Changer la société par le bas ?

Publié le par imagiter.over-blog.com

Changer la société par le bas ?

Dans ce grand froid climatique et social, des projets très innovants voient le jour. Oui, pas seulement les peu riches qui ouvrent, malgré tout, leurs portes aux démunis. En s’excusant de leurs maigres moyens. Non, le prétendu bas de la société est en train de la changer. Par des initiatives déjà construites et qui respectent la liberté d’initiatives de chacun-e : des boites à dons, give boxes, garde-mangers solidaires, coopératives alimentaires d'invendus…avec, à l’horizon, de complètes « maison des dons », des magasins de civilisation et une…nouvelle civilisation…etc. Comment toutes ces idées ont pu germer ? Comment la spontanéité du cœur a pu retrouver le chemin du social si embrouillé ? Et devenir simple comme bonjour !

C’est dans le cadre des 10 millions de tonnes de nourriture jetées tous les ans à la poubelle. Plus toutes les destructions d’aliments à la production. Cette accusation d’échec collectif pour une société anti-rationnelle. Cette société doit changer et vite : elle a tort ! Des besoins vitaux d’un côté – et des attitudes inexcusablement irresponsables de l’autre. La nourriture est sacrée, il s’agit de la répartir efficacement : pas qu’une poignée, tournée vers la maniaquerie de faire du profit à n’importe quel prix, détruise tous les précieux liens sociaux. Ce qui est le signe d’un monde à l’envers où l’on ne sait plus penser ni réfléchir…Se nourrir est sacré et tout gaspillage est un pillage pour les plus nécessiteux ! Gaspiller abusivement c’est commettre des délits. Ainsi que des insultes dramatiques au bon sens. Et provoque de sérieux doutes sur les compétences à la gestion des financiers et des politiciens carriéristes. Pendant ce temps, le prétendu bas de la société répare les dégâts de ces lunatiques ! Lunatiques et hargneux en plus (comme tous ceux qui ont grandement tort !).

..

…………………………**********************************************

Dix-millions-de-tonnes-de-nourriture-sont-gaspillées-tous-les-ans-en-France

Un très bref résumé de leurs incompétences flagrantes les fait éjecter de tous les lieux de prises de décisions collectives. A cause de leurs gaspillages scandaleux nous respirons un air plus empesté ? Oui. Ces pertes d’usages sensés de la nourriture sacrée ont des résultats extrêmement négatifs à imputer aux prétendus dirigeants. Ces pertes représentent 15,3 millions de tonnes de CO2, selon une étude de l’Ademe publiée le 26 Mai 2016. Ce qui veut dire ? En plus de jeter au lieu de répartir les surplus alimentaires, il aura fallu tuer beaucoup d’air pour ces productions jetées étourdiment par la stupidité dominante. 15,3 millions de tonnes de CO2 ! Ces gestions sont inexcusables d’insuffisances. Oui 16 milliards d’euros d’aides potentielles enlevées, par bêtises crasses, des mains des pauvres. Au point que la grande distribution antisociale se doit de rembourser ces sommes aux miséreux et nécessiteux ! Aucun alibi, aucune excuse !

Garde-manger-solidaire-libre-service-en-plein-12e-arrondissement

« Trois boîtes en bois attirent l’œil au 295, rue de Charenton. Dedans, on a la possibilité de se servir à manger. L’association Cap ou pas cap et un collectif d’architectes ont conçu un garde-manger solidaire avec une trentaine de bénévoles. Ils l’ont installé sur les grilles du centre social Charenton. Clément Hélary, responsable de la communication, défend l’idée de « prendre quand on est dans le besoin et de donner sinon ! ». Il a développé un outil pour se poser des questions par rapport à la nourriture. « Avec un garde-manger solidaire, on s’adresse à tout le monde… », détaille-t-il.

