Comment la créativité augmente la vie ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Comment la créativité augmente la vie ?

Oui  son intensité. L’ardeur de sa vitalité. Son contenu. La valeur même de ces contenus. Contenus obtenus, à la base, sans débourser un seul centime. Juste avec les instruments scientifiques de haute fidélité : savoir regarder, savoir écouter. Auxquels s’ajoutèrent, ensuite, les savoir ressentir et avoir appris à se concocter une tête bien faite. Une tête un peu comme une Formule 1, où tous les composants servent à démarrer au quart de tour. Et à accélérer tous ses chevaux grâce à  l’aérodynamisme de l’unité et à la vélocité de la légèreté. Pas un élément en trop, rien de superflu : et votre moteur créatif rugit ben fort ! Tout cela n’a rien à voir avec la technologie, le high tech. En fait, cette high creativity, cette créativité hautes intégrations fonctionne d’autant mieux qu’elle reste branchée sur tous nos instincts. Donc branchée sur la nature naturelle. Pas de sophistifications. Aucunes. Créativité, que d’égarements ont lieu en ton nom !

Puisque créativités c’est comme tout. Plus cela sait demeurer dans la simplicité, plus la trajectoire se dévale à la vitesse grand B. Le vrai reste simple, ce sont les mensonges qui se tordent en tortueux et compliqués. Mais, encore, autres égarements : simplicités ne veut surtout pas dire simplismes, niaiseries simplex, platitudes et banalités. Le simple peut devenir très complexe et complet de complexités, mais d’une façon simple d’être complexe - si nous pouvons dire…La simplicité alors ? Ce sont les manières d’accéder à tout : depuis la matière, jusqu’à la société et tous les rapports humains, c’est là que se reconnaît la simplicité. Droite et directe. Pour qui tout reste simple comme bonjour. Mais cette « simplicité » peut contenir des luxuriances à foisons, des raisonnements d’une profondeur inlassable, des richesses sensuelles ou des beautés à couper le souffle. La simplicité c’est dans le transmettre de ces trésors. La posture même est simple, tout en primeurs fraîches. Aucune « histoire » n’est faite sur rien. Zéro problème artificiel. Abords spontanés, présentations cocréatives, embarquements immédiats de toute les curiosités (lorsqu’elles existent), etc. Que dire de plus ? Sinon de démontrer ce qui arrive lorsque est ABSENTE TOUTE CRÉATIVITÉ dans une vie ?

..

………………………..****************************

**1) –

C’est être totalement manipulé par l’image.

A sa merci, sous sa coupe. Sans aucune liberté de manœuvre. L’image comme seule information. L’image comme seule pensée. L’image comme seul matériau à examiner. Un savoir sans sa critique. L’image comme seul horizon et mur qui enferme. Autant les mots conservent une souplesse incommensurable d’utilisations autant l’image demeure rigide et lourde comme aliment mental. Disons que sa perfection est dans l’illustration des émotions, sensations, sentiments ou pensées, dans ses découvertes de tous les inconnus. Tout ceci nécessitant d’être…légendé ! Le support des mots lui est toujours très bénéfique : le langage amplifie tout ses potentiels !

Les U.S.A. illettrés ?

92 millions d’étasuniens ne savent pas ou plus lire…et ce chiffre augmente de  2 millions par an, tant l’image unique agit commet une épidémie. C’est pour eux que l’image manipule tant ! Et que toute la civilisation peut en vaciller. Ils ont su lire, et l’environnement cupide a tout fait pour éteindre la créativité lectrice. Un « bon » électeur ne saurait être un lecteur efficace ?

..

**2) –

C’est être dominé par sa propre nourriture.

Faute de réflexion, du recul réflexif – il n’y a que peu de distances entre les pires aspects des aliments et leurs impacts nocifs sur nous. Normalement, nous ne mangeons pas par les yeux – avec une civilisation trop déformée par l’image oui ! La problématique devient qu’une trop grande dépendance à l’image, prive de beaucoup d’informations ! Vitales.

10-similitudes-troublantes-entre-le-sucre-la-malbouffe-et-les-drogues-dures

Comment est-ce possible qu’une alimentation exclusivement malbouffe et hyper sucrée agisse comme des drogues dures et que nous n’en sachions rien ? Avec les mêmes symptômes de dépendances que ces drogues et que celles…aux images ? Et que ses pratiquants n’ont aucune conscience de comment ces faits dissimulés peuvent tant leur nuire ? Le coût du prétendu asservissement en devient vraiment trop lourd !

Nous buvons l’information par les yeux, sans filtres, sans distances de sauvegarde et, donc, sans bénéfices personnels véritables. L’ambiance est plutôt indigestive et lourde. Et nos nourritures nous abrutissent des mêmes vibrations pesantes…ce sera plus de l’intoxication existentielle qu’une vie libre ! Un écrasement sans jamais d’envols. Envols que la créativité permettrait sans véritables difficultés !

