Abeilles, espèces en voie de disparition – ce qui va changer ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Abeilles, espèces en voie de disparition – ce qui va changer ?

Pétitions sur pétitions, démarches sur démarches, les résultats collectifs sont aberrants. Le fait que nous soyons, pour notre survie, dépendants à 100 % des abeilles n’entre pas assez dans les têtes folles. Entrer au point de changer – et tout de suite - tous nos comportements qui tuent les abeilles. Mais aussi les vers de terre. Les sols mêmes. Donc de changer à 100 % d’agriculture, de pratiques sociales et de rapports à l’argent. La découverte centrale c’est bien que c’est l’argent qui, lorsqu’il est mal utilisé, tue les abeilles. Là, un nouveau pas décisif est franchi. Quelle seront les conséquences de cette inscription des abeilles en espèces en voie de disparition ?

..

« The United States Fish and Wildlife Service a récemment officiellement classé les abeilles comme espèce en voie de disparition, renforçant ainsi la menace qui plane sur tout le cycle de la vie, humanité comprise.

The United States Fish and Wildlife Service (USFWS) est un organisme fédéral des États-Unis dépendant du Département de l’Intérieur, et qui s’occupe de la gestion et la préservation de la faune. Le 30 septembre dernier, cet organisme a classé officiellement les abeilles comme une espèce en voie de disparition. Si les abeilles venaient à disparaître, les conséquences seraient terribles, jusqu’à menacer grandement la survie de l’humanité. Le service a ainsi estimé que 7 espèces d’abeilles à face jaune originaires d’Hawaï devaient être protégées en vertu de la Loi sur les espèces en voie de disparition.

Les abeilles-officiellement-reconnues-espèce-en voie-de-disparition/

..

En effet, les abeilles sont des insectes pollinisateurs, ce qui signifie qu’elles permettent à 80% des espèces végétales sur terre de se reproduire. En France par exemple, « les bourdons (qui font partie d’une sous-espèce d’abeilles) lâchés dans les serres permettent aux agriculteurs cultivant tomates et melons d’assurer leur production » explique Benoît Gilles, entomologiste, au magazine Atlantico. Par effet boule de neige, une disparition des espèces végétales aurait des conséquences sur l’alimentation des animaux, et donc des humains.

..

Si l’utilisation globale et massive d’insecticides est souvent pointée du doigt comme cause principale de cette hécatombe chez les abeilles, elle n’est pas seule et les causes sont bien plus nombreuses que cela. On peut notamment évoquer la déforestation, la pollution de l’air, la réduction de la ressource alimentaire (quantité et diversité des fleurs fournissant nectar et pollen) et des habitats, les infections parasitaires, la compétition avec des espèces invasives, le changement climatique ou encore le développement des réseaux 4G, poursuit Benoît Gilles.

En France, « les mortalités d’abeilles se sont largement aggravées depuis une vingtaine d’années. On est passé d’un taux de mortalité qui était de l’ordre de 5% par an à 30% en moyenne. L’enjeu de l’apiculture, des abeilles, dépasse le petit monde des apiculteurs et concerne toute la société » déclare Henri Clément secrétaire général de l’union nationale des apiculteurs de France, cité par RTL ».

..

Seules remarques ? Les disparitions concernent-elles les seuls U.S.A ou aussi, tout le reste du monde (voir la vidéo sur la Cisjordanie) ? Dont l’Europe et la France ? Ensuite, la bonne nouvelle (si l’on peut dire) sera de la découverte que les abeilles survivent mieux dans les villes qu’à la…campagne. Oui la pollution de l’air leur est moins néfaste que la présence lourdes des pesticides et insecticides (c’est bien marqué « tuer les insectes » et après certain-e-s feraient « semblant » de s’offusquer qu’ils en… meurent ?) dans les campagnes.

..

Maroc-sauveur-abeilles !

