Tout fait ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Tout fait ?

Tout est fait. Tout peut être fait. Tout est fin prêt. Tout devient proche. Mais tout fait ne peut ainsi tomber tout cuit dans le bec. Faut le faire.

..

Il demeure tout de même impossible d’être si nombreux nombreux et nombreux et de ne pouvoir rien faire. Chaque pays a ses propres faiblesses. La France c’est son excès de libertaire. Pas de leaders. Rien. Tout doit être détricoté. Tout nu partout. Mai comment alors cela « se passe », comment ceci « arrive », comment cela s’enclenche, démarre et s’amplifie ? Par la magie de la pluie qui est constituée d’un nombre incroyable de gouttes ?

..

Tout-à-fait ! C’est déjà tout fait…

..

Les amérindiens (modèle implicite franco français) ont toujours eu des chefs temporaires et révocables selon l’évolution de leurs luttes. Mais des chefs. Le libertaire à la sauce française c’est de stationner sur le pas de leaders, sans à propos et sans réalisme particulier - et d’attendre que ça germe. Bien bien, comment faire alors ? Attendre un…leader qui cristallise les prises de consciences. Ou bien un mouvement qui va pousser à la roue. Des attitudes constructives ? Pas de bol. Ces leaders, déjà révoqués avant même qu’ils n’émergent, sont dégommés (force inertielle de la tradition) en lamelles. Seule action pourtant visible ! Les mouvements de même voir « Nuit Debout » après ses 100 jours. Et… aux suivants ! Quel spectacle…Bon, si c’est comme ça c’est pas comme-ci ? Mais des étages de plus sérieux au-dessus cela existe ?

..

La solution ne peut être que les leaders sont les…idées. Les idées nous cristallisent, nous rassemblent et nous forgent dans le même élan. Idées oui genre l’important c’est non qui le dit mais ce qui est dit. Pas des idées pour faire reluire un chefaillon mais pour organiser les énergies éparpillées et les forger en une grande main unie qui n’appréhende pas d’être appréhendée. Notons rapidement que des mouvements (c’est ce qui a été dit pour Nuit Debout et qui n’engagent que leurs auteurs !) n’existeraient que pour niquer les idées. Les empêcher de s’enclencher, de se diffuser limpidement, de se débattre…vraiment, de se rendre réelles et efficaces, de rencontrer leurs praxis. Bref, de reconnaitre à haute voix les talents de ces idées !

Il suffit donc de modifier l'angle-de-vue-et la vision du réel change ?

…………………………..%%%%%%%%%%%%%

..

« Tout sauf spontané, ce mouvement a été planifié par une poignée de militants autour de François Ruffin, réalisateur du film Merci patron ! L’idée était de « ne pas rentrer chez soi » et de se réapproprier une place comme espace citoyen.

« Catalyseur »

Jusqu’à la mi-mai, Nuit debout a attiré de petites foules, sympathisants de gauche, syndicalistes, déçus de François Hollande, jeunes, riverains, simples passants. Les politiques n’y sont pas les bienvenus, les chefs non plus.

La parole est libre et les AG n’en finissent plus de ne pas décider. « L’un des acquis de Nuit debout, c’est d’avoir fait émerger plusieurs questions dans le débat public : celles de la démocratie, du capitalisme financier, du rapport au pouvoir politique, des nouvelles formes de solidarité ou de la contestation du productivisme, explique le politologue Gaël Brustier....[…ah bon !]

..
du 8 juillet 2016

Trêve-générale-à-nuit-debout

..

« Caractérisée par son organisation horizontale, Nuit debout ne veut ni leader ni porte-parole. […juste l’air du temps, le coup de dé qui abolit le hasard…] C’est peut-être là que le bât blesse pour certains militants. Pour Benjamin, « François Ruffin n’a pas réussi à prendre le contrôle du mouvement alors il fait un choix radical pour tout le monde : “Allez, ça suffit on arrête ». Matjules partage cette analyse : « Avec cette interview, il est enfin sorti du bois et a montré son incapacité à prendre la tête de Nuit debout. » Fondateur du « Mouvement debout libre », ce nuit-deboutiste tient à l’intégrité du mouvement qu’il protège en s’assurant qu’aucun pilotage ou récupération ne sont orchestrés. […mais comme tout ce qui mis trop hors de portée, e immaculée conception – cela ne laisse rien derrière…]

..

