Une mondialisation criminogène ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Une mondialisation criminogène ?

Seulement le pire de l’humanité y émerge ? Ce qui veut exactement dire que l’Humanité regorge de bonnes personnes, de projets salvateurs, de pensées déterminées, etc. et tout cela réuni ne permet plus à des dirigeants corrompus de contrer la meilleure part de l’Humanité : numériquement la plus importante. Donc affronter la mondialisation criminogène ? La faire dégager. Et mettre à sa place la vraie Humanité !

....

« Xavier Delacroix a été journaliste, puis consultant dans le « lobbying » et la « communication de crise » avant de revenir à la presse en fondant Au fait, « le magazine qui ralentit l’actualité », où il entendait renouer avec un journalisme des faits et de l’investigation.

..

Mais il lui a fallu ajouter ce livre pour faire exploser la colère qu’a provoquée en lui la fréquentation, pendant vingt ans, des dirigeants politiques, économiques et médiatiques. « Bouches inutiles - Du naufrage de la parole publique, 22 avril 2016. » Écrit d’une plume alerte, bourré d’anecdotes cruelles – comme ce patron qui décide de délocaliser une usine de France en Espagne parce que sa femme, mexicaine, préfère aller en week-end à Madrid plutôt qu’à Paris ; ou le résultat d’un sondage que l’on modifie pour ne pas décevoir le client – ce livre tente de comprendre comment la « com » a pu devenir le seul discours que les hommes politiques, les entreprises, les institutions sont capables de tenir aujourd’hui, pour cacher leur incapacité à comprendre. « Et maintenant je dis quoi ? ». Cette phrase, Xavier Delacroix, lobbyiste de profession, l’a souvent entendue dans la bouche des dirigeants économiques et politiques comme des leaders d’opinion. Lui qui a organisé des colloques et des forums pour les puissants et les sachants a assisté en deux décennies à une parole publique usée, tournant à vide.

..
Lorsque la parole publique est empêchée de partout ?

..

Pourquoi avons-nous aujourd’hui l’impression que sur les grands sujets qui animent la sphère publique, tout a été déjà été disserté, échangé ailleurs ? D’où vient ce sentiment que débats et colloques s’avèrent aussi indigents et inutiles ? « Un masque triste cachant l’impuissance, juste chargée de faire patienter, et sempiternellement patienter »

..
Pourquoi la notion de débat se dégrade-t-elle ?

Paradoxalement parce le débat est devenu une fin faute d’apparaître comme un moyen d’aller vers quelque chose. La réalité est celle de l’éviction du politique du vrai terrain de jeu qui est désormais occupé par la sphère économique.
Le politique ne peut plus intervenir qu’à la marge sur des sphères aux contours extrêmement restreints. C’est cette impuissance qui donne tout son lustre à la communication. Tout le monde se plaint du manque de substance, du manque de courage, de la domination de la forme sur le fond, mais il est parfaitement normal qu’en l’absence de toute capacité à faire bouger réellement les lignes, l’opinion se concentre sur la seule chose qui lui reste pour avoir le sentiment d’avoir encore un rôle, les images : quitte à regarder un film dont vous ne pouvez changer ni le scénario, ni les dialogues, autant se rabattre sur la critique du jeu des acteurs. Donc les acteurs font les numéros de claquettes pouvant leur permettre d’entrer dans le casting.

..
Le discours n’a pas d’importance puisqu’il est interchangeable et interchangé, quelques individus se battent férocement simplement pour occuper la scène et dire un texte que personne n’écoute.

….
Dans un pays comme le nôtre, les grandes structures économiques et administratives ont été mises en place après la seconde guerre mondiale ; ce sont elles qui à la fois tiennent encore l’édifice et en même temps le sclérosent. L’évolution du monde a rempli l’espace laissé par cette architecture de l’après-guerre au point d’empêcher aujourd’hui tout mouvement. Fondations et murs porteurs sont encore présents mais l’espace est aujourd’hui saturé ; vous ne pouvez plus bouger quoi que ce soit sans remettre en question l’équilibre entier du système. Une multitude de groupes d’intérêts, de liens et d’habitudes paralysent l’ensemble ; la marge de manœuvre est dérisoire. Le volontarisme d’un quelconque discours réformiste s’achève piteusement en dérisoire coup de peinture et changement des garçons d’étage. A l’heure actuelle, notre univers, c’est Venise. Il s’enfonce, mais ne coule pas.

