Les utopistes-résistants = les vrais réalistes !

Publié le par imagiter.over-blog.com

Les utopistes-résistants = les vrais réalistes !

Depuis, le début du monde, ce sont les soi-disant utopistes qui ont permis tous les grands changements de l’Humanité. Personne d’autre. De ce fait, le mot utopiste représente une très grave diffamation qui veut faire oublier (malhonnêtement) que ce sont les « vrais réalistes » ? Diffamations fomentés par les « réels incapables » vivant toujours, frauduleusement, sur les acquis des autres. Tout comme un marchand va dire d’un artiste-peintre « qu’il est toujours dans les nuages » pour mieux  « avaliser » son double cambriolage (par action et par calomnie). Mettant les indifférents de son côté : « ah ! s’il est toujours dans les nuages  - « normal » (sic), qu’on le dévalise ! ». Donc utopistes = réels réalistes ? Afin d’insister sur la vérité qu’eux seuls sont, toujours, le plus pleinement, dans la réalité complète : sans projets, sans imaginations, sans ardeurs, sans enthousiasmes, sans patiences ni obstinations, etc. expliquez-nous quand et comment notre civilisation se serait construite ? Par les marchands qui …suivent les pas des pionniers afin de, plutôt, les dévaliser : leur larcin créerait, de la sorte, toute la civilisation ? Et pas les découvreurs qui toujours les…précèdent et inventent ? Allons donc, faut arrêter de dégoiser. Il n’y a plus que dans l’édition, qui a fait sa reddition, que siègent encore les impossibilités logiques.

..

D’autant plus que – malgré les rappels au réel – le mot utopie n’a jamais voulu dire « qui n’existe nulle part » auquel cas, ce serait « atopie » avec a comme privatif, comme dans anomie ou atonie. Mais ici c’est u-topie, avec topos pour le lieu. La fidélité veut, donc, qu’il faille traduire par « qui n’est pas ici », qui n’existe pas ici, qui n’existe pas en « ce » lieu. Lieu d’où nous parlons. Mais qui ne va même pas jusqu’à dire qui existe…ailleurs – donc pas ici – même si cela le suppose et présuppose tant. Ainsi, il y a même fraude sur le sens véritable du mot ( pas nulle part – mais qui « n’a pas de lieu précis » ce qui « ne signifie pas qu’il ne peut pas en avoir »). Et, comme dit la vidéo, «ce n’est pas de l’irréalisable – seulement de l’irréalisé ». Qui voudrait faire un «  néant » (nulle part - avec le cosmique comique de « nowhere » qui, bien articulé, nous offre now - here, ici et maintenant, carrément présent, carrément existant… ! et tous les truands démasqués…et le rire massif au nez des conformistes collabos…) – faire un néant de ce qui est surtout une localisation temporelle.  Ce qui prouve à quel point ces autoproclamés « propriétaires » sont terrifiés que, collectivement, soient sues les origines de ces propriétés (ces propriétés caractéristiques de la matière !). Leurs garanties sont ailleurs (donc aux mains des vrais utopistes !) - et pas dans un infini si extraterrestre dit… de nulle part !  Toujours la rencontre des mêmes postures des bourgeois sur les chemins des savoirs. Ils ne sont pas allés très loin. Seulement là où ils croyaient, si maladroitement, masquer tous les accès au décryptage réussi. Ce qui n’est réussi (la calomnie sur l’utopie) qu’auprès des seuls dominés volontaires, esclaves soumis sans nécessités, vassaux d’aucune valeur fondée, etc. bref, les mêmes farfelu(e)s  évaporé(e)s qui vont, frauduleusement, vous traiter d’utopistes dès que vous vous montrez capables de démontrer que tout ce que vous avancez reste : fiable, fondé, très logique, relié à tous les savoir, garants des graines du futur. Eux, ne sont que piégés dans les postures des détrousseurs. Et tous leurs mots sont tordus à cause de ce but si maladivement malsain. Le fric. Eh oui ! la droiture des mots peut se reconnaître en un regard, après apprentissages !

..

……………………**********************************************************

..