Lire aussi : Nuit debout est un rassemblement plus diversifié qu’on ne le dit

..

D’autres ont la sensation d’avoir été utilisés par le réalisateur de Merci patron !. « Je pense qu’il a usurpé la paternité et a profité du mouvement Nuit debout à des fins marketing, voire politiques », témoigne Raymond Macherel, de l’équipe de distribution du film Comme des lions. « Son but premier, c’était d’accompagner la diffusion de son film et de faire parler de lui. » […est-ce ainsi que l’on parle de la vraie réalité ?]

..

Nuit debout serait-elle une concurrente politique trop puissante pour François Ruffin et son projet anti-PS ? C’est du moins la question que se posent les participants réunis ce soir place de la République. »

..

8 juin 2016 (soit un mois pile avant les extraits précédents !)


Les-déclarations-de-francois-ruffin-passent-mal-au-sein-de-la-nébuleuse-nuit-debout

...illustrations...

...

Lorsque-l'angle-de-vue-change notre façon de voir les choses ?

…………………………..%%%%%%%%%%%%%

..

Difficile aussi que les leaders soient les idées ? Comme si la mentalité collective faisait tout pour faire durer le système qu’elle prétend critiquer ? Mais comment faire pour trouver les déclics des clics ? Que les idées (qui ne peuvent s’auto-diffuser tout de même !) trouvent le réalisme d’assez de cerveaux-cœurs pour les diffuser droit devant. Ceci est d’autant plus possible que, depuis des siècles, et, pour ne prendre que l’Europe, ceci s’est passé toujours ainsi. Nous avons découvert ce fait que très peu de la « vraie » histoire soit rendue …publique. Que la plus grande partie de l’Histoire réelle serait plutôt invisible. Ceci s’est passé lors des recherches au sujet des SELs (Système d’Echange Locaux). leur histoire, leur antécédents : partout, les sociétés civiles de l’époque, non seulement usait de monnaies locales. Mais faisaient tout afin de s’organiser hors des modèles dominants. Ce n’est pas le lieu de parler du contenu de ces histoires cachées et passées sous silence. Elles surgiront bien en cas de vrais mouvements.

..

Simplement il s’agit de démontrer que nous pouvons agir dans les mêmes sillons. Tout est fait. Tout peut être fait. Tout est fin prêt. Tout devient proche. Tout fait ne peut ainsi tomber tout cuit dans le bec. Ce serait oui la décentralisation des idées avec des initiatives surtout locales reliées entre elles. Nous verrons comment. Mais tout d’abord un témoignage !

..

« C’est au Sud de l’Europe mais cela peut arriver un peu partout. Lors de randonnées, je me suis trouvé tout seul à franchir un petit pont qui relie la Terre à une petite ile. Un seul accès – la situation qui plait à qui veut instrumentaliser ce qui n’a rien à voir avec sa pensée et ne plus faire parler qu’elle. Y installer un guichet illégal, par exemple, pour vendre tout le gratuit. Et effectivement, au bout du pont une…barrière. Pour véhicules et piétons comme j’ai pu le constater. Une voix me surgit dessus pour me demander mes papiers et me…refouler. En ajoutant que « comme c’est privé c’est contrôlé ! ». Et j’ai eu beau dire que, de l’extérieur, restent visibles de nombreuses maisons individuelles et des jardins, et que je suis à pied je veux juste voir, rien n’y a fait – à droite du pont, se dresse un grand hôtel qui a privatisé toute l’île. Pas pour moi – je n’ai jamais donné mon accord. Ce fait me semble si incongru. Bien. C’est maintenant que commence l’histoire.

..

En retraversant le pont, une idée me germe. Et j’en fait part de sa fleur poussée aux amis. Nous nous rassemblons donc du côté non privatisé du pont. Et commençons à filtrer les personnes. Tentant de les empêcher de passer. Au motif de « comme c’est public c’est contrôlé ! ». Et que, s’ils veulent circuler dans ce public il leur faut, d’abord, abandonner l’idée de privatiser ce qui à tout le monde. Une île enfin, ce n’est pas sérieux. Eh bien ! nous avons lu de la peur incrédule et un déphasage dans leurs habitudes huilées. Et comme tout était improvisé et que nous ne connaissions pas les lieux – nous n’avons pas insisté très longtemps.

