L’école n’a pas à évaluer les enfants –

Publié le par imagiter.over-blog.com

L’école n’a pas à évaluer les enfants –

Ce n’est pas une entreprise et les enfants ne sont pas des retours sur investissements ! Ce travers grave de pensée ne veut pas affronter ses résultats désastreux. D’heureux concours de circonstances ont permis que l’exact inverse – une école sans évaluation – a pu prouver des résultats tout à fait convaincants. Comme il est précisément dit : il n’y a plus d’excuses à ne pas changer d’école.

..

C’est que l’encerclement est complet

1- "Les lois naturelles de l'enfant" ne sont absolument respectées. Comment il apprend, ce dont il a besoin afin de bien apprendre, ce qui n’est pas fait en ce sens. Tout cela est établi définitivement. Les vidéos sont des preuves flagrantes. Et les conclusions à en tirer ne rencontrent aucun équivoque ou malentendu. De  la mauvaise foi, le cas échéant.

2- Les qualités qui servent à avoir une vie sociale et humaine épanouie sont, aussi, celles qui sont les plus combattues à l’école. Une liste par les preuves va nous être disponible.

** - Le fait que la réalité dise que diverses cultures et pays utilisent des codes et de conventions très différentes. Sans qu’il puise être imposé une supériorité, a priori. d’une de ces manières de s’organiser. Et que ceci ne soit jamais appris à l’enfant français est un délit contre son esprit. Lui faire croire qu’il n’y a qu’un modèle supérieur à tous les autres choix et solutions disponibles n’est certainement pas lui rendre service. C’est avoir saboté son esprit d’adulte à l’avance. Ces tics nocifs sont trop difficiles à quitter. La société actuelle en est la preuve choquante.

3 - Une femme ingénieure, chargée d’établir des ponts entre les éducations de divers pays internationalement, a eu les possibilités informatives de détecter toutes les qualités et défauts de chaque système. Et elle a très bien utilisé cette opportunité. Le système français a un grave défaut central qui est toujours plus renforcé. Les mauvais élèves étant alors ceux qui prétendent diriger autoritairement l’apprentissage des enfants et qui se trompent toujours plus lourdement. Tout en se moquant des résultats. Qu’appliquent-ils ? En fait, tout ce qui ne doit pas être appris à un enfant.

4 - Enfin, l’École Dynamique du zéro note et pas de programmes…Ces 4 dimensions n’étant pas en concurrence mais bien en synergie unitaire pour prouver qu’une autre école peut être mise en place tout de suite. Il n’y a plus à attendre.

……………………………**********************************

..

Voilà, que la nécessité vitale de changer l’école est prouvée définitivement. Les modèles alternatifs sont réellement très probants. Et les modèles utilisés, actuellement, sont ceux de l’échec…pour les enfants. Un point sociologique et psychologique peut, en peu de mots, en faire le triste bilan.

..

Selon le Rapport du Haut Conseil de l’Éducation de 2012 -  40 % des enfants, ce qui représente 300 000 élèves, sortent du primaire avec de graves lacunes. Lacunes qui vont leur nuire durant toute la suite du cursus scolaire. C’est les handicaper par injustices injustifiables. L’ampleur du chiffre et la gravité des dommages occasionnés devrait, au moins, inciter à se poser de vraies questions.

Dont - alors que les sciences cognitives nous donnent tous les bons conseils – pourquoi aucun de ces conseils n’est suivi ? Dès que ça l’est – c’est le succès. Il faut, alors, examiner, vérifier, pourquoi et comment s’obtiennent tant de résultats mirifiques en ne faisant que suivre un savoir pratico-théorique, obtenu par observations incessantes sur le terrain et connaissance théorique du fonctionnement réel du cerveau

..

La réalité sociopolitique a prouvé que les mentalités et les comportements qui admettent, intègrent et diffusent les inégalités et les attitudes si aberrantes des inégalitaires s’implantent avant l’âge de 6 ans. Toutes ces années avant la primaire et qui sont, très étourdiment, délaissées. Dès 3 ans l’enfant peut tout apprendre. Si les moyens, la paix de l’environnement et la socialisation des apprentissages existent. Tout cela n’est pas difficile à mettre en place, n’exige aucunes révolutions, ni chamboulements matériels. Uniquement que les têtes maladivement obstinées qui nient, dénient et renient le réel – arrêtent de le faire. Cela coûte zéro centimes mais fait économiser des millions de milliards d’€ en réparations des dégâts de…ne pas le faire.