..

**3) –

C’est être dépossédé de toute vie intérieure.

Ce gigantesque espace en nous. Qui peut être aussi grand que tout l’univers pour les milliardaires de la vie intérieure. Vie intérieure qui ne coûte pas un centime, ne nuit ni à la nature ni à la civilisation mais qui contient, cependant, tous les plus grand trésors universels, tous durables.

En face, des humains qui se sentent plats comme du papier à cigarette, sans épaisseur, rien derrière l’espace du regard. Pas d’émotions tissées et distillées - que des pulsions qui battent comme un sang métallique. Jamais de douceurs, d’extases, jamais tout cet agréable qui densifie la paix intérieure. La sérénité. Que des sensations violentes dans un corps malmené !

Julia Kristeva, dans son travail de psychanalyse a relevé ceci. "La destruction de l'espace psychique est un des dangers à venir, qui met en jeu des questions d'éducation, de culture et de politique. Une des conséquences est la difficulté à lire, à écrire, deux aptitudes très dépendantes de l'espace psychique (…) Je vous surprendrais peut-être, mais j'ai sur le divan des personnes qui travaillent dans les médias, maison d'édition, chaînes de télévision, et qui me disent qu'elles ne peuvent plus lire ; elles commencent, deux minutes, une page, et elles ne savent pas ce qu'elles ont lu, parce que l'espace psychique ne s'y recueillent plus, il n'est pas assez serein et solide pour assimiler tout cela et le restituer" ( p. 209, Le livre des savoirs, conversations avec …de Constantin Von Barloewen). Ces personnes qui peuvent être très arrogantes se dévoilent en pleine régression vers le plein handicap, ou, du moins, l'amoindrissement de leurs facultés intellectuelles. Le hiatus est qu'elles travaillent dans la culture, l'information, la diffusion et la communication où elles osent censurer des milliardaires de "l'espace psychique". Ils s'autorisent à priver la collectivité de ces esprits "en technicités de pointe", celles qui ne coûtent rien à la planète. Et de poursuivre : "(…) cela signifie également qu'il n'y a pas d'"autre", il n'y a pas de lien, lien d'amour et lien social, pour assurer cet espace psychique. Toujours est-il que (…) notre civilisation est en train de se fissurer en raison de cette mise en difficulté, voire de cette destruction de l'espace psychique!". Ces personnes chargées de "communication" aussi infirmes de correspondances, châtrées de tout amour et sociabilité, par solipsisme et hypertrophie des égoïsmes, est-ce que cela ne fait pas très désordre? Tandis que les derniers porteurs de "l'espace psychique", ces fortunés de la vie intérieure, se montrent toujours pourchassé-e-s par la médiocrité médiatique" !

Les fomentateurs de l’inculture généralisée et, surtout, de la destruction de toute créativité heureuse semblent bien souffrir des mêmes maux que les cibles de leurs régressions civilisationnelles. Sauf que leurs intoxications, à elles/eux, sont dues à leurs manques d’amours concrets. Leurs inattentions structurelles aux autres et leurs beuveries aux narcissismes frelatés !

..

…………………………….*******************************

Et lorsque la créativité REVIENT ? Et lorsque les créativités paraissent ?

C’est tout cela l’absence de créativité. Si un flash fulgurant y pouvait entrer dans ces vies sans intensités, sans ardeurs conscientes et sans sensualités tissées d’un savoir faire comme alchimiste ? Où tout ne déboule qu’en son inconscience médusée. Une colère monte mais nous ne la reconnaissons pas comme une colère : cette reconnaissance nous dépasse toujours. Toujours bousculés, chahutés, malmenés dans tout ce qui nous arrive…

La créativité n’a pas de diplôme. Et des êtres qui ne savent ni lire, ni écrire ou compter ont pu développer nombre de qualités. Comme deviner les humains, sentir leurs besoins avant qu’ils ne les expriment, tressauter, sensitivement, de leurs drames intérieurs, se faire comme des points d’interrogations face à leurs muettes questions, etc. tant de finesses et de délicatesses dans la compréhension des êtres que bien peu d’humains dits cultivés ont su garder intacts en eux. Oui, ils nous surpassent…Oui, ils vous décrivent toute la machinerie intérieure de quelqu’un sans une erreur d’analyse, etc. Donc l’excuse du manque d’études ne fonctionne pas comme excuses qui la ferait fermer, se taire. Trop facile. La créativité intensifie, agrandit, développe, amplifie la vie. Avec ou sans études : ce n’est pazs là l’essentiel. L’école de la vie est très efficace aussi…Suffit de s’y mettre

..