..

Mais nous en avons reparlé plusieurs fois. Le privé c’est ce qui se met à part et doit donc être traité…à part. Comme s’il était à part, pas normal. Dans l’univers où tout est gratuit et tout reste ouvert, il se conduit comme une déviance mentale qui n’a jamais pu produire le moindre argument. Sinon des déroulements mégalomaniaques : moi privé de seulement le dire me rend supérieur au public. Je puis isoler des parcelles de ce qui a toujours été à tout le monde et les barricader (murs, accès limités, portail(s), etc.). Où je cache, dissimule, me réserve, monopolise ce qui n’est pas vraiment à moi (l’ile ne m’a jamais signé un acte de vente). Le privé, vu de l’extérieur, met de lui-même les biens publics en…prison, en forteresse. Se met lui-même en non liberté. Et donc devant cette attitude injustifiable – il ne s’agit que d’inverser la situation. Prônant que le privé pourrait (où sont les fondements juridiques qui attestent de la supériorité du privé alors que toute la Constitution affirme uniquement celle du public ?) interdire ses accès - très facile de leur interdire, symétriquement, les accès au public. En symbolisant au maximum que leur accès au public est allié à une reconnaissance, de leur part, d’usages abusifs de biens publics, d’usages exorbitants du droit commun…etc. Afin d’une prise de conscience collective que les actions du privées doivent être…infiniment plus limitées. Et que nous en avons la force.

..

En créant des situations qui le démontrent sans discours. Les actes y font les discours. Dans le même ordre d’idées, nous avions déjà tenté d’insuffler le concept par diverses démonstrations. Le principe est :- ) devant toute actualité significative de trouver l’action qui fasse tilt. Une fois, un nouvel excès de pouvoir contre les prostituées et la vision des publicités dans les arrêts bus… « et devant les enfants, oui ils nous imposent des femmes très dévêtues et devant les enfants. Faut pas se gêner. Si on incrimine les prostituées, les propriétaires de ces panneaux agissent en tant que souteneurs. Alors. Vrai ou faux ? Signez la pétition. Ou venez témoigner avec nous ». Bref, chaque jour des opportunités aussi énormes que celles-ci surgissent. Nous pouvons sans manifester sur les rues et avenues, utiliser tout l’espace public de tas de manières inventives. Nous n’avons pas à demander les permissions lorsque les fortunes du privé ne les demandent pas, etc. Bref, nous sommes en toute légitimité !

Les savoirs :

*** - La décentralisation intégrale des idées avec des initiatives surtout locales reliées entre elles. Selon les procédés des rave parties en 2 étapes. Annoncer le concept. Et donner le lieu et l’heure tout à la fin.

*** - L‘imagination au pouvoir : toujours symétriser. Dès qu’ils vont se lancer dans une nouvelle régression sociale, chercher l’inversion qui va porter le plus loin. Cela doit devenir des œuvres quotidiennes. A chacune de leur décision, de leur action – une invention inversante quelque part. Cela doit devenir automatique. Les escarmouches culturo-sociale !

..

*** Il est admis que qui vit localement connait très bien le potentiel de son lieu. Et est le plus à même d’utiliser ses failles. Aucun parachutage d’un central (qui n’est qu’un ex-local qui a mieux réussi que les autres) ne saura mieux que lui.

*** La difficulté est seulement logistique. Il y a plusieurs parades : ne lancer le concept qu’une fois qu’une opération locale aura été amorcée. Ou avant afin de faire tâche d’huile. Et qu’éclosent spontanément, là où ça veut et peut la même idée. Il s’agit alors d’inventer une veille où la moindre initiative soit diffusée largement. Un éventail de choix submergeant.

..

*** C’est nous le futur. Les défaillances des prétendus dirigeants se multiplient (ils se montrent incapables de s’occuper de toute la société – ils ne concentrent plus que sur même pas 10 % des humains. Désorganisant toute a société pour cela. Nous avons donc toutes les responsabilités.

