Se prendre la tête c’est s’en éprendre ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Se prendre la tête c’est s’en éprendre ?

La tête ? oui bonjour, ça va ? La tête cela se tète. Incroyable non ? Mais qu’est-ce que cela veut dire ? La tête est têtue et, elle, elle sait pourquoi : c’est inscrit, à la lettre près, en elle. Il reste tellement plus bénéfique de l’écouter. Pourquoi ? Si nous le faisons, de nouveaux neurones continuent de se fabriquer durant toute notre vie – oui mais encore faut-il en cultiver tous les jours le terrain. La jeunesse dans la tête – cela se mérite. Les neurones oui synchrones ! Un lien nous offre les recettes du plein-neurone ! Oui se prendre la tête c’est vraiment avoir pris le bon bout !

..

Téter la tête ? Il s’agit d’un cerveau androgyne bien équilibré – où les deux hémisphères femme-homme constituent une Terre mentale d’une beauté à couper le souffle. Se prendre la tête c’est s’en éprendre ! A coup sûr et à tous les coups ! Les preuves ?

..

……………………………..........**********************************

….

« La production de nouveaux neurones ne s'arrête jamais. Des chercheurs ont observé que dans une région du cerveau impliquée dans la formation des souvenirs et la gestion des émotions - l'hippocampe -, les anciens neurones étaient remplacés par d'autres, fraîchement produits à partir de cellules souches. Et chacun de nous aurait ce potentiel, quel que soit notre âge. Rassurant. Sauf que, d'après le Pr Pierre-Marie Lledo, les expériences chez les souris ont montré que cette capacité pouvait diminuer, voire même disparaître (en cas de stress) selon l'environnement. Au contraire, dans un environnement adapté, la neurogenèse chez les rongeurs a été multipliée par trois en quelques semaines. »

Afin donc de conserver un cerveau jeune jusqu'à la fin de ses jours – il faut juste respecter certains principes (6) :.

Le cerveau se nourrit du changement. En effet, la stimulation provoquée par le changement entraîne les cellules souches à produire de nouveaux neurones. Il faut, selon Pierre-Marie Lledo, fuir la routine, "respecter la libido sciendi, c'est-à-dire la soif de comprendre et d'apprendre".

6-règles-d'or-pour-que-votre-cerveau-continue-de-fabriquer-de-nouveaux-neurones...

..

Le cerveau est malléable et l'information invite directement les circuits à se régénérer. En revanche, la question à se poser est : quelle information ? L'écosystème numérique dans lequel nous vivons entraîne une avalanche d'informations certes... Trop selon le médecin. "L'information qui nous fait juste savoir est absolument délétère, et n'incite pas le cerveau à produire de nouveaux neurones. Bien au contraire, ce dernier, bombardé d'informations, est alors condamné à l'anxiété". Concrètement, il est indispensable de trier cette information : choisir l'utile, celle qui nous fait comprendre, et se débarrasser de la futile, celle qui nous fait juste savoir.

L'objectif des anxiolytiques et des somnifères est d'empêcher le cerveau, celui qui cherche à comprendre, de fonctionner. Leur consommation permet de mettre le cerveau en "marche automatique". Leur utilisation chronique est donc une entrave à la production de nouveaux neurones.

"Il nous faut lutter contre la sédentarité car la science nous dit que, en cas d'activité physique, les muscles produisent des substances chimiques (nommés facteurs trophiques) qui, par voie sanguine, viendront agir sur le cerveau et particulièrement sur la niche de cellules souches", explique le Pr Lledo. Il existe donc une corrélation directe entre activité musculaire et production de nouveaux neurones.

Certaines parties de notre cerveau, que nous ne pouvons pas contrôler, ne sont engagées que lorsque ne nous sommes exposés à autrui. "C'est ce qu'on appelle globalement le cerveau social, ajoute le médecin. Plus vous allez cultiver votre altérité, et plus vous allez soigner votre cerveau car il sera enclin à produire plus de nouveaux neurones".

Très récemment, les neurosciences, associées avec la microbiologie, ont montré qu'il y a une flore intestinale qui communique en permanence avec notre cerveau. Notre régime alimentaire a donc un rôle important : la consommation de fibres, un régime varié, incitent à la prolifération de certaines espèces bactériennes concourant justement à la prolifération de neurones. A l'inverse, une nourriture peu variée, riche en sucres, en graisses, favorise la prolifération d'espèces bactériennes qui ne permettront plus aux cellules de produire de nouveaux neurones, quel que soit l'âge. »

..

