Sacrifier la vie afin de l’améliorer ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Sacrifier la vie afin de l’améliorer ?

Ou comment ceux qui ont tout haïssent la vie ? Que ce soit leurs siennes propres – c’est surprenant, mais si ce sont, après tout, leurs affaires…mais leur haine de la vie est très spéciale : c’est la vie des autres qu’ils haïssent. Et, comme ils ont tous les moyens…- le simple bon sens nous suggère (avec bon sens) que ce sont ces moyens qu’il faut leur enlever. Oui leurs arracher les rênes du monde. Ils sont malades et rendent tout le monde malade : ceci a assez duré ! Voyons, ici, comment ils ont bien pu devenir indignes de diriger quoi que ce soit !

Serait-ce à cause du passage du matriarcat au patriarcat ? Ce qui nous ferait pénétrer dans trop de sables mouvants, dont il s’agit, plutôt, de s’extraire rapidement. Le tout ou rien… d’être à 100 % pour donc à 100 % contre, ignore, et veut ignorer, dédaigner, refuser d’apprendre, de comprendre oui de…savoir – qu’il peut exister un système qui prenne le meilleur des deux : soit le pamatriarcat soit le mapatriarcat ! Le pamatriarcat a l’avantage de l’humour distanciateur avec son « pâma » de bon, aloi. Et thérapeutique avec son tri, tri par le trois justement ! Quoi qu’il en soit nous élargissons le débat, nous nous élevons au-dessus des échecs du passé…Oui oui, après les sarcasmes sur « ces hommes qui dont l’éloge du matriarcat ». Et des moqueries subtiles et utiles contre « ces femmes qui voudraient le pouvoir » - nous parvenons à la démonstration que, dans le choix « tout ou rien » pour l’un ou pour l’autre (et être pour l’un c’est être obligatoirement contre l’autre !) s’en extrait ceci : nous sommes pour les deux à la fois. Nous n’excluons personne. Puisque l’idée centrale est que ce n’est pas le point nodal (cette psychologie des rapports femmes- hommes) mais que le point nodal est bien la… survie de l’espèce humaine entière. Le matriarcat est-il l’organisation qui soit à fond contre le capitalisme, qui sauve l’agriculture biologique, sauvage et semi-cultivée, etc. ? Ou non ? Ou bien le capitalisme serait-il un matriarcat déguisé ? Et qu’il nous faille sortir de ces choix piégés et en découvrir d’autres ?

Falsification-de-l'anthropologie :-black-out-sur-le-matriarcat-réponse-aux-disciples-de-Lévi-Strauss

..

Impasses ? Il s’agit bien, alors, d’entrer dans ce qui trie plus profondément les comportements. Ceux qui reflètent la haine de la vie. Ou son amour. Et les classes sociales qui intègrent le plus la haine de la vie ?

..

Nous avons discuté de ce thème. Pour beaucoup il n’y a pas de matière, là, à produire un texte. En effet, toutes et tous nous ne comprenons RIEN aux guerres matérielles femmes-hommes. J’ai, alors, abandonné l’idée d’égrener des témoignages. Puisque, pour nous, et dans le moindre comportement, il n’y a jamais les questions femmes-hommes, supériorité-infériorité, guerres permanentes et oppositions génétiquement confirmées etc. L’égalité évidente est ancrée en nous sans problèmes. Depuis toujours. Rien donc…au point même de se dire que « la véritable frontière n’est pas entre femmes-hommes » mais bien entre êtres …humains ou êtres non humains. N’y a-t-il pas des femmes qui soutiennent à fond le système ? D’une cruauté indifférente envers les pauvres, elles méprisent aussi cyniquement le respect envers la Nature. Elles ne pensent pas et ne ressentent guère. Appliquant juste la Religion capitaliste et ses deux dogmes (1) – je suis l’élue du dieu argent qui m’a choisi en m’offrant beaucoup d’argent - ! - 2) – les pauvres qui n’en ont pas assez ne sont pas aimés du dieu argent. Je ne peux donc pas supplanter le choix du dieu. Il faut, en conséquence, les écarter avec l’indifférence du doigt de l’inhumanité). Et, ainsi, si ce sont des femmes, leur caractère prédominant est surtout de n’être pas humaines…Et, ne nous voilons pas la face, de telles femmes sont des soutiens importants du capitalisme. Il s’agit de contourner leurs mentalités si gangrenées…Ceci suffit pour écarter le problème sans issue femmes-hommes, hommes- femmes, supériorité-infériorité, infériorité- supériorité, etc.