Ce texte va se dérouler en parallèle avec la vidéo de Sandrine Roudaut (la première tout en fin de texte) –Comment faire advenir l’utopie – parce que les deux démarches se renforcent. Il y a réponse à absolument toutes les questions. Que sait donc de plus un dit « utopiste » ? Utopiste dans le sens réel de qui possède une méthode fiable pour pulvériser tous les mensonges sur le TINA (there is no alternative)…de l’escroquerie du « on ne « peut pas » quitter le système »…pas de bol – c’est déjà fait. Du même le « nous ne pouvons rien faire - ils sont plus forts que nous »…pas de bol, ils ont déjà perdu mais le temps de leur prises de consciences à retardements ne sont pas encore finis ?

Oui l’utopiste – le/la  résistant(e) de toutes les élégances de démarches ? Toutes les plus belles formules dites/ écrites toujours eux…pas de plus définitive résistance que l’utopie. Cela dure toute la vie, et cela ne lâche sur rien. Ses ambitions « utopistes » sont tellement immenses qu’elles enveloppent tout le monde. Et ne garde pour soi que l’entière démarche, que le chemin parcouru ! Changer le monde c’est pire que la guerre : nous pouvons recevoir toutes les blessures destinées aux planqués de l’arrière. Oui, il y a des moments de lâchetés collectives, de découragements affaissés avec la face de cruautés gratuites envers tous les cœurs généreux, les attitudes insolentes, les joies qui refusent d’arrêter, la fierté indomptable, la beauté qui nous respire chaque seconde. Oui on espère comme nous …écraser. Et, pourtant, ces périodes de déshonneurs de l’humanité, les utoPistes (dans le sens enfin d’être en avance et toujours en avance !) gardent, seuls, les yeux ouverts. Et, sans doute, sont bien les personnages qui sauvent, à chaque fois, la civilisation en grand péril ontologique !

..

Bien - aucune taille n’est assez gigantesque pour un vrai adulte que utopie, nous voilà. Toujours se rappeler que utopie ce n’est pas « notre » mot – c’est une étiquette qui aura ressemblé à de la fausse monnaie. Avant que de rassembler tout l’or du monde. (Tout ce qu’il y a de plus beau s’y trouve). Mais là – transitoirement – c’est un mot qui a de la gueule. Nous le prenons sans trop nous y reconnaître : nous sommes tellement d’autres facettes aussi ! Nous ne les abandonnons pas mais il faut un mot « phare dans la nuit » pour les égaré(e)s. Ce sera utopie-résistance !

..

Oui qui saura les chagrins immenses, les douleurs incroyables, les exténuations des cerveaux qu’auront causé la destruction de la nature, de l’air de l’eau, de l’Humanité même pas née par les si minables (oui croyez-nous ils sont pires que pitoyables ces autoproclamés maîtres de ce monde !) capitalistes sans honneurs ni lois loyales (ne jamais oublier qu’ils veulent l’anarchie parce que cela rend tout INERTE, désactivé…en effet, n’obéir à rien c’est laisser les pires ordres courber tous les fronts. Les anarchistes « fondamentalistes » ont-ils jamais participé à aucune résistance ? Uniquement les libertaires distanciés !) Oui, ce temps est clos – celui où très peu ont sauvé le monde en voulant… sauver le monde. Sans leurs présences exigeantes et insistantes dans cette période de mensonge généralisé – nous ne serions, peut-être, plus là. Terminé tout ceci, un mouvement « irrésistible » est en marche (s’ils l’ont lancé, ils ne peuvent plus l’arrêter  et personne ne peut plus le stopper, non plus…). Qu’y a-t-il donc de changé ? La joie infinie des vrais utopistes irradie le monde. Oui, seul qui a été de tous les combats (les intellectuels sont les pires), qui aura tant souffert dans son cœur sacré de voir tant de bassesses conjuguées avec tant de conformismes – seuls ceux-là ( -tels ces 2 % de réels résistants de la guerre 1939-1945) vivent une allégresse qui dépasse l’entendement. Actuellement, nous sommes en voie de dépasser les 50 % de résistants à tout : -partant de ce 1/3 qui ont fait tous les « gestes » qui prouvent leur déterminations farouches de tout transformer… jusqu’aux au 2/3 de N.R.V. (obtenus par des calculs « hors universités » et polices de l’esprit). Ce 1/3 intermédiaire qui hésite, a peur, cherche des certitudes faciles, des plans sûrs, se montre toujours plus…entraîné, emporté, enthousiasmé. Donc le dépassement des 50 % est quasiment certain. L’immense labeur des résistants « tenant bon » entre les 1980 et les 2010, sans omettre tous ceux embarqués en route entre ces deux dates – peuvent se REPOSER. Les grands oiseaux ont vigilanté très haut. La jubilation nourrit leur quotidien désormais. Le plus dur est fait. Le système est par terre- mais les dérégulés (ne vivant jamais leurs corps-reliés 100 % vie) ne peuvent le « savoir ». Le mouvement, dorénavant,  mûrit par lui-même. Est-ce tout ? Il suffit de demeurer ferme envers toutes les impostures. Surtout si elles sont stars. Le boulot c’est foutre ses mains dans la merde du haut de la société et (re)trouver tous les LEVIERS. Fastidieux, harassant, peu glorieux, dévalorisant et, aussi, pas sexy (comme tous eux/ toutes celles qui auront tant ralenti le mouvement pour cet impératif de haute cruauté « que ce soit sexy ! » vont être trouvé bien laid(e)s !).