Est-ce un phénomène particulier à la France ?

Je crois que l’on est dans une situation plus délicate que nos voisins et cela tient paradoxalement à la qualité de l’ensemble de l’organisation politico-administrative mise en place en France après la guerre. Cette organisation a fait la preuve de son efficacité, et en même temps fige les situations et les positions des acteurs. On a pu se permettre de ne pas parler transformation, changement parce que système tournait plutôt bien. Maintenant il est totalement grippé, tel un ciment il a « pris ». Ces acteurs bénéficiaires du dispositif hérité de l’après guerre et consolidé au cours des trente glorieuses (élus, administration syndicats…) sont d’accord pour parler et débattre dès lors que la vigueur du plaideur servira de garantie à la pérennité de leur situation.

..

Mais globalement ce mal touche l’ensemble du monde occidental.
Nous sommes dans une situation assez originale puisque l’univers économique se déploie sur un plan mondial alors que la capacité d’action des institutions aujourd’hui en place demeure trivialement nationale. La crise actuelle met en évidence cette terrible contradiction. Nous avons d’un côté une déterritorialisation de plus en plus évidente, celle de l’économie-monde et, en regard, un schéma politico-administratif encore engoncé dans des frontières ; d’un côté un univers qui s’étend dans la largeur, un monde liquide en devenir, de l’autre des structures de régulation et de contrôle verticales, à l’état solide et héritées d’un monde d’hier ; le conflit est désormais patent, l’inadaptation, évidente. C’est cela qui, au-delà de notre incompréhension, explique le sentiment d’impuissance. Il n’y a plus de pouvoir, juste, comme le dit Marcel Gauchet, une accumulation d’impouvoirs. A l’impotence de l’acteur répond alors la vigueur du plaideur….

..

Mais cette crise de la parole inutile n’est pas le propre de la parole politique. La parole publique en général et celle de l’entreprise en particulier n’est elle pas tout aussi concernée ?

Absolument. Le discours d’entreprise est creux, interchangeable ; il est une façade assez largement acceptée qui entretient l’illusion et s’efforce de cacher la dureté des règles, violentes et très largement hypocrites de survie en milieu hostile. Ce discours lénifiant fonctionne comme le surmoi de l’entreprise, il bloque la violence, mais ne guérit en rien la névrose.

Je crois que les artistes-star –quel que soit le support de leur création- sont sans doute ceux qui donneront le meilleur sens à ce qu’aujourd’hui des figures rationnelles s’efforcent de faire entrer dans des grilles et moules en passe de devenir obsolètes. Nos sociétés ne supportent pas de ne pas comprendre et face à cette aporie, elles remplissent le vide…. avec du rien. Le silence, le temps long, l’aveu du désarroi, le socratique « je sais que je ne sais pas » ne sont pas supportables. »

………………………….....************************************

..

Savoir décrypter ? Oui ne pas dire l’oiseux « vous parlez pour ne rien dire » mais bien le clarifiant « vous parlez pour que rien ne soit dit ! ». Puisque s’il est parlé vous ne pouvez claironner que rien ne soit dit. Lorsque tant et tant est dit. Donc vous restez à la surface et laissez l’ennemi tout occuper à 100 %. Ainsi d’occuper un temps de parole qui serait utile pour dire l’essentiel – cela ne se peut tolérer ! Le laxisme laxatif vient du fait que les laxistes ne comprennent rien au sens des mots. Et pourtant ils prennent es décisions pour les autres. Et parlent donc pour que… rien ne soit dit !

La corruption c’est la « com » - cette hideur de tout trafiquer, de présenter les choses comme elles ne sont pas, de « calculer » sordidement chaque mot, etc…et l’anecdote du ministre avec son « Et maintenant je dis quoi ? » est fausse parce qu’elle est… vraie. Ce sont les fraudeurs de la « com » qui, dans le bureau du ministre, n’ont pas arrêté d’asséner « Laisser nous diriger ce que vous allez dire, nous connaissons mieux que vous les pièges de la communication ». Et donc le « Et maintenant je dis quoi ? » ne survient que naturellement dans le déroulement du scénario. C’est parce qu’il obéi bien à ce qu’on lui commande. Le ridicule le touche pas mais se déverse sur la scandaleuse « com ». Qui devrait être énergiquement bannie de toute parole publique.

..

