Pourquoi la science est sabotée par les dirigeants ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Pourquoi la science est sabotée par les dirigeants ?

Dans la tête farfelue des prétendus dirigeants, la science, en effet, est considérée INFÉRIEURE à la finance. L’argent sait tout mieux que la science de par sa seule présence épiphanique ! Il n’y a pas besoin alors d’écouter ce que la science a à dire sur le monde. Oui, c’est comme cela que cela fonctionne ( et plus du tout comme du temps de la Raison) : le film est complètement différent du «mythe de la science ». C’est celui d’un larbin qui ne comprend « que » les sciences et…pas la prétendue politique ni la prétendue finance (devenus de graves délires !) ; un toutou que l’on brise par des subventions (ce qui est plus qu’illégal, ce serait bien plutôt à la science de dire « les vrais besoins » collectifs et à la finance de tenter de suivre !). Bref un jouet ( puisque pour ces esprits puérils qui « se croient » dirigeants rien n’est outils et responsabilités, tout est pour faire mumuse et rester entourés de faux flatteurs !). Bref, un complet manque de respect envers les sciences – une barbarie d’inculture au sommet. C’est ainsi qu’ils voient la science ( juste bonne à alimenter et en vitesse les technologies) : ce grand bien commun à défendre contre ces envahisseurs très impérialistes !

..

En plus, les détraqués par l’argent (oui ces dérégulés si dé-réglés dans leurs têtes !) la science est « la propriété » de l’argent. Or, l’argent NE SAIT RIEN, scientifiquement parlant. Rien aux propriétés de la matière, de la vie, de l’univers – près desquels l’argent n’est qu’un jouet puéril avec zéro propriété (du point de vue de la matière). Parce que lorsque je « ne reconnais pas » la « valeur » de l’argent, il perd…toute valeur. Surtout si beaucoup d’autres, simultanément, perdent cette reconnaissance. Ce qui déduit que l’argent n’est pas ancré dans la réalité – juste dans le superficiel des apparences. Tout dans son abSurdité ne dépend, en conséquence, que…des conventions. Et de l’acceptation individuelle…Et des acceptations collectives. Mais – versant toxique  - peuvent (res)sourcer les conséquences si antisociales des actes des prétendus dirigeants. Avec leurs inversions nihilistes (dans le sens d’ennemis de l’Humanité) de leurs décisions si…destructrices. Placer l’argent trop au-dessus de la science c’est montrer sa place d’exterminateurs de la société par le haut. Comment les mécanismes de l’âge des ténèbres se mettent en place ?

..

……………………............*******************************************

** 1) - Privatisation de la recherche, donc du savoir collectif. Aux dépens des citoyens et des laboratoires, l’argent public profite seulement à des maisons d’éditions… privées. Alors que les coûts de productions ont substantiellement baissé avec le numérique – le prix des abonnements augmente abusivement multiplié par 7 % chaque année. Et du 400 % depuis 20 ans de profits : donc un coût collectif très fort que ces soi-disant profits (profits qui n’en sont pas pour les autres)…Et donc, sans nécessités « économiques » derrière, un mise en danger dramatique du futur de la société par ces…profiteurs (avec ce côté maquereau c’est le nom commun du profit. Un profit = un profiteur, donc un mac usurpateur ?) – pareil pour les Cd, Dvd et autres produits du numérique où le privé se démasque bien trop en très gros escroc ! Coûts réduits à très peu accompagnés de prix qui explosent dans l’abus de…monopoles ! D’où ses très déplacées campagnes contre le copiage-pirate. Ils veulent rester les seuls pirates.