Alors d’où surgit la haine de la vie ?

..

Lorsque le savoir collectif est suffisamment diffusé pour savoir que pesticides, fongicides, etc. nuisent à la vie et à la nature, il y a bien le flagrant délit de s’acharner, en toute conscience, contre elles. De souiller, maculer, défigurer, enlaidir, détruire la vie naturelle. Soi-disant afin de la remplacer par une vie artificielle (la pire utopie négative qui soit !). Exactement comme s’il était osé « nous tuons votre vie afin de …l’améliorer. Nous démolissons votre habitat afin de le rendre ainsi… plus beau, etc. ? ». Oui lorsque le plus grand nombre a compris que nous mangeons de la nature (et pas des aliments extra terrestres) que nous mangeons et buvons directement les produits des sols, et que, donc, s’ils sont pollués, ces sols, nous polluons immédiatement et directement nos corps. Oui qu’il est impossible de « fabriquer » de la nourriture sans la… dénaturer, soit lui faire perdre quasiment toutes ses vertus pour la santé. Et que de persister dans ce délire est bien porté par une haine du genre humain. Que d’insister dans ces aliments qui « rendent malades » c’est bien prouver que le but est de gâcher chaque moment de la vie des autres, de leur empêcher toute joie…durable. Clair, que le capitalisme, ne reflète pas un gramme d’amour, de tendresse, de bienveillance, d’équanimité, de sens de la justice et de l’humanité comme de respect et d’attention pour les humains. Mais reste bien la preuve de qui nie et renie toutes ces qualités. Ce système ne veut aucun bien aux êtres humains. C’est historiquement prouvé !

..

Les recherches sur le matriarcat

La preuve contraire est le paléolithique. Nourriture saine et longévité allaient ensembles. Pas de maladies. Maladies survenues par le stockage des surplus, des récoltes et des graines. Ce qui a provoqué les germes de maladies n’existant pas auparavant. Or, la société néolithique (de la nouvelle pierre) reste considérée comme… matriarcale. Comme quoi les réponses aux problématiques ne sont jamais simples, univoques et ne participant pas au « tout ou rien » (ce vrai poison des sociétés). Aussi, aujourd’hui, que nous sommes confrontés à la survie, le fait de savoir dans quel système règne la haine de la vie devient bien essentiel !

..

……………………………*********************************

..

« Le système mondial qui nous menace tous est basé sur un étrange phénomène. Je n’ai été capable de le saisir complètement que récemment, notamment une « haine de la vie ». Cette haine est devenue, en effet, un système, une société, une civilisation globale. Elle est enracinée dans toutes les institutions de la civilisation moderne : dans l’économie autant que dans la politique, […dans les médias mercenaires, n’en parlons pas !] dans la science autant que dans les relations de genre, et, spécialement, dans la technologie moderne. Il n’existe plus un endroit où la haine de la vie n’a pas littéralement été versée dans le réel comme l’idée fondamentale et la sensation de notre existence. La haine de la vie n’est pas une émotion fugace ou une simple expérience individuelle ou personnelle d’une certaine situation ou d’un moment. Ce n’est rien de moins que l’hostilité envers la vie elle-même qui – et ceci est ma thèse – est devenue le fondement principal, la force motrice, et le critère définissant une civilisation patriarcale qui remonte à presque 5.000 ans.

..

Après un interdit virtuel de 30 ans, le terme « patriarcat » ré-émerge maintenant. Il était généralement utilisé par des féministes radicales dont le mouvement était destiné à être détruit avec l’arrivée du néo-libéralisme. […arrivée à laquelle certaines ont, étrangement, prêté main-forte !].

..