Cela donnerait quoi ? Facile : la parole publique retrouvée dirait ceci : Quand les douaniers doivent aider les entreprises plutôt que de lutter contre la fraude ou protéger les consommateurs ? Elle dirait oui, l’irruption partout de la fraude chez les trop riches. Lorsqu’il n’y a plus de parole publique – les fraudes pullulent !

...

« Alors que les flux de marchandises continuent d’augmenter, leurs missions aux douanes dérangent les pouvoirs économiques et politiques qui ont érigé la dérégulation en dogme absolu – (…dérégulation comme…dérégler, déRégler c’est le droit criminogène de tout faire sans contrôle – mais les dérégulés, eux, contrôlent à fond les autres !]. » Aussi ? Eh bien, quasiment plus rien n’est contrôlé, uniquement les… particuliers (parce que les douaniers en reçoivent l’ordre. Plus qu’un contrôle sur 10 000 pour les entreprises qui « s’auto-contrôlent » d’après les formulaires de la hiérarchie administrative. Bref, les douaniers ne sont plus là que pour servir les trop riches et leurs… fraudes sous conteneurs…

..

Comment-les-missions-de-contrôle-des-douaniers-deviennent de l'aide directe aux trop riches ?

..

« Depuis dix ans, la douane a en effet une nouvelle mission : l’aide au développement des entreprises. « On conseille les entreprises qui veulent augmenter leurs exportations. On doit les aider à reconquérir des parts de marché », détaille Jean-Jacques. Un peu comme les inspecteurs du travail, invités à être plus compréhensifs vis-à-vis des employeurs qui ne respecteraient pas le droit du travail.

..

Pire ? Une section « grands comptes » vient d’être créée. Elle centralise à Paris le suivi des grands groupes du commerce international. Résultats ? De plus en plus souvent, les amendes que les douaniers émettent sont contestées ou négociées par les avocats des grandes entreprises. Contrôles restreints, marge juridique pour faire baisser le coût de l’amende : beaucoup d’entreprises estiment que le jeu de la fraude en vaut la chandelle. » Ils sont comme chez eux, vulgaires et sans-gênes - et les citoyen-ne-s honnêtes dirigés vers la sortie. En tout cas « cette fausse mondialisation » affiche sa nouveauté criminogène en permanent flagrant délit !

..

La chanson de Gun Giant « Pas sérieux » aux paroles si lucides

« pas sérieuse, pas sérieuse la soi-disant mondialisation
cette forme la plus centralisée et la plus hiérarchique
de la finan
ce pas sérieuse, pas sérieuse »

..

https://www.jamendo.com/track/337362/pas-serieux

trouve son illustration dans l’hypercentralisation hiérarchique des semenciers. Une vraie mondialisation respecterait et appuierait la diversité des graines locales. Et n’imposerait pas ainsi une graine unique (ou quasi lorsque c’est 3 à 5 pour quelques rares légumes et fruits) pour chaque légume, fruit et céréale. Donc aucune mondialisation réelle quand tout est si hyper centralisé !

……….

……………………………*************************

..

Vidéos >>> « Le génocide alimentaire » et « Cash investigation - industrie agroalimentaire : business contre santé » de Lucet. <<<

Face aux grainetiers et à l’agroalimentaire (que les 2 premières vidéos jointes démasquent avec brio !) dans quel sens formuler le mot criminogène ? Oui dans le sens mafieux. A partir des vidéos les démonstrations que, depuis les semences (graines captives qui créent des hybrides) et l’industrie agroalimentaire – le business scandaleux est toujours préféré à la santé. Publique et des particuliers. Tout est dans le fait d’imposer …oui imposer : il n’y a aucun choix en France Toute la charcuterie est fabriquée AVEC des sels nitrités sodiques – aucun choix donc sinon un choix mafieux ! Avec « sa » peur qu’un choix de charcuterie sans nitrites mettrait fin à son monopole de « danger de santé publique ». Que la Cour européenne de Justice a décidé de nommer ainsi lorsque la Commission européenne a attaqué le Danemark. Ce pays est sans nitrites. La Commission européenne a perdu son procès. Le Danemark sans nitrites a raison. Et la Cour a statué que c’est préférable « pour la santé publique » que la Commission européenne perde son procès. Donc l’instance qui peut contraindre la Commission européenne dit que le nitrite est un danger de santé publique. La formulation c’est bien d’aller vers le…criminogène nitrite ( il est « génotoxique de l’Adn »). Ce que la Commission européenne ne fait toujours pas !

