Comment la loi condamne le capitalisme ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Comment la loi condamne le capitalisme ?

Les grandes déclarations de politiques générales abondent en : l’espace public n’est pas privatisable ou l’intérêt général l’emporte sur les intérêts particuliers, même collectifs. Ce qui permet d’en déduire un espace public comme l'univers réellement commun, non négociable, non expropriable, non divisible, et, surtout, non privatisable d'une nation. Ceci a, encore, été réaffirmé contre Nuit Debout comme un principe universel supérieur. Et la loi ne se change pas au gré des opinions sociales et politiques. Et n’admet pas de passe-droits. Tout privilège reste interdit, vous ne le saviez pas ?.

L'espace public n'est pas...privatisable

 

Le monopole de l’interprétation de la loi est aussi erroné que la prétendue Constitution européenne qui affirme défendre une « concurrence libre et non faussée ». Et qui ose permettre tous les grands monopoles du privé, la féodalité de la finance internationale, l’ancien régime des trop riches qui refusent les impôts donc l’appartenance à la collectivité juridique. La loi est la même pour tous ou ne peut être la loi. ElIe ne peut s’utiliser à la carte : et selon les caprices déraisonnables des trop riches. En positions d’exemplarités, ils doivent même respecter plus la loi que les autres. C’est dire.

L'intérêt général est supérieur aux intérêts privés, même collectifs.

 

Or, nous voyons tout l’inverse. Cependant, cet inverse ne s’affiche jamais en premières pages de tous les supports médiatiques. Mais toujours en petits caractères dans les dernières pages. Un aveu clair que les capitalistes connaissent bien l’illégitimité de ces pratiques. Le néolibéralisme dans ses actions ne peut surtout pas se montrer au très grand jour. Il ne pratique ses illégalités flagrantes que dans l’ombre. Donc frauduleusement. Sachant très bien que son capitalisme non autorégulé est condamné par la loi. Qu’il est répréhensible et qu’il est impossible, politiquement, d’affirmer qu’il ne faut plus respecter les grands principes. Ce qui fait qu’il reste coincé. Il agit dans une direction mais parle et s’affiche dans une direction contraire. A l’évidence, une des deux est très illégale. Et, si nous ne nous laissons pas intimider par les inadéquats vacarmes médiatiques, de mauvais alois (ils ne peuvent exister qu’animés par des personnages peu en régularité avec les institutions !), nous pouvons persister à tout examiner ! Sous toutes les coutures.

..

…………………………**********************************

….tout ne se réduirait, alors, qu’à un look très largement dit « récupéré » par le capitalisme. Le capitalisme, ce voleur obsessionnel des autres, ne « vole » que des apparences secondaires (vêtements, accessoires, symboles, trouvailles verbales et graphiques, etc.) sans jamais PAYER LES DROITS d’auteurs. Tout en braillant, lui, « ses » brevets si impératifs. Or s’ils dévalisent de faux « récupérés » (cette calomnie qui ne sert que pour les voler avec un vernis hypocrite de légalité) sans rien payer, nous pouvons « récupérer » ces brevets sans rien payer. La loi reste isotrope et universelle ou n’est plus : s’ils le font, nous pouvons aussi le faire ! Nous pouvons nous affirmer « récupérateurs » et remettre tous ces faux brevets du vivant dans le domaine public. C’est comme ça. Il suffit de le faire. Exactement - nous sommes autant « le système qui récupère tout » qu’eux ! Non, rien n’est de leur propriété « naturelle » et « normale ». La Nature est propriétaire de tous les brevets et refusent qu’ils soient privatisés. Seulement un « usage temporaire », pour qui améliore, met en « forme-service », fait avancer la connaissance, etc. Oui, qui peut, alors, avoir un « usage temporaire » du brevet, jamais un « monopole définitif ». Trop contraire aux principes du Droit.