L’association a commencé par mettre en place des boîtes à dons d’objets, dans le quartier de Daumesnil, Place Félix-Eboué. « Nous avons perçu une demande pour accéder à de la nourriture de qualité. Alors, l’idée de lancer un garde-manger nous a semblé évidente », poursuit Clément Hélary. D’abord, ils ont dû imaginer la forme des contenants, trouver des financements participatifs, puis, est venu le temps de la construction, soutenu par le collectif d'architectes « On a pensé à un truc ».

À la mi-décembre, au cours d’un chantier collectif, ils ont fini par accrocher trois garde-manger aux grilles du centre social Charenton. Et Clément d’espérer : « L’association les verrait bien tournés vers la rue plutôt que le centre social, pour inciter les riverains à se servir en toute liberté. »

Les trois garde-manger sont destinés à contenir des denrées non périssables - boîtes de conserve, pâtes, pain, gâteaux… -, des bouteilles, voire des cagettes de légumes. L’association Nouveau Robinson apporte des provisions de temps à autre. Des usagers du centre social sont chargés de l’entretien des équipements. »

Cela commence par les boites à dons et la société le devient ?

« Plus concrètement il s’agira d’« armoires » ouvertes, où tout un chacun pourra déposer et/ou prendre des denrées alimentaires non périssables. Cet équipement collaboratif donnera les moyens aux habitants de Paris de participer concrètement à l’économie du partage et, par des gestes simples du quotidien, de construire une société plus humaine, plus solidaire et plus écologique.

Ce « Garde-Manger solidaire » aura été imaginé et co-construit avec un groupe de personnes isolées, en difficultés et un certain nombre de structures partenaires. L’association souhaite accompagner ce groupe de personnes impliqué dans un chantier participatif en décembre 2016.

L’idée étant de construire un projet pérenne, de créer une dynamique autour de cet équipement. Ce Garde-Manger pourra permettre à un réseau d’acteurs de la solidarité, de l’économie du partage, d’y organiser des activités autour du don, de la gratuité, etc. (glanage et redistribution d’invendus alimentaires, ateliers de sensibilisation à l’éco-consommation et de lutte contre le gaspillage, etc.). De plus, en fonction des échanges, des besoins identifiés et des retours concernant cette expérimentation, il sera possible d’aller plus loin et d’envisager d’accompagner par la suite ce groupe de personnes mobilisé, sur une durée d’un an ou deux, dans la création d’une coopérative alimentaire d'invendus. »

..

………………………************************************************

A comparer avec ce texte du 23 mai 2011…"La maison des dons" où (comme d'hab') les bénévoles feraient se rencontrer (selon des modalités plus stratégiques) les communautés ennemies (autour de leurs seuls points communs et dans le positif de "projets collectifs" à monter ensembles!). Dans un espace neutre, les humains ennemis reconnaîtraient que le cadre transformé (plus manipulé par les abjectes multinationales)…ils ne se trouvent plus…vraiment ennemis ! "La maison des dons" se ferait connaître très vite. Partout. Et à tout le monde pour ses qualités multiples dont celle-ci. Imparable, non ?

Y viennent, régulièrement, qui a besoin d'aide (dans tous domaines) et qui veut aider (dans tous domaines ) mais plus du tout dans l'instrumentalisation centralisée, juste en direct directooooo avec les individus que je veux aider, et pas dépossédé (de mon aide concrète) par des organismes trop inertiels. Etc.…à vous d'imaginer l'ampleur des "réussites" du processus. Sans moyens, nous surpassons aisément le minable capitalisme…Voyons de très prés : dans l'hypothèse où le privé aurait raison (pas comme lui, ne rien négliger, dit-il d’un ton si néééégligent !!!) il faut retourner l'argument contre eux: le Privé à trop pris la place de l'Etat, c'est un clair monopole total anti-concurrentiel qui fige tout. Seul le micro privé, les initiatives individuelles peuvent niquer ce Privé devenu l'ennemi inerte et pesant de ses absences de principes…Le capitalisme niqué par le micro privé – jamais l'univers n'abandonne son humour « universel » !!!