……………………………........**********************************

..

Incroyable - c’est très exactement l’exact contraire de ce que la société nous…conseille. Nous bombarde même A la suivre nous ne pourrions pas conserver un cerveau jeune toute notre vie. Pourquoi nous veut-elle du mal à ce point ?

..

** 1) - elle veut nous faire gober que « plus nous sommes conformistes, plus nous survivons » la preuve que non ? Le conformisme nous place vraiment en grand danger d'inadaptabilité. De soumission à qui « dit et dicte » les bonnes attitudes (oui pour qui ces bonnes attitudes ? pas pour nous, en tout cas)… En bref, la société de consommation ne permet pas de conserver un cerveau jeune jusqu'à la fin de nos jours. Elle est nocive pour notre épanouissement et notre plénitude.

..

** 2) – il y a la bonne et la mauvaise information. La bonne ? Celle qui nourrit et fait grandir. Celle qui honore le mot qui la fait connaître : - inFormer par inFormation. Il nous faut trier, toujours trier. Et découvrir que, malgré ce qu’en dit la propagande, les médias d’amusements ne gardent pas le cerveau jeune. Oui, les mots, eux, ne mentent pas : n’est-il pas dit « s’abrutir » devant la télévision ? S’abrutir ne renouvelle pas du tout les neurones. Nous devons privilégier tout ce qui nous fait réfléchir, penser, faire des efforts de compréhensions – et qui ne se trouve absolument pas dans leur si nuisible « entertainment ». Se prendre la tête, penser oui c’est très bon pour la santé. Ce qui compte c’est le maximum d’excitabilités et de connexions entre les neurones et avec les cellules gliales. Et cela seul penser le permet !

..

** 3) - être parfois triste n’est pas du tout une maladie. Non non. Par contre, prendre des antidépresseurs, psychotropes, hypnotiques, anxiolytiques et autres drogues dures (mais présentées comme…médicaments) se transforme …en réelle maladie. En croyant soigner ce qui n’a pas à l’être nous nous…rendons malades. Et nous ne conservons plus un cerveau jeune. Que faire alors ? Préférer bouger et…penser ! La société décidément n’agit pas pour notre bonne santé.

..

** 4) - Bouger et surtout DANS la tête. Remuer des pensées maintient en bonne santé. Vouloir comprendre c’est la santé. D’ailleurs n’est-il pas dit com-préhension, Préhension qui souligne un usage des mains. Prise, saisie, préhensible. Comprendre participe donc directement des activités musculaires. Là, la société en incitant au sport agit bien : c’est le seul des principes sains qu’elle nous incite à suivre. Pour le reste, elle agit en véritable ennemie !

..

**5) – sortir de l’impression d’insécurités, s’ouvrir toujours plus aux autres. Oui ne jamais rester dans le toujours même, soit dans la bêtise crasse de n’apprendre que ce que nous savons déjà, de ne recevoir que les idées…reçues - alors qu’une intelligente hospitalité nous aérerait grâce au monde entier. Le « cerveau social » existe et ne se régénère que par la fréquentation assidue des autres. A bas donc les préjugés – ils font mourir avant de vivre. A bas, aussi, la société de consommation qui rend tout le monde toujours plus seul. Et nuit tant à notre cerveau social.

..

** 6) – Viennent les « boyaux de la tête » et le ventre comme second cerveau. Et peut-être même le plus important des deux cerveaux ? Nous pouvons (par les neurones-miroirs) « communiquer » un peu avec notre corps. Et plus encore si nous apprenons méthodiquement. La sieste après repas est un moyen assez direct ! Mais, aussi, une nourriture qui fuit absolument toutes les publicités nous y aide aussi à protéger un microbiote favorable. La nourriture que vantent les publicités est la pire possible pour notre microbiote. Décidément, font-ils exprès ?

..

…………………………….....**********************************

..

Se prendre la tête une bonne fois la libère tout de suite après. Et le problème affronté plus jamais ne vient ternir nos vies. Quel bénéfice instantané ! Qui ne « se prend » pas la tête, en se croyant plus malin – chute dans la stupidité même. Puisque 1) - sa tête reste tant encombrée de problématiques non résolues. Aucun dossier n’est clos et nous ne pouvons pas nous appuyer sereinement sur le… dossier de nos fauteuil. 2) - Le non preneur de tête, il semblait tellement prendre soin de sa tête (au point de l’utiliser le moins possible) la preuve est étalée qu’il n’en prenait nul soin. Se prendre la tête, penser oui c’est très bon pour la santé. Surtout allié à un microbiote bien…réfléchi !

