Vertiges – qui sommes-nous : la somme de tous les chiffres ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Vertiges – qui sommes-nous : la somme de tous les chiffres ?

Si nous voulons savoir « qui » nous sommes, eh bien ! la somme des chiffres de ce que nous sommes va nous faire vraiment tourner la tête…Nous faire aider par la science n’améliorera pas, d’ailleurs, le vertige en cours…elle l’augmentera même ! Voyons plutôt : … « Pour commencer, la science nous dit que nous sommes faits en moyenne à 70% d’eau. Mais si l’on compte le nombre de molécules d’eau dans une cellule, du fait que ces molécules sont plus petites, il y en a beaucoup. A vrai dire, énormément. «L’eau représente 70% de la masse d’une cellule. Mais si l’on compte les objets, c’est-à-dire le nombre de molécules présentes dans une cellule, celle-ci est alors faite à 99 % d’eau. Il faut compter jusqu’à 100 pour trouver un objet qui ne soit pas de l’eau dans une cellule », nous dit le Pr Marc Henry, chercheur en chimie et spécialiste de l’eau. 99% des molécules qui composent nos cellules sont des molécules d’eau, ça commence fort.

..

De plus il y a, non pas 2 fois, mais 10 fois plus de bactéries dans notre corps que de nos propres cellules humaines. 10 puissance 15 bactéries contre 10 puissance 14 cellules. C’est simplement vertigineux. Un zéro de plus sur un chiffre déjà faramineux, ça fait une différence énorme. « C’est-à-dire que (plus de) la moitié de moi-même, ce n’est déjà pas moi-même en quelque sorte », explique Jeremy Narby, un anthropologue qui s’est penché sur la question. Que font-elles là, toutes ces bactéries ? Sont-elles en train de nous parasiter ? Pas du tout. « Nous avons besoin de ces bactéries pour préserver le bon fonctionnement de notre écologie interne. Par exemple, nous ne pouvons pas synthétiser toutes nos vitamines sans elles, ou encore, la présence de certaines bactéries ou certains champignons nous aide à éloigner d’autres bactéries ou champignons », explique Dorion Sagan, fils et collaborateur de Lynn Margulis, une biologiste spécialiste des bactéries.

..

La-science-et-moi :-qui-suis-je-vraiment ?

..

Il y a aussi que les cellules humaines de notre corps, celles qui ne sont pas des bactéries, sont quand même issues de bactéries. Décidément. « Nos propres cellules, celles qui composent nos tissus, sont le résultat d’une symbiose de plusieurs bactéries qui ont accepté de fusionner pour former une cellule plus complexe », poursuit Dorion Sagan. Comme nous l’explique l’article « La coopération du vivant » (Inexploré n°21), il y a de cela des milliards d’années des bactéries ont accepté de s’emboîter pour être plus efficaces ensemble, ce qui a donné naissance à l’ancêtre de la cellule humaine. Et nous pourrions continuer à sortir d’autres données étonnantes du chapeau de la science, sur la composition de notre corps humain… La question qui émerge alors, est : qui sommes-nous dans tout ça ?

….

Le tout est plus que la somme de ses parties

Ce que ces données nous amènent surtout à comprendre, c’est que nous ne sommes pas une « chose » ou un objet spécifique, à part du reste du monde. Nous sommes composés des mêmes éléments chimiques et des mêmes bactéries qui composent la nature. Cela fait que nous ne pouvons pratiquement pas, par exemple, trouver de molécules qui soient exclusivement humaines. Nous aurions bien quelques gènes à nous, mais très peu au final. Nous partageons la très grande majorité de notre génome avec nos cousins les primates. Alors qu’est-ce qui explique nos caractéristiques ? Qu’est-ce qui fait de nous des êtres humains ? Car, si sous les microscopes la différence n’est pas frappante, il est indiscutable qu’à grande échelle nous avons nos spécificités.

..

