Abolir les élections ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Abolir les élections ?

Carrément. C’est la conclusion d’un historien et politologue. Dont l’étude mérite d’être prise en compte. Elle nous démontre à quel point les élections affaiblissent la démocratie, et non l’inverse. Et, dans la droite ligne de son argumentaire, il ne peut que prôner la suppression de la démocratie dire représentative. Il propose, à la place, le tirage au sort de citoyens volontaires, afin qu'ils participent aux grandes décisions politiques.

Abolir les élections, mettre fin à la « partidocratie » (les partis qui décident de tout), réintroduire la véritable démocratie ? Beaucoup d’arguments qui se tiennent ! Ici, nous en étudierons deux. Jamais formulées très explicitement. La première : l’explosion des dettes (depuis Reagan) c’est à cause des… élections et des guerres. Oui mais du système électoral étasunien particulier. Pour la France, la démonstration est nettement plus difficile. L’autre aspect  sera que les élections ont été inventées pour juguler la voix du peuple. Le droit de vote sans le droit direct à la parole. Évidemment, nous allons apporter les éléments de preuves !

..

1) Les élections ne sont pas démocratiques !

« Les élections sont-elles si démocratiques qu'on le croit ? Pas du tout, répond David Van Reybrouck. L'écrivain et politologue flamand le rappelle : loin d'être un outil destiné à faire entendre la voix du peuple, les élections ont été inventées, il y a deux cents ans, par une élite aristocratique, pour mieux la juguler. Il y a donc urgence, selon lui, à démocratiser" la démocratie, en inventant des systèmes participatifs qui donneraient vraiment la parole aux citoyens. Par exemple, en recourant au tirage au sort, pratique bien plus ancienne que ne le sont les élections. Ainsi seulement parviendra-t-on à pacifier nos sociétés, plus défiantes que jamais vis-à-vis du politique. »

On-a-le-droit-de-vote-mais-on-n'a-pas-le-droit-à-la-parole politique

Comment faire, alors, revenir la démocratie ? Si démocratie ce n’est plus que le rétrécissement aux seules élections - ne plus voter, selon leurs seuls et uniques diktats jamais remis en question, sera faire revenir la démocratie ?

« Partout dans le monde, les élections se suivent et se ressemblent, avec les mêmes symptômes alarmants. Souvent carnavalesques, avec des candidats qui vont toujours plus loin dans les coups bas et la mise en scène d'eux-mêmes, et des électeurs frustrés de ne trouver aucun profil qui les convainque, qui supportent de moins en moins que leur voix soit confisquée. Ce sentiment d'empêchement se traduit très concrètement par la montée de l'abstentionnisme et son pendant : le vote populiste. Pour y remédier, David Van Reybrouck propose de... supprimer les élections ! Sacrilège ? Selon ce jeune historien des idées et brillant écrivain flamand (sa formation d'archéologue de la préhistoire l'amène à poser un regard original sur le fonctionnement de nos « sociétés d'Homo sapiens »), ce sont bien elles, les élections, qui sont aujourd'hui la cause du déraillement démocratique. Loin d'engendrer la démocratie, elles l'entravent.

La-démocratie-est-en-faillite-parce-qu'on-l'a-réduite-aux-élections,

Outil périmé — même si, historiquement parlant, elles n'ont que deux cents ans, ce qui est peu si l'on considère que la naissance de la démocratie, elle, remonte à deux mille cinq cents ans en Grèce —, les élections, loin de donner la parole au peuple, ont d'abord été inventées par les élites pour qu’il ne puisse parler. Surtout, rappelle Van Reybrouck, « ce n'est pas parce que les gens ont le droit de vote que la soif démocratique est assouvie ». Dans Contre les élections, l'essayiste préconise le recours d'urgence à un autre mode de fonctionnement inspiré de l'Antiquité : le tirage au sort de citoyens représentatifs pour délibérer et décider, au côté de politiques, de la gouvernance de leur pays. C'est ainsi seulement, que la démocratie directe se découvrira par son fonctionnement même »

http://www.imagiter.fr/2016/07/sont-ce-les-amérindiens-ou-les-grecs-qui-ont-inventé-la-démocratie.html