**4) –

C’est de s’inventer des expériences inconnues.

De se forcer la main – au début. En plantant, dans le sol de nos sensibilités, du vrai nouveau, soit de l’encore inconnu. Ces expériences mêmes  que la société n’a pas prévu, que la civilisation s’est trouvée incapable de concevoir. Et que nous devançons. Un exemple pas compliqué ? Un an à ne lire que des auteurs féminins. Et les résultats nous sont offerts dans le lien suivant :

Un-an- que des auteurs-féminins

…et les exemples ne demandent qu’à exploser en pluies enchantées de pollens. Comme nos activités sont très nuisibles pour la survie de la…vie et de la Nature, et qu’il s’agit sérieusement de les limiter – inventons une socialité de créativités. Des rapports humains et sociaux de créativités multipliées et partagées. Toutes les « débrouilles » sont des créativités. Nous en avons déjà beaucoup parlé. Et nous préparons un nouveau texte sur les débrouilles sont créatives et créatrices !

…………………………**********************************

….susurrions- nous que RENDRE les mots aux sons obtiendrait une communication sociale incroyable et que je te module les voyelles - et que par tous ces sons je t'obtiens un résultat jamais vécu encore. Nous pouvons ajouter tous les bienfaits des civilisations orales afin d’amplifier la nouvelle civilisation en marche.

 

..........................…surions alors que lacets dits…

..

Les données refoulées de ce qui se passe autour de nous ? C’est général, toute la culture est gangrenée par l’argent fou. Ainsi, les CD, DVD, livres, etc. avec le numérique cela ne coûte plus rien à produire. Donc les prix à la vente auraient dus baisser joyeusement ? Mais, tout au contraire, au lieu de ramener les prix vers ces baisses de coûts de production - ils augmentent, abusivement, les prix sans aucune justification ni lien avec la réalité. Ainsi 400 % de bénéfices pour le plus grand éditeur de sciences depuis avant le numérique - n'est ce pas trop ? Clair que ceci nuit très dangereusement à la liberté : à la libre circulation des connaissances. Ainsi, plus que stupidement étranglée par l’argent qui ne sait vraiment rien ! Et, pour cela, ne devrait jamais prendre de …décisions pour tous. L’argent ne peut mener le monde – puisqu’il ne sait absolument pas le conduire et le diriger. Sainement. Disons, afin de conclure, que le lieu de la guerre la plus intense c’est la pensée. Et que, depuis longtemps, seuls les penseurs et les écrivains sont... maudits. Puisque ils restent des esprits de puissantes synthèses et que, en général, nous ne trouvons qu’eux en première ligne…Et que donc...hum hum tout ce que cela prouve !

Le-lecteur-une-espèce-menacée, mais pas en voie de disparition !

Et si nos problèmes du quotidien venaient du fait que nous lisons de moins en moins et, qu'ainsi, nous n'arrivons plus à nous parler et donc, à nous comprendre ? Les conversations sont aujourd’hui si directes, sans nuances, qu’elles en deviennent complètement agressives. Des agressions barbelées ? C’est comme si la fonction poétique du langage, celle qui concerne les choix et l’agencement des mots, n’existait plus du tout... Clair, que c’est le secret piteux et miteux de notre époque. La poésie de vivre est la plus grande protection de la civilisation possible.  Les paradis actifs seraient  - alors - dans les perpétuelles interrogations ? Dont les trajets nous conduisent toujours aux limites de nous-mêmes. Les paradis ce sont des PENSÉES CENTRALES que nous n’avons toujours pas eues. Une satorique compréhension serait donc l’entrée ouverte des paradis ? Serait-ce parce qu’une immense sagesse (si peu pratiquée mais très admise) martèle que la Nature est la même en nous qu’à l’extérieur de nous.

Et que, d’apprendre à vivre, c’est de superposer parfaitement ces deux aspects inséparables de la Nature. Les paradis c’est tout simplement de savoir vivre très heureux avec soi-même. De rester dans la jouvence permanente (affective, émotionnelle et mentale – le corps énergétique, lui, ne peut que suivre la voie de l’entropie !). Chaque réveil nous trouve tout neuf avec un corps plus ou moins fripé. Qui ont les paradis en eux pourront seul(e)s, et avec doigté, nous désincarcérer…

………….. du grave accident qu’est notre époque actuelle !

………Et personne d’autre. Ce pourquoi nos textes charnels nous avouent tout.

……………………………..*************************

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ANNEXE – BONUS  <<<<<<<<<<<<<<<<<<<

Faire découvrir des trésors de la langue afin de la faire aimer toujours plus ?

· Le plus long palindrome de la langue française est « ressasser ». C'est-à-dire qu’il se lit dans les deux sens.

· « Institutionnalisation » est le plus long lipogramme en « e ». C'est-à-dire qu'il ne comporte aucun « e ».