Démocratie-revues-scientifiques-: privatisations-des savoirs

Pour les sciences c’est plus grave encore - ces outrances du privé qui, en plus, ont le culot indécent de poser des modèles collectivement incontournables (comme la non reproduction des articles scientifiques – ce qui est un retour aberrant en arrière, au siècle dernier plus avancé ces reproductions étaient même…incitées !). La vidéo jointe au lien ci-dessus (vidéo à voir en totalité !) montre comment, par exemple, Elsevier et autres se comportent exactement comme si toute la science leur appartenait. Mégalomanies très nuisibles…puisque les scientifiques, eux-mêmes, doivent contourner l’illégalité du privé. Clair qu’ils ne sont pas dans le même camp. Comment cela se passe ? En caricaturant (mais c’est nécessaire afin d’expliquer au mieux), des chercheurs envoient gratuitement leurs articles. Qui sont relus gratuitement par d’autres scientifiques. Ce qui établi un classement des articles préférés. Le tout est regroupé (sans travail autre que l’exploitation hypocrite du don gratuit des autres) en revues privées…et ces chercheurs doivent, ensuite, payer pour ce qu’ils ont donné gratuitement. Là, ce n’est pas caricatural. La preuve ? En France (pays, fort heureusement, où la recherche est publique) 90 % de la recherche publique, pourtant, ne revient pas au public. C’est donc l’argent privé qui met en grand danger la recherche. 105 millions d’€ d’abonnements à ces inutiles intermédiaires en France. Le privé parasite la science, dans tous les sens du mot.

Le privé est devenu un clair obstacle au progrès. Ils fonctionnent comme des arriérations sociales qui… censurent toute la société. Comment ? L’argent, plus bête que la bêtise, est devenu le censeur par l’inertie nuisible. Formulée ? Formulée en « Il ne faut surtout pas toucher au système – et cela toujours sans explications. On ne touche pas au dogme…religieux ! Sa censure stupide met, limpidement, en danger toute la société. A vouloir détourner tous les bénéfices de la recherche publique, il ne reste plus comme recours, aux scientifiques conscients, que l’open access, donc le retour à avant la privatisation ennemie – le droit de reproduction des articles scientifiques en citant les sources. Oui l’open access pirate vainc et va continuer de vaincre le scandale du privé se disant propriétaire de tout sur Terre…et réponses ? 64 millions de visites dès un Open Access scientifique. Un besoin social massif existe. Besoin que refusent de reconnaitre les imposteurs du privé L’open access est la méthode intelligente pour couper l’herbe sous les pieds des escrocs du privé. Et leur monde complètement à l’envers.

Qui peuvent aller jusqu’à priver des pays entier d’un savoir vital. La société civile doit lutter contre les obstinations irrationnelles du privé devenu un vrai obscurantisme comme religieux, gardien exclusif de la foi (celle que tous les bénéfices lui reviennent, exclusivement, et sans autres explications que c’est le…dogme !). Ainsi, la santé du versant public de la société doit lutter contre ces cupidités antisociales. Réparer tous les dégâts du privé (selon la thèse « le privé sans régulations est une…catastrophe pour tous ! »)…Limiter à un an les droits d’exclusivités à ces privés abusifs. Faire basculer, publiquement, une partie des connaissances en open access. Bref, passer à ce que le privé illégal ose appeler « piraterie » (n’incluant pas sa piraterie première de couper les accès aux services gratuits de la Nature et de faire payer ces services gratuits - son visage de profiteur abusif révélant ses rictus de pirate trop exagéré ! D’ailleurs, la Nature, contre lui, vient de le mettre dans la prison de l’humanité pour tous ses piratages de « doits ne lui appartenant pas » !). Tout le monde semble donner tort au privé. Sauf des politiques absolument hors des réalités ? Et des financiers complètement incompétents ou corrompus ? Que tout juriste déterminé pourrait mette K.O. N’est-ce pas un clair désaveu des normes capitalistes, fondements obligatoires de son règne ? Ce capitalisme monopolisateur des sciences est donc contre la libre circulation du savoir. Contre toutes les libertés d’ailleurs. Ils sont donc contre le marché libre, la concurrence libre et se montrent, uniquement, pour des monopoles complets. Ceux reprochés, si illégalement, aux services publics (illégalement puisqu’ils ne sont pas à buts…lucratifs, les services publics, et n’usent donc pas de monopoles extorqueurs !) et…en pire puisque ces monopoles privés se montrent très ennemis des…publics. Ils ont donc maraudé des monopoles mais sans aucun…service au public (si intelligemment inclus dans les services publics !).