La réponse ne se trouverait pas dans les composants de notre corps, mais dans la manière dont ils s’organisent. De nombreux philosophes et scientifiques expliquent que c’est dans l’agencement spécifique des parties qui nous composent, et dans la manière qu’elles ont de produire un flux d’information, que la caractéristique de toute chose apparaît. Nous serions alors composés d’échantillons du monde, agencés de manière humaine. « En biologie, les nouvelles découvertes nous montrent que la cohérence d’ensemble émerge de l’interaction entre les parties, mais n’existe pas dans les parties elles-mêmes », nous explique le philosophe des sciences Erwin Laszlo dans ses cours à la Giordano Bruno Globalshift University. Une qualité autre que celle contenue dans les éléments émerge, se manifeste. Certains l’appellent information, d’autres conscience, car il semble quand même bien y avoir une intelligence à l’œuvre. Au cours de son évolution, la vie aurait donc tendance à se complexifier. Elle produirait constamment de nouvelles formules, avec les mêmes éléments de base, permettant l’apparition de capacités et états de conscience novateurs. « Comme l’explique le biologiste Ludwig Van Bertalanffy, l’évolution crée à chaque étape une nouvelle stabilité dynamique d’une complexité supérieure. Une nouvelle conscience émerge, qui unifie les informations échangées entre les composants », poursuit Erwin Laszlo. Nous sommes une sorte de table périodique des éléments organisée en une splendide mosaïque en 3 – et peut-être plus – dimensions qui donne la vie à la conscience humaine.

..

Un micro-écosystème en dialogue constant avec le monde

Composé des mêmes éléments que le monde, notre corps s’inscrit dans une continuité de matière et d’information avec la biosphère – le monde vivant sur cette planète. Ce sont le même air, la même eau, les mêmes nutriments, les mêmes particules de lumière, qui sont à l’intérieur et à l’extérieur de nous et des autres êtres vivants. Ça circule constamment, majoritairement à notre insu. Nous sommes alors faits d’une danse de poussière d’étoiles car les atomes qui font notre corps sont vieux comme le monde et ils continuent de circuler. « La vie est un continuum qui n’a jamais été rompu depuis qu’elle est apparue et l’homme est totalement imbriqué dans ce système », souligne Dorion Sagan. Les bactéries avec lesquelles nous vivons en symbiose sont des témoins privilégiés de cet enchevêtrement. Elles participent à des transferts de gènes dont nous ne soupçonnons même pas la rapidité et l’ampleur. « En tant qu’individus, nous sommes déjà remplis de toutes sortes d’intelligences qu’on commence à découvrir. Sans parler du fait que n’importe quel être, n’importe quel brin d’herbe à côté de moi, est également une sorte de cathédrale cellulaire, un organisme sensible qui perçoit. Tout l’édifice de la vie sur terre grouille d’une intelligence énorme et biologique, et on en fait partie », raconte Jeremy Narby.

..

Un véritable tapis de vie, s’étendant d’à peu près 10 km en deçà de la croûte terrestre à 15 km au dessus, tissé des relations de tous les éléments qui le composent, serait alors traversé par des flots constants d’informations de différentes natures. Et nous sommes des perles entrelacées dans cette étoffe. « Nous sommes un système vivant ouvert, qui échange continuellement de la matière, de l’énergie et de l’information avec l’environnement. Le monde n’est pas en dehors de nous et nous ne sommes pas en dehors du monde», explique Erwin Laszlo. Ce que cela dit est que nous serions traversés de courants d’informations autres que purement humaines. « Notre sentiment d’unité n’est qu’une fraction de la multitude d’états théoriquement disponibles pour nous, et auxquels nous accédons en états modifiés de conscience. Donc il semblerait que ce dont nous faisons l’expérience, lorsque nous pensons être dans notre conscience individuelle, serait plus comme un raccourci. Cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas, d’une certaine manière, des individus. Mais je ne pense pas que nous soyons des individus comme nous pensons que nous le sommes », conclut Dorion Sagan. Notre conscience humaine, précieuse, nécessaire à notre cohérence, ne serait qu’un bout d’une vaste conscience à laquelle nous aurions aussi potentiellement accès via notre matière et nos sens. Avons-nous oublié d’écouter aussi le monde en nous ? »

……………………….***************************************

..