..

Soit de vérifier que….tous les enfants ne sont pas égaux devant l’école. Elle ne fait que reproduire (et au millimètre près) les inégalités qui existent dans la société. Ce n’est donc pas une école de la République. L’égalité de la possibilité des résultats équitables en est chassée  L’école n’est donc que la Reproduction des inégalités et illégaux privilèges d’Ancien Régime. En aucun cas, ses corrections ! Carrément que l’école ne laisse pas passer, non plus, l’équité : ceci est écrit pour ces personnages qui sont si psychorigides. Oui en croyant qu’il suffisait de changer le mot égalité par équité pour qu’il n’y ait plus d’inégalités. Complètement raté, oui raté. Avec le mot équité les inégalités sont pareilles. Et des années de perdues à jouer déloyalement sur les mots.

..

Puisque l’équité ne sait non plus mieux répondre que l’égalité (dont elle reste une amélioration plus attentive mais en ayant perdu l’ardeur de la partager avec tous – rares qui veut l’équité pour tous et tout de suite !). Les questions trop longtemps refoulées sont. Pourquoi les enfants ont PEUR de l’école ? Ils s’y sentent toujours très CONTRAINTS. Quels sont les comportements adultes qui les ont tant perturbés ? Pourquoi les enfants ne sont pas HEUREUX ni CALMES  à l’école ? Les vidéos des alternatives les montrent tous joyeux calmes et épanouis – nous ne pouvons que comparer avec leurs tristesses nerveuses d’être «enfermés» dans le « système » plus que défaillant de faillir tout le temps !).

..

Désastres de la compétition à l'école

La Compétition à l’école = ne vaut rien humainement et fait rater une partie de sa vie

..

Maintenant entrons, dans le concret, de ce que l’école n’a pas à évaluer les gens – ce n’est pas une entreprise !

 

……………………**********************************************

..

Reprenons les 4 dimensions qui disqualifient absolument  le modèle toujours imposé actuellement. Nous l’avons subi aussi ce modèle de malavisées routines. Les preuves indiscutables qu’il s’est trompé ne sont pas toujours faciles à assimiler. Les mauvaises habitudes de compréhensions se sont incrustées dans nos corps. Nous avons internalisés ces nocives routines et les avons amplifiées, en nous, comme les seules bonnes. Et nous ne voulons pas l’admettre aisément – préférant nier et dénier ce qui doit être mis en place. Tout de suite. Fort heureusement, le faisceau de preuves est plus solide que toutes les mauvaises volontés réunies.

..

1) – Naturellement l’enfant « sait » apprendre – pourquoi l’en empêcher ?

Choisir sa propre expérience motive. La mémoire fonctionne à plein rendement. Et tous les renforcements opèrent. A quoi servent-ils ? A vivre une complète confiance en soi. Eh oui ! La preuve d’un vraie et bonne éducation.

Céline Alvarez, fortement médiatisée il y a quelques semaines, a prouvé lors de la tenue de sa classe maternelle dans une zone d’éducation prioritaire que l’enthousiasme et l’envie d’apprendre était la clé d’un enfant éduqué et épanoui. Aussi - en partant des chiffres désastreux (cités dans la parie précédente), elle propose une nouvelle manière d’apprendre et d’éduquer. Les sciences cognitives ont prouvé que pour apprendre efficacement, 4 paramètres étaient indispensables :

– L’attention (qui est pleine d’égards oui pleines de touchantes attentions !)

– L’engagement actif (c’est lui qui…choisit)

– Le retour d’information immédiat (feedback – ce qui nourrit !)

– La consolidation via la répétition. Et aucun de ces paramètres n’existe dans les écoles républicaines actuelles !

..