Ces privés desservent tout progrès de l’Humanité. C’est l’ennemi du futur commun. Il faut abolir leurs monopoles abusifs du fait qu’ils ne reposent absolument pas sur des marchés…libres. Le monde libre ce n’est surtout pas eux ! Avec eux c’est l’âge des ténèbres garanti : celui des censures qui n’ont pas à se justifier un peu comme l’Inquisition…cette grave insulte à l’esprit humain.

..

……………………..*******************************************

*** 2) - Alors si ces arriérés antisociaux se permettent de saboter la science – désormais, rien de durable pour eux. Pour eux seuls. Les monopoles menteurs du privé sont abolis. Puisque seconde grave nuisance du privé ? Dangers sur les contenus mêmes des articles scientifiques. Nous allons perdre la science de la science et la médiocrité va triompher. Le capitalisme, la barbarie la plus ennemie des génies, va imposer l’insuffisance incompétente partout. Et nos sociétés si complexes (technologiquement s’entend– parce que socialement c’est du simplisme outrancier) n’auront plus personne pour les…comprendre ! Que se passe-t-il donc ?  Les différenciations des connaissances ne se font par du quantitatif très souvent très contraire à la qualité des savoirs exposés. Qui est médiocre va consacrer du temps à « faire du nombre » partout. Supplantant, illégitimement qui n’a pas de temps à perdre avec la lourdeur de ces procédés. Il préfère approfondir honnêtement les savoirs. Nous verrons cette partie une prochaine fois. Ici, juste quelques extraits des dangers…

..

« Voilà une étude qui va confirmer l’existence d’une crise de l’expérimentation scientifique. Le chercheur en science cognitive Paul Smaldino et l’anthropologue Richard McElreath ont créé une simulation numérique de la compétition existant actuellement entre scientifiques. Et les résultats ne sont pas très enthousiasmants.

Comment-la-science-est-tirée-vers-le-bas

Dans leur papier, les auteurs mentionnent plusieurs raisons qui vont dans le sens d’un affaiblissement de la qualité de publications. Tout d’abord, il faut publier de plus en plus vite et de plus en plus tôt. Et les auteurs de citer Peter Higgs, le fameux découvreur du boson, qui a déclaré : « Aujourd’hui, je n’obtiendrais pas de travail dans une université. C’est aussi simple que ça. Je ne pense pas que je serais considéré comme suffisamment productif ». Lorsque tout considérer comme une gestion d’entreprise (l’Etat, la santé, le savoir, la science, les relations sociales et humaines, etc.) devient la plus destructive attaque que notre civilisation a connu depuis…500 ans ! A l’évidence, le Privé n’a aucune aptitude pour diriger le monde dans sa complexité inclusive – il ne peut donc que le…détruire. Voir comment son entêtement à « faire des profits » sur les pesticides tue la nature et la vue. Et donc assassine le futur de la société. Ce qui saute aux yeux là se retrouve…partout. Le profit est bien un détraquement mental (l’incapacité à percevoir toutes les conséquences qui découlent d’une mauvaise perception de départ : sur Terre pas de « profit » autonome possible. Le profit est hétéronome donc multifactuels…et juste un coût. Un coût pas perçu immédiatement. Plus tard et plus contre toute la société !

Donc la science gérée comme une entreprise ? Les dégâts aberrants sont…Il existe plusieurs manières de « booster » ses publications, un premier exemple étant d’utiliser un langage amphigourique en insistant sur l’importance de la recherche présentée. Le tout escaladant…l’exagération perpétuelle et de tous les entrants ! Une autre technique pour faire parler de soi est l’autocitation. Cela est du à l’adoption de l’indice h, qui, nous explique la Wikipédia « est un indice essayant de quantifier la productivité scientifique et l’impact d’un scientifique en fonction du niveau de citation de ses publications. »

Conséquences dramatiques d'une science-tirée-vers-le-bas ?

..