..

Désormais, aussi – ne pas accepter – n’accepter rien des multinationales et des lubies des lobbies – propager – persister dans l’immense culture générale (comme dans la vidéo de Sandrine Roudaut où elle dit avoir été vivre dans tous les savoirs afin de puiser de l’énergie…collective – d’autres ont fait tout pareillement. Pourquoi ? Parce que, pour la première fois pour les humains, il n’y a pas de modèle qui nous précède. Et que nous n’aurions qu’à copier. Ce sont nos expérimentations permanentes ( et l’essai sait – et nous ne savons pas qu’il sait) qui auront dessiné le modèle sans précédent de notre futur commun…l’espoir est une puissance colossale si nous le plaçons juste sous et dans les leviers. Ce qui semblait impossible devient même si accessible : et la montagne est soulevée dans sa toute première fois ! Oui, les utopistes sont les seuls à capter les LEVIERS. (parce que tout ce qu’elles/ils font c’est pour tout le monde). En effet, les fous dangereux qui croient que les « profits n’ont pas de coûts cachés mais qu’ils surgissent dès leurs présences magiques » veulent dissimuler tous ces leviers. Qui mettront fin à leur règne illégal de pervers narcissiques (cette impossibilité de devenir adulte – donc responsable ! que cette sinistre perversion narcissique…). L’utopie c’est affronter, sans protections, la réalité sans cesse. Ce pourquoi les seuls « réalistes » charnels et complets sont les utopistes (mot craché de mépris illégitime qui les rend gigantesques, aujourd’hui)…Pas de confort avachi pour ces courageux. Nulle possibilité de se défiler. Faut crocher dedans. C’est radical (les minables qui se contentent de peu détestent l’utopie lorsqu’elle déplie sa beauté insurpassable) volontaire (soi-même comme objet des expériences – bravoures exemplaires !) et optimisme. Opter optimiste c’est ne pas se la jouer lâche pessimiste. Rien ne décourage. Toujours en première ligne. Et c’est pourquoi les utopistes (qui ont tant souffert de « l’impuissance généralisée » - pas la leur pour sûr, jamais leurs bras ne se sont baissés !) reconnaissent tout de suite les couards et les fainéants qui « se déguisent en résistants » (au corps qui ne résiste même pas au centième de ce qu’a subi un résistant qui n’en parle pas…)… sans jamais l’être. Ardés d’ardeurs.

..