Un enfant non intéressé ne peut pas apprendre correctement, ou du moins, s’il peut ânonner le texte les mains crispées dans le dos, il ne s’en souviendra pas. En revanche, si ces 4 paramètres sont réunis et ont lieu dans un environnement détendu et propice aux curiosités, l’enfant apprendra et en plus de cela, il pourra développer ce que l’on appelle les capacités non-cognitives, soit :

– La confiance en soi

– L’estime de soi

– La capacité d’entraide

– La capacité de coopération

..

Sur ses deux années d’expérience malheureusement prématurément avortées, 100% des enfants de grande section sont rentrés dans la lecture avec grand plaisir et 90% des enfants de moyenne section. En étant autonomes, ils s’entraident selon les connaissances et les compétences de chacun (émulations bénéfiques), ils en sont donc valorisés (puisque plus….de classements donc…dévalorisants). De plus, de par cette entraide constante, il n’y a plus de compétition, plus de tableau affichant le premier de la classe qui pointe du doigt le dernier ; au contraire, une émulation constante s’est installée dans la classe de maternelle.

…………………………*********************************

 

2) – Offrir à l’enfant le… droit de tromper

Et le féliciter de ce droit et de l’utiliser. Oui la non-éducation actuelle nuit à chacun – la peur de l’échec est implanté dès l’école… il est interdit de se tromper : jamais ce que fait l’enfant est une erreur …mais une faute. Et il doit être…condamné pour cela.…Cela fait donc PEUR d’aller à l’école. Elle génère de la fatigue anormale – nous nous y sentons contraints. Et les effets secondaires de ce il est interdit de se tromper sont terrifiants.  

- intolérance (la dictature du…normalement). Il y a dans le monde autant de codes et de cultures – aucune ne doit se dire prépondérante. Pourtant des adultes osent défigurer la tête de l’enfant en disant l’inverse.

 

- très mauvaise estime de soicolonialisation de la sensibilité fragile de l’enfant – attirer l’attention sur ses réussites et non sur ses fautes est l’attitude d’un vrai être humain. Et obtient en plus des résultats stupéfiants.

 

- manque d’autonomie par rapport à ses erreurs. L’adulte toujours « envahissant » la jouant à l’occupant – tout apprentissage n’est fait que pour éviter de se faire réprimander – jamais de joie, toujours attendre le verdict douloureux de l’adulte. Conséquences : voir notre société délabrée.

 

- le manque de persévérance : apprendre avec enthousiasme ? Non, il est interdit de se tromper, d’aller de l’avant après les échecs. Ses échecs sont des condamnations illégitimes de l’enfant.

..

............................................***************************************

3) - Apprendre dans la joie - sinon c’est… désapprendre

 

5 qualités qui font échouer à l’école ? Oui l’école va réprimer ces qualités : si nous avons le malheur d’avoir ces qualités…nous allons en baver

 

***Être passionné : tout sentiment et toute émotion sont prohibées (= peut mieux faire)…d’où ne plus se fier à ces goûts propres. Bonheur et espérance deviennent inaccessibles !

 

Être curieux – permet de découvrir des solutions et SES solutions…Prison mentale : ne pas aller plus loin que le cadre – tout sera éteint – et l’enfant ne sera plus un autodidacte permanent

 

**orienté/ objectif – trop intimidant de répondre à des objectifs fixés par d’autres – juste mélanger avec hypocrisie (sacrifice de son meilleur) des mots et le refus de concrétiser leur contenu.

 

** créatif – est enlevé à l’école tout droit d’être original. Pas d’innovation : copier sans réfléchir. Avec ce mensonge créativité = dispersés. Alors que ce sont de tels maitres qui désorganisent le monde…le dispersent. Ne permet jamais à ses émotions sentiments d’exulter.

 

** sociable = bavardage. Le besoin des autres est cruellement combattu – le refus de s’isoler est mal vu. Les synergies = tricher... être « avec » les autres c’est interdit. Je ne dois que cacher mon trésor de savoirs - jamais le partager. Et notre société actuelle est en guerre à cause de ces…mauvaises éducations. Vraiment c’est destinés aux voyous ?

..

La réussite est et sera pour les autres – se retirer absurdement  de l’émulation collective.

..

..............................................****************************************

4) - Pas de note, pas de programme et pas de leçon, l’école dynamique est une réussite sans précédent.