Et pour augmenter son indice h, quoi de plus simple que se citer soi-même ? Des chercheurs ont écrit six faux papiers, écrits par un auteur fictif, mais citant abondamment ces farceurs. Ils ont ensuite uploadé ces « fakes » sur un serveur universitaire, et, de là, ils ont été indexés par Google Scholar : du coup, nos chercheurs ont constaté que leur indice h avait augmenté sensiblement ! D’où : ce qui nous conduit directement à une… dévolution culturelle ?

Si l’on en croit ce modèle informatique, les « labos » ont tout intérêt à réduire la quantité d’effort nécessaire pour valider les résultats de leur expérience et au contraire à publier leurs recherches le plus rapidement et le plus souvent possible. A terme, on observe, pour employer le titre du papier de Smaldino et McElreath, une « sélection naturelle de la mauvaise science ». De la science jetable, et de la malbouffe scientifique, du low cost non…durable ?

C’est donc bien la structure de l’institution scientifique qui est en jeu. C’est le mécanisme même de l’évaluation par la publication qui est devenu très contestable. Et aussi la mainmise de certains grands journaux prestigieux qui augmente encore la sélection par la réputation. Réputation non par les contenus réels mais par les contenus…au poids ! Mesurés par la quantité uniquement (comme pour les entreprises) pas par le contenu des…contenus. Donc la science : juste des objets, des « produits » mis sous plastique que nul …n’ouvrira plus jamais ?

..

En conclusion : lutter pour que tous les articles publiés en « open access » soient mieux considérés et réputés que ceux mis en avant par des médias plus régressifs. Cela sera-t-il le cas ?

En tout cas - tout ce qui est gratuit se montre…hors des prix. Le système des prix n’est pas assez significatif pour le gratuit. Oui c’est parce que il y a tellement de valeur dans le contenu que la seule solution (à la taille du contenu) est de l’offrir gratuitement. Ce Graal, pas saint, mais efficace,  conte bien ce refus puéril du mythe clair et net. Le mythe fondateur ? Celui de la réalité et donc ce n’est plus seulement un mythe ! La Nature offre tout gratuitement, des irremplaçables services en plus. La Nature c’est partout open source et open access !  Des imposteurs viennent tenter de couper tout accès aux dons gratuits de la Nature. Nous interdire tout open source et open access Et vont même (sommet de la charlatanerie !)  jusqu’à faire payer cette gratuité. Sans, d’ailleurs, jamais dédommager la Nature gratuite. Plutôt en la détruisant…en la détruisant toujours plus (voir notre aujourd’hui !) par…impuissance créatrice.

Cela est le vrai mythe du privé Qui le démasque en profiteur irrationnel, en parasite absolument inutile, en écran menteur, en tricheur incontinent, en perte de temps à passer par lui qui ne sait rien de tous les essentiels…

..

………oui en intermédiaire…devenu superflu ! Accès direct désormais !

…  

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ANNEXES - <<<<<<<<<<<<<<<<<

Guides-et-tutoriels/quel-est-votre-impact-en-savoir-plus-sur-l'indice-h ?

..

Et en accès gratuits aux savoirs ?

Myscience.ch/-open_access

Cnrs.fr/ - ses actus.

..

wikipédia.org/ - Sci-Hub

..

Aucun scientifique ne porte plainte contre l’open access . Uniquement les monopoles illégaux du privé. Leurs masques sont tombés. Ce sont les en nemis de l’Humanité..

..

………………..(à suivre)

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

..

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et"L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS(qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

le "nouveau récit" de la science....

le "nouveau récit" de la science....

Pourquoi la science est sabotée par les dirigeants ?
Pourquoi la science est sabotée par les dirigeants ?
Pourquoi la science est sabotée par les dirigeants ?
Pourquoi la science est sabotée par les dirigeants ?
Pourquoi la science est sabotée par les dirigeants ?
Pourquoi la science est sabotée par les dirigeants ?

Libre accès – vu de sur le terrain.

un point de vue partiel

technique du pied dans la porte - remède ? utiliser raison et raisonnements à fond !

preuves scientifiques ?

La marchandisation du savoir prohibe tout esprit critique - tout est à vendre n'importe comment !

sci.hub.org

Publié dans sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article