..

Le cerveau est une merveille, une merveille qui ne finit jamais. Ce pourquoi il est si évident de rester le plus ouvert à l’inconnu, au nouveau, à ce qu’il aime tant de comprendre – il faut juste l’imaginer en action. Surtout en 3 D. Le cerveau interagit toujours en 3 dimensions : ce qui change toutes nos anciennes idées. Il s’agit d’y intégrer, alors, le microbiote qui serait bien plus complexe que le cerveau. Et se situe dans le système intestinal que nous commençons à discerner (il y a vraiment une nourriture bénéfique pour le cerveau ! Et de cela quasiment personne n’en parle…).

..

Que découvrir ? Oui, chaque seconde des milliers de bruits sont traités automatiquement dans le labyrinthe prodigieux de notre oreille interne. Et deviennent sons. Nous pouvons apprendre à les raffiner encore plus, ces sons. Pour les yeux c’est encore plus d’informations et nous pouvons apprendre à muscler le regard, à différencier mieux encore chaque nuance de couleurs, à sortir de tous les sentiers battus, à percevoir les lignes de forces, oui à peindre les paysages de nos seuls yeux- ponceaux, etc.. En gros, nos yeux sont conçus pour voir des merveilles ! Suivons-les ! Notre peau respire autant que nos poumons. C’est un sens plus « mental » que viscéral. Allez en vélo à la campagne parmi les odeurs, le vent aux multiples touchers, aux goûts qui vous caressent la bouche et vous saurez tout ce que peut la peau. Nos nerfs déroulés c’est la distance Terre-Lune aller et retour Etc. Oui notre esprit-corps est un gigantesque univers pliée et replié à l’intérieur de lui-même. Notre vie intérieure nous permet de le parcourir immensément plus que nous l’imaginons. Une tête consciente est éveillée surpasse tous les films du monde au niveau de la puissance du réalisme de ce que nous ressentons. Les musiques intérieures peuvent vous tordre d’extases en pleines rues, etc. De penser à seulement tout ce qu’il y a à décrire « sait » que les possibilités sont…infinies ! Prenez-vous la tête – c’est le meilleur service que vous ne vous rendrez jamais…

..

Pourquoi ? L’homme n’est pas la mesure de toute chose. Pourquoi ? Notre corps ne peut se déplacer que dans une seule direction de l’espace à la fois. Et cette limitation n’empêche pas les autres directions de l’espace d’exister. Sans nous. Or, si l’homme était la mesure de toute chose – il se déplacerait. dans toutes les directions de l’espace à la fois. Entrons donc dans la démesure de l’homme. Ne nous mesurons plus à nous-mêmes mais entrons dans le 3D de la réalité complète.

..

Pourquoi ? Le microbiote bien plus complexe que le cerveau ? C’est ce petit monde invisible à l’œil nu qui vit partout sur nous et à l’intérieur de nous. Il est constitué de milliers d’espèces de bactéries différentes dont la composition change selon son emplacement: la bouche, la gorge et le nez, la peau, le vagin, ou le tube digestif. Ces bactéries surpassent en nombre les cellules du corps humain, dans un ratio de 10 pour 1. Au total, cent mille milliards de bactéries, portant des millions de gènes différents. Nous baignons, chaque seconde, dans tout ce qui nous surpasse. Et c’est seulement notre orgueil stupide qui nous fait croire que nous sommes supérieurs à tout – qui nous ferme la porte de l’humilité qui triomphe. Cette humilité faiseuse de miracles - nous sommes créatures qui n‘avons inventé ni l’univers ni la vie – c’est en suivant leurs lois que nous progressons par TGV dans la tête = Tête à Grande Vitesse !). Nous avons tout à réapprendre – puisque notre point de vue de départ était…faux ! Nous c’est déjà fait depuis un certain temps – et vous ?

..

Shakespeare est heureux !

...

Shakespeare a été heureux – il le dit même.

..

Sénèque est notre ami

..

Sénèque pas cynique cinoque lui

..

Ne désintégrons pas le meilleur de nous !

…intégrer ainsi c’est dés-intégrer le meilleur de nous !

………………………..*************************************

..