évasion-fiscale-:-nous-avons-affaire-à-des-oligarchies-nationales-complètement-vérolées/

 

Oui, toutes les informations ne montrent les capitalistes que fraudant partout la loi. Ils ne peuvent se cacher de la loi – celle-ci doit même tous les présenter sur le devant des scènes. Leurs mascarades seraient donc terminées ? « Les fortunes qui se comptent en milliards ne peuvent plus laisser personne perplexe, Michel Pinçon cite dans une interview pour France Inter en évoquant la liste des grandes fortunes publiée dans Challenges que « La liste des grandes fortunes est la liste des fraudeurs. ». Sans langue de bois, le sociologue exprime sa pensée stricte et clairvoyante. Il explique que les grandes fortunes ont « un état d’esprit de la noblesse au temps de la royauté », cela leur semble tout naturel en effet ne pas payer d’impôts. » Ils ne veulent pas se soumettre à la loi la même pour tous ? Ceci reste juste le caprice d’un ivrogne qui se croit au pouvoir et surtout pas une…position acquise. Nous n’avons pas à tenir compte de ces délires alcoolisés.

A cet égard, l’erreur gravissime d’avoir privatisé plus qu’illégalement les services publics fait que leur « droit » ne peut plus fonctionner. Comme un miracle non ? Déroulons le prodige : la loi n’est jamais de leur côté. Ils doivent toujours la distordre et cela se…voit. Le capitaliste reste partout un hors loi, un lamentable hors-la-loi. Sa « loi particulière et anti-universelle » ne peut plus fonctionner, n‘est plus acceptable, donc plus acceptée. Plus jamais il ne pourra impunément voler en utilisant – frauduleusement – la loi. Le fait qu’il va devoir tout rembourser risque même de l’immobiliser. Sans doute, définitivement. A ce point ? Oui, au point que s’ils ont un « monopole exclusif sur quoi que soit » la « vraie » loi préférera le prétendu « monopole » des services publics. Puisque ce monopole ne serait pas à but lucratif. Et que, en République, le public domine le privé, et l’intérêt général supplante les intérêts privés. Tout ce qui se passe, actuellement, est donc profondément antirépublicain et contraire à la Constitution. Les prétendus Républicains sont de clairs antirépublicains…inéligibles en réPublique. Tout comme les ex-socialistes, immensément traîtres à tout ce qui a été le socialisme « réel », sont tout autant inéligibles.

..

…………………………….**********************************

Brevets du vivant - plutôt crimes que progrès !

Brevets du vivant : progrès ou crimes. Crimes contre l’agriculture, l’alimentation et la santé ?. «Le cartel génético-industriel, drapé dans le manteau de la philanthropie et du progrès, a réussi à imposer le brevet du vivant en 1980 aux États-Unis et en 1998 dans l'Union européenne avec la directive 98/44 que la France aussi aura transposer. L'Organisation mondiale du commerce exige de l'étendre au monde entier. Ses conséquences pour les peuples, avant tout ceux du Tiers Monde, en seront tragiques dans les domaines jumeaux de la biologie appliquée : l'agriculture et l'alimentation, la santé. » Dans la catégorie « ils sont tous des hors-la-loi », politiques carriéristes, multinationales, banquiers privées et entreprises CAC 40 (sauf donc les PME-PMI non affiliées à la grande délinquance boursière, peu de politiques indépendants, les banques mutualistes qui ne « jouent » pas en Bourse…). Oui tous hors-des-lois et grands délinquants. Ainsi, les brevets sur le vivant sont absolument délictueux (ils nient l’intérêt général, le seul qui vaille en réPublique République !). Ils n’existent que parce que rien de tel n’existait avant ! Cependant, ils restent très contrables…Ils nient les « droits de la Terre » qui a le droit légal de donner son avis. Son avis est « je donne à tous pas à un seul ». Pareillement, la privatisation des moyens de productions (bâtiments, outillages et…plus-values) ne reposent sur rien de solide. L’outil de travail est à qui y travaille : l’argent usurier sera toujours hors-la-loi. Rien du droit républicain ne le permet, en tout cas.