Oui ? Ces données scientifiques nous questionnent âprement, et sans relâche, sur notre identité. Qui qui qui qui qui sommes-nous, nous somme la science de lui répondre…puisque face à l’avalanche de tous ces chiffres, nous sommes bien obligés de nous demander : mais qui sommes-nous vraiment ? Vertiges complets au pays du « Moi ».

..

Fort heureusement le langage est complet (rien ne le surpasse au royaume humain, puisqu’il inclut tout et n’exclut rien !) et s’il y a chiffre il y a aussi – pour lui – tout ce qui dé-chiffre… Nos astuces individuelles. Comme nous venons de le voir nous pouvons nous amplifier à nous ressentir comme tout l’univers. Ce n’est pas illusion ni grandiloquence mentale puisque les résultats sont bien là. Et sensuellement là.

..

Erwin László, philosophe des sciences et spécialiste de la théorie des systèmes, nous introduit au tout ainsi - … « Le "vacuum quantique" est l'énergie fondamentale qui transporte des in-Formations et informe non seulement l'univers présent, mais tous les univers passés et futurs (ensemble, les "méta-univers") ». Ce champ informant peut même expliquer comment se forment les galaxies et la vie consciente et pourquoi l'évolution est un processus non pas aléatoire, mais réglé. C’est comme une musique tellement peu aléatoire…

..

Louis Lavelle, philosophe, nous rappelle, lui, que … « la corruption de la parole et de l'écriture est la marque de toutes les autres corruptions : elle en est à la fois l'effet et la cause. ». Et que donc si de prétendus dirigeants salissent et désaccordent tant cet instrument parfait de la connaissance – nous ne sommes pas obligés de faire pareil. Et en assenons la preuve que nous ne faisons surtout pas pareil.

..

« Le plus grand bien que nous faisons aux autres hommes n’est pas de leur communiquer notre richesse, mais de leur révéler la leur. »…la vision bascule. Les comportements deviennent très intelligents. Être riche ce n’est pas si…intéressant après tout. Savoir comment faire de son immense richesse intérieure un instrument qui sème l’amour social – cela seul est à la taille du moment. Trop riche c’est piteux et miteux lorsque nous ne commençons pas par la richesse intérieure. La seule qui demeure durable !

..

« Chaque homme s'invente lui-même. Mais c'est une invention dont il ne connaît pas le terme ». Que peut répondre une liasse de billets à cette sculpture qui brille ? En effet, “le propre de la parole, c’est de rendre chaque être extérieur à soi et intérieur à tous” .,. Le langage, parvenu à ce seuil de purification, est bien un outil quantique extrêmement performant. Outil de tous les changements de visions. Vous modifiez votre vision – vous changez réellement de comportement ! Aussi simple …Ce pourquoi la parole pare à tout, nous pare de toutes les beautés et répare tout. Rien dans nos facultés n’englobe plus qu’elle.

..

Tout nous est donné – c’est même pour cela que la sale mentalité capitaliste n’y comprend absolument rien (quelle immense pauvreté mentale !). Tout nous est donné – mais pas transformé…Pourtant, si c’est donné c’est d’apprendre à recevoir dont il s’agit. La posture qui accueille, recueille, cueille ne se fabrique pas – elle se pratique ouvertement. Tout nous est donné (comme ensemble nous venons d’en organiser la plus grandiose « réception » que ce millénaire ait connu !)…en voici même le compte rendu exhaustif !

..

…………………….......********************************************

….

Comment continuer à converser si l’information qu’il n’est quasiment pas possible de trouver une cellule exclusivement « humaine » dans nos corps ne vous est pas supportable ? C’est que nous sommes composés de la nature puisque c’est la nature qui nous compose. Non non, nous ne sommes pas du tout à part du reste du monde terrestre. Ni une bulle isolée, ni un être tout extraterrestre. Nous sommes réellement composés des mêmes éléments chimiques et des mêmes bactéries qui composent la nature. Ce qui s’explicite bien comme : il y a plus de vie bactérienne que de vie « humaine » en nous. Mais ces bactéries nous sont nécessaires afin de synthétiser tous les ingrédients de la vie que nous…transmet la nature. Le monde n’est donc pas en dehors de nous et nous ne sommes pas en dehors du monde. Ne pas respecter la Nature c’est alors comme nous suicider. Nous avons plus que besoin d’elle et de ses bactéries. Respecter notre vie c’est respecter toujours plus la nature. Puisque la seule chose qui nous différencie d’elle c’est…comment tous ces éléments communs s’organisent dans l’humain. Et les flux d’informations qui jaillissent de cette organisation des organes, organes organistes. C’est là la…manière humaine ! Oui nous sommes le miracle inattendu du tout est tellement plus que la somme de ses parties.