L’apparition des dites « études de genre » […quel genre d’études ?] en a été la conséquence. Le terme « patriarcat » a été évité et les porte-paroles des études de genre se sont rapidement ralliées aux revendications pour « l’égalité » à l’intérieur du présent système. L’objectif était l’intégration et un partage du pouvoir – quelque chose que la non-gauche [celle qui se prétend de gauche…c’est louche que d’utiliser toute son énergie à « se prétendre » - toutes chances pour que ne le soit pas réellement !] avait propagé depuis longtemps.

..

Mais la contestation réside à sortir au-delà d’un système animé par la haine de la vie au lieu de se transformer (volontairement !) en un complice toujours plus loyal dans les massacres dont il est responsable.

..

On a suggéré à maintes reprises ici que le système patriarcal est un système de mort. Ce n’est pas entièrement correct. Le système patriarcal est un système d’assassinats, c’est-à-dire. de mort artificielle : l’écocide, le matricide, l’homicide en général, et finalement « l’omnicide », le meurtre de « tout ».

..

L’omnicide apparaît déjà à l’horizon sous la forme de la dite « géo-ingénierie ». La géo-ingénierie a commencé avec la destruction de la planète elle-même, de Mère-Terre et de son ordre vivant. La géo-ingénierie a l’intention de transformer la planète en une arme de guerre gigantesque. Elle utilise de nouvelles technologies de destruction de masse « post-nucléaires » destinée à prendre le contrôle de la planète et de ses énergies pour employer « une guerre du temps » et des « armes plasma » parmi d’autres.

..

La géo-ingénierie militaire, à laquelle on est confronté, est un « art de la guerre contre la terre » qui a été développé pendant 70 ans d’expérimentation avec la planète. Elle se cache elle-même dans des habits « civils » et « scientifiques » et prétend nous protéger du « changement climatique » et du « réchauffement global ». Néanmoins, le changement climatique et le réchauffement global sont les résultats de l’expérimentation citée et pas d’émissions de gaz par effet de serre, qu’on nous conduit faussement à croire afin de cacher les crimes de l’armée.

....

La-haine-de-la-vie :- le-système-mondial-qui-nous-menace-tous

..

Dans ce contexte je voudrais annoncer la publication de Planeta Tierra – la Nueva Guerra, l’édition espagnole du livre de la Dr. Rosalie Bertell, Planet Earth: The Latest Weapon of War, (La planète Terre : La dernière arme de guerre) qui sera délivré par La casa del mago, basée à Guadalajara.

..

On a toujours su que l’armée n’était pas une institution exprimant l’amour de la vie. Mais jusqu’à récemment nous ne savions pas que nos institutions civiles étaient empoisonnées par la même haine de la vie perverse, illogique, et avec les mots de Ivan Illich, « contre-productive » ».

..

Comment peut-on haïr la vie, quand on en fait partie ? Comment peut-on se haïr soi-même ? Et pourquoi ?

..

Vie quotidienne du matriarcat

..

« C’est ce secret scandaleux qui mérite d’être révélé. Il va de soi que la haine de la vie ne peut pas être reconnue ou nommée ouvertement, soutenue ou propagée. Ce n’est jamais mentionné. Pratiquement, personne ne voudrait prendre part à un projet motivé par la haine de la vie. L’amour de la vie est encore nôtre ; il est profondément humain. Il est encore avec nous depuis la période de la civilisation non-patriarcale, le dit « matriarcat ». La civilisation matriarcale est basée sur l’amour de la vie. C’est une civilisation qui coopère avec la vie, qui célèbre la vie et qui tient à la « bonne vie » des communautés, sans l’état et des hiérarchies, sans police et sans banques.

..

Le motif sinistre pour haïr la vie doit être caché. Les crimes épouvantables que tous les patriarcats ont commis contre la vie elle-même, contre les enfants, les femmes et tous les êtres humains, contre la terre, les animaux et les plantes ne doivent pas être révélés. La haine de la vie est la raison et la justification rationnelle pour la violence contre cela ; une violence qui veut prévenir toute rébellion ou tout soulèvement de ceux qui ne croient pas dans le système qu’elle défend ; un système que beaucoup considéreraient comme une attaque grave de leur dignité, s’ils la reconnaissaient seulement.