Le Maroc – une exception ? Oui – voyez la vidéo…Mais pour combien de temps si les fanatiques fous des pesticides viennent encore détruire les vraies richesses ? Pour des profits qui sont des…coûts comme les autres. Donc ne sont pas un concept scientifique et adulte. En effet, les abeilles ont plus de valeur pour notre survie que toutes les spéculations boursières réunies !

……………………..*********************************

D’abord, ces inscriptions successives ? Espèces à protéger, espèces en voie de disparition. C’est, à chaque fois, descendre dans l’échelle de l’hypocrisie. Tant que l’argent ne sera pas sommé d’entrer dans les régulations. Que la politique n’imposera pas la fin de ses si contreproductives dérégulations – ce sera la même descente dans l’impuissance volontaire. La lutte pieds à pieds pour ne…rien faire. Puisque c’est l’argent qui tue les abeilles. Et que tant qu’il n’est pas considéré comme « fou » - à placer dans des restrictions et des régulations évidentes tant il a, visiblement, perdu tout contrôle sur lui-même - tout continuera ainsi. Pareil pour les vers de terre ! Une RUPTURE décisive (même mot que décision !) doit être entreprise envers l’argent. Une rupture collective !

Ensuite, s’ajoutent les réactions de la majorité des humains qui se la tournent en boucle en pleureuses. Si nous sommes effondré(e)s devant tant de bêtises qui ruissellent des sommets, si nous souffrons pour les destructions de la vie, etc. – ce n’est pas pour nous permettre de perdre du temps précieux à gémir. Mais, plutôt, à réagir efficacement. La majorité va nous encombrer à nous citer en boucle quelques mots …disparitions, etc. mais sans accorder une minute de leurs esprits si supérieurs à quoi faire ET comment le faire. Un peu comme si un diagnostic médical devait être refait mille et mille fois. Et que nul n’entende le si adulte « et si, maintenant, nous passions aux soins ? ». L’irréalisme complet de ces arrogants personnages qui, AVEC POUR RÉSULTATS D’EMPÊCHER D’AGIR, vont dégainer, à chaque tentative de construire une réaction efficace, le mot…disparitions, …disparitions, etc. Comme s’ils en étaient sidérés, hypnotisés, figés, statufiés, stupéfiés, ahuris, bref - rendus à…l’inertie. Et  - pire – comme si, face à cette information, le seul impératif devienne que c’est elles/eux que nous devions soigner en toutes urgences. Oubliant, encore, les vers de terre et les abeilles. Oui, comme les fous « avec » leurs profits, leurs idées farfelues - ces pleureurs et pleureuses prennent tourte la place et empêchent (dans leurs inutiles vacarmes) d’avoir les idées claires et bien actives. Et nous nous continuons à souffrir tellement plus qu’elles/eux devant le massacre de la vie : au point que nous mobilisions toutes nos facultés afin de pouvoir la sauver – sans gaspiller du temps à gémir. Et sans se disperser dans ces paniques autocentrées. Observez – internet est envahi à plus de 50 % de ces commentaires qui ne servent à rien, qu’à étaler l’égoïsme des selfies (égoïsmes en anglais). Qui envahissent tout comme des ennemis frontaux des bonnes idées et des solutions à portée de la main.

Sauver les abeilles c’est… 1) vaincre l’argent fou 2) - tout en faisant stopper les gesticulations invasives issues de têtes…si mal faites (quasiment rien d’une « bonne éducation » dedans !). Et qui se concrétisent par la répétition pandémique de l’appellation du problème. Comme si de scander, sans cesse, ces mots qui signalent le problème pouvait apporter la solution ? D’autant plus irréaliste, que ce bourdonnement insensé (à quoi sert de radoter pour la dix millionième fois le nom du problème ?) barre la route à toutes les unions des esprits calmes, déterminés et prêts à donner tout d’eux. Qui - seuls - peuvent nous sortir de l’ornière. Oui, ces humains peuvent ne pas en revenir mais ils/elles sont… les ennemis des abeilles et autres – par leurs têtes si mal faites et leurs trop narcissiques jacassements devenus encombrants !