Ce ne sont, de la part de ces personnages si peu recommandables que…coups d’état sur coups d’état. Des « factieux » dit la Constitution. Nous disons des émeutiers contre l’intérêt général, des fauteurs de troubles qui doivent, tous, aller en prison (ne serait-ce que parce que leurs destructions cupides de la vie et de la nature sont prohibées par les lois « anti-casseurs »). Contre les biens communs, les prés communaux, le patrimoine de l’Humanité, les sous-sols non privatisables, l’espace aérien non privatisable, la survie des sols non privatisables, toutes espèces à protéger qu’ils assassinent en direct avec toutes leurs pollutions représentent, concrètement, des crimes…où un seul mot revient : illégal, illégal, illégal et illégal…même le mobilier urbain public défiguré par les déprédations préméditées de « leurs » publicités. Publicités malades du « culte de la personnalité (selon le principe du « on sait comment çà commence , par un joint d’une petite publicité et comment cela des termine, tous camés à la drogue dure du pouvoir antidémocratique » ! En position de prévention, toutes les publicités sont donc prohibées comme drogues illicites…). Oui, ces manifestants ultra déchaînés que sont les capitalistes « détruisent » dix mille fois plus que les trop diffamés « manifestants honnêtes ». Voilà que nous voyons plus clair : tout est donc illégal dans le capitalisme ? Oui, clairement des infractions graves à toutes les lois. Aucune loi ne permet explicitement l’usage inhumain du capitalisme. S’il y en a, leurs examens permettent de découvrir qu’elles ne sont pas légitimes. Mais scélérates. Et doivent être révoquées. La société a même le droit de demander réparations pour chaque déprédation du toujours plus scandaleux capitalisme. Pour assistance à Humanité en danger, et atteintes mortelles à la Nature – faire tout son possible afin de faire abolir cette monstruosité de…bêtises est même un « devoir sacré des citoyen-ne-s », comme l’a très bien vu 1789 !.

Comment la réglementation sur le développement durable nous aide énormément ?

 

Le vivant demeure un bien commun à 100 % : toute loi qui dit le contraire est félonne. Et immédiatement révocable…Pourquoi ? La propriété est une idéologie non une nécessité « naturelle ». No, a fortiori, normale. De plus, aucun capitaliste ne respecte aucun contrat limitatif ou bienveillant. Il veut toujours tout et cela contre rien pour les autres : tant de dissymétries en fait le fer de lance de toutes les injustices. Toujours plus inacceptables…La propriété trop étendue est, ainsi, juste un abus de pouvoir qu’aucune loi ne plus « couvrir »… « Au point que l’idéologie propriétaire, c’est-à-dire l’affirmation de la nécessité que la propriété soit absolue et exclusive et donc attachée à une seule personne, a atteint ses limites. Il faut bien comprendre qu’il y a eu une concomitance entre l’idéologie propriétaire et la montée en puissance du néolibéralisme. Cette idéologie a été basée sur la thèse que les marchés sont efficients mais à condition que les droits de propriété sur les biens soient pleins, entiers et entièrement garantis. C’est ce faux postulat qui nous disait que la meilleure façon d’atteindre un bien-être maximum pour le plus grand nombre était de laisser faire les marchés… » (Benjamin Coriat coordonnateur de l’ouvrage le Retour des communs et la crise de l’idéologie propriétaire). Or, tout ceci s’est avéré plus que faux. Et donc être quitté !

Le capitalisme est démasqué à 100 % : le plus antisocial des comportements, celui des ennemis nihilistes de la société, le plus grands fauteur de troubles de tous les temps, un émeutier inacceptable, un danger permanent pour l’Humanité – bref, le pire des humains qui doit être…empêché de nuire. Après toutes ces justes réparations des gigantesques dommages causés par sa maladie (cupidités non autorégulées, profitismes de détraqués, irrespects prouvés contre des êtres humains et postures persistantes de hors-la-loi irrécupérables !), oui après toutes ces justes dédommagements – impossible de dire que la loi ne condamne pas le capitalisme. La loi, toute la loi condamne le capitalisme.

………………………..Et plus de 90 % de l’Humanité aussi !

..

………………………....…****************************************

Les grands principes du droit, dits, pour la France, « les principes généraux du droit français » sont applicables même en l’absence de textes spécifiques. Ce qui leur donne une valeur supra-réglementaire. Celle-là même qui condamne le capitalisme. En droit international public, les « principes généraux de droit reconnus par les nations civilisées » sont considérés comme une source de droit, conformément à l'article 38.1 (c) du statut de la Cour internationale de justice. Les limites internes ? "Il est défendu aux juges de prononcer par voie de disposition générale et réglementaire sur les causes qui leur sont soumises." Ils n'ont que le pouvoir de mettre en évidence et d'interpréter les normes existantes ; le principe général du droit est dès lors sous-jacent dans un état du droit existant, et il serait simplement mis au jour par le juge. (source : Wikipédia). Le législatif, participant à la séparation des pouvoirs, connait les mêmes limites. Limites que les politiciens carriéristes ont souvent violées. Un certain nombre de lois prises ces dernières années ne sont pas, non, légales. En France, les lobbies ne peuvent, par exemple, « faire les lois » sans les rendre immédiatement…révocables !