..

On nous dit est que cette violence est nécessaire pour le développement, le progrès, et une meilleure vie pour tous. Elle est généralement comprise et reconnue seulement par ceux qui en sont directement affectés. Même alors, la promesse d’une vie meilleure est supposée être une consolation, bien que toute chance pour une vie meilleure a, en fait, été sacrifiée !

..

Pourquoi reconnaissons-nous si rarement combien cette logique est faillible ? Pourquoi reconnaissons-nous si rarement la contradiction flagrante de sacrifier la vie afin de l’améliorer ?

La raison en est le projet utopique du patriarcat. Ceci avait déjà été conçu dans des textes anciens, pendant l’époque du début des patriarcats. Le but du projet est de renverser l’ordre naturel sens dessus dessous et d’établir à la place un ordre non naturel et antinaturel.

..

On peut en trouver l’origine dans les guerres de conquête contre les civilisations matriarcales du monde. Etablir le contrôle sur ceux qui ont été conquis, requière un système capable d’administrer le contrôle : l’état. Il s’est mis à contrôler la vie elle-même : les humains, la nature et la culture matriarcale. Le système basé sur une haine de la vie a été développé afin de prévenir toute contestation de la règle patriarcale. Il s’est terminé par le désir de remplacer l’ordre naturel par un ordre artificiel pour disposer du « problème de la vie » une fois pour toute. Toute la dépendance à la nature, aux femmes et aux mères devait être surmontée. Un système de création masculine patriarcal a été inventé qui n’avait pas de place pour les cycles, les réseaux et les mouvements de la nature. La Déesse était remplacée par « Dieu, le Créateur » et finalement, par les « dieux terrestres » d’aujourd’hui […l’argent fou], les gestionnaires d’une vie artificielle, supposée être « post-humaine et « trans-humaine », une vie de cybers, de robots, d’utérus artificiels, de tubes de tests, et d’industrie globales de reproduction.

..

Le projet de remplacer la vie par la non-vie pouvait seulement être réalisé avec l’aide de la civilisation moderne patriarcal-capitaliste et sa technologie, la machine. Tous les tentatives des « alchimistes » d’avant de produire des formes meilleures, plus élevées et plus divines ont échoué. Seule la technologie moderne a permis la manifestation monstrueuse du projet patriarcal dont on est témoin aujourd’hui. C’est pourquoi j’appelle le patriarcat moderne « le Monstre ! ».

..

Le Monstre n’est pas seulement caractérisé par l’exploitation, l’extraction et l’appropriation. Il est d’abord, et avant tout caractérisé en transformant ses possessions en leurs opposés, en tout ce que nous appelons « le capital » la valeur, la monnaie, les machines et les structures hiérarchiques (à la suite de Marx).

..

Dans cette civilisation, la démocratie véritable est impossible. Nous sommes face à un système totalitaire qui ne se soucie pas de ses sujets, qui ne peut pas (ou plus longtemps) être stoppé et qui devient constamment plus rapide et plus efficient dans sa tentative de mettre fin à la vie sur cette planète – tout en transformant même ce processus lui-même en un instrument pour continuer l’accumulation de profits et de pouvoirs

Soi-disant, tout ce qui existe aujourd’hui dérive de soi-disant pères ; chaque origine est patriarcale et non plus maternelle, dérivant d’une mère, de la Mère-Terre, matri-archale. Le patriarcat est une nouvelle « formation technologique » qui produit et transforme tout ce qui existe violemment. Il ne s’arrêtera pas avant que tout ne soit annihilé. […rendu au…néant, le nihil !]

..

Le capitalisme est la forme moderne de matérialisation de ce projet utopique de transformation totale. Quand le patriarcat « pur » arrive et que même les plus petits restes matriarcaux ont disparus, nous serons tous morts.

..

J’espère que les hommes parmi vous, qui avant avaient des difficultés avec le terme « patriarcat » peuvent voir maintenant que cela les concerne aussi. J’espère que vous déciderez de changer de côté et rejoindrez la nature et les femmes. Les femmes sont (encore) plus proches de la vie, puisque la vie émerge d’elles. Elles sont toujours les premières victimes de la haine de la vie, mais elles sont aussi plus proches de la vérité de la vie.