..

Donc depuis les graines jusqu’à l’industrie agroalimentaire rien ne va pas vers l’honnêteté, la transparence et la sincérité.

..

Les déloyautés basiques – le refus mesquin d’affirmer un « tableau nutritionnel » (valeurs nutritionnelles moyennes) rationnel et accessible Ce que les médias appellent la « guerre des étiquettes »…en fait, les stratégies anti logos Qu’est-ce à dire ? Le système des 5 C – C pour Couleurs différentes pour ABCDE…Et cette honnêteté d’évidence est combattue par les…lobbies. Englués dans leurs manipulations secrètes toujours juste pour gagner du temps (= gagner de l’argent ! oui même avec des produits nuisibles ! Oui mais « tant que ce n’est pas prouvé »…). Toujours la rengaine usée du lobbying – et aucune admiration à avoir pour leurs procédés tellement minables et ressassés qu’ils les…cachent sans cesse ! Oui le piteux « Faire douter de « vos » arguments ». Mais jamais des leurs arguments. Pourquoi ne pas douter de leurs arguments ? Leurs arguments Inaccessible, placés en hauteur et enfermés à doubles tours ?...Non mais, ils se moquent de qui ?. Donc – en une seconde – nous avons pulvérisé le doute « hypocrite juste pour gagner mafieusement du temps ». Dans ces cas, la Justice devrait imposer des débats contradictoires, encadrés par certaines règles acceptées par les deux camps. Et affichées dès l’orée du débat. Vraiment un lobby devant la « parole publique » cela ne tient pas la…route ! Nous oui . Et au bout de la route ?

..

…Enfin le retour à une nourriture SAINE et à une agriculture vertueuse.

……….

……………………………*************************

..

« Je suis régulièrement vos travaux, dont une recherche récente où vous avez établi une convergence entre les paradis fiscaux, la corruption, les mafias, et le crime organisé. Que pensez-vous des tentatives des idéologues et autres théoriciens du capitalisme qui veulent réformer celui-ci alors que l’une de ses conséquences est d’avoir engendré… un système mafieux ? Ce pouvoir mafieux que vous décrivez ne s’alimente-t-il pas entre autres du terrorisme international ? Et peut-on dire que le monde est dirigé par des mafieux ?

..

Les travaux s’accumulent qui montrent tous un développement de la corruption, des mafias et de l’économie criminelle, des paradis fiscaux. Ces aspects, par leur importance, ne peuvent plus être présentés comme des anomalies et des scories qu’il conviendrait d’éliminer pour que tout redevienne normal. L’évidence s’est imposée que tout cela fait système et que la bonne marche de la mondialisation libérale nécessite de tels travers. Ayant appris très vite à apprivoiser la mondialisation, des réseaux mafieux se sont organisés et maillent désormais la planète se jouant des frontières et des différences de législations. Ils ont su prendre comme modèle la façon dont les firmes transnationales les ont précédés en la matière. Profitant de l’aubaine qu’a représentée l’explosion de la mondialisation libérale et financière depuis quelques décennies, ces réseaux en ont utilisé tous les rouages et en sont devenus, à travers de vastes opérations de blanchiment, des interlocuteurs quasi-officiels. Car il faut bien profiter de ce qu’a rapporté son crime et utiliser en toute légalité ce qui a été acquis illégalement. Ainsi la libéralisation financière permet aux gagnants de la dernière vague de mondialisation de se rapprocher dans un bénéfice réciproque permettant aux uns de jouir de leur forfait moyennant une dîme raisonnable et aux autres d’accroître leurs profits et de pouvoir bénéficier d’une manne douteuse qui viendra gonfler leur trésorerie déjà bien confortable.

..

Michel-Rogalski -: aujourdhui-on-peut-avancer-que-les-formes-empruntées-par-la-mondialisation-sont-devenues-criminogènes