Ici, juste les grandes rubriques des principes généraux du droit qui n’ont, à l’évidence, pas été respectés. Voire complètement piétinés.

Principes fondés sur l'égalité

Règles de procédure juridictionnelle

Principes généraux du droit intéressant l'organisation et le fonctionnement des services publics

Principes généraux du droit en matière sociale

Le fonctionnement du droit correspond à une hiérarchie des légitimités. Les principes généraux du droit y représentent les fondations, sans lesquelles la maison du Droit ne peut, simplement, pas tenir debout. Il est, de la sorte, clair, que l’examen attentif des procédures ne peut que dérouler que quasiment toutes les lois « octroyées en faveur exclusive des capitalistes, et ce aux détriments démontrables de la majorité des citoyen-ne-s » ne sont…ni légitimes ni légales. Le 49-3, par exemple, enfermé dans les moyens mis à la disposition des gouvernements, peut tout à fait (grâce à des procédures malheureusement non utilisées) être mis en accusation. Non pas sur sa procédure mais sur ses impacts imprévus sur les citoyen-ne-s qui le subissent. Le format du texte ne permet pas d’entrer dans chaque détail – mais son thème central en sort très renforcé

 

…………………..oui la loi condamne fermement le capitalisme ?

 

…..…… (à suivre)

 

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

 

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 3 "Nul n'est nul", "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?» et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ; et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 200 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Comment la loi condamne le capitalisme ?
Ce dessin est l’aveu central que le capitalisme est structuré comme une grande délinquance

Ce dessin est l’aveu central que le capitalisme est structuré comme une grande délinquance

Comment la loi condamne le capitalisme ?
quoi de moins scientifique que ce système d’extrême déraison ?

quoi de moins scientifique que ce système d’extrême déraison ?

les propriétés de la matière existent bien – la propriété humaine reste une convention scientifiquement infondée !

les propriétés de la matière existent bien – la propriété humaine reste une convention scientifiquement infondée !

Comment la loi condamne le capitalisme ?
La Nature enveloppe toutes les propriétés et demeure donc infiniment supérieure à toutes ces mécompréhensions…bornées !

La Nature enveloppe toutes les propriétés et demeure donc infiniment supérieure à toutes ces mécompréhensions…bornées !

Comment la loi condamne le capitalisme ?
actuellement, les prétendus petits peuvent faire de grandes choses à condition de s’unir, mais de s’unir à fond.

actuellement, les prétendus petits peuvent faire de grandes choses à condition de s’unir, mais de s’unir à fond.

un autre capitalisme ne sera jamais possible

un autre capitalisme ne sera jamais possible

Eric Andrieu (S&D). – Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, comme nous le savons, le droit international et la directive 98/44/CE sur les brevets interdisent explicitement la brevetabilité des variétés végétales, des procédés essentiellement biologiques, des races animales et des caractères natifs, y compris lorsque ceux-ci sont obtenus par des procédés naturels.

la propriété ne peut plus du tout être absolue...

La vie est-elle un produit marchand ? C'est là tout l'enjeu du non-débat sur la brevetabilité du vivant. De quoi s'agit-il exactement ? Tout simplement d'autoriser, ou non, des entreprises à déposer un brevet sur une plante, un animal ou même un être humain. Bref, de permettre à l'entreprise de faire du commerce avec le vivant.

Le droit a des limites – mais le système capitaliste tord tout (« dans l’intérêt de la collectivité », le capitalisme doit être exproprié de…droits abusifs. Il doit répondre et accepter des « contraintes »…). Il a toujours pu être nationalisé. Des servitudes qu’il fuie. Les abus de propriétés sont prévus dont celui de « causer volontairement des préjudices à autrui ». Ce qui est le cas du danger capitaliste !

N’oublions jamais que la loi protège en priorité l’intérêt général. Jamais il n’a été aboli pour donner tous les droits à la propriété. Celle-ci est toujours limitée (dite absolue oui, uniquement, dans le cadre d’un usage individuel qui ne nuit pas aux autres)

la brevetabilité du vivant est bien définie comme piraterie – ce ne sera jamais fondamentalement légal !

Nulle loi ne peut couvrir le monopole de l’information par du privé qui nuit gravement à l’intérêt général

les abus ne seront jamais bus...mais virés des lieux publics !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article