Concluons c’est-à-dire incluons ? Se prendre la tête, penser oui c’est très bon pour la santé. Notre cerveau adore tant comprendre. Bien. Ce qu’il y a de nouveau ce sont toutes ces découvertes quo prouve qu’il a absolument raison. Penser nous élève tellement au-dessus de notre condition ! Penser nous envole toujours. Icare y vainc.

..

Dès que nous tentons de comprendre, il nous récompense tellement largement. Par ? La fabrication de nouveaux neurones. Un cerveau jeune. Et cela toute la vie. Et, qu’à l’inverse, qui refuse d’essayer de comprendre flambe son potentiel. Il/elle ne fabrique plus de nouveaux neurones. Ne peut donc vivre avec un cerveau jeune. Et c’est entièrement de sa faute. De s’infliger ainsi tant d’inutile peines.

..

Or – refuser de se prendre la tête c’est refuser de se prendre…le corps. Les perspectives de la connaissance du biome sont telles que lorsque nous maîtriserons toutes les nourritures qui gardent le cerveau jeune – en le régénérant – nous nous mettrons à vivre dans un corps…enthousiaste.

Or le pensum est si léger – juste respecter 6 principes. Pas plus.

.....Et nous recevons tellement plus que ce nous avons donné

….....………………………(un peu d’efforts et de concentration !).

..

..

………………………******************************************************

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que le vaste humour nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

s'éprendre de se prendre la tête !

s'éprendre de se prendre la tête !

ne plus se contrarier de contraire - les métisser !

ne plus se contrarier de contraire - les métisser !

Le microbiome

Le microbiome

regards multidimensionnels...

regards multidimensionnels...

notre vaisseau cerveau

notre vaisseau cerveau

Se prendre la tête c’est s’en éprendre ?
Se prendre la tête c’est s’en éprendre ?
plasticité cérébrale

plasticité cérébrale

un neurone

un neurone

Se prendre la tête c’est s’en éprendre ?
Se prendre la tête c’est s’en éprendre ?
Se prendre la tête c’est s’en éprendre ?
Se prendre la tête c’est s’en éprendre ?
Se prendre la tête c’est s’en éprendre ?
Se prendre la tête c’est s’en éprendre ?

Contrairement à des préjugés récents qui arguaient que le cerveau arrête sa croissance à un certain âge et dégénère – en réalité, cet organe évolue tout au long de notre vie. Il s’adapte et se reconfigure en fonction des informations sensorielles et motrices qu’il reçoit. S’ouvrir à la nouveauté, lutter contre l’infobésité, éviter l’usage chronique des somnifères… Le directeur du département de neuroscience de l’Institut Pasteur propose des astuces pour créer de nouveaux neurones. Oui ? L’augmentation de nos facultés mentales par le recrutement de néo-neurones devrait nous permettre de conserver un cerveau jeune jusqu’à la fin de nos jours !

6 octobre 2012 à l'Olympia. Directeur de recherche à l'institut Pasteur (unité Perception et Mémoire) et au CNRS (Gènes, synapses et cognition), Pierre-Marie Lledo explore sans relâche le fonctionnement de notre cerveau, ses possibilités d'adaptation et de régénération.

Plus complexe que le cerveau ? C’est ce petit monde invisible à l’œil nu qui vit partout sur nous et à l’intérieur de nous. Il est constitué de milliers d’espèces de bactéries différentes dont la composition change selon son emplacement: la bouche, la gorge et le nez, la peau, le vagin, ou le tube digestif. Ces bactéries surpassent en nombre les cellules du corps humain, dans un ratio de 10 pour 1. Au total, cent mille milliards de bactéries, portant des millions de gènes différents. Ces bactéries sont, pour la plupart, bienveillantes, et essentielles à notre bien-être. Les bactéries sont une partie intégrale, non seulement de ce que nous sommes, mais aussi de qui nous sommes. Elles affectent notre santé, nos humeurs et même nos comportements. … Cette alliance, cette coévolution avec les bactéries, remonte à des centaines de milliers d’années. Mais nous commençons juste à en connaître, ou à en reconnaître, l’importance fondamentale.

un organe connu depuis 2011 – un nouvel organe qui se situe dans le ventre ?

l'ennemie de nos cerveaux - l'industrie agroalimentaire !

la guerre aux pauvres commence à l’école - égalité et équité : au lieu de les opposer, utilisons-les afin de créer une société de…l’intelligence collective !

la neurogenèse

Publié dans sentez la santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article