..

Pas de-notes,-de-programme,-de-leçons-: l'école-dynamique-est une réussite-sans précédent/

« Lorsque vous étiez à l‘école primaire ou secondaire, avez-vous déjà passé une après-midi entière en baladant votre regard entre l’horloge et la fenêtre ? Avez-vous déjà rougi alors qu’on interrompait vos rêveries pour vous poser une question sur un sujet qui ne vous intéressait pas ? Avez-vous déjà subi des moqueries parce que vous étiez vraiment mauvais en maths, en français ou en arts plastiques ? Avez-vous déjà travaillé des heures et des heures sur un sujet pour obtenir un 12 alors que votre voisin qui était au cinéma la veille obtenait un 18 ? Vous répondrez sûrement « oui » à au moins l’une de ces questions, à moins que le système d’apprentissage classique vous ait totalement convenu et dans ce cas, je vous répondrai que vous êtes très chanceux. La plupart d’entre nous ont vécu ce genre de situations. Non pas parce que nous étions des « mauvais élèves », des « paresseux » ou des « cancres », mais bel et bien parce que nous sommes tous naturellement uniques et différents. Le fait que nous soyons tous des êtres à part entière doit signifier logiquement que nous ne pouvons pas entrer tous dans le même moule et apprendre selon les mêmes règles. Ce serait comme essayer de faire entrer une boule dans une serrure, cela ne peut pas fonctionner. Quels que soient les efforts qu’on y consacre. Le fait de proposer des cours et des évaluations similaires pour tous dans un but de justice et d’égalité provoque l’effet inverse. C’est ce que Rami Fahrangi a souhaité mettre au cœur de son École Dynamique.

L’École Dynamique est une école privée hors contrat qui a ouvert en 2015. Située dans le 14ème arrondissement de Paris, elle fait partie des 2 écoles dites « démocratiques » de France. Ces écoles sont garanties sans notes, sans programme, sans leçons et même sans instituteurs. Elles se basent sur différents principes parmi lesquels le choix par les enfants de leurs propres objectifs, la suppression des hiérarchies et l’oubli des classes d’âge. Cette école est le fruit du développement des pédagogies alternatives qui commencent à prendre de plus en plus de place ; notamment en France, où un sondage Opinion Way estime que 95% des jeunes entre 15 et 30 ans estiment que le système d’éducation devrait être changé. Si les établissements privés hors contrats sont tenus d’enseigner le socle commun d’apprentissage, ils ne sont pas tenus de suivre le rythme d’acquisition. Pour faire simple : si un enfant décide que la lecture ne l’intéresse pas avant ses 10 ans, alors il ne lira pas avant ses 10 ans. Stupeurs et tremblements !

..

D’où vient cette idée saugrenue ?

Ramin Farhangi est un ancien élève de Centrale, ex-consultant en management et ex-professeur de maths et de physique dans un collège classique. C’est à l’occasion de son séjour dans la Cour des miracles que ce dernier a décidé de se retrousser les manches. Fortement inspiré par la réputée Sadbury Valley School, fondée en 1969, il a décidé de se lancer à son tour. Cette école du Massachussetts a beaucoup fait parler à ses débuts, parfois même jugée sectaire, elle a aujourd’hui une renommée mondiale pour ses résultats impressionnants. En plus de « produire » des individus épanouis et créatifs, 80% d’entre eux ont choisi un parcours qui les a menés au sein des plus grandes universités américaines et 20% d’entre eux ont choisi des métiers manuels ou artistiques. Les techniques appliquées dans cette école sont basées sur l’apprentissage naturel. En effet, si les adultes nourrissent l’environnement dans lequel les enfants évoluent, ceux-ci apprennent tout seul à devenir responsables mais aussi à se concentrer et à se spécialiser dans un domaine qui leur plaît et qui leur procure un dynamisme intense. Ils deviennent alors les meilleurs dans ce qu’ils font. Ramin Farhangi raconte dans l’une de ses conférences l’histoire de Dan qui est un membre de la Sadbury. Dan a passé 5 ans entre ses 10 et ses 15 ans à pêcher par toutes les saisons, malgré le nombre d’activités qui lui étaient proposées. Un jour, lors de ses 15 ans, il reporta cette capacité de concentration et cette assiduité sur l’informatique – sans le savoir, son processus d’apprentissage était automatisé et cela ne prenait plus autant de ressources et d’efforts conscients qu’un processus classique. Il lancera à 17 ans sa boutique d’informatique qui a été un réel succès, et ira avec l’argent collecté à l’université pour aller au bout de sa passion – il trouvera un job étudiant pas comme les autres en devenant expert dans une grande entreprise d’informatique américaine. Sa carrière était alors lancée dans un domaine qui lui plaisait. Petit à petit, les résultats probants de ce laboratoire éducationnel motiveront les nouvelles dynamiques de certains pays.