*** Nous héritons du devoir d’inventer.

*** Nous devons l’assumer. Et les leaders sont les idées. Il faut qu’elles passent partout. Chevaux de Troie dans tous les milieux comme les Yes Men. Les idées passent avant tout. Ou… nous en revenons aux leaders temporaires et révocables !

** etc.

..

C'est l'angle-de-vue-qui...fait-tout..

..

…………………………........***************************

..

Il faut bien, à un moment, mettre les pieds dans le plat. Si nous sommes une telle majorité cela ne se voit absolument pas dans les faits. C’est donc qu’il y a quelque d’essentiel d’escamoté, de saboté, de gâté. Si nous apparaissons (alors que supposé 99 %) comme des… minorités, c’est que l’ennemi est à l’intérieur de ces… 99 % et les rétrécit à coups de…mauvaises idées !). Oui il faut mettre les pieds dans le plat : c’est une partie de nos idées et comportements qui ne sont pas bons du tout. C’est de notre faute si nous en bavons. Oui ce sont les idées défaitistes et décourageantes qui font de ces 99 % des… 9,9 % actifs ! Il n’y a pas de realpolitik, cela n’a jamais existé – il n’y a qu’abandon. Il ne faut jamais se décourager, jamais décramponner, ne pas lâcher quoi que ce soit !

..

Nous sommes tellement plus grands que ce système. Prouvons-le. Nous valons tellement mieux. Alors, sortons ce mieux, badigeonnons-le partout. Mettons toute l’imagination au pouvoir.

..

Nous n’avons pas d’autorisation à demander. C’est nous les responsables. Nous ne devons plus admettre le moindre découragement. Fonçons. Submergeons-les par les décentralisations maximums. Atteignons nos tailles gigantesques. Nos giant. Rien ne peut nous résister car nous n’avons aucunes ambitions personnelles. Tous les jours fusent des initiatives spontanées, inattendues et impossibles à …centraliser. C’est ainsi que ceci peut se passer…ou bien…ou bien (encore les pieds dans le plat !)

..

Nos leaders sont les idées (enfin guéries et débarrassées de tout ce qui fut l’ennemi en nous !) qui pénètrent absolument partout.

………………………..Cheval de Troie est notre ami !

..

..

…………………………***************************

..

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ANNEXES - <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Place-to-B :-un-lieu-15-jours-et-15-000-participants-pour-parler-du-monde-de-demain-autrement/

..

Peut-être est-ce là la faille, peut-être que non. Mais ne pas y aller voir – sûr que c’est l’attitude la plus imbécile !

..

Ceux qui redonnent-vie-a-des-immeubles-vides-en-toute-légalité !

..

Il faut demeurer ouvert à tout – la défaite du système peut surgir de n’importe où – ici, une initiative qui met en liaison les propriétaires d’immeubles vides, de locaux vacants et d’appartements délaissés, en Ile de France (et il en a une masse ahurissante – le marché est donc plus que défaillant !) à toute la diversité demanderesse (les associations, les communautés d’idées, les artistes, les innovateurs, etc.). Le cheval de Troie peut entrer partout. Stagner dans des refus qui nous transforment en statues figées et stupidement orgueilleuses rend bien inutiles ces postures. Sans rien derrière... il faut faire bouger toutes les lignes !

..

à-Cuba-la-fin-de-l'embargo-éveille-la-génération-start-up

..

Toujours se méfier des médias : certains peuvent laisse passer de nombreuses infos plutôt progressistes mais ne manquent jamais de baisser le masque de leurs trahisons. Ici, c’est l’unilatéral vous voyez le capitalisme triomphe même Cuba. Or l’héritage de Cuba restera : alors qu’ils auront été assiégés si longtemps ils ont mis au point une éducation exemplaire, une médecine mondialement reconnue et nombres d’initiatives qui resteront. Dont une auto-organisation sociale. Cuba ne va pas virer au capitalisme. Vu que c’est un système sans avenir

..

…………………………...***************************

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Tout fait ?
Tout fait ?
anonyme....

anonyme....

changements des regards....

changements des regards....

relier les initiatives locales en de plus grands projets communs ?

limités ?

Publié dans gouvernance mondiale

Commenter cet article