http://www.imagiter.fr/article-les-maisons-du-don-partout-comme-portes-qui-ouvrent-la-nouvelle-civilisation-74451200.html

"La publication est partielle, et le public qui en résulte n'est que partiellement informé et formé, tant que les significations que les publications convoient ne passent pas de bouche en bouche" (p 323 – John Dewey - Le public et ses problèmes, avril 2010). Il faut vraiment manger le livre. Carrément. Qui n'a jamais participé à la société de consommation et ses indignes pollutions – sait savourer la splendeur de "mots comestibles"…et, aussi vite que tu lui expliques, il a déjà pigé. Et au-delà. Plus vite que la lumière et son siiii si c’est possible !!!

Tout ce qui est historique a une fin. Fort heureusement pour nous le capitalisme est entièrement historique historique hic hic, ivre de ses illusions – il précipite sa fin. Nous troopp sobres, tu piges le tableau ? D’être bien resté(e)s en dehors parce que trooooop « naturels ». Oui, naturels par tant de sensuuuuualitéééés (la sensualité se détecte parce que, si discrète, elle seule refuse toute conquête et poigne autoritaire sur ton épaule – juste une si discrète caresse sur ta peau !). Oui sensualités à tout bout de champ (ben justement… nous voilà propres – il était temps !!!). La fin du capitalisme ? C’est pas nooootre problème !!! Mais très courte vision tout de même :

Les clés de la prison ? Nous reprenons les portes donc les clés qui y étaient collées. Les soi- disant élites, chaque jour, vont se retrouver toujours plus enfermées. Engluées toujours plus dans leurs mensonges perpétuels aux mouvements inverses de ceux de la vie. Mensonges dont ils ont même perdu la clé. Qui voudrait être à leur place, à part eux ?

Plus les messages sont brefs, plus l’ampleur primordiale. En aucun cas, ils ne doivent trouver d’ouverture afin de s’en sortir !!!

Fallait bien que ça nous tombe dessus : nous avons désormais les rênes du monde en main. La clé (fort heureusement) reste dispersée entre plusieurs mains. Qui ne S’UNIFIERA pas restera, donc, enfermé-e et c’est ferme loi…

Et, eeeeetttt les gardiens resteront en si mentale prison et tous les ex-prisonniers tant et tant nous illumineront de leur joie d’être, enfin, liiiiiiiiiibbbbbrrreeees !!! Mouvement trop irrésistible qui obtient toutes chances de nous entraîner auuuuussssiiiii !!! ivres de libres !!!... être tous les autres avant d’être soi-même c’est la réussite implacable de qui vous aviez appelé « Mother » !

A votre tour !!!

Dans toute ville afin d’accélérer le mouvement fondez (décentralisées*** – donc sans autorisation à demander à d’autre personne que votre cœur !). Oui créez des maisons des dooooooooonnnnnnnnnnnnnnnnnns !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

………………………*********************************************

http://www.imagiter.fr/2015/09/toutes-les-agitations-de-faux-projets-pour-ne-pas-avoir-de-reels-projets-2.html