..

Ce tout notre est unique mais dépend uniquement de la bonne santé de la nature. Nous, nous sommes une vraie qualité hyper complexifiée, une conscience rare. Oui comme une table périodique des éléments organisée en une splendide mosaïque qui se déplie en de nombreuses…dimensions. Un vrai bijou quoi : soit un micro-écosystème en dialogue constant avec le monde. C’est nous, ce micro-monde complet mais très dépendant. Nos dépendances sont bon air, bonne eau, bonne chimie, etc. La récompense : agrandir toujours plus la conscience/information dont nous ne sommes qu’une petite partie. Mais partie qui peut s’amplifier infiniment. Puisque ces informations ne sont pas…qu’humaines mais de tant de différentes natures. Oui nous sommes bien un centre d’accueil du tout ! Et la danse de poussière d’étoiles qui nous anime est bien tissée des atomes vieux comme le monde qui continuent de circuler depuis le début. Rien ne nous « oublie » donc ! Et cette mémoire « universelle » nous reste accessible par nos sens et nos sentiments ou par la…pensée (et pourquoi se priver de quoi que ce soi ?). Ce qui se résume en : à chaque fois que nous oublions d’être un « moi » nous sommes réellement un « tout » (qui est donc tellement plus qu’un « moi » tout seul) !

..

Les deux unis (et pourquoi se priver de quoi que ce soi dans l’immatériel ?) nous permettent de ressentir comment nous...

………………….. « sommes » vraiment de nouveaux civil-isés ! Désarmant !

..

…………………………%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ANNEXES - <<<<<<<<<<<<<<<<<<

émission Radio - Serions-nous-en-train-de-perdre-la-raison ?

Bernard Stiegler - science et être

...

Louis Lavelle-La-parole-et-l'écriture

« La corruption de la parole et de l'écriture est la marque de toutes les autres corruptions : elle en est à la fois l'effet et la cause. Et l'on ne peut songer à purifier l'une ou l'autre sans purifier son âme elle-même. La période où nous vivons est à cet égard pleine de périls : il faut veiller pour les conjurer. " Cette réflexion de Louis Lavelle date de 1942 ; elle transcende néanmoins les époques et ne sera sans doute jamais démodée tant qu'il y aura des hommes et qu'il y aura parmi eux ces veilleurs appelés " philosophes ". À l'ère de la communication (sic), ce n'est pas le langage qui est en danger mais précisément la Parole et l'Écriture. Par quoi sont-elles obscurcies et comment pouvons-nous retrouver leur vocation originelle ? En réalité nous échappons aux exigences de la parole et de l'écriture comme nous le faisons avec notre existence. Nous nous acharnons à en occulter l'étonnante présence en refusant d'accueillir la puissance d'émerveillement qu'elle nous propose à chaque instant. Par peur, par lâcheté, mais surtout par inertie et par facilité, nous nous laissons entraîner dans le fleuve insipide et ininterrompu de la conversation. Parler ou écrire se confondent alors avec l'économie du monde, il s'agit seulement d'épouser les lignes de forces qui s'expriment dans les soubresauts de la matière et dans le retour des besoins. La parole et l'écriture ne
prennent sens qu'en brisant le cercle de la quotidienneté. À force de solitude et de silence nous nous rendons à même d'écouter et de participer, en retenant nos mots, à ce qui sauve et exige la plus grande attention.

..

Ce pourquoi la parole pare à tout, nous pare de toutes les beautés et répare tout. Rien dans nos facultés n’englobe plus qu’elle. Nous priver d’elle (et de son apprentissage) c’est donc se démasquer comme le pire ennemi de soi-même qui puisse exister !

..

La parole de a à z

Citations a à z sur la parole

..

Parole-hommes-chemin-mutisme-animaux-silence-dieux-

..

paroles

..

