tout ce qui n’est pas « que » matériel –

..

………………………………les amérindiens se sont révélés « supérieurs » à nous !

..

………La véritable trame de leurs idées est donc appelée à triompher !

..

.................................%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>- ANNEXES - <<<<<<<<<<<<<<<

La grande_loi_qui_lie : ou la toute première Constitution de l'Humanité !

..

La première constitution démocratique confédérale de l'histoire de l'humanité. Rien que cela : un pur joyau !

..

L'art-denseignement-des-indiens-iroquois-aux-sources-de-la-première-constitution

Les iroquois sont clairement à l’origine de la Constitution de 1787 aux États-Unis.

..

Le confédéralisme-iroquois comme modèle universel

..

Dans tout l’est de l’Amérique du Nord, les nations indiennes avaient formé des confédérations avant l’arrivée des immigrants européens : les Séminoles dans ce qui est aujourd’hui la Floride, les Cherokees et les Choctaws dans les Carolines, et les Iroquois et leurs alliés les Hurons dans le nord de l’État de New York et dans la vallée du Saint-Laurent.

..

Les colons connaissaient surtout le système de confédération des Iroquois, car ces derniers jouaient un rôle clé dans le domaine diplomatique, non seulement en ce qui concerne les relations entre les Français et les Anglais, mais également sur le plan des relations avec les autres confédérations indiennes. Appelés Iroquois par les Français, et Cinq Nations (et plus tard Six Nations) par les Anglais, les peuples iroquois s’appelaient eux-mêmes Haudenosaunee, ce qui signifie le Peuple aux longues maisons. Ils contrôlaient le seul passage terrestre relativement plat entre les colonies anglaises de la côte Est et les comptoirs français de la vallée du Saint-Laurent.

..

La loi fondamentale des Iroquois, la Grande Loi de la Paix, prévoit encore aujourd’hui que les sachems (les chefs) doivent accepter les critiques de leurs administrés : ils ne doivent pas s’irriter lorsque le peuple juge de leur conduite des affaires de la tribu. Cette philosophie se retrouve dans les écrits de Thomas Jefferson et de Benjamin Franklin, même si elle n’a finalement été intégrée au droit américain qu’en 1964, lorsque dans sa décision New York Times v. Sullivan, la Cour Suprême mit quasiment fin à tout espoir des élus politiques de gagner un procès en diffamation.

..

La Grande Loi de la Paix prévoit également la possibilité de déposer les chefs qui ne peuvent plus exercer leurs fonctions de manière adéquate. Cette mesure est remarquablement similaire à un amendement constitutionnel adopté par les États-Unis au cours de la deuxième moitié du XXe siècle : il est en effet possible de remplacer le président lorsqu’il est dans l’incapacité d’exercer ses fonctions. La Grande Loi contient en outre des dispositions garantissant la liberté de religion et le droit de faire appel devant le Grand Conseil. Elle interdit également d’entrer sans autorisation dans les maisons. Toutes ces règles sont bien connues des Américains, qui y reconnaîtront certains principes de la Déclaration des droits.

..

La procédure politique au sein de la confédération iroquoise ? Sur le fond, le Grand Conseil s’assure que la loi proposée est conforme à la constitution des Iroquois. Une fois un consensus obtenu par les Onondagas, la décision est confirmée par le tadodaho, c’est-à-dire le sachem, qui assure la présidence du Grand Conseil. Ce processus repose donc sur des contrôles et des mécanismes d’équilibre, des débats publics et une recherche de consensus. L’objectif de cette procédure parlementaire est d’assurer l’unité lors de chaque étape.

« Nos ancêtres dans leur sagesse ont établi une union et l’amitié entre les Cinq Nations. Cette décision nous as rendu puissants ; elle nous a donné un grand poids et une grande autorité vis-à-vis des nations voisines. Notre confédération est puissante; si vous suivez les méthodes adoptées par nos sages, vous disposerez vous aussi de cette force et de ce pouvoir. Ainsi, quoi qu’il arrive, ne rompez jamais votre union. »

..

..

Les Fondateurs oubliés ?

Forgotten Founders – ce qui avec Indians Givers dressent le tableau le plus JUSTE au sujet des amérindiens. Les Fondateurs oubliés (la Constitution des U.S.A. c’est EUX) et les généreux indiens : give pour offrir, Donner…et donc ceux à qui nous devons le plus (puisqu’ils ont beaucoup donné !) reçoivent un silence plus qu’inéquitable. Sauf que ce comportement se retourne contre les ingrats hideux, les révisionnistes, les effaceurs de la mémoire collective, oui les…imposteurs à la face sinistre. Une beauté longtemps dissimulée se dévoile 100 fois plus rayonnante !

..

Un-iroquois-sur-le-toit

..

Installée aux États-Unis depuis une dizaine d’années, Muriel Schmid se demande si la Constitution suisse n’aurait pas quelques racines iroquoises.

..

La Constitution suisse de 1848 était directement inspirée par la Constitution américaine de 1787. Comme le suggère Albert Blaustein, un ancien professeur de droit à l’Université de Rutgers dans le New Jersey, «La constitution des Etats-Unis est le plus important des produits d’exportation américains. Dès sa création, son influence s’est fait sentir dans le monde entier…» Ce fait est donc connu, du moins parmi ceux et celles qui étudient l’histoire du constitutionnalisme. Ce qui est moins connu […et à qui la faute ?], c’est l’influence évidente du peuple iroquois sur la vision démocratique des Pères fondateurs des États-Unis.!

..

…………………………***************************

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

..

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

En photo de couverture : La Statue of Freedom ou statue de la liberté installée au sommet du Capitole porte un bouquet de plumes d’aigle sur la tête ce qui rappelle les coutumes des tribus indiennes.

En photo de couverture : La Statue of Freedom ou statue de la liberté installée au sommet du Capitole porte un bouquet de plumes d’aigle sur la tête ce qui rappelle les coutumes des tribus indiennes.

Portrait de Sa Ga Yeath Qua Pieth Tow, chef civil de la Ligue iroquoise des Cinq-Nations, en…1710.

Portrait de Sa Ga Yeath Qua Pieth Tow, chef civil de la Ligue iroquoise des Cinq-Nations, en…1710.

Sont-ce les Amérindiens ou les Grecs qui ont inventé la démocratie ?
Parce que notre « mémoire alimentaire » est trop courte – il reste possible de vérifier notre héritage d’Amérique ici : il vous faudra recopier le lien - http://www.oldcook.com/histoire-produits_amerique
Parce que notre « mémoire alimentaire » est trop courte – il reste possible de vérifier notre héritage d’Amérique ici : il vous faudra recopier le lien - http://www.oldcook.com/histoire-produits_amerique

Parce que notre « mémoire alimentaire » est trop courte – il reste possible de vérifier notre héritage d’Amérique ici : il vous faudra recopier le lien - http://www.oldcook.com/histoire-produits_amerique

Les 5 nations puis 6 de la Ligue iroquoise : n'oublions pas que les traductions de...traductions laissent des effets d'étrangetés.

Les 5 nations puis 6 de la Ligue iroquoise : n'oublions pas que les traductions de...traductions laissent des effets d'étrangetés.

spirales inspirées....

spirales inspirées....

Sont-ce les Amérindiens ou les Grecs qui ont inventé la démocratie ?

Publié dans gouvernance mondiale

Commenter cet article