Pourquoi s’exprimer ainsi ? Parce que, pour nous, nous nous sentons déjà entièrement dans la nouvelle civilisation. Le capitalisme est entièrement aboli dans nos cœurs. Il n’en reste pas un milligramme. Et les petits bourgeois gentilshommes, si détraqués de la tête, peuvent exiger que nous donnions des preuves unilatérales de ce changement de civilisation – ce n’est que se pisser dessus. Oui, avec leurs immenses hypocrisies où nous devons tout changer mais sans… rien changer. Où nous devons ne pas modifier le trône fainéant de ces miteux dieux sur terre. Tout en mettant en œuvre les grands vents des transformations, mais sans qu’un seul cheveu de leur hyper égoïsmes (causes de tant de malheurs sociaux et humains) ne soit perturbé. Soit l’équivalent de 100 000 miracles. Faut le faire. Pour ces lunatiques nous ne sommes rien mais pouvons…tout. Ah bah…Ces fous conformistes en sont à ce point ? Pore encore. Oui, leur opinion est plus que dévalorisée. Nous sommes le réel changement et eux la bassesse qui veut empêcher toute évolution naturelle comme tout progrès collectif. La société peut donc changer par le bas – puisque-ils/elles n’y sont pas. Seulement drogués aux images trafiquées des médias fous ! Donc – après l’interruption du sérieux par les pitres conformistes, ces échecs de vie - nous pouvons affirmer que, en nous, il ne reste plus la moindre trace du capitalisme. Ce rictus d’inhumanité inexcusable. Eh oui, cela commence toujours ainsi. Des êtres pionniers en qui plus rien du passé et tout du futur. Ces dispositions des positions mentales et affectives sont cette force intacte qui soulève les montagnes ! Elle l’a fait – voyez donc ce texte…

Ensuite – vont-elles, vont-ils semant et parsemant les idées neuves. Qui germent. Qui leur sont copiées e reformulées. L’essentiel reste de se sentir maternant de ses propres…conceptions. Les yeux parentaux veilleront parfaitement à protéger le futur.

C’est que les conceptions des idées coïncident avec les maturations des conceptions fécondées. Il y a infiniment de correspondances. Et de nombreuses expériences sur le poids des « formes » (morphisme) aura abouti à des savoirs si efficaces. Par exemple, à des japonais ne connaissant pas un seul mot d’anglais, a été proposé qu’ils regardent et entendent 3 textes. Et disent ce qu’ils ressentent. A savoir disent, à leur sens, lequel est le plus ancien, le plus récent et l’intermédiaire. A 98 % ils ont répondu parfaitement. Comment l’ont-ils « su » ? Par ce savoir que plus une chose est répétée plus sa « forme » est profonde. Malheureusement pour la majorité de nos contemporains : elles/ils ne « vivent » pas les idées, ne les parcourent pas de tout leur corps, ne les connaissent pas intimement. Mais, s’ils ne les connaissent pas, ils les « reconnaissent » par l’habitude, l’accoutumance, le sentiment de familiarité, de déjà vécu, etc. Ces personnages ne lisent pas à fond, ils « reconnaissent » les étiquettes. Et ces japonais, devant un texte de Shakespeare, ont déchiffré qu’il avait été tellement plus ressassé que les 2 autres. « Donc » le plus ancien. Le plus récent ayant un aire d’incohérence forte, d’instabilité et d’incongruité palpables (qui disparaît dès que nous entrons dans ses raisonnements tout neufs). Oui sa « forme » n’étant pas encore bien plantée, flotte sans assisses profondes. « Donc » récente !

Et nous sommes de ces pionniers qui sèment et essaiment. Ensuite, nos idées sont réappropriées (mais rien n’arrive si ces idées ne sont, d’abord, plantées. Elles assument le plus dur : que les humains s’habituent d’abord à leur présence). Ensuite, les pratiques qui germent de ces idées paraissent petites. C’est qu’ils/elles n’ont pas le plan d’ensemble des pionniers. Enfin, si ces aventuriers si salutaires ont survécu aux brutalités des foules incultes ( et qui, « pour cela », imposent si importunément leurs…non savoirs !)…oui ces précurseurs indispensables reprennent ces « petits résultats (mais agrandis par la pullulation de leurs nombres) et se mettent à les…

..............lancer et relancer encore plus loin !

 

Ce pourquoi changer la société par le bas parait bien plus long...

.........................................…mais, au final, est toujours bien plus efficace !

 

L’Histoire ne retenant que bien peu des gesticulations désordonnées…

………………… des prétendus dominants !…

 

Ils avaient tous les moyens et n’ont jamais rien obtenu – les pauvres n’ont rien et, pour cela,

……..ont toujours su concevoir ce qui ressemble le plus à la Vie !