· L'anagramme de « guérison » est « soigneur » C'est-à-dire que le mot comprend les mêmes lettres.

· « Endolori » est l'anagramme de son antonyme « indolore », ce qui sonne paradoxal, mais peut décrire un avant et un…après !

· « Squelette » est le seul mot masculin qui se finit en « ette ».

· « Où » est le seul mot contenant un « u » avec un accent grave. Il a aussi une touche de clavier à lui tout seul !

· Le mot « simple » ne rime avec aucun autre mot. Tout comme « triomphe », « quatorze », « quinze », « pauvre », « meurtre , « monstre », « belge », « goinfre » ou « larve ».

· « Délice », « amour » et « orgue » ont la particularité d'être de genre masculin et deviennent féminin à la forme plurielle. Toutefois, peu sont ceux qui acceptent l'amour au pluriel.

· « Oiseaux » est, avec 7 lettres, le plus long mot dont nous ne prononçons aucune des lettres : [o], [i], [s], [e], [a], [u], [x] .

-  enfin, « oiseau » est aussi le plus petit mot de langue française contenant toutes les voyelles. Comme oui, le oui voyellique l’admettait déjà ?

Tag Londres impressionnant

Tout appartient à la créativité qui libère chaque humain du système devenu si toxique ! Les tags aussi....

…………………….(à suivre)

 ………………………**********************************

…toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion nous grandisse et nous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

**** trouvez, aussi, un compliment à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 1 "Les mamelles du repos", "Remue- ménage" et "L'athéâtre", onglet 2 " Comment devenir un (e) athée du capitalisme " ou bien "L'intelligence indestructible du capitalisme ?" et "La star des stars", "L'ardeur sociale" ou, encore, "Présent !", onglet 3 "La diction du dictionnaire" ou comment rendre tous les mots physiques", et "Rien de plus solide que le solidaire", sinon, onglet 4 "Où trouver encore du sérieux ?", "Nul n'est nul", "Je ne parle plus à qui a raison" ou bien, encore, "Assentiments aux sentiments".

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

….les anti-élites actuelles (…celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Comment la créativité augmente la vie ?
Comment la créativité augmente la vie ?
Comment la créativité augmente la vie ?
Fenêtre sur le futur commun cocréé....

Fenêtre sur le futur commun cocréé....

la politique cela s'invente aussi...

la politique cela s'invente aussi...

les paresseux sont les plus niqués du monde - à jamais insatisfaits et sans savoir pourquoi...le secret enfin dévoilé...

les paresseux sont les plus niqués du monde - à jamais insatisfaits et sans savoir pourquoi...le secret enfin dévoilé...

Créer c'est penser à côté...à côté c'est "para" oui comme paradis dis donc ?

Créer c'est penser à côté...à côté c'est "para" oui comme paradis dis donc ?

Comment la créativité augmente la vie ?
j'accours...

j'accours...

et dire que ces adultes égarés sont les mêmes qui critiquent…l’imagination !

et dire que ces adultes égarés sont les mêmes qui critiquent…l’imagination !

sans créativité - pas de futur...

sans créativité - pas de futur...

Nathan Stern est un homme que les violences humaines -- qu'elles soient spectaculaires ou invisibles, historiques ou quotidiennes -- interrogent et révoltent sans répit. Il a fait de la lutte contre la violence et de l'application radicale du principe d'empathie le coeur son métier. A partir de 2003, il se consacre à créer des réseaux sociaux permettant aux habitants d'un même quartier de tisser des liens inédits (Peuplade.fr), de se réunir autour des personnes âgées isolées (Voisin-Age.fr). Plus récemment, pour rendre accessible ces outils aux non-connectés, il crée Alter-Ego.cc, un réseau d'entraide par téléphone entre personnes traversant ou ayant traversé des difficultés similaires. Aujourd'hui, il déploie Common Good Factory, une manufacture ouverte d'outils de médiation, pour aider les organisations et les institutions à adopter une approche plus bienveillante de leur métier et de leur fonctionnement."

Pendant la crise, comment soutenir la culture et la créativité ?

La crise ? Elle n'existe que dans les têtes. Nous n'avons jamais été aussi riches collectivement, seulement ce n'est pas du tout réparti..."équitablement" (comme aiment dire les classes moyennes sans jamais le concrétiser...de répartir !). D'aileurs l'austérité ? Eh bien, les riches n'y participent pas puisque ce n'est pas une crise. Mais...un braquage social, la prétendue austérité les enriuchit...énormément !

Tout est créativité, cuisines, jardins, s'occuper des enfants, faire des tags et du sport d'équilibre..même les Arts, .c'est dire !

Tout incite à la créativité...

mêmes les nombres rébarbatifs...

Commenter cet article