..

On peut donc dire que ces formes d’éducation sont basées sur les lois naturelles du développement humain et que le système classique est en fait basé sur la contrainte. Chaque domaine, chaque action, chaque activité fait appel à un développement inconscient – c’est grâce à ce fait prouvé scientifiquement, notamment par l’analyse des neurosciences que cette éducation alternative devient de plus en plus crédible aux yeux « du grand public ». En effet, il est naturel de se poser énormément de questions comme : « Si l’enfant fait ce qu’il veut et qu’il ne veut jamais lire ou compter ? », « Si l’enfant sort de 5 ans d’École et n’a fait que des jeux vidéo pendant ce temps-là ? » etc… Les enfants apprennent d’eux-mêmes. On ne leur a pas appris leur langue maternelle, ils ont dû l’apprendre afin de pouvoir communiquer avec les autres. Il en est de même pour la lecture et les mathématiques, il a besoin de ces bases pour comprendre le monde qui l’entoure et mieux s’y adapter. Cela fait partie d’un processus naturel. S’il peut jouer aux jeux vidéo durant un an, il reportera sûrement son attention avec la même vigueur sur une autre discipline, ou s’il ne fait que cela, alors il devra choisir un parcours qui lui permet d’en faire son métier. Ce mode d’éducation n’est pas un mix entre du néo hippisme et le principe de l’enfant roi, non, c’est plutôt le fait d’assumer que les enfants ont les mêmes droits que les adultes en tant que citoyens à part entière, ils ont le droit de choisir ce qu’il y a de mieux pour eux et ils ont le droit d’être libres de leurs actions, ils ne sont pas la propriété de leurs parents [ni des multinationales, ni de la publicité, etc.].

..

L’expérience de Céline Alvarez est présentée plus haut. Et…« Oui, cela marche dans la « vraie vie » et non, cela n’est pas une école de Bisounours. L’École Dynamique au même titre que la Sadbury et d’autres écoles du même genre ne crée pas des individus béats, niais et coupés de la réalité. Bien au contraire. Les enfants sont ouverts d’esprits et s’informent par eux-mêmes [autonomes donc, de vrais pré-adultes !] il leur est expliqué comment est fait le monde et comment on y évolue. Ils apprennent à gérer des conflits et à se responsabiliser [ce que ne nombreux adultes, ayant reçu une « mauvaise éducation » ne savent pas faire]. Anne Willi, qui a passé sa scolarité chez Steiner (une autre méthode d’éducation alternative) est aujourd’hui chef de sa propre entreprise de stylisme, elle explique qu’elle évolue bien mieux que ses collègues dans ce milieu compétitif et sans pitié car elle se sent sûre d’elle, elle a confiance en elle ! En ayant pu aller au bout de ses projets à l’école, elle a appris à se débrouiller toute seule, à trouver des solutions et à ne pas paniquer. Ce n’est pas un cas isolé, les élèves mènent leur carrière de manière prospère car ils ont quelque chose que beaucoup n’ont pas : la confiance en eux.

Est-ce que cette éducation alternative est réservée aux classes privilégiées ?