Peu de domaines échappent à ces activités mafieuses. Commerces et trafics illicites ont de tout temps accompagné drogues et armes et généré d’immenses profits aussitôt réinvestis et étendus à d’autres secteurs lucratifs comme l’immobilier ou le tourisme. La prostitution, dont les profits ont servi à alimenter l’argent du banditisme et des gangs, s’est organisée en réseaux internationaux pratiquant le trafic d’êtres humains. La dislocation des Balkans et les soubresauts de l’Europe de l’Est ont ainsi dynamisé les réseaux de prostitution sur le continent, ainsi que ceux se livrant au trafic d’armes. Certaines zones se sont trouvé des spécialisations liées à des ressources naturelles comme l’héroïne en Asie, la cocaïne en Amérique latine, le hachich au Maghreb. D’autres ont profité de l’aubaine d’être sur des trajets utiles et ont prélevé des dîmes générant corruption et économie mafieuse. Les flux migratoires ont été immédiatement « accompagnés » de réseaux de passeurs et de fournisseurs de faux documents aussi bien durant le voyage qu’à l’arrivée. Candidats à l’exil et migrants sont aujourd’hui livrés à ce racket […auxquels les conformistes les livrent pieds et poings liés !] qui s’est organisé en réseaux. Les raretés, les réglementations, les fluctuations de prix se révèlent être des aubaines dans lesquelles s’engouffrent les trafiquants en tout genre, de métaux, d’organes humains, d’œuvres d’art. La contrefaçon est sortie de son domaine traditionnel des biens de luxe en inondant le marché de faux médicaments, causant des victimes chez les populations les plus démunies. Les grandes manifestations sportives et les grands clubs sportifs sont ouvertement suspectés de pratiques corruptives. L’informatique et les réseaux internet sont devenus des supports d’activités délictueuses dont les auteurs ont toujours un coup d’avance sur leur parade. Les paradis fiscaux sont certes de mieux en mieux recensés et cèdent peu à peu aux pressions internationales, mais restent toujours actifs au service tout à la fois des malfrats, des firmes, d’une minorité des plus riches, des banques et des États dont les plus grands protègent jalousement les leurs, les jugeant nécessaires [ c’est tout dire ] à leur prospérité économique.

..

Les places financières offshore – les paradis fiscaux – ont proliféré et constituent le point d’arrivée de ces activités délictueuses. Tout y converge, s’y dissimule, y brouille les pistes et en repart à l’assaut de nouvelles affaires. Le pire, c’est que la plupart de ces activités respectent les règles légales et sont conseillées par maints cabinets d’avocats qui ont vite vu un filon de spécialisation, au point d’être devenus des rouages organiques annexes du système mis en place.

..

Aujourd’hui, on peut avancer que les formes empruntées par la mondialisation

…………………….sont devenues criminogènes. »

..

…………………….....*******************************************

..

Crimes aussi dans la pensée ? Les économistes « orthodoxes » - alors qu’il faut savoir que l’économie est la seule activité intellectuelle où il n’a été noté aucune activité d’informations sur les autres domaines de pensée. Ils ne lisent aucun livre ni document d’aucune autre discipline que l’économie. Leur méconnaissance du monde « réel » est complète. Et est devenue maladive. Bref un milieu enfermé, replié sur lui-même jusqu’au malsain, à ressasser en boucle leurs faussetés. Au point que quasiment tout est faux dans les théories économiques dont nous abreuvent, pourtant, les médias mercenaires.

..

Donc la mondialisation criminogène a été fondée par leurs écrits…délictueux ?

« Ces pages sont explosives, et alimentent déjà un virulent débat entre économistes. Pierre Cahuc, professeur à l’École polytechnique, et André Zylberberg, directeur de recherche émérite au CNRS, tous deux spécialistes du marché du travail, s’attaquent ici à ce qu’ils nomment le « négationnisme économique ». L’expression est ouvertement provocatrice. [ c’est nier et dénier la réalité telle qu’elle existe – donc, médicalement, une maladie mentale !].

..

Ils l’emploient sans ambages afin de dénoncer ceux qui propagent, selon eux, des idées fausses susceptibles de se traduire par « des millions de chômeurs, autant de morts et l’appauvrissement de centaines de millions de personnes ».

..

Le négationnisme économique - Comment l'économie orthodoxe a tout faux ?

..

Pour bien faire comprendre de quoi il s’agit, les auteurs établissent un parallèle osé avec les créationnistes affirmant qu’hommes et dinosaures cohabitaient sur terre il y a 4 000 ans, en dépit des preuves attestant de la disparition des seconds il y a 65 millions d’années. Ou encore avec l’industrie du tabac, qui a nié pendant des décennies la nuisance dues cigarettes. »

..