..

Quand des femmes se lèvent, elles se lèvent pour défendre la vie. Cela a toujours été ainsi. Aujourd’hui, les femmes se lèvent contre la violence et pour la vie, massivement et dans le monde entier. Tout le monde devrait les suivre, les étreindre et les aimer pour cette raison. Ce ne sont pas elles qui sont la menace, c’est le Monstre, « le hydre » patriarcal, une combinaison englobant le capitalisme, le néo-libéralisme, le colonialisme, la mondialisation et le militarisme.

..

Le patriarcat est un projet historique qui a atteint son sommet avec le capitalisme. A cause de sa haine de la vie il s’effondrera inévitablement. Il ne sait pas remplacer la vie qu’il détruit continuellement. Le capital ne sait rien retourner vers la vie. Le processus de « patriacalisation » est irréversible. C’est une religion. Et les patriarches ne peuvent pas stopper d’y croire parce qu’ils seraient alors forcés de retourner au matriarcat…

..

Quelle idée formidable ce serait ! Quelle joie cela apporterait ! On pourrait abandonner derrière nous la duperie patriarcale et revivre la dignité humaine en rejetant ce système monstrueux. Sans notre participation et coopération, il ne peut pas être maintenu.

..

La Mère-Terre ou la mort ! C’est l’alternative à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui. D’une maison commune à une cause commune : nous libérer nous-mêmes de la haine de la vie absurde, une maladie collective enterrée dans notre inconscient collectif.

La vie n’est pas ici pour être tuée ; elle est ici pour être aimée et défendue ! »

………….. ( - Claudia von Werlhof - 16 août 2016.)

. ..

……………………………*********************************

..

Voici qu’il semble que tous les éléments d’un débat de fond sont réunis ici. Sans que, comme d’habitude, nous ayons imposé une seule voix en dissimulant toutes les autres. A chacune et chacun de se forger sa propre idée à l’aide de ces matériaux conservés purs de tous intérêts financiers !

..

A noter, à ce sujet, que matérialisation, matière, matériaux, etc. viennent de la mater, la mère. Et que de ceci le patriarcat ne peut être tenu pour responsable !

..

..

…………%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ANNEXES - <<<<<<<<<<<<<

Modernité et matriarcat ?

..

matriarcat crise de la modernité

..

Wikipédia :- les éco féministes

..

Les éco féministes.

https://matricien.org/2013/12/12/Les-sociétés-matriarcales-des-cultures-sans-viol ?- Le-mâle-n'est-pas-violeur-par-nature !

..

Des cultures sans viol mais avec... incestes ?

Peuplements

Géostratégies des matriarcats ?

..

Concepts préhistoriques ?

Matérialisation des concepts ?

..

Géographie et histoire du matriarcat en Europe préhistorique ?

..

Visages de l’Europe de la préhistoire ?

..

……….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 100 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

carte mondiale du matriarcat

carte mondiale du matriarcat

imageries rêvées...

imageries rêvées...

Sacrifier la vie afin de l’améliorer ?
Sacrifier la vie afin de l’améliorer ?
harmonie familiale par les traditions...

harmonie familiale par les traditions...

sourire métis

sourire métis

la Terre-mère du paléolithique

la Terre-mère du paléolithique

Description révolutionnaire des mythes et légendes de l'humanité via la civilisation agricole matriarcale envahie par les nomades patriarcaux en fonction de l'arrivée des technologies

les mystères des pouvoirs mis en lumière

(m)other society

Sauf que, au départ, la première agriculture était ...matriarcale ?

pourquoi grincent-ils des dents ?

images tanguantes...

La culture du capitalisme ?

L'économie du don contre le capitalisme ?

Publié dans sociéte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

voyance gratuite en ligne par mail 29/08/2016 15:24

Beau, bon poste. Je viens de tomber sur votre blog et je voulais dire que je l'ai vraiment apprécié la lecture de vos messages blog.