Pour l’instant, les frais de scolarité sont élevés et fixés à 5 000 euros par an et par élève. Ce coût est dû à l’absence totale de subventions de la part de l’État. [ qui devrait, à l’évidence, introduire cette éducation pour tous dans ses murs républicains et avec sa gratuité républicaine !]. Cependant, des écoles augmentent la participation des parents et de bénévoles afin de faire baisser les coûts de scolarité. De plus, plus il y aura d’élèves, et moins les coûts seront élevés. Ramin Farhangi estime qu’une année scolaire en établissement public coûte 8 300 euros par an et par enfant à l’État, le ministère lui, avance un montant de 7 470 euros. Quoi qu’il en soit, choisir une éducation alternative sur le long terme pour les enfants qui ne sont pas épanouis dans un système classique serait économiquement intéressant. »

..

………………………….******************************

ÉMULATION n. f. (du latin aemulatio) – vu par Poésies d’Isidore Ducasse.

encyclopédie-anarchiste-: articles/e/émulation

Sentiment qui porte à rivaliser avec quelqu'un mais pas dans le but de le surpasser en quoi que ce soit. Plutôt de l’épauler, en cas de besoin. C’est dans le sens de l’équipe qui gagne. C’est grâce aux qualités complémentaires de chacun et surtout pas au fait qu’un seul écraserait tout le reste. Cette irruption du « meilleur » (le plus empli de bonté) en tous aboutit à une répulsion naturelle devant tout classement compétitif. C’est l’entraide solidaire d’être attachés à la même corde – pour évoluer et progresser ensemble. Ce qui économise l’économie par exemple.

..

Les moralistes prétendent que l'émulation est un aiguillon de la vertu et que c'est ce sentiment qui pousse les individus à atteindre au mérite de certains de leurs semblables.

Que l'homme ait les yeux fixés sur ce qui lui semble supérieur et cherche à acquérir toujours plus de qualités, c'est un bien. Puisqu’il n’y a pas ce néfaste de créer entre êtres un esprit de bataille, de concurrence, de rivalité qui détruit tous les bienfaits de la sociabilité ainsi sans cesse désalimentée.

On encourage l'émulation chez les écoliers jamais d'une façon ridicule en atteignant toujours le but que l'on se proposait, puisque nous tenons compte de tous les facteurs qui déterminent la vie de l'enfant et que nous nous soucions de sa personnalité, de son individualité. La compétition produit de dégâts parfois irréparables – l’émulation est ce merveilleux ressort humain qui fait que l’enfant apprend par rapport à son entourage : pour faire plaisir, pour s’affirmer, pour pouvoir poursuivre ses choix. Jamais pour diminuer, humilier, imposer et « battre ». Les entourages y répondent, très synchrones, en nourrissant tout son possible – à l’enfant. Ceci est la vertu majeure de l’émulation sociale  à la place de la compétition antisociale..

..

L’émulation ? Pas de classements, pas de premier ni de dernier – tout le monde dans la possibilité de son épanouissement. Pas de notes, pas de hiérarchies, pas de punitions, pas d’humiliations en public qui peuvent détruire l’enfant, etc. Bref – il est tourné le dos au vieux monde. Et retrouvé celui des amérindiens – leur toujours leur nouveau monde.

« Il faut toujours, disait Mignet, (se) proposer de grands modèles, pour avoir de hautes émulations ».

La conclusion pointe, avec son sourire retrouvé, tout le système actuel, en complète faillite du gang « médias-politiciens et finances » est bien celui – illégalement - imposé par des êtres ayant reçu

..

……………………..une très MAUVAISE ÉDUCATION ! (et ça se voit).

..

……………………..%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - AUSSI - <<<<<<<<<<<<

Développer-le-pays-en-visant-dabord-le-bonheur-des-citoyens-le-Bhoutan-a-tout-compris/

..

Il y a bien sûr toujours les mêmes critiques aigres (celles qui ne veulent pas – aussi et sans même la  connaître, non juste pour la tristesse de toujours tout salir - de cette éducation démontrée ici !) – le fait est qu’un pays prononce ouvertement que le seul but de son existence est LE BONHEUR DE SON PEUPLE – ce qui représente bien une excellente nouvelle. Alors qu’il y ait des difficultés (à recadrer dans le général – ce qui replace dans le 0,50 %, 2 % tiens toujours moins de 10 % en tout cas) c’est naturel. De prôner ceci (et pas l’ignoble « civilisation du profit » - cette claire anticivilisation) renforce, en tout cas, toutes les possibilités concrètes…d’y parvenir. Pour ces critiques toujours  jalouses, il faut donc dire… « nous ferons tout pour le malheur de nos peuples » ? Ce n’est pas dit à haute voix en occident – mais cela semble ben être la direction courue par des gesticulations antisociales de ses prétendus dirigeants.