C’est l’agnotologie ou la propagation d'ignorance …Propagation même volontaire de l’ignorance par mensonges perpétrés lors même qu’il vient d’être juré de « dire toute la vérité, rien que la vérité »…L’agnotologie constitue une « preuve recevable à charge » pour le copieux dossier d’accusation contre la « fausse » mondialisation – la criminogène !. Le scandale actuel du sucre (…avoir caché pendant 30 ans tout ce qui prouvait à quel point le sucre blanc raffiné est dangereux pour la santé) s’allie au simple fait que, dès le départ, toutes leurs fraudes étaient affichées : le mot « mondialisation » dans leur bouche est une fraude. C’est celle où 90 % de la population mondiale est « exclue »…donc il s’agit d’une mondialisation…non mondiale. Mais uniquement centralisée ans leurs bureaux d’extrêmes tricheurs !


..

« Lorsque l'on écoute un physicien, un chercheur en astronomie, un historien, biologiste... tous prennent la peine de dire à un moment ou un autre que leurs conclusions ne sont que des hypothèses, qui peuvent changer avec des connaissances futures, et que le débat est un facteur fondamental d'une science, qu'aucune modèle, explication, ... ne vaut sans les tentatives pour le mettre en échec. »

..

Mais pas les économistes main stream qui ont la vérité (…jamais vu cela sauf chez les…religieux) et peuvent affecter la vie des gens sur cette base sans… sourciller. Ils s’en fouet carrément. Ils vont beaucoup trop loin dans l’inhumanité insensible et dans la négation de toutes…responsabilités de leur part. Ils imposent des politiques suicidogènes et ils ne sont pas…responsables ? Qui alors ? Ils disent « c’est parce que je suis responsable que vous devez adopter telle politique » t ils ne sont pas…responsable de se déclarer responsables ? Qui alors ?


..

"Une approche rationnelle et empirique"... Justement cher Phil-anthrope, avec un peu d'observation et d'analyse, on s'aperçoit très clairement que le système actuel favorise la concentration des richesses, les marchés financiers, les paradis fiscaux et la lutte des classes (oui elle existe toujours). Or force est de constater que cette concentration associée au libéralisme (si je suis riche ce n'est que grâce à moi) est source d'augmentation de la pauvreté, de la violence et des partis extrêmes. L'économie est une science humaine: on ne peut la mettre en équations, ce que nient effrontément les économistes, parce que les réactions humaines sont imprévisibles.

..

…………………………….*******************************

L'économie n'étant pas une science exacte a tendance à devenir une religion. Ce qui est grave. Très grave. L'UE s'est construite sur un dogme religieux : la concurrence pure et parfaite. On voit le résultat. Les résultats criminogènes !

..

..

….Leur prétendue « concurrence » est non libre et complètement faussée !

..

………..Donc un affront direct à la Constitution européenne !

..

..

…………………………….*******************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

(à suivre)

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L’ÉCONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

…..Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la …..situation

….. Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Qui échappe aux flux ?

Qui échappe aux flux ?

Une mondialisation criminogène ?
Une mondialisation criminogène ?
Des hégémoniques hors des lois qui veulent faire la loi ? Dissonance logique !

Des hégémoniques hors des lois qui veulent faire la loi ? Dissonance logique !

vraiment aucune mondialisation rationnelle ne peut être …ça ! C’est la plus grande régression possible !

vraiment aucune mondialisation rationnelle ne peut être …ça ! C’est la plus grande régression possible !

Autocentrer le développement pour en finir avec la mondialisation néolibérale ? C’est comme de donner des armes à tout le monde « pour établir la paix » ! Seules les décentralisations des enjeux peuvent inverser un monde bloqué et figé ! |

Autocentrer le développement pour en finir avec la mondialisation néolibérale ? C’est comme de donner des armes à tout le monde « pour établir la paix » ! Seules les décentralisations des enjeux peuvent inverser un monde bloqué et figé ! |

Une mondialisation criminogène ?
Une mondialisation criminogène ?
Une mondialisation criminogène ?

Après les Panama’s papers les données fiables ne sont toujours pas utilisées contre les plus gros fraudeurs pris en flagrant délit – toujours ne s’attaquer qu’aux petits n’est-ce pas plus qu’indigne ?

AUCUN paradis fiscal n’a été fermé. Aucun assainissement. Donc RIEN ne fait changer ces délires – sauf que la politique reprenne la direction et que la finance ne puisse qu’obéir .

RIEN n’est fait que de toujours harceler les pauvres qui eux ne commettent pas de véritables fraudes !

Publié dans qui fuit le réel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article