Impuissance ? Une fois de plus, hypocrisies à tous les étages. Voyez pourquoi la résistance peut paraître une utopie : uniquement à cause de ces simagrées de chochottes ! Surprenons juste 2 phrases des fanatiques de l’impuissance…. « Mais avec les politiques qui ne bougent plus ». Traduit en normal c’est : « Alors que » « sans » ces politiques de l’impuissance tout peut bouger » (les si déprimés « mais » et « sans » sont guéris !). Rien de politique n’est jamais venu du haut de la société Inutile d’attendre. Les décisions qui changent la société ont toujours été arrachées par le bas. Attendre est donc farfelu, comme tout ce que radotent les inexcusables conformistes…Nous sommes les véridiques responsables du monde, les modestes adultes, nous faisons le plus dur et n’allons pas demander, en plus, la permission aux faux dirigeants qui « font semblant » de diriger !....2)  « et les multinationales qui mettent la pression » oui oui… parce que « les gens ne changeront jamais » » Avant de cracher ces balivernes – montre donc l’exemple avec ta sublime omniscience. Ton savoir est si « divin » qu’il pulvérise toutes les divinations clairvoyantes : en effet, visualiser tous les humains vivre leur non-changement n’est accessible qu’à toi, le béni de tout, le sommet du met…que tout doit t’être si facile : en un claquement de doigt, tu peux changer le monde. Fais-le. Non de non et non plus ? Rien derrière ces postures ?  La phrase précise est bien : « SANS les multinationales-aux-pieds-d’argile… cela va évoluer toujours plus vite. » Au lieu de critiquer autrui mais sans rien créer – crée et vois qu’il devient « inutile » de critiquer les autres lorsque tu les « entraînes » dans ton sillage fertile. Sois à la hauteur de tes mots. Les gens ne changeront jamais- fais-les changer ! Et n’encombre plus l’exigu espace public de tes incessantes plaintes ! A la place, pense aux autres !

..

…………………………....*******************************

..

Nous, nous sommes la civilisation, ses protecteurs : nous n’avons aucune béquille, pas de soutiens, pas de tuteurs – ce qui nous sauve des préjugés (ces béquilles si miteuses) ou des dogmes (ces sacrément emprisonnements)…puisque les certitudes ne nous sont pas possibles (trop responsables pour cela !) nous préférons des convictions de feu.  C’est quoi convictions ? Ce qui rapproche de Prométhée – l’ardeur qui arde de tous ses feux. La détermination de qui sait que déterminés c’est plus proche de déjà terminés. D’autant plus que qui est résolu (déterminé) a déjà « résolu » (résoudre) toutes les équations du futur ! …pas de chemin plus réaliste que celui-là, vrai ou faux ?

..

Toutes les limites imitent le fait qu’il n’y a plus de limites. Que les hypocrites frontières sont pulvérisées. Vigilances et auto-défenses intellectuelles sont complètes (nous sommes comme les mères qui protègent leurs enfants de tous les prédateurs). Un peu que cela se fait de ne rien laisser tourner en rond (comme chez les fous qui tournent en rond puisque tout « doit » tourner rond ?). La légitimité suprême est dans les buts. Et – après la période de cruauté sociale extrême envers les vrais adultes – il est devenu,  désormais, « tellement plus facile » d’être résistant(e). Nous avons aplani la route : nul-le n’a plus d’excuses !

..

« Chacun peut prendre un bout de résistance » oui 2-3 actions par humain : l’addition finale obtient que TOUT a changé. Ce petit bout : uniquement ce qui « touche » dans le sens proximité spatiale et ce, qui le cœur, a touché. Ensuite - choisir de garder ses buts (hors des cochonneries des multinationales, de l’argent sale et de la corruption du non- politique). Dans la vidéo il est excellemment illustré

** Ne plus acheter du neuf (mais se socialiser avec des Sels, les humains de la récup’ et de la réparation tous azimuts, etc.) c’est une résistance qui gagne 400 % de matières premières en réserve

** Ne plus manger de viande c’est une résistance de 60 % de déforestation en moins.

** Le vélo, à pied, en covoiturage (…plus jamais une voiture avec une personne seule !) c’est ¾ en moins de CO2 nuisible. Et les « enfants peuvent enfin respirer » - ce qui n’était plus le cas.