 

……………….*****************************************************

** 2) - Rapports élections et ...dettes publiques ?

«Quand quelqu’un prête de l’argent alors qu’il sait que l’emprunteur ne sera pas en mesure de le rembourser, c’est de la philanthropie. S’il exige d’être remboursé, c’est de l’escroquerie.» Réseau International

La dette mondiale

«Selon un récent rapport publié par le McKinsey Global Institute et intitulé Debt and (not much) deleveraging, le montant total de la dette mondiale est passé de 142.000 milliards de dollars à la fin de l’année 2007 à plus de 230.000 milliards de dollars aujourd’hui, ce qui est supérieur à 300 % du PIB de la planète (Le PIB mondial est estimé à 73.434 milliards de dollars américains en 2015). Nous sommes assis sur la plus volumineuse montagne de dettes de toute l’histoire. En fait, le McKinsey Global Institute affirme que les niveaux d’endettement ont augmenté dans toutes les grandes économies au monde depuis 2007. [la crise-krach servant à masquer ce fait scandaleux !].

état-de-la-dette-du-monde-: ceux-qui-gaspillent-et-ceux-qui-paient-pour-eux

La dette des États-Unis d’Amérique

C’est à se demander comment des pays aussi riches soient endettés ! Surtout pas les États Unis qui disposent de l’imprimerie de faire des dollars à l’envi. En fait les choses ne sont pas aussi simples. Chaque pays en fonction de son train de vie et de ses réelles performances est amené à s’endetter s’il ne maîtrise pas sa comptabilité.

Pour Egon Von Greyerz: «les six présidents responsables de la faillite des États-Unis depuis l’élection de Ronald Reagan en 1981, écrit-il, les États-Unis ont eu cinq présidents qui ont dépensé des sommes en constante augmentation afin de s’accrocher au pouvoir et d’acheter des votes. Cela a entraîné la plus grande entreprise d’impression monétaire de l’histoire. (…)

«Après 55 ans de déficits, la dette américaine est passée de 286 milliards de dollars à 19.600 milliards de dollars. L’économie américaine a eu une croissance naturelle, sans déficit budgétaire, jusqu’en 1960. À ce moment, une implication plus lourde des États-Unis dans la guerre du Vietnam créa les premiers déficits. Lorsque Eisenhower passa le pouvoir à Kennedy en 1961, la dette des États-Unis n’était que de 286 milliards de dollars. Vingt ans plus tard, durant la première année de l’administration Reagan, la dette américaine a atteint la somme faramineuse de 1000 milliards de dollars. Peu de gens réalisent que Reagan a obtenu ces bons (sic) résultats en triplant quasiment la dette, de 900 milliards de dollars à 2600 milliards de dollars. En huit ans, Reagan a engendré 1700 milliards de dollars de dette, soit presque le double de ce que tous les présidents avant lui, réunis, avaient fait depuis 1789. [donc une « révolution conservatrice » en France serait une même CATASTROPHE !]. La plupart des gens croient que Bill Clinton a bien géré l’économie américaine [parce que la propagande mensongère l’a pilonné] et qu’il a créé des excédents budgétaires pour la première fois en 35 ans. Lorsque Clinton s’en alla, en 2001, il avait réussi à ajouter 1600 milliards de dollars de dette, pour porter le total à 5700 milliards de dollars. Le suivant à battre des records fut George W. Bush, qui augmenta la dette de 4300 milliards de dollars, en la faisant passer de 5700 milliards de dollars à 10 000 milliards de dollars. Mais c’est Obama qui s’avère être le plus prolifique des présidents. La dette des États-Unis sera aux alentours de 20 000 milliards de dollars au départ de Monsieur Obama… «Après moi, le déluge» Obama. Ces 36 dernières années, la dette des États-Unis a été multipliée par 22. Il avait fallu 220 ans pour atteindre 10 000 milliards de dollars de dette, et Obama a réussi à doubler cette dette en seulement huit ans. Étant donné qu’il a déjà reçu le prix Nobel de la paix, peut-être devrait-on lui décerner le Nobel d’économie pour avoir été le président le plus prolifique de l’histoire mondiale.»