..

…………………………****************************

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> - ENCORE - <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<

http://www.imagiter.fr/article-pour-une-pauvrete-non-misereuse-71689561.html

 

http://www.imagiter.fr/2015/07/le-depart-de-departager.html

 

http://www.imagiter.fr/article-payer-c-est-apaiser-chacun-sa-paie-c-est-la-paix-61346787.html

 

........….……(à suivre)

 

…………………….%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

toujours dans la rubrique : "Quelles sont les têtes qui NOUS aident vraiment ?"

Que la vaste compassion vous grandisse et vous nourrisse !!!

Sous copyleft……pour tout ce qui reste à but non lucratif

 

tous ces posts sont effectivement reliés à une pensée globale ***

trouvez, aussi, un complément à cette réflexion sur le site internet à téléchargements gratuits http://www.freethewords.org/, onglet 3 "Nul n'est nul", "Légalité de l'égalité" (Quality of eQuality), "La démagogie n'est utile et utilisée que par qui est déjà au pouvoir" et onglet 4 "L'anticommunication comment ça fonctionne ?» et "Why do we left the left wings ?" ; onglet 2 "L'ardeur sociale", "Comment devenir un (e) athée du capitalisme" et "LE ROMAN DE L' ÉCONOMIE " ; et, surtout, RIEN DE PLUS SOLIDE QUE LE SOLIDAIRE sur l’onglet 3, ainsi que LA QUESTE DES QUESTIONS (qui a démuni les démunis ? qui a déshérité les déshérités ? qui s'est emparés des désemparés ? qui a détressé les détressés ? qui a dérobé aux nécessiteux leur nécessité ? S’il y a fraudes pourquoi donc cacher les fraudés qui les subissent ? S'il y a faim c'est qu'il y a, d’abord, affameurs, endetteurs, capital au noir ou argent clandestin, etc), onglet 2.

Résistances au changement Impliquent changement de résistances

Structurellement, les classes moyennes ne savent plus penser

Pas de République si le politique ne prime pas sur l'économie.

La prospérité c'est pour tous, la richesse pour la minorité

L’Économie que l’on nous jette entre les jambes afin de faire tout autre chose ?

Je suis responsable de ma parole non de la compréhension des autres

Le si rare moment de la jubilation

La façon d’écrire se nomme infini respect

Plus il existe d’opinions très différentes, moins le monde risque de se tromper

Nous ne pouvons pas trouver de solutions si nous ne connaissons pas la réalité de la situation.

Faisons le vide des prétendus dirigeants à l’intérieur de nous !

…les anti-élites actuelles ( celles qui empêchent les vraies élites de réparer leurs dégâts !)

………………………

Si ce post a su retenir votre attention dans les 4 300 autres (disponibles ici) il doit y en avoir de bien plus décoiffant. Qui vous boosteraient encore plus. C'est le si cher chercher cher… on y trouve plus que prévu

Dès le plus jeune âge, habituer à partager comme la preuve de la Raison agissante !

Dès le plus jeune âge, habituer à partager comme la preuve de la Raison agissante !

Le premier «Garde-Manger solidaire» a vu le jour !

Le premier «Garde-Manger solidaire» a vu le jour !

diverses boites à dons ou give boxes...

diverses boites à dons ou give boxes...

les usages peuvent être très diversifiés - tout dépend de l'organisation

les usages peuvent être très diversifiés - tout dépend de l'organisation

semez en partout des boites à dons...ensuite, des maison de dons, etc. Nous avons déjà vaincu !

semez en partout des boites à dons...ensuite, des maison de dons, etc. Nous avons déjà vaincu !

que de la récup’ intelligente !

Boites à dons de toutes les tailles...

en tous lieux...

...et si facile à créer....nous sommes tellement nombreux que nous ne saurons plus où...donner de la tête !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article