Planétoscope.com/ - 47-Consommation-de-pesticides-et phytosanitaires-en-France : tableau en temps réel !

 

…………………..***********************************************************

Le-ver-de-terre-: une-espèce-à-protéger/

Ce texte en lien est excellent de verve et d’intelligence. Et à lire en entier. Ce qui est dit du ver de terre est transposable pour les abeilles. Les bonnes questions sont posées. Pour comprendre pourquoi on ne protège pas les espèces qu’on veut préserver ? Pourquoi faisons-nous des lois qui commencent à dire de « préserver les espèces » et qui s’effondrent – toutes – par consolider le système du « tout pour l’argent » qui a abouti à la situation collective où nous devions tomber, au départ, aussi bas que de devoir…protéger des espèces ! Les résultats ?

En fait ce sont les industriels et multinationales qui sont protégés des conséquences de leurs destructions. Et donc pas les vers de terre ni les abeilles. Les vers de terre se trouvent dans des sols qui ne sont plus nourris, juste asphyxiés de chimies. Les sols ne respirent plus et s’appauvrissent. Le putsch qui est un crime contre la pensée – c’est que des cerveaux détruits par l’argent fou évincent les services gratuits offerts par la nature – pour imposer leurs minables greffes incohérentes afin de pomper le fric mort à tout le monde. Les pesticides de la société c’est l’argent et les dérégulations – soit tuer tout ce qui empêche l’argent de pulluler. L’exemple du ver de terre délaissé pour des chimères d’argent fou rejoint l’abeille abandonnée par les esprits si irréalistes des profits…qui coûtent des « patrimoines communs » entiers. Globalement. Ce qui atteint la maladie mentale qui n’arrive pas à faire entrer, dans leurs têtes si mal faites, qu’il n’y AUCUN profit à tuer les vers de terre ou les abeilles. Ce minuscule profit apparent « coûte » une énorme fortune (que nous n’avons pas !) afin de réparer les immenses dégâts causés par cet infime profit. Le profit ne sait rien mesurer. Il ne sera jamais rationnel. C’est un grave délire. Il doit être banni des prises de décisions publiques. Mieux – il doit devenir le marqueur de la méfiance extrême. Oui, là, où de ces détraqués voient profit il faut traduire par coût collectif excessif. La rupture doit devenir entière avec ces idées folles. Pour sauver les abeilles, il faut dompter l’argent fou. Et à mains nues.

..

……………………………….…*********************************

Voici comment ?

Il faut écarter de toutes les décisions stratégiques, l’argent et tout ce qu’il est capable de faire afin de poursuivre – sans gardes fous – sa folie compacte !  Comment (et le pourquoi du comment) ? Sa folie n’est pas interne à la « mesure-argent » c’est que tous ces humains médiocres (les prétendus dirigeants mondiaux) ont trahi et à 100% les grands esprits qui ont fondé notre civilisation. Comme des cancres sordides, ils font tout l’inverse de ce que prônaient ces grands esprits. Ce sont leurs comportements erratiques qui ne vont pas du tout, pas la réalité. La réalité est saine et salutaire. Ainsi, pour l’argent, ses concepteurs (si l’on peut dire) le traitaient comme les kilogrammes et les mètres, comme une banale unité de mesure. Et soulignaient (mais sans le marteler comme s’ils ne pouvaient pas concevoir que des esprits allaient devenir malades de ne rien comprendre à la réalité : les capitalistes) : « L’argent n’est pas la richesse. Ainsi, afin de connaître la vraie richesse d’un pays, faut-il retirer du total tout l’argent en circulation. L’argent n’est pas la richesse mais la mesure de la richesse. Ce serait donc le compter 2 fois en le maintenant dans le total final. » Voici qui sonne très sain et bien pensé !