Oui il y a assez de résistances pour tout le monde. Assez d’innovateurs en ont bavé : il n’y a plus de risques majeurs à résister ouvertement. Nous n’avons pas de concessions à faire, puisque aucune cession de notre fond de commerce ne nous la ferait du chantage. Nous n’en avons pas de…fonds de commerce. Toujours contraints d’inventer, nous ne pouvons accumuler. N’eût-il eu que 2 % de résistants, ils ont changé l’histoire de France ? Pareillement - sans les utopistes-réalistes (dans le sens nettoyé de toutes les diffamations sur ce mot) RIEN ne se passe. Nulle part. Ils sont réellement le… moteur brûlant de tout. Ils ne se résignent jamais et ils osent conseiller à leurs enfants « Exige une vie magnifique et tout de suite »…puisque d’en posséder déjà l’ardeur du désir risque de la faire…advenir, aider à venir, avenue de venir, avenant avenir ! Qu’ont- ils en face ? Des chancelants, des tremblotants sur leurs prothèses techniques qui ne veulent pas « lâcher » le vocabulaire menteur. Alors que les utoPistes ont déjà abandonné tout le modèle qui va avec. Et alors ? Et alors ces mots falsifiés sombrent dans le…ridicule !  Par la force insurpassable

…des résistants-utopistes ? Ne rien lâcher sur les valeurs.

Et nous apercevons – transportés – qu’ils les ont toutes conservées…pour nous…

….pour ce Nous qui palpite de naître ! Bonjour Humanité, nous sommes là !  

 

………………………%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

>>>>>>>>>>>>> - Pas d’annexes tout a été assaini – preuve par l’image - <<<<<

Les métiers propres étaient dévalorisés pendant que les ordures régnaient - cela c'est juste du passé !

.............cliquer pour l'image assainie !

………………………***************************

..

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

.....(à suivre)

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

la fin définitive du plastique mortel implique que nous nous y mettions tous...

la fin définitive du plastique mortel implique que nous nous y mettions tous...

joindre 2 impossibles et les faire fonctionner c'est cela l'utopie concrète

joindre 2 impossibles et les faire fonctionner c'est cela l'utopie concrète

Les utopistes-résistants = les vrais réalistes !
Les utopistes-résistants = les vrais réalistes !
Les utopistes-résistants = les vrais réalistes !
c'est cela qu'il faut savoir ! et, ensuite, aller voir par soi-même....

c'est cela qu'il faut savoir ! et, ensuite, aller voir par soi-même....

Les utopistes-résistants = les vrais réalistes !
RADICAL : son entreprise ne doit pas nuire à l'environnement ni à la santé de humains. Zéro impact ! Il l'a fait. Et pas les autres ?

RADICAL : son entreprise ne doit pas nuire à l'environnement ni à la santé de humains. Zéro impact ! Il l'a fait. Et pas les autres ?

Les utopistes-résistants = les vrais réalistes !
Zéro plastique sur la planète : ici, les données scientifiques qui le prouvent.

Zéro plastique sur la planète : ici, les données scientifiques qui le prouvent.

Les utopistes-résistants = les vrais réalistes !

Sandrine Roudaut. Faire advenir l’utopie… L'utopie c'est bien joli comme idée, mais à quoi ça peut servir dans le monde réel ? Est-ce que c'est même possible ? Ce sont des questions à l’envers. L’utopiste est le plus réaliste. Toujours.

là où c'est le plus difficile...

cette entreprise ne nuit ni à l'environnement ni à l'humain - voir les efforts entrepris !

non seulement cela évite tous les plastiques du monde mais - en plus - dépollue...vraiment les Grands sont traités indignement en petits !!

un utopiste c'est un réaliste....

et pendant ce temps....

les utopistes sont tous des...marcheurs. Est-ce par la méticulosité de vérifier si tout marche ?

Attitude du consommateur trop exigeant tout du haut de son trône mais sans remuer son petit doigt uniquement la langue de ses caprices ? Savoir comment produire les millions de tonnes nécessaires au remplacement de ceux qui sont utilisés dans la pétrochimie ? Pensez-vous pouvoir organiser une plantation sous-marine à l'échelle des besoins de la France et plus encore de la planète ? Aider à la réponse appuie tout le monde. Se plaindre des progrès de progressions rapides de certain-e- n’est utile à personne même pas à soi

l'insolence doit être dans les concepts...

Commenter cet article