En clair, il avait fallu 220 ans pour atteindre 900 milliards de dollars de dette, et 36 ans pour l’exploser à 20 000 milliards de dollars. Et tout cela à cause du système électoral et des guerres…illégales !

« (…) Qui dépense le plus aux Etats-Unis ? Un exemple: le complexe militaro-industriel n’a jamais été en manque de crédit. Pour maintenir plusieurs centaines de bases à l’étranger et utiliser des armes de plus en plus chers, il faut un budget colossal. Nous devons savoir que le budget du Pentagone (600 milliards de dollars) est équivalent à celui de tous les autres pays du monde !. »

Les données factuelles ainsi établies - ajoutons un document plus que récent : combien coûte aux électrices et électeurs un simple remaniement ministériel qui ne concerne que 3 ministres ? Des déménagements qui, à l’heure actuelle,  ont un coût estimé à 250 000 euros, et c’est nous qui payons.

Ce -07-décembre-2016 : coûts de déménagements de ministres !

..

Le système électoral qui aura donc conservé, au plus haut point, son origine censitaire, donc de censure, coûte – relativement au peu de personnages concernés – en comparaison, infiniment plus cher que les fonctionnaires. Il n’y a pas d’études autres que ponctuelles (coût de chaque élection et non coûts structurels de l’obligation d’être réélus, revenus trop intéressés des élus qui, en général, ne représentent plus qu’eux…) mais la réflexion rationnelle peut commencer.

..

« L'organisation des élections représente un coût important pour l'État et les communes. En 2012, l'élection présidentielle et les élections législatives ont représenté pour l'État une dépense de 342 millions d'euros. En prenant en compte certaines dépenses non comptabilisées par le ministère de l'intérieur, l'Inspection générale de l'administration (IGA) parvient à un montant de 437 millions d'euros.

- La dépense électorale varie selon les scrutins et est difficilement pilotable, en raison de paramètres de coût sur lesquels l'administration ne peut pas agir (nombre de candidats, montants des dépenses électorales remboursables, etc.). Il existe toutefois des pistes d'économies certaines.

- Toutes élections confondues, les dépenses relatives à propagande électorale (mise sous pli et envoi de la propagande et remboursement de l'impression aux candidats) représentent le premier poste de dépense (52 % en 2012, soit 180 millions d'euros) et le remboursement forfaitaire aux candidats de leurs dépenses de campagne le second poste (24 % en 2012, soit 82,8 millions d'euros).

- Le coût du processus de vote par procuration est important (47,5 millions d'euros en 2012) et sa dématérialisation peine à aboutir.

- Les frais d'assemblée électorale versés par l'État aux communes afin de compenser de manière forfaitaire les coûts que celles-ci supportent pour l'organisation des scrutins ne couvrent qu'une faible partie de leurs dépenses (environ 15 %) et leur base de calcul n'a pas été réévaluée depuis 2006. »

Sénat : coûts concrets des élections

..

L’omission des comparaisons « utiles » :  coût de la seule élection présidentielle-législative et coût d’un an de  services publics est très au désavantage du système électoral. Voyons les faits concrets : « Selon un récent rapport de la Cour des comptes, la masse salariale publique représente 13% de la richesse nationale en France.

Les dépenses de personnel dans la fonction publique atteignent 278 milliards d'euros en 2014, en France, soit près du quart de la dépense publique et 13 % de la richesse nationale, peut-on lire dans le rapport de la Cour des comptes sur la maîtrise de la masse salariale publique française. »

Faits « utiles » que le Figaro monodirectionnel omet de nous signaler. Et que tous ces candidats, vitupérant, hors sol et pas dans le réel, contre les fonctionnaires, oublient de nous informer que « leurs » élections (pas du tout démocratiques), oui tout compris, « nous » coûtent une fortune par rapport aux frais de personnels des services publics (tant utiles).  5 millions 45 de personnels dépendant de la dépense publique pour 577 députés (les 348 sénateurs n’étant pas inclus dans ces chiffres). Toutes proportions gardées, c’est très exagéré. Oui ou non ?