Or la corruption est survenue. Les sommets ont gangrené la société de toutes leurs idées…antisociales (pas de pires ennemis de la société que ses prétendus dirigeants). L’argent n’est plus une mesure de la richesse mais LA richesse même à poursuivre, tels des déments, sans cesse. Et, en niant, reniant et déniant, pour cet acte insensé, TOUTE la réalité. Ces « économistes de la nature » (l’économie humaine est « inférieure », pour eux, à l’économie de la nature et doit se soumettre aux lois de la nature) clamaient clairement que la « vraie richesse » c’est la Terre et tous les êtres vivants. Et pas l’argent. Que les sols demeurent fertiles et vivaces la faune et la flore (déjà d’accumuler des mots toujours plus techniques, biodiversité, etc. nous « sépare » du contact direct, rafraîchissant oui …vivant d’avec la nature)…nous sommes si riches des services gratuits de la nature – non pas des fraudes si maladroites sur son dos (le « système n’est pas fort du tout » il se traîne, lamentablement, dans son inertie hébétée ! Qui s’avoue par son impuissance devant tous les problèmes concrets !). Nous sommes riches oui des sols grouillants de vers de terre et non des sols exténués à coups de braquages chimiques pour que les très grands gangsters nommés capitalistes extorquent, un milliard de fois illégalement, des profits sur ce qui – sans eux – resterait gratuit. Oui nous sommes riches de chaque animal, de l’eau pure, de chaque végétal, de l’air vivant. Comme du miracle que représentent les abeilles dorées de l’or pur du pollen. Et si nous perdons cela nous perdons toutes les richesses réelles. Actuellement, nous sommes toujours plus…pauvres de l’essentiel. Les « mesures de la richesse » ne sont pas la richesse. L’argent doit être prohibé dans sa valeur d’échange. L’argent « fin en soi » doit être fermement soigné comme une drogue dure ! Il doit être maintenu comme un « moyen très surveillé » (parce que pouvant rendre vite fous) dans le seul but de protéger la nature. Et les vraies richesses ! Pour lui, zéro liberté de manœuvres !

..

Adam Smith (cet ennemi radical des financiers et qui n’a pas fondé le capitalisme mais son inverse) terminait par un « la vraie richesse des nations ce sont les talents ». Les nations regorgent de talents. Mais qui sont prohibés, interdits, mis sur de voies de garage ! A cause de…

** 1) la médiocratie qui règne – de ces prétendus dirigeants si mesquins qu’ils ne peuvent supporter du génie et de l’intelligence près d’eux. Ils leurs feraient comme de l’ombre. Rien de véritables dirigeants chez ces déchus ! Nous n’avons jamais vu autant d’incultures réelles dans les prétendus sommets.

** 2) la majorité (qui peut se déguiser en tout, rock, contestataires, libertaires, radicaux, etc. oui mais que en mots) est, aussi, l’ennemie des solutions de ruptures. Celle qui prennent les choses aux racines. Et changent toute l’organisation de la société. Pour le futur la permaculture a plus fait que les pétitions. Il faut dire que la permaculture se trouvait déjà incluse dans la réalité – mais n’empêche que ses pionniers ont …rompu avec toutes les routines mentales de leurs entourages. Faisons de même pour sauver les abeilles. Soit rompre tout de suite

– ne plus commenter à l’infini sur l’étiquette du problème sans rien faire d’autre.

– aller directement vers les solutions

-- ces solutions qui exigent de rompre avec les routines (rappelons que les prétendus contestataires peuvent  devenir plus aliénés, manipulés, instrumentalisés, déréalisés, enfermés mentalement, oui trop conformistes et trop soumis volontaires » que celles et ceux qu’ils prétendaient combattre). Nous parlons du domaine des idées.

– de déqualifier et disqualifier, une fois pour toutes, l’argent fou. Ce qui implique des positions fermes de REFUS concrets dans sa vie quotidienne. A milliards d’exemplaires.