..

1936-le-temps-retrouvé-: 5 ou 6-petales-douces

Combattre pied à pied dans le nez ?

..

 (à suivre)

…………………….****************************************************

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

..

……………. tous ces posts sont bien reliés à une pensée globale

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 4 "Nul n'est nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4 "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et "L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie", onglet 3 "Why do we left the left wings ?", onglet 2 "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3, LE ROMAN DE L'ECONOMIE, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? s'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

…..Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la …..situation

….. Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles (…celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

L’école n’a pas à évaluer les enfants –
L’école n’a pas à évaluer les enfants –
plus il apprend tôt plus il sait gai…

plus il apprend tôt plus il sait gai…

s'envoler redevient possible.

s'envoler redevient possible.

L’école n’a pas à évaluer les enfants –
L’école n’a pas à évaluer les enfants –
L’école n’a pas à évaluer les enfants –
L’école n’a pas à évaluer les enfants –

Ancienne institutrice, aujourd'hui pédagogue, Céline Alvarez vient de publier un livre intitulé "Les lois naturelles de l'enfant", dans lequel elle relate ses travaux dans une classe à Gennevilliers, basés sur une approche scientifique de l'enseignement. Parmi les "lois" mises à l'expérimentation, l'autonomie : "L'être humain n'apprend pas quand il est passif". Pourquoi ? "On sait aujourd'hui que les zones de la mémoire s'activent très faiblement lorsque nous ne sommes pas motivés ou curieux, intéressés par le sujet qu'on essaye d'apprendre", étaye-t-elle. Autre "loi" : le "lien social positif". "On n'apprend pas dans un environnement où l'on se sent jugé, dit-elle, où l'on ne se sent pas apprécié, aimé. On ne peut pas demander à un enfant d'apprendre dans un environnement stressant". Pourquoi l’école (devenue stupide ?) nous prive de tout cela ?

En 2012, 40 %, soit 300 000 élèves, sortent du primaire avec de graves lacunes qui vont nuire à toute leur vie. Alors que les sciences cognitives nous donnent tous les bons conseils…qui est inexcusable ?

L’école n’a pas à évaluer les enfants – ce n’est pas une entreprise ! Pas d’évaluation = une émulation permanente. Et bénéfique à tout le monde.

tous les enfants ne sont pas égaux – c’est uniquement une reproduction des inégalités – l’école ne laisse pas passer l’équité (pour ces personnages qui sont si rigides en croyant qu’il suffit de changer le mot égalité par équité pour qu’li n’y ait plus d’inégalités). Raté avec équité les inégalités sont pareilles : ils nous auront juste fait perdre quelques années à jouer puérilement sur les mots. Plutôt en-dessous.

Apprendre dans la joie - sinon c’est désapprendre ? Chacune de ces vidéos st développée dans le texte au-dessus !

Aïkido ? Chercher à dominer c’est perdre ! L'aïkido verbal nous invite à mettre de l'harmonie dans nos relations. Oui gérer les attaques verbales = gestion des conflits. Tout ce qui est injustices, déloyautés et pires vous trouve avec un…bouclier. Face aux tyrans verbaux vous répondez du tac au tac et rompez « leurs » escalades d’accusations très illégales. Se préserver et préserver l’autre – interrompre, une fois pour toute, leur cycle de violence cupide en introduisant un intention d’harmonie. Oui avec des humains comme nous, ils sont foutus et tout de suite.

les enfants n’aiment pas l’école – voici pourquoi ?

Des cours de cerveau ? Vraiment. Pour qui donc ? Les anti-élites en train de perdre tout pouvoir en ont curieusement besoin.

Commenter cet article

swenn 18/11/2016 01:47

hihih

voyance 17/11/2016 16:53

Je vous félicite pour ces merveilleux partages. Continuez ainsi !
Amicalement

swenn 18/11/2016 01:48

hihihi