…………………………***************************

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Vertiges – qui sommes-nous : la somme de tous les chiffres ?
Vertiges – qui sommes-nous : la somme de tous les chiffres ?
moins nous sommes un moi plus nous sommes un tout...

moins nous sommes un moi plus nous sommes un tout...

Vertiges – qui sommes-nous : la somme de tous les chiffres ?
Vertiges – qui sommes-nous : la somme de tous les chiffres ?
Comme un poisson dans l'eau

Comme un poisson dans l'eau

eau, musique et physique quantique

nous devons admettre que nous sommes toujours au commencement...et que nous attendons le changement !

Le Cerveau Vibratoire Quantique, découvert par Emmanuel Guizzo, est un double du cerveau neuronal, animé par une dynamique Méduse et Aile d'Oiseau (Médusa & Wings Bird dynamic),qui permet le décodage et l'inscription multidimensionnelle quantique de l'information dans les protéines du sang.

Première partie de la conférence faite à Graulhet dans le cadre des Assises de la biolélectronique Vincent et des médecines alternatives et naturelles du Jeudi 16 avril au Dimanche 19 avril 2015. Manifestation organisée par "La Source du Soi", Association pour la liberté de choix thérapeutique et la reconnaissance officielle des médecines alternatives et naturelles.

Chaque acide animé est une nuance de notre monde affectif. Et nous avons tous les acides aminés.

Philosophe des sciences et spécialiste hongrois de la théorie des systèmes. Fondateur et président du Club de Budapest qui réunit un réseau d'experts internationaux proposant des alternatives à l'état du monde. Nominé pour le Prix Nobel de la Paix en 2004, et renominé en 2005. Auteur ou coauteur de plus de 400 articles et 47 livres traduits en 22 langues, dont Management évolutionniste, Aux racines de l'Univers, les défis du troisième millénaire, Sciences et Réalité et Science et champ akashique.

né complètement dans un milieu il pointille des bribes...

Who are you ? Nous ne sommes pas vraiment nous-mêmes (nous accueillons bien plus !)...Ce pourquoi nous sommes les...sommes de tout...

Publié dans sciences

Commenter cet article

TAD NISKALA 06/07/2016 11:47

Rosa Blanca, oui, ça demande de la vigilance et celle-ci s’acquière par l'exercice répété (la méditation entre autres). Il faut donc savoir ce qu'on veut vraiment pour se mettre réellement au travail. C'est un équilibre de volonté et de lâcher prise, une attention sans tension ;-)

TAD NISKALA 05/07/2016 23:34

Je ne suis pas l’esprit, l’intelligence, l’ego ni ‘chitta ‘, ni les oreilles ni la langue, ni les sens de l’odorat et de la vue, ni l’éther ni l’air. Je suis éternelle extase et conscience sans limite.
Je ne suis ni le ‘prana’ ni les cinq souffles essentiels, ni les sept éléments du corps, ni ses cinq gaines, ni les mains, ni les pieds, ni la langue, ni l’action d’aucun membre. Je suis éternelle extase et conscience sans limite.
Pas de peur, avarice ou ignorance, pas de préférence, aucune fierté ni ego, ni ‘dharma’ ou Libération, je ne suis ni le désir ni l’objet du désir. Je suis éternelle extase et conscience sans limite.
Je ne connais ni plaisir ni haine, ni vertu ni vice, ni mantra ni espace sacré, pas de Védas ni de sacrifice. Je ne suis ni le mangeur ni la nourriture ni l’acte de manger. Je suis éternelle extase et conscience sans limite.
Je ne connais ni la peur ni la mort ni différence de ‘caste ‘, ni père ni mère, pas de naissance, ni ami ni camarade, ni disciple, ni gourou. Je suis éternelle extase et conscience sans limite.
Je n’ai ni forme ni besoin, omniprésent j’existe partout, pourtant je suis au-delà des sens, je ne suis ni le salut ni quelque chose de connaissable. Je suis éternelle extase et conscience sans limite.

Rosa Blanca 06/07/2016 11:00

Belle définition de la conscience sans limite. Mais quand même par si simple de le conscientiser au quotidien !.