– ce qui se sanctionne par l’affirmation que ce qu’il y a d’intolérable dans les immenses gaspillages de temps – dont le but demeurent de ne rien faire, de ne rien changer, de ne pas faire démarrer les…solutions – c’est le double jeu des conformismes – ** l’exigence infantile que vous fassiez tout à leur place (aussi…réaliste que de tout changer sans rien changer) - ** - et le droit dictatorial qu’ils/elles s’octroient de vous maltraiter, non pas par des arguments. Jamais. Mais par insultes à côté de la plaque, posture de dominances (on se demande pourquoi vus leurs égarements perpétuels ?), enlisements des débats par les écartèlements de toutes les raisons vers leurs seuls narcissismes-comme-solutions-à-tous-les-problèmes…(« moi seul existe, moi seul compte « donc » il n’y a plus de problèmes ! » dégénèrent ces abusés. Là, ils viennent de rajouter 10 000 tonnes de fardeaux à traîner. Et refusent la prise de conscience de cette grave nuisance !) ..Tout reste toujours la faute des autres. Bref.

….Voici le tableau le plus complet de

………………………………….COMMENT SAUVER les abeilles à ce jour !  

 

>>>>>>>>>>>>>>>> - ACTUALITES récentes – <<<<<<<<<<<<<<<

..

Un-pesticide-responsable-de-la-mort-de-millions-d'abeilles.

 « Des apiculteurs de Caroline du Sud, dans le sud-est des Etats-Unis, ont découvert cette semaine des millions d'abeilles mortes après une campagne d'épandage aérien d'un pesticide controversé, afin d'éliminer les moustiques porteurs du virus Zika. », septembre 2016.

….

Reconnaissance de l'utilité publique des abeilles !

Daté 9 novembre 2016 – les abeilles sont reconnues comme repères et témoins de la bonne santé de la planète.

..

Unaf label d'apiculture

Un label tente d’unifier - daté 3 septembre 2016

Refus des gouvernements-d'interdire-les-insecticides-tueurs-d'abeilles ?

Comment la réalité est niée, reniée et déniée. Les profits qui sont, en fait, des coûts reportés sur autrui – ne sauveront pas la planète. Les abeilles oui.

..

Sauvegarde des abeilles.: comment parrainer des ruches ?

Comment parrainer des ruches ?

 

………………..(à suivre)

 

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

                        Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et"L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS(qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc tant cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

en voie de disparition cela signifie qui VONT disparaître !

en voie de disparition cela signifie qui VONT disparaître !

répartition mondiale des dangers

répartition mondiale des dangers

les ruches en ville

les ruches en ville

les données factuelles

les données factuelles

Abeilles, espèces en voie de disparition – ce qui va changer ?
Abeilles, espèces en voie de disparition – ce qui va changer ?
Abeilles, espèces en voie de disparition – ce qui va changer ?
après les données factuelles - ce que nous nous pouvons faire ?

après les données factuelles - ce que nous nous pouvons faire ?

ou ne pas faire.

ou ne pas faire.

aucune politique de sauvegarde de l’abeille

aucune politique de sauvegarde de l’abeille – mais bien sauvegarde de ce qui la fait mourir.

ne pas savoir reconnaître où sont les vraies richesses, est-ce une maladie mentale ?

La conclusion de toutes les analyses sérieuses c’est que c’est l’argent qui tue les abeilles !

des îlôts sains ?

pourquoi cette attaque ?

La survie des abeilles dépend entièrement de nous – de notre attitude envers l’argent fou !

Nous devons choisir – soit l’argent fou (l’argent qui détruit tout en se croyant un dieu qui…sait tout) – soit les abeilles. Les deux ne peuvent survivre en même temps !

Donc si nous « croyons » que l’argent est la richesse, les abeilles vont mourir…et nous allons les suivre. Juste pour des symboles…sans aucunes valeurs réelles !

Publié dans sentez la santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article