 

Cour des Comptes - coût de la fonction publique et comparaisons

 

D’autant plus que le limpide « Servir et pas se servir » de de Gaulle est si mal appliqué ! Oui le système électoral participe de la corruption par le haut de la société entière. Retrouver la démocratie c’est passer à autre chose.

José Mujica : Président de l'Uruguay de 2009 à 2014, a appliqué cette devise à la lettre. « Servir et pas se servir ». Charles De Gaulle savait ce que cela voulait dire, et plusieurs politiciens des pays nordiques aussi. Mais la règle semble être désormais la carrière et l'enrichissement personnel par "Des félons, des traîtres... C'est incroyable qu'on appelle représentants des gens qui sont capables de nous trahir au dernier degré comme ça !" (Étienne Chouard, professeur d'économie).

..

Chanson : démocratie-radicale- Entendre les paroles !

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - AUSSI - <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Dans l’optique de réensemencement des potentiels démocratiques : concevoir internet comme une forme de Parlement ?

 – D’imaginer une nouvelle institution globalisante, une « institution du commun », qui puisse éthiquement et politiquement se saisir de ce qui nous échappe, à savoir les modes de vie. Cette institution peut être appelée « Parlement des modes de vie » (ou autres !) - un Parlement qui, profitant de l’invention la plus significative que le mode de vie contemporain nous ait imposé – à savoir internet – devrait être virtuel.

Grâce, par exemple, à une organisation des réseaux sociaux en Parlement, nous pourrions tout à fait retourner l’évolution des modes de vie contre la manière dont les modes de vie évoluent (à savoir : sur le mode de l’inéluctable, de manière qui échappe à toute concertation et délibération démocratiques). (..voir la vidéo jointe).

Tel est devenu l’enjeu d’une politique des modes de vie de Marc Hunyadi

Marc Hunyadi - politique des modes de vie !

..

Ou bien :

http://www.imagiter.fr/2016/08/découpler-politique-et-élections.html

 

http://www.imagiter.fr/2016/08/les-invotables.html

..

.......(à suivre)...

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

 

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident  vraiment ?"

 

                        Que le vaste humour vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/,  onglet 4  "Nul n'est  nul", onglet 3 "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), onglet 4  "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et"L'anticommunication comment ça fonctionne ?", onglet 2 "L'ardeur sociale" et "Le roman de l'économie",  onglet 3  "Why do we left the left wings ?",  onglet 2  "Comment devenir un (e) athée du capitalisme". Et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE, onglet 3,   LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE,  ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS(qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc),  onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

le pouvoir des gens est supérieur à celui des gens au pouvoir

le pouvoir des gens est supérieur à celui des gens au pouvoir

Abolir les élections ?
Abolir les élections ?
isolement non démocratique...

isolement non démocratique...

surreprésentation des riches à toutes les élections, vu leur petit nombre…données jamais corrigées bien au contraire

surreprésentation des riches à toutes les élections, vu leur petit nombre…données jamais corrigées bien au contraire

L’adage de la corruption démocratie représentative qui ne représente plus les…majorités !

L’adage de la corruption démocratie représentative qui ne représente plus les…majorités !

Réalité nocive des médias

Nous ne lisons pas la réalité du monde mais juste une journal sectaire.

très pernicieuses interventions des médias qui empêchent, eux aussi, la démocratie de s'exprimer !

la partidocratie

d'autres modèles face à se servir et pas servir !

Fin de la non-démocratie des partis : la partidocratie ! Démocratie du public !

restos du cœur contre Fillon

internet comme un Parlement ?

En 2011, lorsque la Gauche a inventé "les primaires citoyennes", on aurait pu penser que c'était une coup médiatique pour nous montrer que la gauche est le plus démocratique de tous autres les parties. Mais voilà qu'en 2016, les partis politiques de Droite s'y mettent aussi.

Commenter cet article